ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Sólstafir poursuit le rêve


« En règle générale, je ne partage rien de ce que raconte Gummi en interview » nous disait sèchement Addi, le frontman de Sólstafir, il y a deux ans et demi au sujet du batteur et membre fondateur de la formation islandaise. On pouvait déjà sentir une prise de distance avec son compère, voire peut-être un léger malaise. Et puis il y a eu cette tournée en 2015 effectuée avec un batteur de session. Lorsque nous avions demandé à Addi juste après le concert de Lyon où était passé Gummi, le chanteur se montrait évasif, mais nous faisant bien comprendre qu’il y avait un souci avec le batteur et qu’il pourrait ne pas revenir, même si rien n’était encore acté. Finalement, le couperet tombe : Gummi est évincé du groupe et ce dernier publie un long texte expliquant son rapport conflictuel avec Addi, créant un véritable psychodrame. Le groupe n’avait jusqu’alors jamais réellement donné sa version des faits, et c’est désormais chose faite avec Addi qui revient ci-après en détail sur les raisons de cette douloureuse séparation, ainsi que l’éloignement progressif des deux hommes depuis 2010.

Mais réjouissons-nous que ces problèmes relationnels, à défaut d’être résolus sur le plan personnel, n’aient pas eu raison du groupe, car celui-ci est désormais bel et bien reparti sur des bases saines, certes avec un nouveau membre à bord, et la musique n’a, heureusement, pas pâti des tourments internes. En atteste Berdreyminn, nouvel opus du groupe, qui poursuit sur les traces du remarquable Ótta : une musique atmosphérique pleine d’émotion et de rebondissements, parfois étrangement rock n’ roll, et toujours avec cette singularité islandaise. On en parle de long en large avec Addi dans l’interview qui suit.

Lire l’interview…



Interview   

Inglorious a de la suite dans les idées


Marchant dans les pas de Whitesnake et Deep Purple, Inglorious fait partie de ces jeunes pousses qui démontrent que le classic rock n’a pas d’âge ni d’époque. De retour avec un second album, sobrement intitulé II, comme avait pu le faire Led Zeppelin en son temps à seulement un an d’écart. Inglorious en veut et ce ne sont pas les changements de line-up qui les freinent ; c’est d’ailleurs une vieille connaissance qui a fait son retour : le guitariste Drew Lowe qui avait participé à la formation du groupe en 2014 et qui reprend son poste après le renvoi de Wil Taylor.

Nous avons retrouvé le chanteur Nathan James et le bassiste Colin Parkinson à la capitale pour nous parler de tout ceci – le changement de guitariste, l’album, sa conception et les influences -, mais aussi revenir sur l’expérience de James sur les plateaux de télé-crochets, en particulier The Voice UK. Il nous donne ainsi son sentiment sur ces émissions, ses motivations et les raisons de son « échec » qui au final n’en a pas vraiment été un.

Lire l’interview…



Interview   

Tagada Jones en campagne


Toulouse. Jeudi 27 avril 2017. 19h. La météo est au beau fixe. A l’occasion de la tournée commune entre No One Is Innocent et Tagada Jones, nous avons eu l’occasion de nous entretenir avec Niko Jones, la tête pensante de Tagada Jones dans l’enceinte de la salle du Bikini à quelques heures du début du concert.

L’occasion idéale de faire un point sur le dernier album La Peste Et Le Choléra sorti en mars dernier chez At(h)ome, sur cette tournée inédite regroupant deux fleurons du rock engagé français ainsi que sur cette campagne présidentielle riche en rebondissements, puisque nous étions dans l’entre-deux tours de l’élection.

C’est un Niko Jones tout sourire qui nous reçoit dans la loge du Bikini entre deux paquets de « 3D Bugles » goût paprika…

Lire l’interview…



Interview   

Deficiency ou l’art de dépasser ses émotions


« Deficiency pousse son thrash metal mélodique dans ses derniers retranchements : la brutalité, la puissance et la technique rencontrent volontiers des sonorités bien plus fines et nuancées, » peut-on lire dans la biographie du groupe. Et il est vrai que le combo de Forbach n’hésite pas, non seulement à trouver son équilibre entre agressivité et modicité, efficacité et éléments progressifs, mais également à intégrer toutes les influences de ses membres, aussi diverses soient-elles et en toute cohérence. Il n’est finalement pas étonnant de voir le groupe rempiler avec le producteur, mais aussi chanteur-guitariste, David Potvin, connu pour son savoir faire en matière de thrash metal mélodique avec Lyzanxia. Et le résultat est à savourer dans un nouvel album, The Dawn Of Consciousness, sorti il y a quelques semaines.

