ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

En Tournée Avec    Live Report   

Acyl : Humainement authentique et traditionnel


Découvert en première partie de 6:33 ou de Ihsahn, Acyl et son metal original empreint de cette patte orientale qui évite toutefois la case « vulgaire folklore », revient en tête d’affiche à la Boule Noire. Leurs atours étranges faits de drôles d’instruments, de pas de danse et de grosses guitares nous avaient séduits. Intrigués par un parti pris d’ouverture dans une époque qui se referme, il nous fallait creuser, comprendre, vous apporter la lumière sur cette étrange formation dont les racines plongent dans les terres méditerranéennes du Maghreb et plus précisément de l’Algérie. Nous avons donc passé la journée avec eux pour en savoir plus.

Rendez-vous est pris en début d’après-midi. Les préparatifs en sont à leur tout début. Michaël installe sa batterie, seul pour l’instant. Amine, Reda et Abder arrivent vers 14H et nous faisons les présentations dans les loges, assez spacieuses, avec une salle commune au plafond décoré d’affiche de concerts, deux pièces plus petites avec des canapés dont une nous servira pour l’interview. Une mezzanine offre deux douches et un frigidaire complète l’installation.

Lire la suite…



Live Report   

Amenra, plus près de toi


Un an après la sortie de Mass VI, le nom d’Amenra s’est glissé dans de nombreuses bouches et magazines, dépassant le public de néophytes du sludge et du post-hardcore. Il faut dire que ce dernier opus a largement été acclamé par la presse et s’est souvent vu propulser sur le podium des meilleurs albums de l’année 2017. La réputation du groupe est donc à son paroxysme et l’importance connue que le combo accorde à la scène avait largement de quoi amener les masses (sans mauvais jeu de mots). C’est ainsi que les Belges ont eu l’honneur d’être programmés au Transbordeur à Lyon le 2 octobre dernier, preuve que les musiciens ont dépassé le stade des salles confidentielles pour atteindre une audience bien plus large.

Les adeptes de post-metal en tout genre ont donc été servis par un plateau de haute qualité puisque les Lyonnais de Celeste, qui ouvraient pour Alcest à Paris quelques jours auparavant, ont joué à domicile pour répandre leur sludge/post-black pessimiste à ceux qui ne les connaissaient pas encore. Plus méconnus en France, ce sont les Polonais d’Obscure Sphinx qui ont ouvert toute la tournée hexagonale d’Amenra et qui ont cette charge pour cette même cérémonie automnale… Le ton est donné avec une telle affiche : le public de ce soir n’est clairement pas venu pour prendre une dose d’optimisme.

Lire la suite…



Live Report   

Ghost ou la résurrection du Fantôme de l’Opéra


Que l’on aime ou que l’on déteste, Ghost fait partie de ces groupes qui ne laissent pas indifférent, ni humainement ni musicalement parlant. Son leader Tobias Forge, avec son approche originale du monde du show business et sa manière élégante d’envoyer promener les râleurs en sortant un album aux teintes pop plus prononcées, est devenu un personnage clé du metal d’aujourd’hui. Prequelle, le nouvel album de Ghost sorti en juin dernier, a été annoncé à grand renfort de teasers sur les réseaux sociaux. Véritables petits films où l’on apprend par une bonne sœur d’un certain âge (Sister Imperator) et par un très vieil évêque (Papa Nihil) que Papa Emeritus III est mort et qu’il faut lui trouver un remplaçant d’urgence afin de continuer l’œuvre du Clergé Fantôme, à savoir répandre leur « bonnes paroles » sur Terre. C’est comme cela que nous est présenté le nouveau leader de Ghost, le Cardinal Copia.

A Pale Tour Named Death, la tournée entamée par le groupe aux Etats-Unis pour promouvoir Prequelle, les mène jusqu’en Angleterre. Ghost au Royal Albert Hall, voici une affiche qui fait saliver. Le groupe du moment qui fait le buzz dans un lieu plus que mythique : n’en jetez plus, la messe est dite ! Un bon moyen également pour notre équipe de faire le parallèle avec le show de la Hard Rock Session de Colmar auquel nous avions pu assister quelques semaines auparavant.

