ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

X Japan a atomisé le Zénith de Paris


X Japan en concert chez nous, c’est tout de même un évènement. Premièrement, cela fait un bon nombre d’années que les fans français les attendaient. La dernière venue du groupe prévue en octobre 2009 a été annulée. Ensuite ce groupe qui connaît un véritable succès chez lui, au Japon, passe enfin en Europe et il ne faut pas le louper car son passage est bref : Londres, Berlin, Uttrecht (Hollande), Paris et puis s’en va.

Dans notre belle capitale, c’est un Zénith assez rempli qui les accueille sans toutefois afficher complet. Mais en ce premier jour de Juillet, nous pourrons vérifier que la qualité ne passe pas par la quantité et que ce soir, le public présent était vraiment de qualité, soutenant son groupe du début à la fin.

Lisez la suite pour vous en convaincre.

Artiste : X Japan
Lieu : Paris
Date : 1er juillet 2011
Salle : Zénith

Avant de continuer, une question mérite d’être posée : « Mangeriez-vous d’un plat trop salé ? ». Pas juste un peu, non, vraiment beaucoup trop salé. Donc ? Pas sûr que vous appréciez, naturellement. Tout comme il est difficile d’apprécier un concert avec un son beaucoup trop fort et dont la qualité frôle le remboursement de billets. Si ce soir, il n’y avait qu’une seule palme à remettre au groupe, cela serait celle du plus mauvais, du plus insupportable son jamais proposé. Heureusement que coté public, si nous parlions aussi de palme, cela serait celle du public le plus fervent, avec une énergie que l’on rencontre rarement. Pour rester sur ce public, notons que contrairement à ce que l’on aurait pu attendre, il n’est vestimentairement pas trop marqué metal ou visual key. Par contre, les fans ont amené en nombre ces tubes fluorescents avec lesquels ils forment des X, signe emblématique de cette soirée.

On sait maintenant qui en a profité pour piquer les barres d’uranium de Fukushima…

En ce premier Juillet, nous n’aurons pas de première partie. N’y voyez point de mépris ou de dénigrement de la part du groupe, les premières parties ne sont tout simplement pas dans les mœurs japonaises. Dans ce cas, il est tout de même curieux de commencer à 20h40 alors que le site du Zénith indique une ouverture des portes à 18h00 pour un début de spectacle à 19h30. A moins qu’en termes de début de spectacle, ils ne fassent référence à l’effervescence qui anime le public durant cette attente. En effet, un individu improvisé meneur de foule n’a de cesse de secouer le public présent, avec un réel succès.

20h40, les lumières s’éteignent et Yoshiki Hayashi, le batteur, majestueux, fait son apparition sur scène, gravissant les quelques marches qui mènent à la batterie installée sur une estrade surélevée. Sans un mot, le batteur reste debout à sa batterie, trônant un instant avec son androgynie, toisant du haut de sa superbe le public du Zénith. Quand il formera un X avec les bras, le public le suivra sans sourciller. Le groupe arrive lui aussi et le concert débute sur le dernier single du groupe, « Jade ». Dès ce premier morceau, deux choses sont claires. La mauvaise qualité du son dont nous avons déjà parlé et la preuve que la minerve que porte Yoshiki n’est pas là pour faire joli. L’homme la porte car à force de s’être trop excité sur son instrument, il a connu quelques déconvenues. Effectivement, à part le frappeur fou du Muppet Show, difficile de trouver un batteur aussi agité sur son instrument.

Yoshiki Hayashi exécute le signe de ralliement

Une autre constatation est possible dès l’entrée en scène des japonais. Les membres de X Japan sont plutôt bien sapés. Elégant pour Toshimitsu « Toshi » Deyama au chant, à tendance bohème pour les autres et même très hendrixien pour Tomoaki « Pata » Ishikuza à la guitare.

Au niveau prestation, Toshimitsu assume son rôle de leader, assurant avec Yoshiki l’essentiel du show, les autres musiciens étant plus introvertis même si leurs attitudes guitare ou basse en main ont tout du metalhead. Exception relative à cette passivité quand Yashiro « Sugizo » Sugihara troque sa guitare contre un violon pour un intermède pas forcément très harmonieux mais salué par le public qui réagit dès que le violoniste interrompt son morceau. Curieux ce solo joué sur un fond musical bizarre. Finalement aussi intéressant que les délires kirkhammettiens à un concert de Metallica. Cet intermède se poursuit avec le batteur qui rejoint son acolyte et l’accompagne au piano. Multi-instrumentistes, les japonais ! Ce passage piano et violon est vivement salué par les fans avant que les autres membres du groupe ne regagnent la scène pour un titre plus enlevé qui voit le public chanter d’une seule voix avec le chanteur.

