ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Queensrÿche – The Verdict


Si Queensrÿche semble avoir levé le pied, avec les quatre ans qui nous sépare de Condition Hüman (2015), en réalité le groupe n’a jamais cessé son activité scénique, y compris quand son batteur emblématique Scott Rockenfield a dû se retirer pour s’occuper de son fils nouveau-né. Mais, compte tenu de l’incertitude planant sur un retour de celui-ci, il n’était pas question pour le reste du groupe de plus attendre : les voici débarquant aujourd’hui avec The Verdict, troisième album de l’ère Todd La Torre. C’est d’ailleurs ce dernier qui s’est attelé à la composition et l’enregistrement des batteries, plutôt que de faire intervenir une personne extérieure. Ça tombe bien, avant-même d’être chanteur, La Torre est un talentueux batteur. Depuis l’album Queensrÿche (2013), la formation se fait plaisir et fait plaisir aux fans, en revenant aux sonorités plus proches de ses premières heures. The Verdict ne fera pas défaut à ce parti-pris plus conservateur, avec toutefois un effort qui va dans le sens de la modernisation du son de Queensrÿche.

Lire la suite…



Chronique   

In Flames – I, The Mask


Dans le metal, rares sont les groupes aussi controversés qu’In Flames aujourd’hui. Autrefois icônes et porte-étendards du death mélodique scandinave, les Suédois ont opéré une mutation stylistique dont on pourrait identifier les prémices dès Reroute To Remain (2002) mais qui a sans doute trouvé son apogée sur Siren Charms (2014), avec qualitativement des hauts et des bas. À certains égards, In Flames arpentait des versants plus pop et électro et délaissait même par moments le penchant metalcore, sans même parler de death… Pourtant, In Flames bénéficie toujours d’une très grande notoriété, preuve en est l’édition de son propre festival Borgholm Brinner. L’audace de cette mutation a indéniablement payé pour le groupe, invitant ouvertement les fans de la première heure à se réfugier dans Whoracle (1997) ou Colony (1999). Fait représentatif de la nouvelle orientation d’In Flames, Battles (2016) avait été produit par Howard Benson (My Chemical Romance, Mötörhead) sous le soleil de Los Angeles. I, The Mask reprend le même processus, à un détail près : Björn Gelotte et Anders Friden sont arrivés en studio sans avoir réellement écrit au préalable, histoire de laisser la spontanéité prendre le dessus. Dans l’ensemble, bien leur en a pris.

Lire la suite…



Chronique   

Rhapsody Of Fire – The Eighth Mountain


Difficile de suivre les péripéties de Rhapsody depuis 2011 et le split qui a amené les musiciens à migrer entre Luca Turilli’s Rhapsody et Rhapsody Of Fire. Sans revenir sur tout l’historique des événements, le résultat est qu’aujourd’hui, d’un côté on retrouve le Rhapsody dirigé par Luca Turilli et Fabio Lione et de l’autre Rhapsody Of Fire, mené par le claviériste Alex Staropoli. À nouveau, après la compilation de réenregistrements Legendary Years – un bon moyen de présenter le nouveau visage du groupe sur un terrain connu des fans –, c’est bien la formation d’Alex Staropoli qui s’illustre avec son troisième album post-2011 et premier de compositions originales depuis l’arrivée du nouveau frappeur Manuel Lotter et surtout de la nouvelle voix du groupe en la personne de Giacomo Voli (qui a participé à l’équivalent italien de The Voice). The Eighth Mountain inaugure une nouvelle saga pour toujours autant de grandiloquence et bien davantage…

Lire la suite…



Chronique   

Overkill – The Wings Of War


Personne n’osera attaquer Overkill sur le terrain de la longévité et de la régularité. Cela va faire maintenant presque quarante ans que le groupe de thrash originaire du New Jersey officie, en délivrant des albums tous les deux ou trois ans. Le groupe en est désormais à son dix-neuvième opus avec ce The Wings Of War qui succède à The Grinding Wheel (2017). Au-delà de la longévité, c’est surtout d’une forme de constance qualitative qu’Overkill peut réellement se vanter. La forme actuelle d’Overkill est aussi due à une relative stabilité de line-up, en dépit du départ du batteur Ron Lipnicki qui laisse sa place à Jason Bittner sur ce nouvel album.

Lire la suite…



Chronique   

Candlemass – The Door To Doom


Les Suédois de Candlemass ne chôment pas pour un groupe qui a frôlé la retraite il y a de cela quelques années. Alors que leur tête pensante, Leif Edling, avait fait allusion à la fin du combo à la sortie de Psalms For The Dead en 2012, ni les apparitions live ni les sorties n’avaient depuis ralenti, bien au contraire : tournées, splits, compilations, live et EP se sont égrenés avec régularité. Malgré cela, on n’avait pas vraiment osé imaginer la sortie d’un nouvel album, surtout avec nul autre que Johan Längqvist au chant, dont le passage bref dans le groupe à ses débuts avait marqué les esprits, et pour cause : c’est lui que l’on entend sur le légendaire Epicus Doomicus Metallicus. C’est pourtant ce qu’offre The Door To Doom : Candlemass, qui a désormais plus de trente ans d’existence au compteur, a vu les choses en grand pour ce nouvel opus. En plus de cette réunion historique, les Suédois se sont offert une apparition de Tony Iommi, le guitariste iconique de Black Sabbath, en forme d’adoubement ultime. Bref, on est en présence d’un groupe culte qui assume ce statut pour de bon, au point de quasiment s’auto-plagier en choisissant une pochette qui reprend celle d’Epicus Doomicus Metallicus presque à l’identique. The Door to Doom promet beaucoup, c’est le moins que l’on puisse dire.