Lire la suite…



Live Report   

Halestorm : Explosif !


Halestorm, formation américaine de rock à tendance musclée, créée par deux tous jeunes adolescents avant les années 2000, a grandi. Néanmoins, la musique est toujours active comme en attestent cette date à La Cigale et Vicious, son nouvel album sorti en juillet dernier. Ce dernier contenant quelques titres qui devraient exploser sur scène comme « Black Vultures », « Uncomfortable » ou encore « Killing Ourselves To Live ». Lzzy Hale et sa bande réussiront-ils à les magnifier ce soir ? Réponse attendue après la prestation de Devilskin, formation néo-zélandaise que les Américains amènent dans leurs valises. Devilskin existe depuis 2010, a sorti deux albums et dispose de moyens très confortables pour une première partie entre le temps de jeu alloué et les effets scéniques possibles.

En effet, dire que Devilskin aura été bien traité relève de l’euphémisme : en dehors de certaines premières parties au Zénith ou à l’AccorHotels Arena, peu de groupes ouvrant pour une tête d’affiche bénéficient d’un son aussi correct, de lumières nombreuses – et même d’un canon à fumée -, d’un habillage de scène complet avec tenture au fond et bannières sur les côtés de la batterie à leur effigie… et surtout d’une heure de temps de jeu ! Les Néo-zélandais avaient toutes les chances de leur côté et l’on pouvait même se demander si Halestorm ne prenait pas un trop gros risque à si bien traiter sa première partie.

Lire la suite…



Live Report   

Myles Kennedy : la classe, en tous lieux et en toutes circonstances


C’est presque devenu superflu de présenter Myles Kennedy, chanteur d’Alter Bridge et du projet solo de Slash, Slash Featuring Myles Kennedy And The Conspirators. Le guitariste-chanteur a révélé une facette plus intime de son talent musical cette année avec la sortie de son premier album solo, intitulé Year Of The Tiger. L’artiste s’est volontairement éloigné de ce qu’il propose habituellement dans ses autres formations, à savoir un hard-rock plutôt traditionnel et soigneux. Year Of The Tiger l’associe en revanche davantage au blues, à un rock plus ténu teinté de folk.

Myles a entrepris une tournée européenne, parfois accompagné du jeune guitariste français de Blues Pills Dorian Sorriaux présentant lui aussi son premier album solo aux teintes folk paru cette année, Hungry Ghost. L’occasion de revenir sur deux excellents concerts où nous étions présents : le 12 juillet au Rockhal au Luxembourg et au Cabaret Sauvage à Paris, le 26 juillet.

Lire la suite…



Live Report   

Ozzy Osbourne : une folie bien habillée


Black Sabbath ayant à peine mis un terme à son épopée, son légendaire chanteur réactive sa carrière solo avec une tournée No More Tours 2 qui pose ses valises en tête d’affiche de l’édition française du Download. Cette tournée est là pour célébrer, selon Ozzy lui-même, cinq décennies du Prince des Ténèbres ! Quand on sait les pépites que toutes ces années ont produites, on ne peut que se réjouir d’en profiter sur scène… si le Madman est en voix bien sûr.

Et cerise sur ce déjà beau gâteau, Zakk Wylde revient aux affaires six-cordistes. Quelqu’un pour s’en plaindre ? Non ? Alors, venez hurler à la lune sur la Base Aérienne 217 ! Vous ne devriez pas regretter le déplacement…Ozzy reste une légende tout de même !

Lire la suite…



Live Report   

Scorpions : Une piqûre en pointillés


29 Février 1984, les Scorpions, avec en première partie les Mama’s Boys, inaugurent ce qui s’appelle alors le Palais Omnisport Paris Bercy, le POPB devenu désormais Accorhotels Arena. A cette époque, les allemands surfaient sur leur album Love At First Sting et conquéraient la planète.