Une particularité des morceaux du groupe est de posséder de nombreux passages ou délires instrumentaux dans l’idée très seventies finalement même s’il s’agit sans aucun doute de sons de notre époque. Ceci dit un groupe qui existe depuis le début des années quatre-vingt et qui a sorti son premier album en 1988 reste difficile à situer dans une époque.

De même que les morceaux sont entrecoupés de passages instrumentaux, les concerts d’X Japan sont eux aussi entrecoupés d’intermèdes comme le précédent duo piano et violon ou comme celui qui arrive maintenant et pendant lequel Yoshiki, le batteur et pianiste, s’allonge sur le piano et sort quelques mots en français – « Ca va ? », « Je vous aime » – avant de hurler (beugler ?) dans le micro, hurlements auxquels répond bien évidemment un public aux anges.

Toshimitsu assure son rôle de frontman

Le chanteur prouve lui aussi qu’il a plusieurs cordes à son arc en s’installant à la batterie pour accompagner son batteur de quelques rythmes. Cela part vraiment dans tous les sens. Bienvenue dans le style X Japan !

Un nouveau solo de piano résonne dans le Zénith, solo que le public ne tarde pas à soutenir spontanément de ses applaudissements. Nous retrouvons ensuite un « vrai » morceau avec « Born to be Free » et ses guitares très lourdes. « I.V » suit derrière avant que le chanteur n’introduise le batteur qui entame un très court solo de batterie avant d’alterner dans le plus grand chaos passages au piano pour quelques notes de grands airs du répertoire classique et passages à la batterie pour de minis solos.

Le chanteur prend la suite et s’adresse à la foule. « At last, it’s the Japan Expo in Paris ». Ce salon que les aficionados de la culture japonaise connaissent bien a effectivement lieu quatre jours durant au Parc des Expositions Paris Nord Villepinte. Il s’intéresse à la culture et aux loisirs du pays du Soleil Levant au sens large, évoquant tant la cérémonie du thé que les mangas ou les origamis et la musique. X Japan y a d’ailleurs donné une conférence. Après l’évocation de ce salon, Toshimitsu rejoint Yoshiki pour une série de hurlements tandis que le pianiste entame un morceau au piano sur lequel le public, connaisseur, chante. Mais le pianiste libère son instrument, se lance dans une nouvelle série de hurlements, s’excite sur le gong tandis qu’une bande musicale continue de tourner.

Les grosses guitares reviennent néanmoins pour le titre emblématique du groupe, « X », où le public saute tout en formant un X avec ses bras. Sur l’écran en fond de scène s’affiche « WE ARE X » et c’est après 1h20 de show que le groupe quitte la scène. Pause que met le public à profit pour montrer qu’il est toujours vivant, que ceux présents ce soir ne sont pas là par hasard ni pour faire de la figuration. Tout le Zénith tape des pieds sur les gradins comme jamais un public n’a tapé des pieds. Le bruit produit est tout simplement impressionnant et cette ferveur doit faire plaisir au groupe qui, à n’en pas douter, l’entend jusque dans ses loges tout comme les « We are X » que chantent les fans. Et c’est là que nous retrouvons notre meneur de foule qui essaie toujours avec succès d’enflammer ce public déjà incandescent. Une ola part qui fait plusieurs tours et dure plusieurs minutes. Respect.

Un spectacle qui a ravi les fans de X Japan

Au bout d’un bon quart d’heure de pause, le groupe refait son apparition petit à petit. D’abord Yoshiki, vêtu d’un kimono rouge qui remercie le public et s’installe au piano. Le public clame, hurle, le batteur s’exprime en japonais, crie des « Plus Fort » en français avant que ses hurlements n’exhortent le public à crier de plus belle. Et quand le batteur demande en français et en anglais aux fans de bien vouloir chanter avec eux, la cause est entendue. Yoshiki reviendra aussi sur les évènements qui ont marqué son pays et fondra en larmes, l’émotion étant trop grande manifestement, avant de se réfugier auprès de son piano. Les premières notes qu’il en tirera seront d’ailleurs accueillies par une ovation du public. Assis sur les marches qui mènent à la batterie, bassiste et guitaristes patientent, sans jouer, tandis qu’une bande accompagne le pianiste avant que tout le groupe n’entame « Endless Rain » qui verra le public reprendre les paroles a capela. Saisissante cette union sacrée, assez rare à ce degré d’intensité pour être soulignée. Et il semble que les fans pourraient continuer ainsi toute la nuit. Beau moment live.

