ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

Vulcain, un groupe bien de chez nous


Nous profitons aujourd’hui de l’occasion qui nous est donnée par le remaniement ministériel pour mettre en ligne sur le site de Radio Metal un beau petit drapeau français. Et ça fait du bien ! D’une part parce qu’on est français nous-mêmes (ouais !) mais aussi parce que chez nous, en France, on a de sacrés bon groupes de metal.

Vous connaissez déjà les Gojira, Watcha, Lofofora et peut-même grâce à Radio Metal les Hord, Faithless Messiah, Bad Tripes, A Very Sad Story et j’en passe. Mais les plus jeunes parmi vous n’ont probablement jamais entendu parler de Vulcain, un groupe qui fêtait samedi dernier les 25 ans de son album Desperados au Trabendo de Paris. J’y étais et je vais vous dire pourquoi j’ai apprécié cet événement d’ailleurs filmé pour un dvd.

« J’aime pas le heavy !!! », voilà c’est dit.

Mieux vaut le reconnaître d’emblée, le heavy metal n’est pas mon style de musique favori. En plus pas besoin de se justifier car, comme le dirait finement Metalo, tous les goûts sont dans la nature. Mais dans les faits je trouve le heavy assez pénible parce que je ne ressens rien en l’écoutant et son côté festif à la Tobias Sammet m’énerve déjà sur disque, alors ses lumières de toutes les couleurs sur scène je ne vous en parle même pas…

Pourtant samedi soir, au Trabendo de Paris, j’ai pris une bonne claque dans ma face d’anti-heavy en allant voir Vulcain.

Groupe phare des années 80, Vulcain propose une musique à la Motörhead (on les appelait à l’époque le Motörhead français) et j’avais déjà beaucoup apprécié leur passage dynamique au Hellfest de cette année. Le trio sur scène envoie des copeaux et dégage une énergie et une bonne humeur qui font plaisir à voir. Les compositions agressives du groupe sont surtout taillées pour le live et c’est aussi pour cette raison que lors de mon passage à Paris je suis passé par la case « Trabendo ». Malgré tout, Vulcain fait incontestablement du heavy metal d’où la question philosophique suivante que je pourrais évoquer avec mon psy – quand j’en aurai un – à savoir :

« Comment peut-on ne pas aimer le heavy en règle générale et apprécier quand même Vulcain ?! »

En fait, avec du recul, j’apprécie certains artistes de heavy. Queensrÿche et W.A.S.P. font par exemple du heavy metal mais leurs compositions et la voix de leur frontman me donnent tellement de frissons que ça fait bien longtemps que je suis tombé sous le charme. Les Vulcain ont également beaucoup de charisme et si j’aime ce groupe c’est parce qu’ils axent véritablement leurs compos (« Ebony », « Vulcain » etc.)  sur le rythme entraînant d’un Motörhead (également trois sur scène d’ailleurs) qui donne autant envie de taper du pied qu’à l’écoute d’un « Ace Of Spades » des maîtres du genre.

A l’origine, un quator

Et tout ça prend une ampleur encore plus importante sur scène où le sourire des frères Puzio et de Marc Varez (batterie) se fait particulièrement communicatif. Je voulais le dire dans les colonnes de Radio Metal en ce 15 novembre parce que l’ambiance au Trabendo était très festive samedi dernier et, sincèrement, je ne pensais pas prendre autant mon pied à un concert donné par un groupe français de heavy metal ayant connu son heure de gloire quand je n’étais pas encore imaginé par ma mère.

Donc merci à cette dernière de m’avoir mis au monde parce que ça m’aura notamment permis de voir un super concert de Vulcain !



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3