ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

The Darkness : pitreries et riffs efficaces


Avec un Pinewood Smile tout frais dans leurs valises, les Anglais de The Darkness investissent le Trabendo et le remplissent. Pas mal quand même. Il faut dire que la bande des frères Hawkins a une solide réputation en concert et que, même si leur premier album référence Permission To Land servira d’ossature à la liste des morceaux joués ce soir, les titres du dernier album sont intéressants et passent vraiment bien l’épreuve du live. Les morceaux, c’est important évidemment, mais de quel niveau est la prestation délivrée par les Anglais ce soir ? Avant de répondre à cette question essentielle, intéressons-nous à ce qu’a donné la première partie, Blackfoot Gypsies, de jeunes américains de Nashville, Tennessee.

Le groupe propose un hard rock seventies à tendance très country. Les tenues vestimentaires offrent un voyage dans ce temps du LSD et du Flower-Power. Et même si leur passage ne révolutionnera pas l’histoire de la salle, les membres jouent leur carte sans faillir dans la demi heure qui leur est allouée et le public présent apprécie. Honnête entrée en matière.

Lire la suite…



Live Report   

Stone Sour : retour sous les confettis


Après vous avoir proposé une interview de Stone Sour et une chronique de son dernier album en date, il est temps de vous parler de la performance live donnée par les Américains le 24 novembre dernier au Bataclan. Une salle pleine depuis des mois, prête à voir Corey Taylor prendre son pied avec nous. Alors on enlève les masques, et on entre dans la salle parisienne où on accueille le groupe pour la cinquième fois depuis 2006.

Florence Black propose, en guise d’ouverture, un rock gras et rapide pour chevelus qui fera sauter et crier le public après plusieurs demandes. Fière détentrice d’un EP de quatre titres, cette formation toute jeune s’est déplacée exprès d’Angleterre pour ouvrir dans la salle parisienne sous l’invitation de Corey Taylor. Néanmoins, on ne coupe pas aux lumières faibles et sombres des groupes d’ouverture (qui font que le guitariste fera ses solos dans l’ombre). Le batteur sera le musicien le mieux éclairé de la demi-heure accordée au groupe.

Lire la suite…



Live Report   

Emptiness hypnotise


Les Belges d’Emptiness, après un Nothing But The Whole ayant marqué les esprits dans le milieu du metal extrême et au-delà en 2014, Twiggy Ramirez (qui par conséquent a produit leur album suivant) en tête, ont avec le dernier album en question, Not For Music, consolidé leur position résolument singulière. Death metal atmosphérique, post-punk moderne : le combo manie l’art du paradoxe à la perfection, et après les avoir entre-aperçus quelques mois plus tôt sur la scène du Roadburn Festival, nous avons profité de leur passage à Eindhoven en compagnie de leurs compatriotes de Bathsheba et des Hollandais de Terzij De Horde pour voir cette alchimie sophistiquée prendre vie devant nous.

Ainsi, une soirée pluvieuse de septembre, nous sommes allés nous mêler à une foule suspicieusement nombreuse et dépourvue de vestes en cuir devant l’Effenaar, l’une des salles majeures de la ville, et pour cause : alors que les Belges se produisaient dans la petite salle, la grande était pleine à craquer de nostalgiques venus applaudir un groupe néerlandais de reprises de Queen (!), loin de s’imaginer les ténèbres complexes que d’autres musiciens allaient bientôt déployer à deux pas.

Lire la suite…



Live Report   

High Hopes Night #2 : Headcharger continue à faire plaisir


C’est avec une excitation non dissimulée que nous attendions ce samedi 18 novembre. La raison ? La deuxième édition de la High Hopes Night by RM présentée par School’s Out Agency. Apres la ville Rose, c’est celle des Lumières qui nous accueille. Le Warmaudio de Decines a ouvert grand ses bras pour l’occasion à nos Normands de Headcharger ainsi qu’à deux groupes locaux, Goatfather et Endless Sundown. Ces deux formations ont déjà pas mal écumé les scènes de la région et, d’après leurs faits d’armes, promettent un spectacle à la hauteur des grands venus de Caen. La salle se remplie tranquillement dans une ambiance relativement zen et bon enfant jusqu’à l’entrée en piste de l’enfant du pays, Goatfather.

