ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

WhoCares : Tony Iommi et Ian Gillan descendent aux archives


Avec la reformation avec options concerts et nouvel album de Black Sabb’, on avait presque oublié que Tony Iommi avait laissé un truc sur le feu, un bon p’tit plat comme on en fait dans les vieilles marmites et qui nous avait mis l’eau à la bouche et qu’il a laissé refroidir pendant un an.

Il y a douze mois de ça sortait le single « Out Of My Mind / Holy Water » de WhoCares, une combinaison qui a probablement guéri des quelques problèmes d’érection de plus d’un chevelu tant les membres alignés derrière cette étiquette avait de quoi faire concurrence au Viagra. Aux côtés du guitariste du Sabb’, on avait rien de moins que le chanteur de Deep Purple (et, tant qu’à faire, ex-Black Sabbath) Ian Gillan, qui s’étaient adjoints les services d’une brochette de stars dont Jon Lord (ex-Deep Purple), Jason Newsted (ex-Metallica) ou Nicko McBrain d’Iron Maiden. Mais ce single n’a pas vraiment préparé le terrain pour un album, comme on s’y serait attendu, nous laissant sur notre faim, obligés de trouver satisfaction dans le quasi-comeback de Black Sabbath…

Et voilà qu’enfin, ô bonheur, on entend à nouveau parler d’eux, et avec un album qui sortira le 22 juin chez EarMusic. Alors, on se demande quand même quand Tony Iommi, qui doit déjà nous servir un album sous l’étiquette BS alors qu’il soigne aussi son lymphome, a trouvé le temps au cours de cette année pour composer et enregistrer un album avec Gillan. En fait, ils n’ont rien fait de tel, rien composé de vraiment neuf mais reviennent plutôt avec quelques petits trésors – nous verrons bien plus tard la valeur de ces trésors – tirés de leur boîte à souvenirs : « Parmi les titres, nous dit le communiqué de la maison de disques, on trouve les deux chansons de WhoCares, un jam inédit de Deep Purple en studio intitulé « Dick Pimple », une chanson de Repo Depo (le groupe que montait Ian Gillan avant la reformation de Deep Purple en 1992 et qui n’avait jamais rien mis sur CD), deux chansons inédites de Tony Iommi avec Glenn Hughes, quelques obscures collaborations, des faces B perdues sur des 45 tours, des versions live et exclusives enregistrées à la radio. »

Ne boudons pas notre plaisir. Qui cracherait, sans leur accorder la moindre chance, sur des inédits de Purple ou Iommi & Glenn Hughes ? Évidemment, on aurait préféré plus de ces titres avec le line-up de fou qu’on trouvait sur le premier single mais n’oublions pas que c’est pour la bonne cause et pas uniquement pour nous enfler de quelques euros qu’ils vont se mettre dans les fouilles en échange de vieilleries dépoussiérées pour faire baver les fans. Ian Gillan en dit d’ailleurs un peu plus sur le contenu et le but de ce disque, même si ça demeure, en partie, plutôt sibyllin :

« Comme j’ai pu le dire dans la chanson ‘Razzle Dazzle’ (sur l’album Bananas de Deep Purple) : ‘La ligne est mince entre une orgie de destruction et un moment merveilleux…’ La destruction du conforme dans ce cas : certains de ces morceaux n’ont jamais réussi à s’intégrer dans le programme de leur époque et ont été mis sur la touche ou oubliés, et certains des titres de l’album n’ont jamais été vraiment mis en lumière. Au fur et à mesure de l’assemblage de cet album, j’ai remarqué que les titres avaient des similarités de caractère ; une combinaison de fraîcheur quand elles sentaient finalement le soleil dans leur dos et de rébellion du genre ‘ouais, je vous l’avais dit’. Et ceci représente un moment merveilleux de plus. Et c’est plus d’argent pour l’école de musique que nous construisons en Arménie. »

Alors, en faisant une bonne action, on obtiendra peut-être quelques perles pour patienter jusqu’aux prochains albums de chacun de leur groupe.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3