ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

Disturbed s’adresse aux consciences avec bienveillance


Partage. C’est sans doute l’un des mots qui prédominent lorsque l’on pense aux concerts de Skindred et Disturbed. Même si l’on pourrait également rajouter entre autres « énergie », « joie », « interactions » dans le panier des idées clés. Ces termes, les fidèles lecteurs de live reports en tous genres ont pour habitude de les retrouver concernant bien des artistes différents… Mais c’est justement quand ce dynamisme scénique des artistes est partagé avec une personnalité unique et affirmée qu’il devient, in fine, intéressant à décortiquer.

Les Gallois de Skindred déploient ainsi une énergie incroyable sur scène. Le groupe étant particulièrement important en Angleterre – on se souvient notamment de prestations d’anthologie au Download anglais devant une foule très nombreuse et conquise –, il est toujours étonnant de constater que son développement en France reste poussif, comme si la mayonnaise avait du mal à prendre. Le fait d’avoir joué dans la petite Maroquinerie en février, puis d’y revenir refaire un show le 18 décembre prochain, étant un choix surprenant.

Lire la suite…



Live Report   

Rammstein attaque la Défense


S’il se baladait sous la chaleur parisienne les 28 et 29 juin derniers, le dieu du feu Héphaïstos, malgré sa vie au-delà des frontières du palpable, ne devait pas bouder son plaisir. Il était en effet prévu qu’un volcan nommé Paris La Défense Arena rentre en éruption, pour deux sessions consécutives, grâce à six artificiers germaniques. Des maîtres du feu qui sont devenus de véritables idoles dans le royaume des adeptes de la métallurgie, et même au-delà de ses frontières. Un véritable exploit XXL, forgé en seulement 25 ans d’activité, et inédit pour un groupe de metal moderne.

Alors, quand ce monstre appelé Rammstein continue de repousser les limites du genre en devenant le premier groupe de metal à attaquer frontalement la Défense, la température de cette citadelle prend forcément quelques degrés supplémentaires et les 80 000 personnes présentes à ces deux concerts complets (40 000 par soir) s’attendent forcément à (rece)voir une bonne petite claque.

Et pas que sur les fesses…



Live Report   

Mgła et Revenge : Violence.Chaos.Nihilisme


Une véhémence chargée de nihilisme et de black metal vient s’abattre sur le Vieux Continent. Le co-plateau Mgła et Revenge n’a clairement pas la prétention de venir apaiser les consciences de ses spectateurs. Le premier connaît une ascension certaine depuis quelques années grâce à son black metal hypnotique et son esthétique, tandis que le second incarne à lui seul ce qu’il y a de plus virulent dans la scène extrême. Si l’union des deux formations peut surprendre par leurs approches musicales bien différentes, le message de fond lui est bien commun et tient en trois mots qui portent le nom de cette tournée : Vision, Discipline et Mépris.

Le groupe Doombringer, les autres Polonais de la soirée, ont ouvert la deuxième partie de la tournée. Cette alliance canado-polonaise est évidemment passée par la France sur trois dates, et nous étions au CCO de Lyon le 14 mai dernier pour assister à cet événement black/death. Notre photographe était lui présent sur la date parisienne du lendemain pour illustrer notre article.

Lire la suite…



Live Report   

Les ondes positives d’In Flames


Les Suédois d’In Flames et leurs compères de Light The Torch et Norma Jean ont récemment posé leurs valises en Europe et notamment en France pour cinq dates (Nancy, Cambrai, Lyon, Toulouse et Nîmes). Il faut d’ailleurs noter qu’In Flames se produisait à Cambrai, lors du Betizfest, sans les deux autres artistes. Le groupe américain de metalcore Light The Torch (connu anciennement sous Devil You Know) ouvre les soirées de Toulouse et Lyon avec « The Bitter End ». A Toulouse, les premières notes éclatent sans que le public s’y attende : Howard et sa nouvelle bande plongent la salle dans le noir complet et commencent le concert en laissant au dépourvu les ingés son et lumière.

Cela commence fort. Venus faire découvrir leur premier album Revival, les quatre comparses y mettent clairement du cœur. Quel plaisir de revoir Howard sur scène ! Lui qui, il y a encore un mois, était hospitalisé et avait dû annuler plusieurs concerts aux Etats-Unis. Ce soir, à Toulouse, il était tel un lion en cage, à faire les cent pas sur scène. La salle continuait à se remplir et, outre les fans des premiers rangs, les curieux venus voir de quoi ce combo était capable ont afflué de toute part.

Lire la suite…



Live Report   

La catharsis du Roadburn


Comme chaque année, avec le printemps arrive la saison des festivals : avant les blockbusters de l’été, des festivals aux proportions plus modestes préparent le terrain. Et comme chaque année en avril, le Roadburn, qui a lieu à Tilbourg aux Pays-Bas et qui en était cette année à sa vingtième édition, ouvre la voie. Littéralement certes, mais aussi figurativement tant le festival s’attache à mettre en valeur les figures montantes des scènes diverses qu’il met à l’honneur. En effet, ses débuts consacrés uniquement au stoner sont loin : chaque année, la programmation s’élargit un peu plus, explorant toutes les possibilités et les interprétations possibles de ce que Walter Hoeijmakers, le directeur artistique du festival, appelle la « heaviness ».

Des cérémonies païennes de Heilung à l’electro agressive de Pharmakon, des marathons psychédéliques de Seven That Spells au bon vieux death d’At The Gates, en une trentaine de groupes par jour sur quatre jours, les déclinaisons sont infinies. Autant d’approches différentes d’une lourdeur littérale, émotionnelle ou symbolique, réunies au sein d’une édition particulièrement dense en émotions : avec notamment trois performances uniques au centre desquelles se sont nouées mort et renaissance, cette édition 2019 a célébré la puissance de catharsis de cette fameuse « heaviness », qui, une fois de plus, a réuni environ 4000 festivaliers par jour dans une communauté éphémère plus soudée que jamais. De ces quatre jours riches en émotions donc, voici dix performances qui ont particulièrement retenu notre attention.