Moins beau en revanche, la réapparition du violon pour un nouvel intermède suivi d’une nouvelle bande de piano avant que le batteur-pianiste ne s’installe à nouveau au clavier pour jouer avec la bande. On peut réellement se demander l’intérêt de ces bandes même si le public ne s’en émeut pas et applaudit ce nouveau passage instrumental. Ces passages gagneraient en impact s’ils étaient plus courts et moins nombreux. En tout l’excès est néfaste mais c’est le délire du groupe et la réaction du public prouve qu’il apprécie.

Une ambiance bleutée accompagne le début de « Art of Life », dernier titre de la soirée qui aura duré pas loin de deux heures sur à peine 10 morceaux !

Vraiment dommage que la mauvaise qualité du son ait clairement nui à la bonne appréciation d’une prestation très particulière dont l’aspect décousu peut dérouter les non initiés qui n’étaient manifestement pas très nombreux ce soir. Les fans présents ont néanmoins montré qu’ils avaient énormément apprécié le spectacle proposé et c’est tant mieux car n’est-ce pas là l’essentiel, des fans satisfaits ?

Set List :

Jade
Rusty Nail
Silent Jealousy
Drain
Kurenaï
Born to be Free
I.V
X

Rappels :
Endless Rain
Art of Life

Photos : Lost



Laisser un commentaire

  • A tout avis positif existe son pendant négatif… Je suis triste d’être celui qui vous l’apporte…

    Après 3 annulations et des milliers de promesses d’un moment magique, voici ce que j’ai retenu de cette mascarade…

    Je tiens à signaler que je ne suis pas là pour troller sur le groupe… Fan hardcore depuis une douzaine d’année de ce groupe, j’y ai consacré la moitié de ma vie, de mon temps et de mon argent…

    Je tient aussi a préciser qu’il s’agit de mon 4ème concert du groupe et que je souffre de la comparaison avec mes trois précédant concerts au Tokyo Dôme en 2008, lors de leur reformation…

    Après une heure de retard et aucune excuse ou explication, le groupe arrive sur scène en tirant une gueule de trois km de long qu’ils mettront environ 3 chansons à masquer… Un son immonde jamais entendu auparavant dans cette salle (Et je sortais du coupling tour Megadeth/Slayer quelques semaines plus tôt dans la même salle le son était mille fois mieux, c’est dire!)

    La set list m’à vraiment fait de la peine… Les nouvelles compositions telle que Jade et Born to be free sont une insulte à la légende du hard rock qu’ils étaient autrefois… Les morceaux sont coupés (Pas d’intro pour Kurenai, les solos a moitié joués par Sugizo, pas de second couplet pour endless rain etc etc)

    Tout est trop vite expédié et on a droit au rappel au bout d’une petite heure de concert… Pitoyable pour un groupe habitué à joué 3h et qui s’est fait attendre 3 ans pour certains et toute une vie pour d’autre.

    Tout mais absolument tout tourne autour de Yoshiki qui prend un malin plaisir à meubler le vide absolu de ce concert et la courte set liste avec des We are X a repétition, des « vas y que je tombe par terre, vas y que je pleure, que je m’allonge sur le piano etc etc »

    Tout est appris, répété par coeur a la seconde près et copié collé sur l’ensemble de la tournée de Londre à Berlin… Je devinais meme a quel moment il allait dire tel truc ou a quel moment il allait placer ses « fuckin’ quelques chose »

    Je n’ai pas ressenti une seule émotion ou un seule frisson de tout ce concert, moi qui m’effondrai en larme juste lors des apparitions de Pata ou de Yoshiki lors de leurs précédentes venues, ou qui à passé Trois Tokyo Dôme à essuyer mes joues pleines de larmes…

    Ouais je suis un mec, mais je vous l’ai dis, X est toute ma vie. X aura influencé mes voyages, mes rencontres au japon, mes amis, ma musique… J’ai ce groupe dans les tripes depuis mes 14/15 ans et j’en ai 26 aujourd’hui.

    Concernant les prestations, difficile de juger vu la qualité du son mais Sugizo est encore a côté de la plaque: Pas en rythme, solo inaudibles et crade au possible… Le Beau monsieur qui passe le show a remuer du cul devrais lâcher un peu son floyd et tout ses effets de guitares trompeur et maquilleur pour redevenir le bon musicien qu’il était au début des années 90…

    Pata se fait chier sur les nouveaux morceaux mais tente de faire mine de rien (Vu la qualité des compositions de guitare sur les deux nouvelles bouses electro pop que sont jade et BTBF on ne peut que le comprendre), Il se plante carrément sur le début de X et quitte même la scène, le reste est plutôt bon, comme à son habitude: Pata est un grand monsieur du Rock… Yoshiki foire quelques roulement de batterie et quelques break et galère complètement à la double pédale…
    Toshi chante très bien et ça fait vraiment plaisir.

