ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Trivium : l’art, le collectif, la discipline


En 1999, Matt Heafy fondait Trivium, rejoint quelques années plus tard par Corey Beaulieu et Paolo Gregoletto qui resteront jusqu’à ce jour ses complices. Mais, à en croire le frontman, il a fallu presque vingt ans à Trivium pour réellement se trouver, suite à l’album The Sin And The Sentence (2017) et maintenant What The Dead Men Say. Entre-temps, le groupe est passé par diverses phases de remises en question, celle de l’après-Ascendancy (2005), par exemple, son inébranlable succès initial, ou bien celle où Matt Heafy a dû se reconstruire vocalement après s’être brisé les cordes vocales, donnant naissance à Silence In The Snow (2015).

Ayant trouvé en la personne du batteur Alex Bent le « chaînon » manquant et s’imposant une discipline quasi militaire, Trivium semble bel et bien entré dans une nouvelle ère. Une ère de confiance totale en cette constellation de quatre musiciens et en son art ; une ère de synthèse où Trivium met dans sa musique tout ce qu’il est et tout ce qu’il aime.

Dans l’entretien qui suit, Matt Heafy nous explique pourquoi Trivium est prêt comme il ne l’a jamais été, revenant à la fois sur l’alchimie qui règne dans le groupe sous sa forme actuelle et sur les bénéfices de la discipline qu’il s’impose au quotidien. Trivium venant de passer la barre symbolique des vingt ans, c’était également l’occasion de faire un petit bilan.

Lire l’interview…



Interview   

Katatonia : une étincelle dans le noir


En décembre 2017, à l’issue de la tournée en soutient de l’album The Fall Of Hearts, Katatonia annonçait faire une pause « de courte durée » pour « prendre le temps de réévaluer ce que le futur peut réserver au groupe ». Le chanteur Jonas Renkse et le guitariste Anders Nyström ont formé le groupe il y a bientôt trente ans alors qu’ils étaient adolescents. Ils n’ont donc connu que ça : on peut comprendre qu’arrive un moment où une prise de recul est nécessaire pour savoir si oui ou non, la flamme est toujours présente.

La réponse s’est vite imposée au groupe, comme une évidence : oui. A vrai dire, dans le cas de Jonas Renkse, la pause n’a été que partielle, puisqu’il n’a jamais cessé de composer, permettant à Katatonia de revenir cette année avec un onzième album, City Burials. Si celui-ci s’inscrit dans l’ère du « Dead End King » débutée en 2012, il n’en apporte pas moins sa propre pierre à l’édifice discographique de Katatonia avec quelques surprises et une belle diversité musicale, sous le signe du souvenir et de la nostalgie.

Nous nous sommes entretenus avec Jonas Renkse pour qu’il nous parle de tout cela.

Lire l’interview…



Interview   

Conception : un talent qui ne trompe pas


Qu’est-ce qui fait qu’une alchimie née d’un groupe de musiciens perdure dans le temps ? Difficile de répondre à cette question, mais c’est assurément ce qui est arrivé à Conception, et en particulier à son équipe de compositeurs principaux, constituée du guitariste Tore Østby et du chanteur Roy Khan. C’est ce qu’a démontré l’EP My Dark Symphony il y a un an et demi et ce que démontre aujourd’hui State Of Deception, composé lors des mêmes sessions. Vingt-trois ans se sont écoulés depuis Flow, leur précédent album, et pourtant Conception sonne toujours aussi frais et pertinent, tirant profit des années d’expérience de chacun pour proposer un metal progressif, expressif, mature.

Le leitmotiv Conception : transmettre de l’émotion et faire tomber les barrières entre eux et leurs fans. Voilà pourquoi le combo norvégien est désormais à cent pour cent indépendant, que ce soit avec son propre label Conception Sound Factory ou en gérant son propre système de financement participatif, après les problèmes dus à la faillite de Pledge Music.

