ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

Corey Taylor : rien n’arrête CMFT !


Avec l’épidémie de coronavirus qui a affecté l’ensemble de la sphère musicale mondiale, les artistes ont dû innover et trouver d’autres moyens, en plus des sorties d’albums, pour retrouver les planches. C’est ainsi que Corey Taylor, frontman de Slipknot et Stone Sour, artiste que l’on ne présente plus, s’est réinventé pour la sortie de CMFT. C’est avec 5B Entertainment, son équipe de management, qu’il a posé ses valises au Forum de Los Angeles à l’occasion de la sortie mondiale dans les bacs de son album solo CMFT.

Cette salle mythique, qui a pu voir jouer l’équipe de basket des Lakers, de hockey sur glace des Kings, ou encore des concerts d’Ariana Grande ou de Prince, a été investie par Corey Taylor pour un live-stream mondial. Une communication martelée sur les réseaux sociaux et les sites musicaux pour vendre les billets virtuels (même un pass VIP comprenant par exemple un appel de l’artiste en direct du forum !), afin de célébrer, même de loin, cette fête musicale.

Lire l’interview…



Live Report   

Lamb Of God redonne vie aux cendres d’hier et d’aujourd’hui


Ils ont été parmi les premières manifestations à disparaître du paysage lorsque le Covid-19 a pointé le bout de son nez et seront sans doute parmi les dernières à faire leur retour, du moins dans la configuration que nous connaissons tous. Les concerts en salle ont payé un lourd tribut à la pandémie, et si cela joue évidemment sur le compte en banque des artistes, désormais privés d’une source non négligeable de revenus, cela commence également à se faire sentir sur le moral des fans. Et pour peu qu’un nouvel album ait vu le jour en 2020, cette impossibilité de le présenter au public en live ne fait qu’attiser la frustration des deux côtés de la barrière.

Lamb Of God fait partie de ces groupes pour qui automne aurait dû rimer avec tournée mondiale, mais dont le dernier album éponyme, sorti en juin, ne pourra être officiellement défendu sur scène qu’en 2021 (au plus tôt). Alors pour ne pas perdre la main et, plus important encore, pour ne pas laisser les fans sur le carreau pendant une année entière, les Américains se sont lancés dans l’aventure du livestream, et plutôt deux fois qu’une : depuis leur camp de base de Richmond, en Virginie, ce sont ainsi deux concerts à la setlist un peu particulière qui ont été retransmis en direct sur Internet à une petite semaine d’intervalle.

Lire l’interview…



Live Report   

Behemoth : dieu du live stream


Le Covid laissera indéniablement des traces sur l’industrie de la musique, les tournées étant l’une des premières sources de revenus des artistes, quelle que soit leur taille. C’est ce qui oblige ces derniers à trouver des moyens de pallier l’absence de concerts et qui, inévitablement, creuse l’écart entre les groupes qui ont des moyens de production et les autres. Les concerts « streaming » ont le vent en poupe : une prestation réalisée dans des conditions live permet moyennant finance de continuer d’entretenir le lien avec le public, aussi distant soit-il. Le problème est que pour diffuser un contenu live avec une qualité sonore et visuelle adéquate, il faut une logistique plus complexe et une infrastructure qui a un coût. Il faut s’appeler Trivium, Sylosis ou Lamb Of God pour s’adonner à ce genre d’exercice et ne pas refroidir le public appelé à payer pour un concert qui n’en est pas vraiment un. Pourtant, le « concert-streaming » regorge d’opportunités tant qu’on ne cherche pas à simplement simuler une représentation live en faisant face caméra et en livrant ses titres machinalement. C’est ce qu’a parfaitement compris Behemoth avec son show intitulé In Absentia Dei, véritable source d’inspiration pour ce genre d’évènements à l’avenir.

Lire l’interview…



Live Report   

Trivium réduit les distances


Trivium a su affronter les épreuves imposées par le COVID-19. Son dernier opus, What The Dead Men Say, a dû redéfinir les contours de sa promotion. Trivium s’est même prêté au jeu du streaming en dévoilant piste par piste son nouveau-né. Surtout, Trivium s’est attaqué à la question épineuse du live, première source de revenus des artistes aujourd’hui, à l’heure où tous les grands rassemblements sont prohibés. Le groupe a organisé un événement intitulé A Light Or A Distant Mirror, un concert payant (moins onéreux qu’un concert traditionnel) sans public à la Full Sail University d’Orlando diffusé à l’international avec tout l’arsenal technique nécessaire pour que la qualité soit au rendez-vous. Une initiative ambitieuse qui ouvre la voie à une problématique évidente : est-il pertinent de proposer un show sans public présent sur place ? Par extension, A Light Or A Distant Mirror aboutit à cette interrogation : qu’est-ce qui constitue le véritable intérêt d’un concert ? Aussi simple à formuler que difficile d’y répondre.

Lire la suite…



Live Report   

The Darkness : Quelle belle annulation !


The Darkness, formation d’une vingtaine d’années d’existence et forte de six albums studio, investit la Cigale pour célébrer l’annulation de Pâques. Un sacré programme pour nos contrées ancrées dans le christianisme. Easter Is Cancelled, titre du dernier opus des Anglais, se présente comme un concept album qui imagine ce que serait la vie si Jésus avait encore vécu tout en abordant notamment la question des univers parallèles. Un programme ambitieux et intellectuel que les Anglais ont manifestement à cœur de défendre. Rendez-vous donc boulevard de Rochechouart dans le XVIIIe arrondissement de Paris.

