ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Conception – My Dark Symphony


Le rock progressif doit aujourd’hui une grande partie de son succès à la Norvège. La scène norvégienne ne cesse de produire des groupes étendards du genre, que ce soit Leprous, Gazpacho ou l’influence d’Ihsahn. Pourtant, l’une des premières formations à s’exercer dans ce registre n’a pas souvent bénéficié de la visibilité qu’elle mérite. Depuis 1989, Conception s’est construit une renommée chez les plus fervents amateurs de musique complexe. Le groupe a sorti quatre albums, dont le dernier en date, Flow (1997), a précédé leur séparation en 1998. Depuis, peu de nouvelles si ce n’est une réunion live en 2005. Il a fallu attendre cette année pour voir resurgir des rumeurs qui annonçaient une reformation du line-up classique, auxquelles le groupe donne raison en proposant un nouvel EP, My Dark Symphony réalisé sans label grâce à une campagne Pledge. Vingt ans ont passé, et les musiciens ont eu tout le temps d’évoluer et de changer…

Lire la suite…



Chronique   

Les Tambours Du Bronx – W.O.M.P.


Finalement, Weapons Of Mass Percussions ou W.O.M.P. nous est parvenu. Pour les amateurs de metal qui connaissent le groupe des Tambours Du Bronx, c’est un petit peu la réalisation d’un fantasme. W.O.M.P. c’est bel et bien l’alliance de la puissance physique des Tambours avec l’énergie d’un genre musical extrême. W.O.M.P. n’est pas un projet traditionnel des Tambours qui ont pour habitude de réaliser des prestations destinées pour tous les publics. W.O.M.P a un dessein plus spécifique, un registre bien défini. On savait que les Tambours pouvaient très bien fonctionner avec un groupe de metal via ses prestations avec Sepultura. Cette fois, les Tambours du Bronx ont réalisé un album entier, avec la participation de Reuno (Lofofora) et Stephane Buriez (Loudblast) au chant et accompagné de Franky Costanza (ex-Dagoba, Blazing War Machine) à la batterie. Le moins que l’on puisse dire, c’est que W.O.M.P. a du coffre !

Lire la suite…



Chronique   

Venom – Storm The Gates


Intangible. C’est ce qui peut définir le mieux la musique de Venom. Les Anglais, considérés comme l’un des groupes qui a mené à l’émergence du black metal, officient depuis presque quarante ans et n’ont pas réellement levé le pied. Coexistant désormais avec le Venom Inc. de Tony Dolan et Mantas, Venom souhaite toujours étoffer sa discographie déjà pléthorique avec un quinzième album intitulé Storm The Gates. C’est le troisième opus studio réalisé par le trio Cronos, La Rage et Dante. Storm The Gates avait pour vocation « d’élever le niveau » pour reprendre les dires du frontman Cronos. En termes d’intensité, peut-être…

Lire la suite…



Chronique   

Architects – Holy Hell


Les prétentions d’Architects sont hautes, suivant sa notoriété croissante. Pourtant, depuis la sortie de All Our Gods Have Abandoned Us, le groupe de metalcore britannique a accusé le décès de son guitariste et membre fondateur Tom Searle des suites d’un cancer. Architects a fait preuve de résilience, exprimant sa douleur via le single « Doomsday ». On n’attendait cependant pas nécessairement un nouvel album, en tout cas pas si vite. Architects a contredit les attentes les plus pessimistes en intégrant Josh Middleton de Sylosis à la guitare lead, ce dès 2016 pour plusieurs dates. Holy Hell est le huitième album de la formation, le premier sans Tom Searle donc, avec Josh Middleton impliqué dans le processus de composition. Holy Hell incarne une forme de rage et rend justice à ce qu’ont pu ressentir les musiciens, une sorte d’uppercut massif adressé au destin.

Lire la suite…



Chronique   

Flayed – III: Empty Power Parts


Ceux qui suivent la scène rock/metal française d’assez près ont sans doute déjà entendu parler de Flayed. Le groupe originaire de Rhône-Alpes officie depuis déjà cinq ans en adoptant la recette éprouvée du hard rock exécuté à la perfection. En cinq ans, le groupe a déjà sorti deux albums et un EP sans transiger sur la qualité. Leur nouvel opus, III: Empty Power Parts ne va pas changer la donne, en dépit de quelques problèmes de label et de management. Flayed veut balayer tout ça en délivrant enfin Empty Power Parts. On prend les mêmes et on recommence, peut-être même en mieux.