Un album concept, une fois de plus, qui poursuit le cheminement de pensée initié avec l’opus précédent, The Prodigal Child. Il y est question des « émotions primitives » de l’Homme et les réactions qu’elles induiraient face à la révélation des origines de l’humanité. Mais le mieux est encore que Laurent Gisonna, chanteur-guitariste ainsi que compositeur principal de son état, explique tout ça par lui-même.

Lire l’interview…



Interview   

Dragonforce ouvre son horizon


Lorsqu’on parle de Dragonforce, à quoi pense-t-on immédiatement ? Un speed metal qui file à la vitesse de l’éclair et a fait le bonheur des aficionados de Guitar Hero. Fun pour certains, caricature du genre pour d’autres, toujours est-il qu’il y a bien une formule et un son Dragonforce. Et comme dans toute formule, le risque est de se laisser s’y enfermer. Voilà pourquoi le bassiste Frédéric Leclercq, qui avoue avoir rejoint le groupe en 2005 plus par affinité avec les personnes que la musique, profite de sa récente montée en puissance dans la composition pour tenter de « casser le moule » et apporter de la dynamique, de la respiration, à la musique du combo. Et c’est même presque une carte blanche qu’il a eu sur Reaching Into Infinity, puisqu’il est l’auteur de la quasi totalité des chansons, mais aussi de nombre des parties de guitares enregistrées.

Ainsi nous l’avons rencontré pour comprendre à la fois comment il en est arrivé à avoir ainsi la main sur l’écriture du disque, mais aussi sa démarche, ses motivations, nous répondant longuement et avec beaucoup de franchise. Tout ceci parmi tant d’autres sujets abordés.

Lire l’interview…



Interview   

Papa Roach a les crocs


Papa Roach en a marre ! Marre de céder au diktat du single, marre de tomber dans une forme de facilité. Avec Crooked Teeth, le combo californien a décidé de se remettre en question et d’essayer de retrouver cette fougue, voire une forme d’audace, qu’ils avaient pu avoir à leurs débuts. D’ailleurs, est-ce un hasard, à moins que ce soit un signe du destin, si cette année coïncide avec les vingt ans du tout premier album de la bande, le méconnu Old Friends From Young Years ? Toujours est-il que pour leur donner un coup de fouet, Papa Roach s’est adjoint les services de deux jeunes pousses inconnues de la production, Nicholas « RAS » Furlong et Colin Brittain, deux fans qui plus est de la période Infest (2000).

Nous nous sommes rencardés avec Tobin Esperance, le bassiste et compositeur principal du groupe, pour nous parler de ce nouvel élan qu’a trouvé le groupe avec ce neuvième album au fin fond d’un ghetto d’Hollywood – élan qu’ils ne lâcheront pas de sitôt puisqu’ils sont déjà à l’oeuvre pour le successeur -, n’hésitant pas à faire quelques aveux sous forme d’auto-critique.

Lire l’interview…



Interview   

L’ouragan Avatarium monte en puissance


Si l’on peut reconnaître un autre talent à Leif Edling que ceux de compositeur, parolier et génie du riff, c’est celui de savoir très bien s’entourer en dénichant de sacrés talents. Avatarium en est le symbole, formation de musiciens jusqu’alors peu voire pas du tout connus mais qui excellent chacun dans leur domaine, avec des personnalités, des sensibilités bien affirmées. Et en particulier le couple que forme la chanteuse Jennie-Ann Smith et le guitartiste Marcus Jidell. Il y a d’ailleurs des signes qui ne trompent pas, Edling, lui qui est pourtant habitué à avoir la main mise sur la création, commence à leur laisser de plus en plus de place pour s’exprimer, leur permettant notamment, cette fois-ci, avec le nouvel album Hurricanes And Halos, d’apporter deux compositions pleines de fraîcheur.

