ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

ZOE, LE LIVE AVANT TOUT



Radio Metal : Bonjour à vous ! Pourriez-vous présenter le groupe en quelques mots pour les lecteurs de Radio Metal qui ne vous connaissent pas ?

Aldo (guitare rythmique) : Zoe est né fin 90, entre Calais et Dunkerque. Nous sommes quatre et nous aimons dire que nous jouons un « high energy stoner rock ». On peut dire que l’histoire du groupe a vraiment commencé en 2003 suite à une démo envoyée à divers magazines spécialisés. Comme Rock & Folk, Hard Rock Mag ou encore Hard & Heavy qui nous ont chroniqué. On ne s’attendait pas à un si bon accueil et c’est à ce moment que nous avons pris conscience du potentiel de Zoe. Nous avons travaillé comme des dingues pour composer et enregistrer notre premier album, Make It Burning (sorti en 2006) qui, à son tour, a eu de très bonnes critiques. Nous sommes allés le défendre sur scène un peu partout en France et en Europe. Contents de notre petite aventure, c’est tout naturellement que nous remettons ça avec notre deuxième album qui vient de sortir, Dirty Little Sister…

Dirty Little Sister met en évidence une belle alchimie entre titres accrocheurs et véritable groove. Quels sont les retours que vous avez eus depuis sa sortie, en novembre 2009 ?

Les critiques sont très bonnes. La presse comme les auditeurs nous disent qu’il y a une évolution, ils découvrent de nouvelles approches musicales qui ne trahissent pas le style du groupe. On a même eu une proposition pour utiliser certains titres pour une future série TV. Mais il est encore trop tôt pour se prononcer ! Malheureusement la crise du CD ne s’arrange pas et les rayons dans les magasins diminuent à vu d’?il. Notre premier album était dans tous les bacs des magasins spécialisés, mais depuis 2006 ça a bien changé. On trouve Dirty Little Sister dans certains magasins et s’il n’est pas disponible en rayon, il est possible de le commander car il est référencé. On peut également l’acheter par internet sur le site de Brennus ou encore mieux lors de nos concerts !

On cite très souvent Queen Of The Stone Age et Motörhead comme vos principales influences. De votre point de vue, comment pourriez-vous décrire ce qui vous distingue de ces deux formations et quels sont les éléments qui définissent l’identité de Zoe ?

Avant toutes choses, il est très flatteur pour nous d’être comparés à ces deux mastodontes du rock. Il est vrai que l’on retrouve dans Zoe la puissance et le rock old school de Motörhead ainsi que le côté stoner et innovant des trois premiers albums de QOTSA. Mais les influences ne s’arrêtent pas là. La scène scandinave avec des groupes tels que The Hellacopters, Gluecifer, Turbonegro (…) ont contribué à affûter le style de Zoe, à l’instar de la scène stoner avec Kyuss, Monster Magnet… Enfin, des grands du rock comme The Stooges, MC5, AC/DC, Black Sabbath nous ont beaucoup apporté. Vous l’aurez compris, nous avons tous des discothèques énormes. Et, pour moi, un groupe digne de ce nom ne peut acquérir ses lettres de noblesse, qu’en ayant des musiciens avec un minimum de culture musicale.


Aldo : « Nous composons tous nos titres pour qu’ils soient joués en concert. Si l’on juge qu’un titre n’est pas assez puissant, on ne le garde pas pour le mettre à la fin d’un album ou je ne sais quoi : on le jette. »

Dans la thématique de l’originalité, vous avez travaillé pour le visuel de Dirty Little Sister avec Cap’tain Nico qui est, selon votre MySpace, un « touche-à-tout illustrateur et graphiste qui depuis plus de 20 ans hisse les toiles pour des aventures iconographiques exubérantes. » Comment l’avez-vous rencontré et de quelle manière avez-vous travaillé avec lui sur l’élaboration du visuel de l’album ?

Cap’tain Nico est un ami de longue date, nous avons beaucoup de goûts en commun, celui du rock en est un (il a été d’ailleurs critique de disques), celui de l’art en est un autre. Nous apprécions notamment des artistes comme Rick Griffin, qui a marqué par ses illustrations psychédéliques les années 60 et 70, ou des personnes comme Robert Crumb, dessinateur de bande dessinée de la même époque que Griffin. Nico est une source intarissable en matière de dessinateurs et d’illustrateurs, ça a tout de suite marché entre nous car le lien avec le rock n’roll est évident. Quand je lui dis « j’aime bien ce style là » en parlant d’une pochette ou d’une sérigraphie, il me donne tout de suite le nom de l’artiste, son style et sa façon de travailler. C’est un artiste formidable ! Il est souvent investi dans divers projets artistiques. Quand je lui ai demandé de bosser sur la pochette du nouveau Zoe, je pensais qu’il n’en aurait pas le temps, mais il n’a pas hésité à stopper tous ses projets en cours. J’avais vaguement travaillé sur une pieuvre avec des jambes de femme. Etant aussi barré que moi, Nico a trouvé ça super, il a développé l’idée en la rendant encore plus délirante. Le travail est époustouflant, très peu de groupes peuvent se targuer d’avoir une pochette aussi folle ! Il nous a donné de son précieux temps et nous le remercions encore !

Petit retour en arrière. Avec le temps Zoé s’est forgé une très bonne réputation scénique. Justement, Make It Burning, votre premier opus, a-t-il été le fruit de vos expériences live ou bien, dès les débuts du groupe, vous aviez pour ambition de sortir un ou plusieurs albums ?

