ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

August Burns Red : le message est passé


Quelques jours après la violence de Converge, rendez-vous à Petit Bain qui, le temps d’un soir, voit se réunir une concentration de casquettes, tatouages et écarteurs. Rien d’anormal car du metalcore est au programme avec pas n’importe quel groupe : August Burns Red. Probablement l’une des formations les plus reconnues dans le milieu. À l’occasion du dixième anniversaire de leur deuxième album intitulé Messengers, le groupe entame une tournée pour l’interpréter en intégralité. De quoi ravir les fans qui se sont rendus en nombre dans cette salle parisienne, provoquant un sold-out pour l’unique date française du groupe.

Paris marque également la fin de cette tournée, on peut donc être sûrs qu’August Burns Red donnera tout ce qu’ils peuvent se soir, même s’il faut s’exploser la voix dans cette soirée sur cette péniche parisienne s’annonçant chaude, difficile, violente.

Lire la suite…



CR De Festival    Live Report   

L’Alcatraz : la prison dont on ne veut plus sortir


Dixième édition pour l’Alcatraz ! Situé dans la région flamande, cet événement qui se déroule dans la ville de Courtrai a l’habitude de proposer du lourd avec par exemple Marilyn Manson en 2014, Nightwish en 2015 ou le dernier show de Twisted Sister en 2016. Le festival pour ses dix ans avait pour objectif de nous fournir une belle affiche pour fêter tout cela. Et avec Saxon, Amon Amarth, Ghost, Korn etc., force est de constater qu’on a été servi. Il est à noter que pour la première fois en dix ans, le festival s’est déroulé sur trois jours. Mais dans un premier temps, parlons des groupes qui ont joué le vendredi soir pour mettre l’eau à la bouche des premiers festivaliers.

Une soirée placée sous le signe du heavy metal avec des groupes plus marquants que d’autres mais avec une qualité globale au rendez-vous. On retiendra surtout de ce début de festival quelques noms. Comme Evil Invaders, des Belges jouant du thrash comme on pouvait en faire dans les années 80. Une attitude clichée à souhait avec au menu cheveux longs, guitares en V, moustache et chaines sur scènes : bref tous les ingrédients pour vous faire remonter le temps.

Lire la suite…



CR De Festival    Live Report   

Rock En Seine : Balade au Parc en toute liberté


Cette année, point de groupe directement metal dans la programmation de ce beau festival parisien de la fin août qu’est Rock En Seinen et pour autant de belles surprises sont au rendez-vous, pleines de cette énergie et de cette électricité qui font vibrer. Quelques noms attirent tout de même l’oreille. Frank Carter And The Rattlesnakes, vu au HellFest, The Pretty Reckless, Cypress Hill ou encore The Kills dont certains peuvent se rappeler l’accueil que leur aura réservé une partie du Stade de France lors de leur passage en première partie de Metallica version Black Album. Sacré esprit ouvert des metalleux qui inspirera cette phrase à Alison « There ain’t no joy in an easy ride ». Vous voyez, quand on cherche un peu, il y a bien un peu de metal dans cette cuvée 2017 de Rock En Seine !

Nous vous invitons donc à une balade ciblée au gré de quelques guitares bien senties et nous nous permettrons tout de même quelques écarts. Prêts pour une balade au parc ?

Lire la suite…



Live Report   

Converge : les maîtres du chaos


Le Trabendo affiche complet ce soir, et pour cause l’affiche fait rêver pour tous ceux qui aiment la violence. Au programme Revocation pour du thrash technique et Gorguts avec du death technique. On enchaîne avec Havok, et son thrash claquant et old-school, pour finir en beauté avec l’une des formations les plus célèbres du punk hardcore/mathcore : Converge. Il s’agit de la dernière date de la tournée européenne de ces quatre groupes. Après l’Angleterre, la Pologne, l’Allemagne et les autres, le rendez-vous est donc fixé dans cette salle parisienne où l’on se prépare à avoir très chaud. Le public est varié, pour cette affiche éclectique, et n’a qu’un but : retourner l’endroit.

La soirée a droit à un très bon tour de chauffe avec les Américains de Revocation. On les a vu il y a quelques jours au Motocultor et il n’y a vraiment aucune raison de bouder une musique si efficace. Malgré des lumières faibles et peu variées lors de son set, Revocation propose une musique toujours aussi puissante qui souligne la technicité des musiciens.

Lire la suite…



Live Report   

L’épopée française de Metallica


Difficile de considérer Metallica comme un groupe normal de metal. Aujourd’hui, le nom des quatre cavaliers de l’apocalypse résonne bien plus que comme une simple formation thrash ; Metallica ayant brisé la limite entre le courant mainstream et celle des fans de metal. Difficile d’imaginer qu’un groupe de metal puisse atteindre une telle envergure aujourd’hui. Depuis Kill’em All (1983), le groupe a tout fait, tout tenté, tout essayé. Avec leur dernier album Hardwired… To Self Destruct, les Américains étaient comme de coutume attendus au tournant. Huit ans après Death Magnetic, que pouvait-il bien réserver à leur audience ? Attendu aussi bien par ses haters que par ses fans, ce disque n’aura en tout cas pas déçu notamment par son énergie du début à la fin, mais aussi sa diversité.