Le ton est donné avec d’entrée de jeu la lourdeur bien heavy de « As The Crow Cries ». Une batterie omniprésente et des riffs incisifs sont de mises sur ce premier morceau extrait de l’album Hipster Fister qui annonce une soirée sous le signe du bon rock’n’roll.

Lire la suite…



Live Report   

Alestorm fait ramer Paris


Le dernier passage parisien d’Alestorm était au Divan du Monde. Depuis, le groupe a fait déborder les tentes du Hellfest et a rempli les salles. Même si la qualité de son dernier album No Grave But The Sea est discutable, le groupe effectue une tournée quasi complète partout où il passe. En France, ce fut par exemple le cas à Toulouse, Rennes, Rouen, Lyon et Paris. Un peu de piraterie n’a jamais fait de mal et les concerts d’Alestorm étant réputés pour être joyeux et arrosés de bière, nous étions obligés de faire partie de cette joyeuse fête donné à l’Élysée Montmartre. Et pour accompagner cette belle tournée européenne d’Alestorm, les groupes Æther Realm et Troldhaugen avaient été désignés pour ouvrir le spectacle.

L’heure est donc venue de sortir vos épées en plastique et tricornes, ainsi que vos plus beaux habits de pirates, car comme dit le proverbe « fait ce que tu veux car un pirate est libre, tu es un pirate ! ».

Lire la suite…



Live Report   

Justice : La liberté du dancefloor


En 2007 un album vient secouer notre conception de la musique électronique et du rock. À l’origine de cela ? Deux Français, Gaspard Augé et Xavier de Rosnay, membres de Justice. Au fil des années, impossible de passer à côté de ce phénomène planétaire remplissant les salles du monde. À la sortie en 2016 de leur troisième disque intitulé Woman, on pouvait s’attendre à quelques dates. Mais c’est finalement une tournée mondiale qu’entame le duo. Évidemment, notre chère France n’est pas délaissée et le 14 octobre dernier, l’AccorHotels Arena de Paris affiche complet. Car pendant que Wardruna charme une Cigale sold-out et qu’Eisbrecher partage son metal indus au Trabendo, le concert de Justice est un événement rare auquel on se devait de se rendre.

Pour inciter le public à se trémousser, quatre compositeurs de musique électronique viendront mixer tour à tour devant l’audience pour un set total d’une heure.

Lire la suite…



Chronique    Live Report   

X Japan : le retour sur scène par le cinéma


Ce fut une grosse soirée pour l’UGC les Halles. Avant-première du dernier Marvel, avant-première avec l’équipe d’Au Revoir Là-Haut, le film français événement des derniers mois, et pourtant, la plus grande salle du plus grand cinéma d’Europe était réservée à un événement encore plus grand : l’avant-première du documentaire We Are X, qui sort dans les salles le 6 décembre. Relatant les aventures du groupe X Japan à travers les années, les fans de la formation japonaise se sont précipités sur les places. Et pour cause : Yoshiki était présent ce soir. Le batteur au parcours unique, également pianiste, co-fondateur et compositeur principal du groupe, a fait le déplacement en Europe pour promouvoir ce film qui touchera le public dans son cœur de fan.

Mais au-delà de la présence d’une star comme Yoshiki, que nous raconte le film ? Ayant comme fil rouge la préparation du concert du groupe au Madison Square Garden de New York en 2014, le documentaire nous relate le parcours du groupe, mais surtout les drames qui auront touché la formation et la santé de Yoshiki au fil des années.

Lire la suite…



Live Report   

Trust : Renaissance dans l’Hexagone ?