    Mention spéciale à Heath qui pour moi à été le plus crédible de tout le concert (Et dieu sait à quel point je suis Pro-Taiji).

    Après le renvois de Taiji, X avait perdu 5O% de sa puissance heavy métal, mais depuis le décès de hide, X n’est vraiment plus X.

    Le groupe a vendu son âme au diable pour essayer de conquérir le plus de mouton possible dans le monde, et pourtant il n’avait pas besoin de cela…

    Etant en contact ou étant ami avec beaucoup de fan japonais de la première heure, je peux vous assurer qu’ils font beaucoup de déçus et certaines décisions ou virages du groupes sont vraiment incomprises…

    Ce concert aura donc pour moi été une énorme déception au vu de l’attente. Des amis à moi sont venus du monde entier et j’avais vraiment de la peine pour eux.

    Je sors tout juste du Hellfest et du Sonisphere, et je maudis le destin qu’X n’ai pas eu la chance de faire ces festivals européens durant les 90’s parce qu’ils avaient tout pour devenir un groupe majeur de la scène métal internationale…

    Aujourd’hui X me fait vraiment mal au coeur

    [Reply]

    Denver

    Au niveau de l’attente, il est vrai que je n’y croyais plus, après les annonces foireuses, les non confirmations et les annulation de dernières minutes.
    Je suis d’accord sur le fait que Born to be free et Jade sont largement en dessous des autres compo et que les titres de Vanishing Vision et Blue Blood et même Jealous manquait (et Art of life coupée c’est dommage ), mais j’ai trouvée ce live énorme, après, il est vrai que je n’ai pas de point de comparaison. Cependant, le lien crée avec le public, même si c’était répété, et bah j’y est cru (je suis certainement nait), mais j’avais vraiment l’impression de hannetonnée du groupe durant les intermèdes, et j’ai même par moment trouvée ça émouvant.
    Mais merci de calmer les ardeurs des fans dont je fais partie.

  • J’y étais. C’était ENORME, bon le son m’a laissé quelques séquelles aux niveaux des oreilles, mais étant fan d’eux je ne pouvais pas manquer ce moment HISTORIQUE. Et les moments de violon était pour moi beau, j’en ai fais et c’est très complexe.^^ Chanter en live avec Toshi c’était un rêve !^^
    WE ARE X !!!

    [Reply]

  • j’y étais, c’était dantesque, de plus, c’est le groupe qui m’a fait aimer le rock et le metal, et cela fait plus de 10 ans que j’écoute le groupe (et j’en est que 20 =).

    J’étais tellement excitée, j’ai tellement hurlée à ce concert que j’en est encore un peu de mal à parler, l’un des meilleurs concert que j’ai fait jusqu’à présent, même si j’étais sur les gradins.

    [Reply]

    Denver

    le seul truc un peu dommage c’est que Art of LIfe, morceau fleuve du groupe à été emputée de ses 20 premiéres minutes pour ne plus durer que 10 minutes, ça restait jouissif quand même.

  • comme j’aurais aimé y être… j’avais prévu d’aller à Japan Expo et de m’eclipser pour ce concert, mais le manque d’argent…
    j’espère qu’ils ne traineront pas trop à revenir en France!!

    et l’accent circonflexe n’est pas obligatoire sur « connait », correcteur 😉

    [Reply]

  • Merci a vous, Radio Metal pour ce live report sympa du concert de X Japan !

    Cela fait diablement plaisir de voir un site Metal s’interesser au groupe, d’autant plus que votre article relate assez fidelement la façon dont beaucoup de gens ont perçus le live.

    J’espere que d’autres sites consacres au Metal auront votre ouverture d’esprit concernant X Japan, et jugeront enfin leur musique avec objectivite, au dela des aprioris et des cliches qui colent bien trop souvent helas a la musique japonaise et au rock en particulier…

    Bonne continuation, Radio Metal, you are X !!

    [Reply]

  • Eh, Le Correcteur, il n’y a pas de ‘s’ à mettre à « amené ». « Les fans ont amené », c’est un peu le verbe avoir. Il y aurait un ‘s’ s’il avait été écrit « les tubes que les fans ont amenés ».

    Par contre, tu as loupé le « ses hurlements n’exhorte » : il y aurait du y avoir un « ent » au verbe « exhorte ».

    Mais merci quand même de ton intervention. La prochaine fois peut-être…;-)

    [Reply]

  • Le Correcteur dit :

    « Ensuite ce groupe qui connait un véritable succès chez lui » : il manque l’accent circonflexe sur « connait ».

    « les fans ont amené » : manque un « s » à « amené » (sujet : les tubes fluorescents.

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Sons Of Apollo @ Lyon
    Slider
  • 1/3