Nous composons tous nos titres pour qu’ils soient joués en concert. Si l’on juge qu’un titre n’est pas assez puissant, on ne le garde pas pour le mettre à la fin d’un album ou je ne sais quoi : on le jette. Pour Make It Burning, la majorité des titres a été composée bien avant que l’on pense à l’album. Ils ont été faits pour le live. Pour Dirty Little Sister la majorité des morceaux a été composée entre les dates de concerts de la tournée Make it Burning. Seulement deux ou trois titres n’ont jamais été joués avant l’enregistrement, mais on ne doutait pas de leur efficacité scénique. Nos disques sont très proches de ce que nous sommes en live !

De quelle manière abordez-vous le live et, plus globalement, comment pouvez-vous expliquer, si vous partagez cet avis, que la quintessence du desert rock/stoner s’expose avant tout en live ?

Pour nous, les concerts restent le plus important, même si nous ne négligeons pas le travail en studio. C’est sur scène que l’on peut juger des réelles qualités d’un groupe de rock n’roll. Nous voulons donner aux gens qui se sont déplacés l’envie de revenir la prochaine fois, pour cela nous nous donnons à fond chaque fois. On mouille le maillot et le public ne reste jamais indifférent.

Le stoner est une musique massive qui sonne souvent très live sur disque. C’est une musique où l’ambiance prime sur la super qualité de la prod’. Elle véhicule un tas d’émotions comme le fait de se sentir libre, rebelle et prêt à toutes les expériences. Le desert rock prend toute son importance en live, on assiste à une espèce de revival des concerts des 70’s, nous sommes proche de l’ambiance des live des Doors, d’Hendrix, de Led Zep ou du MC5. Ce style a digéré les influences de ces années, mais également celles des groupes rock des années 80 et 90, pour recracher une musique imprégnée des seventies en osmose avec son époque.

Vous êtes originaires du Nord-Pas-de-Calais et vous tournez en ce moment dans votre région pour promouvoir Dirty Little Sister. Avez-vous des dates prévues ailleurs en France ou même à l’étranger ?

Les dates commencent à arriver. L’album n’est sorti qu’en novembre, nous avons déjà fait une vingtaine de concerts, nous sommes également programmés pour deux festivals français et une tournée au Portugal est prévue en Juin. Mais le gros des dates reste à venir.

On sent que le groupe est déjà bien structuré dans le domaine de la promotion/communication. Comment se déroule votre professionnalisation et quel est votre rapport avec l’équipe de LX Management ?

On ne court pas après la professionnalisation, car nous voulons rester maîtres de nos décisions, qu’elles soient artistiques (musique, visuel, démarche…) ou d’ordre technique, comme pour le choix des concerts, la promotion. Ce qui nous manque le plus, c’est un tourneur, même si nous avons des personnes chargées de nous trouver des dates, et que le bouche à oreille finit par payer, il y a encore des endroits où nous n’avons pas encore joué. Un tourneur professionnel nous faciliterait la tâche. LX Management et Relief sont des associations de bénévoles basées sur Calais qui nous aident énormément. C’est dans ces assoc’ que l’on puise notre énergie plus précisément les techniciens, la production, le booking, le savoir faire, le matériel, la promo, l’amitié… Sans eux pas de Zoe !

Dernière question. Vous avez participé à un tribute à Motörhead tiré à 500 exemplaires. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Nos copains de Spermicide, groupe punk de Paris, nous ont branchés sur le label 442e rue, qui voulait sortir un 45 tour, six titres d’un morceau de Motörhead : « R.A.M.O.N.E.S. » (une belle façon de rendre hommage à ces deux groupes mythiques). C’est tout naturellement que nous avons accepté. Nous avons invité nos copains de Dee n Dee, groupe indus de Calais, pour enregistrer ce titre. Le résultat est surprenant. Six groupes sont sur ce 45 tours : Spermicide (Paris, France), R’N’C’S (Orléans, France), Ramonettes (Adélaïde, Australie), The Chuck Norris Experiment (Gothenburg, Suède), V8 Wankers (Francfort, Allemagne) et, bien sûr, Zoe et Dee N Dee.

Entretien réalisé par mail
Myspace Zoe : www.myspace.com/zoestonerrockband2



Laisser un commentaire

  • Spaceman / RM dit :

    Je me suis acheté aujourd’hui la galette et je dois dire que ça déboite sérieusement! Une sacrée surprise!

    Attendez vous à en manger dans les prochains Anarchy X…

    [Reply]

  • Super bon son !
    Digipak hallucinant d’ingéniosité autant que de style !
    Je prie pour que vous passiez à Montpellier !

    [Reply]

  • Je dirais même plus : si les gars passent sur Lyon ce serait un plaisir de faire leur première partie !

    [Reply]

  • T’as déjà tout cassé? ^^

    C’est pas grave, un CD cassé, c’est plus rock’n’roll ^^

    Sinon, comme Seb, j’avais déjà été intrigué par la baniére avant l’interview. C’est vraiment bon ce son.

    [Reply]

  • Amaury / RM dit :

    Le package est une oeuvre assez hallucinante c’est clair…bon par contre il est pas super maniable pour les maladroits comme moi !! 🙂

    [Reply]

  • Wow, ca envoie carrément.

    Faut que je me procure absolument ce CD (d’autant que le packaging à l’air énorme)

    [Reply]

  • J’avais été attiré par l’artwork de la pub que j’avais vu sur le site de Radio Metal et j’ai écouté le myspace, j’aime vraiment bien.
    Le son est gros, ça rappel KYUSS ou Monster Magnet en effet c’est du bon !

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3