Lire la suite…



Live Report   

Neal Morse poursuit son évangélisation


11 avril 2019. Le Neal Morse Band pose ses valises pour la première fois à Lyon, dans la petite salle du CCO, finalement tout à fait adaptée à un grand moment de communion comme sait le faire Neal Morse. Et le public répond présent à l’événement, impatient de voir ces historiques du prog’ déballer leurs mélodies épiques. Bien que l’orientation prise par Neal Morse depuis son départ de Spock’s Beard ait beaucoup divisé, voire rebuté nombre de ses fans, exaspérés par son discours religieux, l’invitation était en effet trop belle pour faire l’impasse.

C’est donc un CCO comble qui accueille le quintet US pour deux heures trente de show dirigé de main de maître par un Neal Morse survolté. La setlist est simple mais efficace : l’intégralité du dernier album, The Great Adventure, suivi d’un medley retraçant la carrière de Neal Morse en solo (exit donc la période Spock’s Beard).

Lire la suite…



Live Report   

Angelus Apatrida ou la fièvre du lundi soir


Lorsque l’on pense à l’association « metal et humour », le groupe Ultra Vomit vient directement à l’esprit de la plupart des fans de metal français. Mais pour les spectateurs présents au Rock’n’Eat le 25 mars dernier, ce ne sera plus jamais le cas. Car ils ont assisté au concert de Tranzat, en première partie des thrasheurs espagnols d’Angelus Apatrida. En conséquence, lorsqu’ils entendront dorénavant le terme « humour » dans le metal, leur esprit naviguera aussi bien à Nantes, terre d’Ultra Vomit, qu’à Brest, territoire de Tranzat.

Bien évidemment, réduire Tranzat à un groupe qui fait rire le public serait une faute professionnelle. Puisque même si ses membres provoquent rires et sourires (faire croire que le guitariste débute la guitare, dire dix fois « Ah ! » en mode Denis Brognart, titiller des membres du public, etc.), le groupe envoie. Mais du genre vraiment.

Lire la suite…



Live Report   

La force tranquille de Soen


En ce 27 mars, direction l’Isère pour voir Soen. Ce dernier est en effet de passage à Grenoble avant de continuer son parcours français, quelques jours plus tard, avec un passage prévu à Paris pour une deuxième date hexagonale. L’événement est de taille car le groupe monte sur les planches pour la première fois à Grenoble. Au vu des sourires des musiciens en fin de set, il paraît incontestable que l’expérience leur a plu. Précédé des groupes Wheel et Ghost Iris, Soen monte sur scène aux alentours de 21 heures. Et lorsque les membres de la formation suédoise pénètrent sur leur terrain de jeu du soir, c’est avant tout leur élégance qui saute aux yeux.

Une élégance incarnée par le sourire de Joel Ekelöf, le chanteur du groupe. Un sourire franc et beau. Habillé d’une chemise noire à manches courtes, le frontman de Soen dégage une force tranquille et une énergie positive qui font plaisir à voir.

Lire la suite…



Live Report   

Laibach en live : puissant et lunaire


Après un passage remarqué en 2017 au Trabendo pour promouvoir leur album concept Also Sprach Zarathustra, les membres de Laibach reviennent cette année à Paris avec de nouveaux dispositifs. Si les musiciens slovènes se sont déjà produits plusieurs fois dans cette même salle de concert, ils parviennent toujours à surprendre leur public en renouvelant constamment leur approche, tant dans la forme adoptée que dans les concepts proposés.

Les compositions, vidéos et interprétations des anciens titres, jusque dans la mise en scène orchestrée par Ivan Novak, attestent encore une fois de la façon dont la formation sort constamment de sa zone de confort pour présenter un set à la fois intense et ironique. Ce dernier point incarne bien l’esprit de Laibach et investit de part en part une nouvelle formule composée de deux actes.

Lire la suite…



Live Report   

L’expérience sensorielle de Sunn O)))


Le drone. Voilà un genre de musique singulier et difficile d’approche car particulièrement conceptuel. Pourtant, lorsque l’une des figures de proue de ce mouvement arrive dans l’hexagone, beaucoup de fans de la scène metal sont curieux et se rendent à l’événement, car ce n’est pas tous les jours que Sunn O))) fait le déplacement jusqu’à chez nous, se faisant rare en concert, même si le Hellfest les avait accueillis en 2016. Après avoir réédité quelques albums (White 1, White 2), le groupe est de retour avec un nouveau disque mystérieusement intitulé : Life Metal.

Ainsi, nous nous sommes rendus à Rouen pour assister à ce show. Mais avant cela, dans l’après-midi, notre équipe a pu assister à une conférence sur le drone présentée par Catherine Guesde, philosophe et (entre autres) journaliste à New Noise. La salle a ensuite fait place à la projection d’un opéra-vidéo d’Hunter Hunt-Hendrix, le leader du groupe de black metal expérimental Lithurgy. Après cela, on pouvait également profiter d’un concert de Ciguë, projet drone porté par une seule musicienne avec au menu une guitare, des pédales et une vidéo en fond de scène qui peut rappeler Syndrome, le projet de Mathieu Vandekerckhove, guitariste d’Amenra. Par la suite, une série de clips de différents artistes de drone fut projeté avant que Sordide, trio black metal de Rouen, propose un set toujours aussi efficace en live avec une atmosphère sombre où l’agression sonore est de mise.

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Trivium @ Villeurbanne
    Slider
  • 1/3