Le temps a passé, l’histoire du groupe s’est logiquement enrichie (mouvements de personnel, faux adieux, retour), sa discographie aussi (leurs récentes productions n’atteignant pas forcément la classe des opus passés) et les allemands se présentent une nouvelle fois dans l’arène de l’Est parisien dans le cadre de leur Crazy World Tour. Toujours aussi piquante, l’arachnide teutone ? Au moins suscite-t-elle assez d’intérêt pour remplir très honnêtement la salle parisienne. Les anglais de Slydigs qui ouvrent pour leurs aînés ne devraient pas s’en plaindre.

Lire la suite…



Live Report   

Plini amène de la légèreté


Malgré la pluie insidieuse qui tombe sur Paris en cette soirée de juin, mélomanes et musiciens s’assemblent en nombre devant le Petit Bain. A quelques minutes de l’ouverture des portes, une longue file s’étire sur les quais, la salle sera comble ce soir, rien d’étonnant au vu du succès croissant de Plini qui vient nous présenter l’album très applaudi Handmade Cities.

Pas de circle pit ou de wall of death attendus ce soir, la foule des metalheads et autres amateurs de musique de qualité se rassemblent au Petit Bain pour une expérience musicale intense, bien qu’assez contemplative et atmosphérique. Guitares et prog sont clairement à l’honneur, et si la barre s’avère placée très haut, les attentes du public sont au moins aussi élevées. C’est au quintet de rock progressif Arch Echo d’ouvrir le show. Aussi serrés sur la scène du Petit Bain que l’assistance dans la salle presque saturée, les musiciens de ce jeune groupe fondé en 2016 ne tardent pas à distiller une atmosphère chaleureuse et à transmettre au public une belle énergie.

Lire la suite…



Live Report   

L7 : Retour râlant


Les filles de L7 annoncent la couleur avec le titre de leur nouveau morceau, « I Came Back To Bitch » : elles sont revenues pour râler. Mais aussi, comme le précise Donita Sparks en interview, pour proposer des prestations plus sérieuses, solides et puissantes. Ambitions louables pour un groupe qui revient sur le devant de la scène après quelques temps d’inactivité. Deux nouveaux titres les accompagnent actuellement dans ce retour, « I Came Back To Bitch » donc, et le politisé « Dispatch From Mar-A-Lago » inspiré par Donald Trump. Les filles bénéficient par ailleurs d’un répertoire existant contenant quelques brûlots.

Avant de vérifier la solidité et la puissance de la prestation des Américaines, intéressons-nous à Black Moth, formation anglaise, qui ouvre le bal ce soir et dont le dernier disque, Anatomical Venus, est sorti en février dernier. Une naissance au début des années 2010, deux filles, trois garçons, trois albums à classer plutôt côté stoner, voilà pour un bref aperçu de leur histoire. Le reste est à découvrir sur scène, là, tout de suite. Ouvrez donc vos oreilles, le son de ce soir, porté par une majorité de femmes, devrait leur faire du bien si elles apprécient ce qui râpe.

Lire la suite…



Live Report   

A Perfect Circle : poésie et volupté


Quatorze ans ont passé depuis le dernier concert d’A Perfect Circle à Paris. Avec Eat The Elephant, le groupe est enfin de retour en studio et sur scène. Et après être passé par Clisson pour une prestation hypnotique de nuit lors du Hellfest, le groupe nous fait tout de même le cadeau de venir en salle. Cet Olympia fut d’ailleurs complet en quelques minutes, preuve que la formation américaine a eu raison de ne pas douter de la motivation des fans. Il faut dire que, depuis 2004 et l’album eMOTIVe, ces derniers ont reçu très peu de nouvelles de sa part. Billy Howerdel ayant été occupé avec son projet Ashes Divide, même si, évidemment, Maynard James Keenan (chant) avait de son côté un vrai emploi du temps de ministre entre Puscifer et Tool.

Pour accompagner cette tournée en salle, on retrouve les Anglais de Black Peaks. Un groupe que l’on verra également fin octobre au Gibus de Paris. La joie des membres de se produire sur cette date n’est absolument pas dissimulée. Car il s’agit ici de la dernière date en salle de la tournée, et le groupe semble très heureux que cela se finisse à Paris, comme nous le dira le chanteur. Musicalement, la formation propose une subtile alliance entre rock progressif et mathcore.

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Sons Of Apollo @ Lyon
    Slider
  • 1/3