Après notre titre à titre de l’album, retrouvez ci-après nos échanges avec Tore Østby et Roy Khan. Une interview qui, à bien des égards, vient en complément de celle publiée en décembre 2018 pour marquer le retour de Conception.

Lire l’interview…



Interview    News Express   

Le Live Instagram avec Shawter (DAGOBA) est disponible en streaming


Le chanteur de DAGOBA Shawter était en direct sur le compte Instagram de Radio Metal vendredi 3 avril 2020. En préparation de cet entretien vidéo interactif, vous avez pu nous envoyer vos questions via la story officielle de Radio Metal. En savoir plus…



Interview   

Enter Shikari explore le champ des possibles


Le nouvel album d’Enter Shikari se nomme Nothing Is True & Everything Is Possible. Cela aurait pu être un extrait ou même un titre d’un discours de motivation donné par un coach sportif ou un entrepreneur en informatique lors d’une conférence. Mais à l’heure actuelle – qui plus est à l’heure de la pandémie et du confinement –, on n’est plus si excité que ça par le champ des possibles. L’excitation a laissé la place à la peur de l’inconnu. Roughton « Rou » Reynolds exprime à travers cet album son inquiétude vis-à-vis d’un retour en puissance du nationalisme, de la dégradation de l’environnement et, plus généralement, de l’homme, qui semble bien vite oublier ses erreurs du passé.

Côté musique, le mot d’ordre était simple : que cet album soit celui qu’on fait écouter à celui qui veut découvrir le groupe. On en parle avec le frontman dans cette interview et on évoque « l’agilité musicale » d’Enter Shikari qui touche autant au rock qu’à l’électro, et s’inspire notamment des artistes de musique classique qui ont le plus cassé les codes et modernisé la musique.

Lire l’interview…



Interview   

Carcariass sort du chaos


D’un point de vue extérieur, on pourrait trouver que la carrière de Carcariass est hachée. Carcariass, c’est un de ces groupes comme on en connaît beaucoup, à la carrière longue, respectée par le public et la presse mais qui ne fait pas vivre ses membres. Il est donc naturellement plus impacté qu’un projet à plein temps par les étapes de la vie, liées au travail, la famille, etc. Pourtant, malgré une période sans concert et une autre sans album, le groupe ne s’est jamais véritablement arrêté de travailler et n’a jamais envisagé de mettre fin à son existence. Son histoire a continué de s’écrire, plus lentement, à distance.

Carcariass ne se reforme pas, il est juste de retour. Et c’est dix ans plus tard que Planet Chaos, le nouvel album, succède à E-xtinction. Entre-temps, si le fond – un death technique très porté sur la mélodie et aux textes décomplexés – demeure, le groupe et ses membres ont forcément évolué. Déjà, d’un point de vue purement concret, le chanteur Jérôme Thomas a intégré le projet et délesté le bassiste Raphaël Couturier de ce rôle. C’est d’ailleurs à ce dernier que nous avons voulu demander, comme à un vieux pote qu’on retrouve après dix ans : « Alors, Carcariass, qu’est-ce que tu deviens ? » Et il nous répond avec une grande modestie, notamment en mettant l’accent sur le rôle crucial du guitariste Pascal Lanquetin dans le projet.

Lire l’interview…



Interview    News Express   

Le Live Instagram avec Manard (ULTRA VOMIT) est disponible en streaming


Le batteur d’ULTRA VOMIT Manard était en direct sur le compte Instagram de Radio Metal vendredi 10 avril 2020 à 17H. En préparation de cet entretien vidéo interactif, vous avez pu nous envoyer vos questions via la story officielle de Radio Metal. En savoir plus…



Interview   

Plongée dans le cosmos de Dark Fortress


Tout comme le cosmos que le chanteur Morean aime évoquer dans ses textes, le temps séparant les albums de Dark Fortress est en constante expansion. La faute à ce qui, paradoxalement, fait la force du groupe : ses membres dont les savoir-faire respectifs sont très demandés. Six ans se sont donc écoulés depuis Venereal Dawn pour aboutir à un huitième album, Spectres From The Old World, ce qui fait dire au guitariste-compositeur V. Santura que ce pourrait être le dernier, tant cela devient de plus en plus difficile de mettre le processus de studio en branle.