Lire la suite…



Chronique   

Nanowar Of Steel – Stairway To Valhalla


En France, nous avons Ultra Vomit. En Italie, ils peuvent compter sur Nanowar Of Steel pour se moquer d’un genre parfois exubérant, avec un sens de la parodie très aiguisé. Nanowar Of Steel a effectué ses premiers vrais méfaits en 2005 avec Other Bands Play, Nanowar Gay!, des débuts qui permettaient de constater l’étendue du potentiel satyrique du groupe. À ce jeu-là, leur nouvel et quatrième opus intitulé Stairway To Valhalla (doit-on expliciter la référence ?) bat des records. Surtout, il ne transige pas sur la qualité musicale.

Lire la suite…



Chronique   

Emigrate – A Million Degrees


Richard Z. Kruspe avait mentionné son intention de, peut-être, arrêter Rammstein après l’album à venir, comme si le cycle du groupe était terminé. Si ce qu’il avance est encore très incertain, on peut toutefois être confiant quant à son avenir dans la musique. Le guitariste du monstre allemand avait déjà initié sa carrière solo via un projet nommé Emigrate, amorcé en 2007. Richard Z. Kruspe a ainsi eu l’occasion de s’exprimer plus personnellement, en dehors des contraintes inhérentes à la vie d’un mastodonte du metal tel que Rammstein. En raison de concordance des emplois du temps et surtout d’une « panne d’inspiration » et d’une remise en question, Emigrate ne donnait pas signe de vie depuis Silent So Long (2014). A Million Degrees est le troisième album solo du musicien, l’occasion de s’affirmer en tant qu’entité indépendante de Rammstein. Comme s’il préparait consciencieusement le futur…

Lire la suite…



Chronique   

Electric Boys – The Ghost Ward Diaries


Electric Boys est un nom qui résonne chez ceux qui, ces trente dernières années, ont passé le plus clair de leur temps chez les disquaires, toujours à chercher la perle rare. Les Suédois ont officié de 1988 à 1994, voués à devenir des superstars avec des hits tels que « All Lips ‘n Hips », « Psychedelic Eyes » ou « Mary In The Mystery World ». Mais le business en aura décidé autrement et après un long hiatus, ils se sont reformés en 2009 pour livrer deux ans plus tard And Them Boys Done Swang. Electric Boys se nourrit toujours de ses trois composantes : un heavy rock 70’s, un groove hérité du funk et une petite touche de psychédélisme, ce que Starflight United (2014) avait démontré avec brio (le plus funky depuis le mythique Funk-O-Metal Carpet Ride). The Ghost Ward Diaries est le sixième opus du groupe, sans doute le plus éclectique. Que ce soit par un riffing rock ou des arrangements atypiques chers à la formation, Electric Boys perpétue une tradition classic rock organique centrée sur le groove.

Lire la suite…



Chronique   

Azusa – Heavy Yoke


2018 verra le premier opus d’Azusa voir le jour, l’année de naissance d’une formation aux mille contrastes. Azusa est une sorte de super-groupe, formé de membres d’Extol, Dillinger Escape Plan et Sea + Air. La formation emprunte des chemins expérimentaux sans aucune retenue, mais avec un sens de la concision, portée par un timbre féminin aussi agréable que corrosif. Heavy Yoke est un album qui laisse circonspect au premier abord, avant de petit à petit envahir l’auditeur de manière insidieuse. C’est alors que la gêne et la difficulté d’appréhension volent en éclats.

Lire la suite…



Chronique   

The Smashing Pumpkins – Shiny And Oh So Bright, Vol. 1 / LP: No Past. No Future. No Sun.


Pour certains, ce sera l’un des évènements les plus marquants de l’année musicale. Le nouvel opus des Smashing Pumpkins, Shiny And Oh So Bright, Vol. 1 / LP: No Past. No Future. No Sun. réalise le souhait de nombreux fans, à savoir la réunion de James Iha, Billy Corgan et Jimmy Chamberlin pour la première fois depuis 2000 et l’album Machina. Ne manque que la présence de la bassiste D’ arcy Wretsky pour obtenir l’intégralité du line-up classique. On pouvait évidemment le pressentir grâce à la tournée de réunion enclenchée cette année. The Smashing Pumpkins n’a d’ailleurs pas vraiment cherché à opérer dans le secret, Shiny And Oh So Bright, Vol. 1 / LP: No Past. No Future. No Sun. était peut-être inespéré pour certains mais sa sortie ne prend personne de court. Il ne surprend pas réellement non plus, The Smashing Pumpkins propose un voyage dans le temps en phase avec son line-up reconstitué.

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Shaka Ponk @ Paris
    Slider
  • 1/3