Lire la suite…



Chronique   

Mörglbl – The Story Of Scott Rötti


Mörglbl. Tout est dans le nom. Pour ceux qui n’ont pas encore eu vent de la formation de jazz metal créée en 1997 et emmenée par le guitariste Christophe Godin, le bassiste Ivan Rougny et le batteur Aurelien Ouzoulias, Mörglbl est un groupe instrumental extravagant, motivé par un sens de l’humour idiot mis en valeur par une maîtrise instrumentale hors norme. 2018 était l’année des vingt ans du groupe, qui donnera lieu à un live, justement précédé de leur septième album, The Story Of Scott Rötti. Une fois n’est pas coutume, Mörglbl délivre à nouveau sa science à deux niveaux, celle des jeux de mots déconcertants et celle d’une musique hybride débridée.

Lire la suite…



Chronique   

Dream Theater – Distance Over Time


The Astonishing (2016) aura été l’album le plus ambitieux de Dream Theater, résultat d’un travail monumental, autant en musique qu’en arrangement et en écriture du concept. Seulement, s’il y a bien un album des maîtres du metal prog qui aura reçu un accueil mitigé, c’est bien celui-là ; si bien qu’ils ont dû se rattraper avec une tournée anniversaire de leur classique Images And Words (1992), plus consensuelle (et donc rentable). Les uns louaient justement le grandiose de l’album, les autres n’y voyaient rien d’autre qu’une œuvre mégalomane pompeuse et indigeste. On peut comprendre qu’après cet éprouvant cycle, Dream Theater ait voulu changer son fusil d’épaule et retrouver du confort. C’est là qu’intervient Distance Over Time.

Lire la suite…



Chronique   

Karg – Dornenvögel


Depuis l’émergence du projet Karg, en 2006, de l’esprit du chanteur d’Harakiri For The Sky, J.J. (Michael V. Wahntraum), cinq albums se sont succédé jusqu’à Dornenvögel, comme autant d’étapes au travers des recoins poussiéreux des affects de leur géniteur. Dornenvögel, assurément, ne fait pas exception, et l’œuvre est tout entière pensée comme une succession de tableaux conceptuels et allégoriques, parmi lesquels se déploient les thématiques mélancoliques les plus personnelles ; amours perdus et déchirés, perte, abandon aux drogues et expéditions au cœur des noirs abîmes de la dépression où la tentation du nihilisme et le suicide sont perpétuellement latents. Karg, en effet, est un projet solo autant que personnel. Dès sa genèse, l’album procède d’ailleurs d’un désir sensiblement paradoxal, celui de rendre audible l’indicible et, en cela, de rendre perceptible à l’auditeur ce qui ne devait être que pure expression d’une subjectivité – le flux brut et profond des sentiments – intrinsèquement incommunicable, mais sur laquelle se construit tout le projet.

Lire la suite…



Chronique   

Rotting Christ – The Heretics


Forts d’une longue et conséquente carrière de plus de trois décennies, les Grecs de Rotting Christ n’ont véritablement plus à prouver qu’ils sont maîtres en leur domaine. Pourtant, trois ans après Rituals (2016), la sortie de l’album The Heretics n’est pas sans soulever quelques interrogations légitimes. En effet, si depuis Aealo (2010) le groupe a réussi à se dépasser et se développer tout en se constituant une empreinte musicale forte et reconnaissable, le risque était grand que le groupe ne s’essouffle et ne s’enferme, comme tant d’autres, dans un pastiche de lui-même. A moins qu’il ne se perde dans des expérimentations inaccordables.

Lire la suite…



Chronique   

Soen – Lotus


Il devient de plus en plus difficile de classer Soen. Certes, Cognitive (2012) avait énormément de traits communs avec la musique de Tool, mais depuis, Tellurian (2014) et Lykaia (2017) ont démontré une grande capacité d’évolution de la part du groupe, devenant alors une référence dans la musique progressive pour cette capacité à associer des lignes extrêmement mélodiques et des rythmiques alambiquées. Tellurian et Lykaia avaient eux-mêmes leurs différences, l’un prônait une forme de complexité dans les compositions pendant que l’autre revenait à une musique moins cérébrale, sans perdre en nuances. Lotus, le quatrième album du groupe mené par le batteur Martin Lopez (ex-Opeth, ex-Amon Amarth) et le chanteur Joel Ekelöf, franchit peut-être un pallier aussi conséquent que celui qui sépare Cognitive de Tellurian. Le groupe a une nouvelle fois changé de guitariste avec l’arrivée de Cody Ford qui remplace Marcus Jidell et accorde une plus grande implication au claviériste Lars Ahlund. Motivé par une réflexion sur le chaos régnant dans notre société et le besoin de s’en sortir, Lotus est exactement l’impulsion dont avait besoin Soen pour son orientation musicale.

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Behemoth @ Lyon
    Slider
  • 1/3