ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Monkey3 – Sphere


Acquérir une notoriété conséquente en pratiquant une musique instrumentale n’est pas chose aisée (les sempiternels guitar heros mis à part). Il y a évidemment pléthore de formations prolifiques aux registres différents, parmi lesquelles Animals As Leaders, Russian Circles, Pg.Lost, My Sleeping Karma ou encore Karma To Burn qui se taillent une place de choix. Trop souvent, on oublie de mentionner le pourtant culte Monkey3. Le groupe originaire de Lausanne lorgne davantage vers le stoner et le space-rock, à l’image des deux derniers exemples cités. Astra Symmetry (2016) avait son lot de longues plages atmosphériques et pesantes, à l’instar de « Crossroads » et ses effets cosmiques en tout genre. Sphere, dernier opus en date, ne s’éloigne pas de la formule. Il l’étend encore davantage, l’enrichit et la sublime.

Lire la suite…



Chronique   

Tyler Bryant & The Shakedown – Truth And Lies


Tyler Bryant & The Shakedown fait partie de ces groupes ascendants qui tracent leur chemin à toute vitesse. Le groupe originaire de Nashville fondé en 2009 a tout juste dix ans et a déjà figuré en première partie de mastodontes tels qu’AC/DC ou Guns N’ Roses, sans compter leur future tournée avec Black Stone Cherry. Les Américains doivent cette fulgurance à un hard rock ultra-léché, presque académique dans son exécution. Truth And Lies, troisième opus de la formation, est en parfaite adéquation avec sa notoriété croissante. Treize titres sans ambiguïté : Truth And Lies honore un genre universel à travers la transparence de ses influences blues.

Lire la suite…



Chronique   

Abbath – Outstrider


Olve Eikemo, plus connu sous le nom d’Abbath, ne veut plus être seulement perçu comme un personnage emblématique de la scène black metal. L’ancien frontman d’Immortal veut envisager son projet solo, Abbath, comme un véritable groupe. Déjà auteur d’un premier album sans titre qui dévoilait des compositions réalisées pendant la période Immortal, Olve entend donner une nouvelle dimension à Abbath avec son second opus, intitulé Oustrider. C’est l’occasion pour Olve Eikemo de dévoiler un nouveau line-up (et de pallier notamment le départ de King ov Hell). Outstrider entérine le glissement du nom Abbath, qui passait d’un pseudonyme renommé à ce qui s’apparente aujourd’hui à une marque, une idée plus grande que la somme de ses parties.

Lire la suite…



Chronique   

Hollywood Vampires – Rise


Hollywood Vampires est un individu étrange. Supergroupe formé d’Alice Cooper, Johnny Depp et Joe Perry, il s’est en premier lieu illustré par un album (très majoritairement) de reprises (2015), histoire de célébrer les grands noms du rock passé. Depuis, Hollywood Vampires n’a pas proposé de musique originale, ce qui correspondait finalement à son statut de « projet entre potes un peu trop connus pour rester dans l’ombre ». L’album Hollywood Vampires avait au moins le mérite de susciter de l’intérêt quand il ne se faisait pas écharper, voire traiter de « daube » par certains médias. Du risque des reprises en somme, même exécutées par des légendes. Rise, premier album de compositions originales du groupe (avec tout de même trois reprises dans le lot) sera donc un autre animal. L’heure n’est pas à l’hommage, mais à asseoir son identité, et ce en toute liberté. C’est le dessein qui motive Rise : définir Hollywood Vampires.

Lire la suite…



Chronique   

Turilli / Lione Rhapsody – Zero Gravity


Ironiquement, la saga Rhapsody n’est pas prête de se terminer. Entre Rhapsody Of Fire et Luca Turilli’s Rhapsody, la scission du Rhapsody original a engendré de nombreux rejetons tout aussi prolifiques. Il faudra désormais inclure une nouvelle entité, Turilli/Lione Rhapsody. Les deux musiciens auraient voulu se nommer Zero Gravity et abandonner le nom de Rhapsody (et ainsi éviter un jeu de noms qui en devient presque comique). Les impératifs de promotion en ont décidé autrement, Zero Gravity devient donc, à la place, le titre du premier album du nouveau projet de Fabio Lione et Luca Turilli, accompagnés du bassiste Patrice Guers, du guitariste Dominique Leurquin et du batteur Alex Holzwarth, tous des ex-Luca Turilli’s Rhapsody et ex-Rhapsody Of Fire. Turilli/Lione Rhapsody insiste sur sa volonté de se démarquer du power metal traditionnel et des sagas que prône toujours Rhapsody Of Fire. Il veut donner naissance à ce qu’il décrit comme du metal symphonique moderne.

