ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Orphaned Land sort de la caverne


Kobi Farhi en a marre, et nous le fait savoir ! Le chanteur d’Orphaned Land peste depuis plus de 25 ans contre les gouvernements, contre les puissants, ceux qui magouillent pour maintenir l’oligarchie et préserver leurs intérêts individuels. Mais cette fois, avec le nouvel album Unsung Prophets And Dead Messiahs, son courroux s’adresse directement à nous, le peuple. Nous qui nous laissons abuser, par paresse intellectuelle ou simplement par habitude. Nous qui savons qui est Kim Kardashian mais ignorons que des milliers d’enfants sont enlevés chaque année à leur famille en Inde.

Par le biais d’un album concept puissant et mélodique d’un metal progressif qui transcende les genres, Orphaned Land rend hommage à ceux qui ont lutté pour la liberté de penser (et on ne parle pas de Florent Pagny). Avec nous, passionnément, Kobi Farhi revient sur ce sujet qui lui tient à cœur, à l’instar d’autres sujets politico-sociétaux abordés (la politique d’Israël, son pays, ou le terrorisme islamique), et sur la conception de ce nouveau disque, son line-up, une légende du rock progressif dénommée Steve Hackett parmi les invités…

Lire l’interview…



Interview   

Emptiness : l’art du paradoxe


Avec Nothing But The Whole puis Not For Music, sorti chez Season Of Mist l’année dernière, les Belges d’Emptiness semblent avoir trouvé leur voie : gardant des éléments de leurs débuts black/death, ils y ont adjoint des passages atmosphériques et des tonalités gothiques avec une grande liberté et l’intention affichée de dérouter l’auditeur. Si Nothing But The Whole avait tapé dans l’œil de nombreux fans, dont le légendaire Jeordie White, plus connu sous le nom de Twiggy Ramirez (ex-Nine Inch Nails, Marilyn Manson et A Perfect Circle), au point que c’est lui qui aura été aux manettes de Not For Music, ce dernier album leur aura rapporté un public encore plus large et plus varié.

C’est avant un concert d’Emptiness à l’Effenaar à Eindhoven en compagnie de Terzij De Horde et Bathsheba que nous avec discuté de tout cela avec Jeremie, Peter et Jonas, sur fond de vocalises du groupe de reprises de Queen qui se produisait dans la salle d’à côté. Nous sommes revenus avec eux sur la genèse de Not For Music, leur conception de leur musique, du live et de l’obscurité.

Lire l’interview…



Interview   

Andy James & Angel Vivaldi en synergie


Voir Andy James et Angel Vivaldi en live n’est pas chose facile. En effet, ces deux shredders qui pratiquent du metal instrumental de haute voltige sont plutôt des habitués de YouTube et autres réseaux sociaux, ou de cliniques lors de salons pour promouvoir les marques avec lesquels ils travaillent.

Leur passage au Warmaudio de Décines, le 16 octobre 2017, était donc une chance de les voir jouer live leurs morceaux accompagnés d’autres musiciens, mais aussi de pouvoir leur poser quelques questions sur leur manière très différente de composer, leur opinion sur le G3 mené par un certain Joe Satriani et qui passera par la France l’année prochaine, mais aussi et surtout de savoir qui est le meilleur !

Lire l’interview…



Interview   

Machine Head vise toujours plus grand


Pendant des années on a pu les voir partout, à l’affiche des plus grands événements metal dans le monde : Machine Head a écumé les scènes et occupé les charts avec des disques toujours plus énervés. En 2018, le groupe prend un virage avec Catharsis, un album plus nuancé, mais aussi à la fois dense et constitué de chansons plus concises, qui s’accompagnera d’une nouvelle tournée sur le concept « une soirée avec Machine Head », le groupe campant sur sa décision de ne plus faire de festival.

L’occasion pour l’iconique chanteur-guitariste de Machine Head, dans sa sempiternelle quête de perfection, de pousser davantage son expression vocale, en particulier mélodique. Un disque épique que le frontman compare volontiers à un blockbuster d’héroïc fantasy. A l’occasion de la sortie de Catharsis, Robb Flynn nous raconte sans langue de bois, et non sans fierté (ou orgueil, c’est selon), ce nouveau projet, qu’il veut « plus grand que Machine Head ».

Lire l’interview…



Interview   

Corrosion Of Conformity : les retrouvailles


Si Corrosion Of Conformity n’a certainement pas démérité ces dernières années en trio pendant que le frontman Pepper Keenan faisait carrière dans le super groupe Down, il est également évident que ce dernier symbolise l’âge d’or du combo avec des perles telles que Deliverance (1994) ou Wiseblood (1996). On peut donc aisément comprendre l’impatience des fans de revoir Keenan compléter le combo. Douze ans que celui-ci n’avait pas chanté et joué sur un album de Corrosion Of Conformity, dix-sept ans même que le line-up dit « classique » n’avait pas œuvré ensemble pour produire de nouvelles chansons, et déjà en 2012 Keenan et le batteur Reed Mullin évoquaient dans nos colonnes la possibilité d’un retour, mais tout vient à point à qui sait attendre.

No Cross No Crown arrive dans les bacs dans quelques jours et ne devrait pas avoir de mal à contenter les fans, quand bien même le groupe, fidèle à son patronyme, ne se conforme à rien d’autre que ses propres désirs. Nous avons joint le toujours aussi jovial Mullin pour nous expliquer tout le cheminement qui a conduit à cet album, ainsi que la place de Keenan dans le groupe, en passant par de nombreux détours historiques éclairants.