Pour les soutenir, un trio australien est aussi présent, DZ Deathrays. Le groupe a déjà sorti quatre albums studio et si vous ne les connaissez pas, eh bien, profitez de l’occasion qui vous est offerte et pénétrez avec nous dans la belle salle de La Cigale.

Lire la suite…



En Tournée Avec    Live Report   

Avatarium : Premières suédoises !


Après de longs mois loin de la scène, les Suédois d’Avatarium, forts du succès critique de leur dernier album The Fire I Long For, reviennent sur scène pour deux dates, l’une à domicile, au sein de la salle Nalen à Stockhölm et l’autre, le lendemain, à Göteborg dans la salle Pustervik. Ces deux dates augurent-elles un retour sur scène et une tournée plus vaste ? Pour le savoir, nous avons assisté aux deux concerts et nous nous sommes entretenus avec Markus Jidell et Rickard Nilsson (qui complète notre déjà longue interview avec Markus à l’occasion de la sortie de l’album) afin d’évoquer, entre autres, les influences de chacun, la genèse du nouvel album et l’importance nouvelle de Jennie-Ann.

Aussi, dans l’immédiat, prenez place avec nous dans la file d’attente de la salle Nalen en ce vendredi soir à Stockholm.

Quelques personnes sont déjà là avant l’ouverture, prévue pour 20h00. Une file d’attente qui prendra peu à peu de l’ampleur au fil des minutes. Dehors, il fait froid – un froid supportable – mais la météo a été généreuse et les fans attendent au sec.

Lire la suite…



Live Report   

Amenra : plus près de Paris


Trois concerts consécutifs d’Amenra, c’est ainsi que se conclut l’année 2019. Cartel Concert nous a concocté une belle semaine car le groupe de post-hardcore belge de Courtrai s’est vu investir une église et le Bataclan. Friand du groupe que nous sommes, c’est avec une grande impatience que nous avons pénétré dans le froid de l’église, bien couvert, pour débuter ce triptyque musical.

Lundi et mardi, l’expérience prend place à l’église Saint-Merry, un lieu parisien que l’on sait coutumier des expériences sonores hors norme puisqu’il s’y était notamment tenu le concert d’Aluk Todolo ainsi que les séances de techno ambient lors de la manifestation Nuit Blanche. Pour le groupe Amenra, jouer au sein d’un lieu de culte n’est pas non plus une première, les deux live y ayant en effet été enregistrés. D’ailleurs, les deux dates au sein de l’église Saint-Merry seront des performances acoustiques, ce qui augurait qu’une majorité des titres joués feraient écho au live acoustique Alive.

Lire la suite…



Live Report   

Insomnium : un cœur d’or


Cette fin d’année 2019 est chargée pour Insomnium : nouvel album, nouveau line up et nouvelle tournée. Heart Like A Grave, leur nouvel opus, est sorti le 4 octobre dernier, trois ans après Winter’s Gate. Niveau line up, Jani Lamiitainen, qui, depuis 2015, avait remplacé occasionnellement Ville Friman à la guitare, est maintenant membre permanent du groupe. Jani Lamiitainen a joué dans Cain’s Offering, The Dark Element, mais il est aussi l’un des membres fondateurs de Sonata Arctica.

Le 12 novembre, Insomnium et The Black Dahlia Murder nous avaient donné rendez-vous à l’Alhambra, pour le lancement de leur tournée européenne. Il est 20h30. La foule s’est installée tranquillement au balcon, et dans la fosse, les conversations vont bon train. On rit, on trinque, tandis qu’Amorphis résonne dans les enceintes, puis les lumières s’éteignent.

Lire la suite…



Live Report   

Les chants de SKÁLD


Par un retour aux temps moyenâgeux, la récente formation néo-folk du groupe Skáld fait renaître l’ancienne société scandinave, ses histoires et ses dieux. Non sans surprise, ces guerriers issus de l’Hexagone ne cessent de faire sensation depuis la sortie de leur premier album, Le Chant Des Vikings, directement inspiré de groupes déjà bien établis dans le milieu tels que Wardruna, Heilung, Ivar Bjørnson, Faun et consorts.

Ainsi, après un passage remarqué au Hellfest 2019, le groupe est maintenant en tournée à travers la France et outre-Manche. Pour notre part, c’est au Ninkasi Kao de Lyon que nous assistons au collectif de Vikings, en ce mardi 10 décembre, pour un événement qui nous transporte subtilement vers les royaumes hostiles de l’Yggdrasil, à travers des récits mythologiques et poétiques, le tout chanté en vieux norrois, bien sûr !

Lire la suite…



Live Report   

L’unité d’Alter Bridge


En tournée européenne pour promouvoir Walk The Sky, leur dernier bébé sorti en octobre, Alter Bridge a fait une halte dans notre belle capitale en ce lundi soir de décembre. Et c’est à l’Olympia que nous allons les retrouver, accompagnés en ouverture de The Raven Age et de Shinedown. La façade du bâtiment du boulevard des Capucines s’est, comme la tradition le veut, parée de ses belles lettres rouges pour nous annoncer le spectacle de ce soir, mais la grève nationale et son cortège de bouchons parisiens ne nous auront pas permis d’arriver à temps pour The Raven Age. Malheureusement, seuls les quatre derniers morceaux de Shinedown seront joués devant nous. Un grand regret tant ce que nous avons vu semblait très chouette, prestance et qualité des musiciens étant au rendez-vous.

C’est au son de « One Life », le morceau d’introduction du nouvel album d’Alter Bridge, que le groupe prend place sur la scène de l’Olympia qui affiche complet ce soir. Balcons, fosse, il y a du monde partout et il fait chaud !

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3