Pourtant, l’inspiration est loin d’être tarie : c’est à peine un an après la sortie de Venereal Dawn que V. Santura a connu un épisode créatif intense pendant lequel une bonne moitié des chansons de l’album lui sont venues. Des chansons qui embrassent un black metal plus abrasif et glacial en écho à certains albums passés du groupe. Mais c’était sans compter sur une seconde session créative qui, deux ans plus tard, est venue enrichir et compléter le recueil d’élans plus épiques et progressifs.

Dans l’entretien ci-après, V. Santura revient en détail sur la genèse de Spectres From The Old World, depuis son étincelle initiale jusqu’à la production, le mixage et le mastering qu’il a intégralement géré lui-même en tant qu’ingénieur-producteur de renom, évoquant toutes les difficultés qui se sont dressées sur leur chemin. On en profite également pour parler de sa vision du black metal et de ses autres projets, comme le Requiem de Triptykon ou son nouveau groupe grungy Rootbrain.

Lire l’interview…



Interview   

Oranssi Pazuzu ouvre les portes de la perception


Black metal, space rock, electro, musique minimaliste et rock progressif : la musique d’Oranssi Pazuzu brasse large et n’est à nulle autre pareille. Värähtelijä, en 2016, avait bousculé le petit monde du metal extrême avec ses hurlements possédés, ses envolées cosmiques et ses boucles hypnotiques ; quatre ans plus tard, on n’en attend pas moins de Mestarin Kynsi, le cinquième album des Finlandais, qui sort ce mois-ci chez Nuclear Blast. Toujours aussi singulier, se nourrissant des dernières expérimentations en date des musiciens – le Waste Of Space Orchestra, par exemple, où ils s’étaient ligués avec leurs camarades de Dark Buddha Rising le temps d’une performance live et d’un album –, c’est encore une fois un voyage spectaculaire dans les tréfonds de l’inconscient.

Pour voir plus clair dans ce tourbillon obscur, on a discuté avec Jun-His, vocaliste et guitariste du groupe, qui est revenu sur la genèse et le concept du disque. En éclaircissant sa démarche artistique au passage : « Nous avons essayé de faire en sorte que ça vous aspire, que vous soyez obligé de suivre un chemin et voir ce qui se passe autour de vous. » Parés au décollage ?

Lire l’interview…



Interview   

Me And That Man : le gang de Nergal


En 2017, Adam Darski alias Nergal, surprenait tout le monde en sortant Songs Of Love And Death, premier album de son projet folk/blues/country à des années-lumière du black-death metal qui a fait sa réputation avec Behemoth. Un an plus tard, patatras ! Le duo qu’il formait avec son complice John Porter volait en éclats, celui-ci quittant le projet, les deux hommes ne pouvant plus se supporter. Qu’allait bien pouvoir devenir ce groupe fondé sur l’idée de binôme, sans son « me » ou sont « that man » ?

C’est finalement avec une refonte complète de Me And That Man que Nergal revient aujourd’hui et un nouvel album, New Man, New Songs, Same Shit, Vol. 1, qui démontre que l’homme est loin d’être à court d’idées puisque, comme le nom de l’opus l’indique, un second volume est déjà en préparation en parallèle d’un nouvel album de Behemoth. Cette fois-ci, l’idée de la collaboration a été largement étendue. Plus qu’un groupe, Me And That Man devient un projet collectif, chapeauté par Nergal, entre de multiples personnalités de la scène metal.

Nous nous sommes entretenus avec le principal intéressé pour qu’il nous explique tout ça.

Lire l’interview…



  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3