ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Potin   

Yeah ! James Hetfield, yeah !


On se moque beaucoup du R’n’B et de leurs chanteuses au « forfait voyelles » mais le rock a tout de même l’un des plus grands défauts d’élocution de l’histoire de la musique : Yeah ! Un vrai casse-tête pour les orthophonistes. Mais un phénomène incroyable, au point que des groupes ont renoncé à tout autre mot ou phonème pour se désigner. On pense tout particulièrement aux Yeah Yeah Yeahs.

Mais c’est encore plus ancien. Rappelez-vous les yéyés. Il y a une tellement longue histoire du « yeah » rock-and-rollesque enregistré (on oublie le yeah de concert, il y a des hôpitaux psychiatriques entiers remplis de gens qui ont voulu étudier le sujet) que si on les mettait bout à bout on pourrait faire quatorze mille fois la liaison Paris – Antananarivo (à Madagascar, on précise pour les moins forts en géo).

Et si on donnait des noms d’artistes à certaines sections, on trouverait probablement une allée Beatles (« She loves you, yeah, yeah, yeah ») mais aussi certainement un boulevard James Hetfield (de Metallica, on précise pour les nouveaux). Ça ne vous a sans doute pas échappé. Il y a d’ailleurs des gens assez fous pour les compter. Mais il y en a aussi qui ont pris tous les Yeah du chanteur sur album et les ont montés bout à bout.

Trois minutes et seize secondes avec une seule exclamation. On n’ose même pas imaginer les chutes de bandes en studio. Amusez-vous donc à reconnaître leur origine à chacun. Mais faites gaffe : à la fin, un faux « Yeah » s’est immiscé dans le montage.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3