Comme nous avons déjà, à deux reprises, eu l’occasion de faire connaissance avec Jidell, c’est au cas de son épouse et chanteuse, au background jazz, soul et pop, que nous nous sommes intéressés cette fois-ci. Ainsi elle nous parle de ce troisième album et de la dynamique actuelle du groupe, mais aussi d’elle-même afin de mieux saisir son état d’esprit d’artiste.

Lire l’interview…



Interview   

Ultra Vomit : l’ultra interview surprise !


Avec chaque nouvelle année vient un album que tout le monde attend fébrilement, parfois avec un brin de défiance, de la part d’un des grands mastodontes du hard et du metal. En 2014, c’était le Rock Or Bust d’AC/DC ; en 2015, c’était The Book Of Souls d’Iron Maiden ; en 2016 c’était Hardwired…To Self-Destruct de Metallica ; et pour 2017, il ne fait aucun doute que cet album-là, c’est… Panzer Surprise d’Ultra Vomit ! Non ?

Objectif : Thunes n’est-il pas devenu une, si ce n’est LA, pierre angulaire du metal humoristique ? Un album ayant fait des milliers et des milliers d’adeptes qui, neuf ans après, sont encore là à chanter à tue tête et se fendre la poire sur des hymnes tels que « Quand J’Etais Petit », « Mechanical Chiwawa » ou autres « Boulangerie Pâtisserie ». Eh oui, neuf ans ! Une attente interminable qui aura mis les fans sur les nerfs, devenus chèvre à force d’aboyer sur « Canidal Corpse ». Il était donc temps que les quatre sale gosses reviennent avec une nouvelle salve de parodies zinzins et autres vannes affligeantes de bassesses.

Nous avons pu rencontrer le quatuor au complet, à quelques heures de monter sur scène au Transbordeur de Villeurbanne, lors de leur petite sauterie en compagnie de Tagada Jones et No One Is Innocent. Un entretien à la bonne franquette mais non moins enrichissant, où on comprend vite que l’art d’Ultra Vomit est un savoureux mélange de bêtise et de génie, et que ça, non seulement ce n’est pas donné à tout le monde mais, en plus, ça nécessite un certain temps de maturation.

Lire l’interview…



Interview   

Grit dépoussière le rock


Grit est un quatuor français qui débarque, cette année, avec trois EPs, regroupés ensuite dans un album qui verra le jour en septembre. Un quatuor français qui en veut ! Le groupe, qui a pour marque de fabrique le mélange des genres et l’indépendance dans tous les sens du terme, a cette indéfectible envie d’aller de l’avant, à la rencontre du public, et de montrer de quoi ils sont capables.

A l’aube de la sortie de la première partie du triptyque – Chapter I: The Tale Of Gary Goodmann -, nous avions rencontré les membres de Grit pour évoquer ces premiers pas et les suivants. A quelques semaines de la sortie du deuxième volet – Chapter II: Family Tree -, retour sur cet entretien réalisé en marge de la release party que tenait le groupe dans une petite salle parisienne.

Lire l’interview…



Interview   

The Night Flight Orchestra : voyage à travers l’espace-temps


Quel plaisir de voir The Night Flight Orchestra maintenir le tempo en donnant, deux ans après, un successeur au jouissif Skyline Whispers. Mais la vérité est que ce plaisir est d’abord dans leur camp. Que cette musique soit un prétexte pour faire la fiesta ou qu’elle en soit la simple conséquence, elle a assurément, pour eux, quelque chose de libérateur. Elle est même devenue une source d’équilibre pour le chanteur Björn « Speed » Strid qui, en laissant son côté lumineux s’y exprimer librement, permet à son côté obscur de s’épanouir dans Soilwork. Toute l’histoire du yin et du yang.

Mais cet album, Amber Galactic, c’est avant tout une histoire d’amour, celle pour une époque bien précise – de 77 à 83 -, celle pour la science fiction rétro, celle pour les femmes, celle pour tout ce qui est inutile et donc indispensable… Nous nous sommes donc, une fois de plus, longuement entretenus avec Björn pour discuter de cette belle virée entre potes. L’occasion également à la fin de faire un petit point sur Soilwork.

Lire l’interview…



  • Arrow
    Arrow
    Uli Jon Roth @ Paris
    Slider
  • 1/3