ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Barniche Over The World   

Barniche aurait pu faire fuir Sascha Konietzko


Les peluches, c’est metal et nous allons vous le prouver. Je suis Barniche, phoque séducteur doublé d’un journaliste incisif et pertinent. Pour démontrer que les représentants de votre style musical préféré sont restés de grands enfants et que leur virilité et leur excentricité sont une façade résultant d’un cruel manque affectif, j’ai décidé de rencontrer les artistes metal du monde entier afin d’évoquer leur rapport aux peluches. La démarche de cette rubrique essentielle aux traits, de prime abord, naïfs relève au final de l’ordre de la psychanalyse.

Le cas de Sascha Konietzko, leader de KMFDM, est particulièrement intéressant. Si les peluches l’effraient (« Je ne me rappelle pas en avoir eu. Quoique j’avais peut-être un gros ours en peluche. Mais je ne me suis pas attaché à ce genre de choses. A vrai dire, je les trouve plutôt flippantes. Je déteste les clowns ou les marionnettes, notamment. »), il affronte cette peur au quotidien et massivement, par amour pour sa fille de 3 ans et demi : « Je vis dans une maison où il y a environ 300 peluches. J’ai des peluches dans mon studio, dans ma chambre à coucher, dans ma cuisine, parce que ma fille de 3 ans et demi en a tellement que ce n’est même plus drôle. Elles ont toutes un nom. » Une enfant qui, rappelons-le, l’accompagne systématiquement en tournée avec sa mère. Au moment où nous rencontrons Sascha, celui-ci nous dit « d’ailleurs, je ne vais pas tarder à devoir aller la coucher. Elle a ses peluches avec elle [dans le tourbus], il n’y a presque plus de place dans le lit.« .

Ce doit être une sacré fiesta, les aftershows de KMFDM dans le tourbus !



Barniche Over The World   

Alter Barniche : l’héritage de « 1, rue Sésame »


Les peluches, c’est metal et nous allons vous le prouver. Je suis Barniche, phoque séducteur doublé d’un journaliste incisif et pertinent. Pour démontrer que les représentants de votre style musical préféré sont restés de grands enfants et que leur virilité et leur excentricité sont une façade résultant d’un cruel manque affectif, j’ai décidé de rencontrer les artistes metal du monde entier afin d’évoquer leur rapport aux peluches. La démarche de cette rubrique essentielle aux traits, de prime abord, naïfs relève au final de l’ordre de la psychanalyse.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Mark Tremonti, guitariste d’Alter Bridge et de Creed, gâte ses enfants : « Je dois avoir environ 300 [peluches] chez moi, parce que j’ai deux enfants ». Et il s’investit, non seulement financièrement, mais physiquement pour cela ! « On a passé du temps à la fête foraine et j’ai gagné plein d’animaux en peluche. Il y avait entre autres une banane rasta géante. Je leur ai gagné des requins, plusieurs Batman différents et quelques Muppets ». Des choix pour le moins originaux, qui sont dans la droite lignée des peluches que le guitariste, qui a visiblement tout appris dans l’émission éducative 1, Rue Sésame (Sesame Street aux États-Unis) possédait durant son enfance : « Je me souviens de Ernie et Bert de ‘1, rue Sésame’, c’étaient mes préférés. J’avais aussi un E.T. Quoi d’autre ? Ah oui, Macaron le Glouton (NdT : Cookie Monster pour les puristes de la V.O.), encore un de ‘1, rue Sésame’ ! ».



Barniche Over The World   

Barniche n’a pas conquis Jorn Viggo Lofstad (Pagan’s Mind)


Les peluches, c’est metal et nous allons vous le prouver. Je suis Barniche, phoque séducteur doublé d’un journaliste incisif et pertinent. Pour démontrer que les représentants de votre style musical préféré sont restés de grands enfants et que leur virilité et leur excentricité sont une façade résultant d’un cruel manque affectif, j’ai décidé de rencontrer les artistes metal du monde entier afin d’évoquer leur rapport aux peluches. La démarche de cette rubrique essentielle aux traits, de prime abord, naïfs relève au final de l’ordre de la psychanalyse.

Après avoir conquis le cœur des gars de Nightwish, le prochain territoire visé pour y planter mon drapeau de tendresse était le palpitant du guitariste de Pagan’s Mind. Pourtant, même s’il a apprécié qu’on lui pose la question, Jorn Viggo Lofstad n’est pas un fan des peluches. Non pas qu’il soit un rockeur borné voulant prouver qu’il est viril en toutes circonstances, quitte à renier le fait d’avoir pleuré à la naissance. Il n’a simplement pas été gâté en ours et autres phoques et s’est détourné vers d’autres jouets (dont les Lego, dont nous ne saurions trop recommander l’utilisation pour développer la créativité de vos enfants) ainsi que vers le sport préféré des metalleux : le football.

Lire la suite…



Barniche Over The World   

Barniche dans les bras de Nightwish


Les peluches, c’est metal et nous allons vous le prouver. Je suis Barniche, phoque séducteur doublé d’un journaliste incisif et pertinent. Pour démontrer que les représentants de votre style musical préféré sont restés de grands enfants et que leur virilité, leur excentricité est une façade résultant d’un cruel manque affectif, j’ai décidé de rencontrer les artistes metal du monde entier afin d’évoquer leur rapport aux peluches. La démarche de cette rubrique essentielle aux traits, de prime abord, naïfs relève au final de l’ordre de la psychanalyse.

Les premiers candidats ayant accepté de se confier sont deux figures majeures du metal dit symphonique, à savoir Tuomas Holopainen et Marco Hietala, respectivement claviériste/compositeur principal et bassiste/chanteur de Nightwish.

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Clisson
    Slider
  • 1/3