La semaine du 6 novembre 2017 est assurément la semaine capitale de Trust et de ses fans Parisiens (et même de Manchester). Cinq dates, cinq salles différentes et une affluence qui ne laisse aucun doute sur l’engouement du public pour la formation française qui lâchait en 1979, 1980 et 1981, trois brûlots hard rock nommés respectivement Trust (ou L’Elite), Répression et Marche Ou Crève. Trois albums fondamentaux du (hard) rock hexagonal. Nous rattrapons le train Trust le mardi à La Maroquinerie pour en descendre au terminus le vendredi à l’Elysée Montmartre. Prêts pour un marathon ? Suivez-nous ! « Engouement » disions-nous ? Vous voulez des preuves ? Logique.

Bus Palladium complet. « Facile » rétorquerez-vous, petite salle. Pas faux. Maroquinerie complet. « Toujours pas si difficile ? » : vous êtes durs en affaire. Elysée Montmartre à guichets fermés. Là, peut-être reconnaîtrez-vous que cela n’est pas à la portée de tout le monde. Et si le Bataclan ou le Trianon n’affichaient pas complets, au vu du nombre de spectateurs présents, il ne devait pas rester beaucoup de tickets à vendre. Engouement confirmé donc, preuves à l’appui.

Lire la suite…



Live Report   

Marillion offre un cadeau à ses fans


Il y a des années de cela, Marillion jouait à Bercy. Mais les géants connaissent des moments forts et des moments plus calmes. Le groupe fait en tout cas partie de ces groupes restés dans le cœur des fans de musique progressive. Mais en dehors de ce milieu-là, il se fait plus discret. A l’occasion de la sortie de son nouvel album F.E.A.R., il y a un an, leur concert à l’Élysée Montmartre avait marqué les esprits. Suite à ce succès, le groupe s’offre aujourd’hui un Zénith. Impressionnant, même si la célèbre salle parisienne est dans une configuration réduite. Ce soir, le groupe sera seul sur l’affiche pour partager 2H30 de musique.

Fuck Everyone And Run, tel est le nom du dernier né de Marillion. Un album également appelé : F.E.A.R. Et c’est en le jouant en entier que le groupe décide d’ouvrir le concert pour une interprétation extrêmement généreuse. À la limite de la comédie musicale, Marillion nous transporte pendant toute la soirée à travers sa discographie à l’aide d’éléments visuels très forts. L’écran géant derrière eux nous en fait voir de toutes les couleurs, montrant des courts métrages, des animations, des peintures et même John Lennon surveillant la prestation du groupe. Tout cela avec des couleurs très diversifiées sous des yeux qui ne cessent d’être en extase devant tant de bonheur qui sort de la scène.

Lire la suite…



Live Report   

High Hopes Night #1 : Naïve revient en force


Toulouse. Vendredi 20 octobre 2017. Quelques jours après la déferlante d’Alestorm qui a fait salle comble dans la salle mythique du Bikini, le public de la ville rose panse encore ses plaies et ses oreilles endolories. L’occasion était donc idéale pour se rendre au Metronum qui accueille ce soir en son sein Hipposonik, Scritikall ainsi que le grand retour des Toulousains de Naïve dans le cadre de la soirée High Hopes Night première du nom, initiée par notre fine équipe et organisée par School’s Out. Tout comme l’émission du même nom dédiée à l’émergence des nouveaux talents sur l’antenne RM, le but avoué de ce concert est d’offrir une visibilité scénique aux jeunes pousses désirant se faire connaître auprès du public, sous la houlette d’un artiste confirmé.

Carte blanche était donc donnée aux Montalbanais d’Hipposonik (composé de membres de Sidilarsen, 9mm et Punish Yourself), aux Stéphanois de Scritikall ainsi qu’aux Toulousains de Naïve pour faire (re)découvrir leur musique.

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Trust @ Talence
    Slider
  • 1/3