ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Soen – Lykaia


Les temps du « Tool-like » du premier album de Soen, Cognitive (2012) semblent bel et bien terminés. Le très chiadé et organique Tellurian (2014) montrait une évolution qui se distinguait des influences premières du groupe mené par le batteur Martin Lopez (Fifth To Infinity, ex-Opeth, ex-Amon Amarth) et le chanteur Joel Ekelöf. Leur nouvel opus, Lykaia (festival archaïque de la Grèce ancienne centré autour de la menace cannibale et d’une possible transformation en loup-garou) n’est pas l’occasion de dévier de chemin. Accueillant le guitariste Marcus Jidell (Avatarium, The Doomsday Kingdom, ex-Evergrey ) qui remplace Kim Platbarzdis et un cinquième membre en la présence du claviériste Lars Ahlund, Soen continue de se façonner avec de subtiles variations.

Lire la suite…



Chronique   

Kreator – Gods Of Violence


Kreator n’a plus rien à prouver. Après plus de trente ans de carrière, la notoriété de la bande à Mille Petrozza est reconnue à travers le monde. Leader incontesté de la scène thrash allemande, le groupe a même traversé une phase d’expérimentation et un certain déclin auprès du public, mais il a toujours su revenir en force, et on les voit aujourd’hui remplir les salles et tourner aux côtés des plus grands. A l’instar d’un Slayer, les allemands pourraient très bien céder à une certaine forme de facilité en délivrant toujours la même recette efficace, se reposant sur ses acquis, en somme. Mais non, Petrozza ne l’entend pas de cette oreille, comme il a pu le démontrer avec un Phantom Antichrist plus mélodique et audacieux jamais. Et Gods Of Violence n’est pas en reste, s’inscrivant dans sa suite directe.

Lire la suite…



Chronique   

Pain Of Salvation – In The Passing Light Of Day


Début 2014, Daniel Gildenlöw, qui croyait ne souffrir que d’un souci de santé bénin, apprenait être victime d’une sérieuse infection bactérienne, une fasciite nécrosante alias bactérie mangeuse de chair, remettant en cause son pronostic vital. En l’espace de quelques heures sa vie basculait et l’entraînait dans un éprouvant parcours médical. Les fans de Pain Of Salvation le savent, le frontman a toujours centré ses albums sur l’expérience humaine, en particulier la découverte de soi, et les réflexions philosophiques et spirituelles qui en découlent. Ainsi, il paraissait impensable que cette expérience de vie – et la perspective palpable de la mort – n’affecte pas un nouvel album de Pain Of Salvation qui se faisait grandement attendre.

Lire la suite…



Chronique   

Black Hole Generator – A Requiem For Terra


Une décennie pour transposer musicalement sa vision du monde. Le moins que l’on puisse dire est Bjørnar Nilsen, leader de Vulture Industries, aura pris le temps pour faire mûrir son projet Black Hole Generator avant de sortir ce premier album. Lorsque l’on connait un tant soit peu la carrière du musicien, on ne s’attend pas à ce que son œuvre qualifiée de « black metal excentrique » soit ancrée dans un schéma évident et impersonnel, bien au contraire. L’artiste nous a d’ailleurs récemment confié que A Requiem For Terra est en quelque sorte le porte-parole de ses impulsions qui découlent de ce qu’il voit et observe autour de lui, et de notre époque actuelle qui est « en pente descendante » selon ses propres dires. L’artwork illustrant Moloch, qui symbolise ici « la volonté de l’Homme de sacrifier son avenir et celui de ses enfants qui ne sont pas encore nés pour des choses simples et des plaisirs terrestres », nous annonce et nous enracine directement dans le sombre climat de l’opus…

Lire la suite…



Chronique   

Bethlehem – Bethlehem


Pour un groupe, intituler un album sobrement de son nom n’est jamais innocent, surtout après vingt-cinq ans de carrière : c’est le cas de Bethlehem, groupe allemand pionnier dans l’histoire du metal extrême, qui sort en cette fin d’année Bethlehem, donc, son huitième album. Un tel titre incite à l’envisager comme le couronnement d’un parcours pour le moins remarquable, comme un bilan peut-être. Emmené par Jürgen Bartsch (à la basse et aux claviers), son seul membre permanent, le groupe a, avec son premier opus-manifeste, Dark Metal, sorti en 1994, rien de moins que fondé un genre musical à part entière, mêlant black metal primitif, doom mélancolique et riffs mélodiques, et a posé les bases de ce qu’on appellera plus tard le DSBM (depressive suicidal black metal, pour les non-initiés) avec S.U.i.Z.i.D. (Sardonischer Untergang im Zeichen irreligiöser Darbietung), qui a marqué durablement des artistes aussi divers que Niklas Kvarforth (Shining) évidemment, mais aussi Marilyn Manson. La carrière des Allemands n’en est pas allée sans difficultés pour autant, et les changements de line-up – de chanteur notamment – incessants ainsi que les expérimentations artistiques plus ou moins réussies ont plusieurs fois fait craindre à leurs fans qu’ils étaient en train de perdre la barre. Avec cet album, faut-il croire qu’ils reviennent enfin au niveau de leur passé mythique ? Dès la première écoute, la richesse et la folie angoissante de Bethlehem laissent présager le meilleur.