Lire la suite…



Chronique   

Baroness – Gold & Grey


Purple (2015) a considérablement accru la notoriété de Baroness, jusqu’à devenir l’un des albums de metal plébiscités de 2015. Pour Baroness, le dessein était plus sérieux : il s’agissait de montrer que la tragédie de 2012 (un grave accident de bus) n’avait pas altéré l’envie de continuer de John Baizley, frontman et tête pensante de la formation. L’aspect franc et direct de Purple avait indéniablement une fonction de témoignage, de posture. Gold & Grey (qui n’est pas un double album à l’inverse de Yellow & Green, 2012) traite des conséquences sur le long terme d’évènements tragiques. Il reprend d’une certaine façon où Yellow & Green nous avait laissés, un processus créatif qui cherche à s’affranchir des styles, véritable pied de nez au « qu’en-dira-t’on ». En résulte l’album de Baroness le plus opulent, le plus déroutant, et peut-être le plus prenant.

Lire la suite…



Chronique   

Darkthrone – Old Star


Un opus de Darkthrone offre une certaine garantie, celle de retrouver une écriture violente et sombre, authentique. Celle qui nourrit réellement un imaginaire malsain (parfois source de préjugés) qui gravite autour de la scène norvégienne. Depuis 2006, à partir de l’album The Cult Is Alive, le duo composé de Nocturno Culto et Fenriz a révisé son orientation musicale, injectant et accentuant des influences punk, heavy, thrash et doom au fil de ses productions. Arctic Thunder (2016) laissait entrevoir la pertinence de l’évolution musicale de Darkthrone avec néanmoins des limites : Darkthrone peinait à laisser une impression durable sur l’auditeur. Certains diront même qu’au-delà du statut de légende du groupe, sa musique n’évoquait plus autant. Old Star, en renforçant à nouveau le goût pour le riff du groupe, vient justement rappeler que le metal extrême ne pourra jamais s’affranchir de ce que Darkthrone lui a apporté.

Lire la suite…



Chronique    Radio Metal   

Rammstein : les contre-avis


Le nouveau Rammstein a entraîné beaucoup de réactions chez les fans, au sein de la communauté metal en général, ainsi qu’au sein de l’équipe de Radio Metal. Afin d’offrir un complément ou contre-poids à la chronique de Thibaud publiée il y a quelques semaines, ainsi qu’au titre à titre de Tiphaine qui avait eu le privilège d’écouter l’album en avant-première pour en faire un papier à chaud, voici d’autres regards sur un album qui décidément fait beaucoup parler de lui. A vous, lecteurs, ensuite de déterminer l’avis qui vous paraîtra le plus juste ou le plus pertinent.

N’hésitez pas d’ailleurs vous-même à partager votre sentiment, les débats sont toujours intéressants et peuvent parfois ouvrir de nouvelles perspectives sur l’écoute d’un album.

Lire la suite…



Chronique   

Combichrist – One Fire


À l’heure où Rammstein semble phagocyter tout l’espace médiatique autour du metal dit « industriel », certaines figures reviennent en faisant moins de vagues. Combichrist incarne ce statut culte, celui d’un groupe unanimement reconnu comme l’une des figures de proue du genre. Après seize ans de carrière, la discographie du monstre norvégien est passée par tous les états, jusqu’à atteindre le stade de l’expérimentation avec We Love You (2014), puis This Is Where Death Begins (2016) et ses ingrédients plus heavy où la guitare prédomine. Andy LaPlegua semble satisfait des horizons explorés, c’est pourquoi One Fire, neuvième album du groupe, revient aux origines. Celles d’un indus sombre, aux sonorités électro agressives et à la production brute.

Lire la suite…



Chronique   

Daniel Tompkins – Castles


Daniel Tompkins s’est graduellement imposé comme l’un des vocalistes les plus en vogue de la scène actuelle. Frontman de Tesseract, groupe en pleine ascension depuis sa signature avec le label K-Scope et tête pensante de White Moth Black Butterfly, le chanteur a désormais la visibilité qu’il souhaite pour montrer l’étendue de son registre. À l’instar d’un Devin Townsend se sentant bridé par le processus créatif de groupe, Daniel Tompkins entreprend enfin de nous livrer son premier opus solo, composé il y a quatre ans déjà. Castles, album inspiré par les nombreux aspects des relations humaines (erreurs, mauvais jugements, aspects extrêmes de l’amour…), dévoile évidemment une autre facette de Tompkins, loin de la violence ponctuelle du metal progressif de Tesseract.

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    In Flames @ Lyon
    Slider
  • 1/3