Lire l’interview…



Interview   

The Walking Dead Orchestra : le retour de l’architecte



La région Rhone-Alpes, et en particulier la ville de Grenoble, bouge assurément en terme de metal. Les death metalleux de The Walking Dead Orchestra font partie de ce vivier de groupes bosseurs et proposant un projet avec une vraie vision artistique. C’est d’ailleurs en partie pourquoi ils sont revenus avec Resurrect quatre ans après leur premier album : plus encore que travailler le projet, il s’agissait d’arriver à un résultat en phase avec leurs ambitions et idées. The Walking Dead Orchestra ne se contente pas de délivrer des albums mais une sorte de feuilleton ou comic-book sci-fi audio, où l’on voit évoluer le personnage qu’ils ont imaginé, l’Architecte, d’un album à l’autre.

Cédric Ciulli, batteur et membre fondateur du combo, nous explique ci-après la démarche qui a été la leur pour ce second disque, entre une envie d’honorer les fondamentaux du death metal et celle de peaufiner les arrangements, en passant par l’auto-production et le processus d’apprentissage qui en a découlé. Le concept développé par le groupe est, par ailleurs, une bonne occasion de discuter science fiction, autant les vertus de ce genre narratif que leur amour de celui-ci.

Lire l’interview…



Interview   

Avatar ouvre les portes de son royaume


Avis à la populace : une délégation du pays d’Avatar, terre de heavy metal, sera en visite officielle dans toute l’Europe en 2018. Au programme de la visite, des festivités pour célébrer le roi d’Avatar Country, sa légende et sa grandeur. Aux commandes de ce spectacle made in Sweden, le groupe nordique Avatar qui opère un virage à 180° après son album Feathers & Flesh. Avec des constantes toutefois, notamment une théâtralité exubérante incarnée entre autres par un Johannes Eckerström, clown grimé en « monsieur Loyal ».

Rencontre avec le chanteur et avec Jonas « Kungen » Jarlsby, membre fondateur d’Avatar qui chausse pour l’occasion la couronne royale d’Avatar Country.

Lire l’interview…



Interview   

Hogjaw ne perd pas le sud


Le rock sudiste, ça vous parle ? Les grands espaces, la forêt, les marais, et puis les guitares, les chants, les copains, la famille, la pêche… C’est tout cela qui est à la fête avec Hogjaw.

Les quatre gaillards d’Arizona nous régalent d’un nouvel album, Way Down Yonder. Ils y célèbrent les petits bonheurs simples de la vie mais qu’on a malheureusement parfois tendance à négliger, comme les barbecue entre amis et la pêche, bien sûr. Un langage universel qui rassemble les fans un peu partout dans le monde.

Jonboat Jones et Jimmy Rose nous parlent de leur nouveau disque, leur état d’esprit et la recherche vocale qui caractérise cet album et le démarque des précédents, et pourtant un album qui reste tellement « du sud ».

Lire l’interview…



Interview   

Watain : vingt ans à nourrir le feu


Rien ne semble pouvoir freiner les Suédois de Watain : depuis leurs débuts il y a vingt ans, le succès du trio infernal n’a cessé de prendre de l’ampleur, jusqu’à dépasser les limites du seul monde du black metal. Le tout en s’autorisant toutes les expérimentations possibles, lorgnant volontiers du côté du rock le plus accrocheur, et sans jamais édulcorer son message, un satanisme théiste à la Dissection clairement revendiqué. Plus que tout autre groupe, il incarne les fantasmes qui tournent autour du black metal : est-ce de l’art ou du (sang de) cochon ? Pour Erik Danielsson, le leader du trio, la question ne se pose même pas : Watain est une entité dotée d’une volonté propre, incorruptible, comme le prouve un Trident Wolf Eclipse brutal et sans compromis.

Avec lui, nous sommes revenus sur la genèse de cet album qui en dépit de l’urgence qui en émane, s’est un peu fait attendre, mais aussi sur le parcours accompli par le groupe, qui fêtera en 2018 ses 20 ans. Réfléchi, ne perdant jamais une occasion d’emprunter les fanfaronnades de son personnage de scène mais pouvant aussi faire preuve de sensibilité et d’une certaine mélancolie, il nous parle de son parcours, de la trajectoire du groupe, de perte et d’espoirs déçus, et surtout, encore et toujours, de ce qu’est Watain.

Lire l’interview…



Interview   

Shining : le loup et son châtiment


Kvarforth fait du Kvarforth. Dès les premiers instants du dixième album de Shining, intitulé Varg Utan Flock, on reconnait la fibre artistique noire, violente mais aussi à fleur de peau de l’entité extrême, parfois proche de l’œuvre culte Halmstad, qui fête cette année ses dix ans. « Je n’appelle pas ça se répéter, j’appelle ça perfectionner mon art », nous précise le frontman dans l’entretien qui suit.

Car là où Kvarforth reste fidèle à lui-même, c’est aussi dans ses interviews – quoi que cette fois il nous précisera : « Je suis désolé si je peux paraître arrogant, tu ne m’as pas dans un bon moment ». Cash, provoquant, immoral voire choquant mais aussi intelligent, si bien qu’on ne sait jamais très bien sur quel pied danser. Ainsi il nous parle de ce nouveau disque, le contexte de sa création, ainsi que son honnêteté artistique, qu’il oppose au reste de la scène metal qu’il juge « très malhonnête ». Ceci parmi de nombreux autres sujets abordés au cours d’une longue discussion, allant de son amitié avec un cannibale jusqu’à chanter les louanges de la scène rap française…

Lire l’interview…



  • Arrow
    Arrow
    Trust @ Villeurbanne
    Slider
  • 1/3