Lire la suite…



Chronique   

Gone Is Gone – Echolocation


Gone Is Gone veut définitivement enfoncer le clou : il sera l’un des groupes sur lequel il faudra compter en 2017. Quelques mois après la sortie de leur premier EP éponyme, le « supergroupe » formé de Mike Zarin, Tony Hajjar (At The Drive-In), Troy Van Leuuwen (QOTSA, A Perfect Circle) et Troy Sanders (Mastodon) dévoile son premier album au titre charmeur, Echolocation. Si leur précédent opus laissait transparaître la patte Mike Zarin derrière les compositions qui donnaient une allure presque cinématographique, Echolocation rentre davantage dans les clous d’un album plus classique. Reste à voir si le groupe des « Troy » arrive à toujours susciter l’intérêt.

Lire la suite…



Chronique   

Sepultura – Machine Messiah


Après avoir traversé ce qu’une majorité du public reconnaît comme étant une période de creux suite au départ de Max Cavalera, il devient difficilement tenable aujourd’hui de continuer à ignorer la remontée en puissance de Sepultura depuis dix ans, et particulièrement depuis l’arrivée du monstrueux Eloy Casagrande derrière les futs, qui semble avoir donné un coup de fouet monumental à la bande d’Andreas Kisser. The Mediator Between Head And Hands Must Be The Heart en 2013 était proche du coup de maître. Sepultura a pris le temps, à la fois de le défendre sur scène et le digérer, et revient quatre ans plus tard pour lui offrir un successeur qui, disons-le tout de suite, place la barre encore plus haut.

Lire la suite…



Chronique   

Kypck – 3epo


Zéro. Pas juste « plus bas » (Ниже), mais un retour aux abîmes, au noir (Черно), au néant, à l’absolu. Voilà ce que l’on peut comprendre derrière ce mot en cyrillique, Зеро, qui sert de nom à ce quatrième opus des plus russes des finlandais de Kypck. Et puis, il y a cette pochette d’un bleu glacial et asphyxiant, photographie d’une ancienne prison soviétique immergée à Rummu, en Estonie, qui annonce la couleur. Il faut certainement être un peu maso pour plonger dans ces eaux, et même équipé de sa meilleure carapace, on ne peut s’empêcher de ressentir une appréhension.

Lire la suite…



Chronique   

Khonsu – The Xun Protectorate


Khonsu - The Xun Protectorate« De quoi demain sera fait ? » Cette question existentielle qui touche tout un chacun découle vers une autre réflexion dans notre domaine, à savoir quelle sera la musique de demain ? Nombreux sont les artistes de tous bords à prétendre être en avance sur leur temps et à explorer une vision futuriste de la musique. La scène black metal norvégienne en est d’ailleurs le parfait exemple par l’approche avant-gardiste et l’influence majeure qu’elle a eu à travers le monde. Le groupe Khonsu, qui s’attribue carrément l’étiquette d’ « Innovative Extreme Metal » pour son deuxième album The Xun Protectorate, est donc sans surprise issu de cette même scène.

Lire la suite…



Chronique   

Deathspell Omega – The Synarchy Of Molten Bones


Deathspell Omega - The Synarchy Of Molten BonesAprès la sortie en 2012 de Drought ainsi que celle d’un coffret reprenant l’intégralité des albums et des EPs de la deuxième période du groupe – qui débute à partir de Si Monvmentvm Reqvires, Circvmspice, un monument justement de black metal complexe et ténébreux –, tout était possible pour Deathspell Omega. Avec cette synthèse qui mettait en valeur la grande cohérence, dans le fond comme dans la forme, de son œuvre, ce groupe majeur du metal extrême de ce début de siècle semblait suggérer une fin de cycle, voire une fin tout court. C’est donc avec d’autant plus d’impatience et de curiosité qu’a été anticipé son nouveau disque, The Synarchy Of Molten Bones, sorti soudainement, presque sans effet d’annonce et une semaine plus tôt que prévu, chez Norma Evangelium Diaboli. En dépit de sa brièveté qui a pu prêter à confusion, c’est bien à un véritable album que l’on a affaire et une seule écoute suffit pour mettre les choses au clair : en quatre titres extrêmement riches et denses, The Synarchy Of Molten Bones laisse l’auditeur complètement sidéré, « Famished For Breath », le souffle coupé.

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Airbourne @ Lyon
    Slider
  • samedi, 21 janvier 2017 à 15:01
    Top 50 2016 : l’heure de l’élection
    samedi, 21 janvier 2017 à 12:46
    Opeth ensorcelle le Trianon
    samedi, 21 janvier 2017 à 9:49
    Sabaton repart au front
    vendredi, 20 janvier 2017 à 20:59
    CULT OF LUNA dévoile un trailer pour Years In A Day
    1/3