L’actualité du groupe s’accompagne d’une série de date à travers le monde, dont trois passages en France prévus mi-septembre – deux dates à l’AccorHotels Arena de Paris et une à la Halle Tony Garnier de Lyon – qui afficheront complets. Avant ces concerts, on avait l’impression qu’il n’y avait que le nom de Metallica sur les réseaux sociaux ! Le signe d’un événement majeur. D’ailleurs, ce ne sont pas les critiques sur les prix des places qui feront reculer les fans ou curieux. Alors impatients, excités, heureux et intrigués, nous avons suivi le groupe pour observer son retour.

Lire la suite…



Live Report   

Metaldays : Une semaine de metal au bord de l’eau


Depuis 2004, le petit village de Tolmin, en Slovénie, accueille l’un des plus grands et singuliers festivals de musique extrême au monde. Le Metaldays (feu Metalcamp) est un festival situé près de la frontière italienne où, durant une semaine, des fans de metal passent des vacances au bord de l’eau. Une nouvelle formule à été récemment inventée par l’organisation avec les Winter Days of Metal, proposant cette fois-ci du ski au mois de mars. Car là est l’aspect le plus original du festival : le cadre privilégié, entre les montagnes et au bord de l’eau. Cela fait rêver, surtout pour un billet de festival coûtant moins de deux cents euros.

Alors, afin de tenter cette fameuse expérience Metaldays dont on entend parler constamment, on saute dans le bus et arrivé en Slovénie, on plonge dans un autre monde dont on ne veut plus ressortir. Et parce que le festival n’est pas que bain de soleil (les pieds dans l’eau, une bière à la main), l’affiche des concerts est également très alléchante en cette édition 2017. Au programme Batushka, Mgła et Solstafir au milieu des arbres sans oublier quelques groupes français et des balades dans les forêts. Ainsi que des têtes d’affiches telles que Amon Amarth, Opeth, Heaven Shall Burn mais également Marilyn Manson. Et bien sûr nous aurons droit à de nombreuses intempéries météorologiques qu’a dû subir le festival sur plusieurs jours.

Lire la suite…



Live Report   

Sólstafir arrache des larmes


Alors qu’on vient d’entrer de bien pied dans l’été, Sólstafir joue au CCO de Villeurbanne dans une chaleur infernale et brûlante. Ce soir, jeudi 22 juin, les Islandais sont de retour à Lyon pour défendre et débattre de leur nouvel album fraîchement sorti, Berdreyminn. Après une performance de Lodz qui semble avoir conquis le public, Sólstafir monte sur les planches de manière silencieuse et respectueuse.

« Silfur-Refur » résonne au loin et ouvre le bal de ses accords. Descendants directs des Vikings, les tenues du groupe sont comme un hommage à leurs légendes païennes. Le chanteur, costumé de sa grandeur, porte un gilet en cuir alors que le bassiste à droite de la scène, laisse retomber sur ses épaules d’abondantes tresses rousses. Le guitariste, coiffé de son chapeau, ondoie sur la gauche pendant que le nouveau batteur appuie la formation discrètement.

Lire la suite…



Live Report   

The Dillinger Escape Plan, un dernier saut dans la folie


Ils nous ont sorti des albums rapides, incompréhensibles, punk, techniques, déstructurés… et c’est désormais fini. The Dillinger Escape Plan a décidé au terme d’une dernière grande tournée de mettre fin à leur carrière. En 2016, on a eu le droit à Dissociation, l’album studio pour nous dire au revoir, mais nous faisant quémander encore plus.

Le concert parisien devait avoir lieu le 1er mars mais suite au grave accident de bus du groupe, il a dû être reporté. Quand ? Le lendemain du Hellfest. On a quitté le Hellfest 2017 avec eux, il est temps de finir ce qu’ils ont commencé en festival et de nous achever en salle. Car ce que nous avons vu d’eux au Hellfest n’était qu’un échantillon. Le public bien que motivé pâtissait d’une certaine fatigue, ce qui est normal après trois jours de festival intense. En outre, le groupe ne venait pas dans le public, la « seule » excentricité de leur set est qu’en fin de concert ils se sont décidés à exploser la batterie. Cette fois-ci sans barrières, nous attendons au plus proche du groupe qui devrait nous achever une bonne fois pour toute.

Lire la suite…



Live Report   

Black et thrash attaquent Petit Bain


Vous connaissez surement l’ambiance d’un concert de black metal. Les gens gardent les bras croisés et regardent patiemment les artistes le poing levé en attendant de pouvoir applaudir. Et bien pour pallier ce manque de mouvement, le black thrash fut créé. L’occasion pour tous les amateurs de black metal d’enfin se lâcher comme dans un concert de thrash et de cogner du monde.

Qui de mieux pour orchestrer cette soirée que les légendes que sont les membres d’Aura Noir ? Il n’est pas rare de les voir en France, on avait pu les croiser au Hellfest en 2016 ou au Fall Of Summer en 2014. Cela fait plusieurs années que nous sommes en attente d’un nouvel album annoncé et qu’aucune nouvelle n’a vraiment été divulguée, si ce n’est, en live, un titre inédit joué. Il ne reste plus qu’à espérer une sortie dans l’année 2017.

Une soirée en dent de scie avec un public parfois sous tension, ou alors surexcité. Difficile de vraiment le cerner, s’éparpillant vite au bar entre les concerts et pourtant assez actif dans le pit, même si ce n’est pas l’équivalent d’un Benighted bien entendu.

Lire la suite…



Live Report   

Nothing But Thieves, rois de Londres


Il est un groupe qui, bien qu’encore confidentiel en France, va crescendo au Royaume-Uni, son pays d’origine, faisant même la première partie de l’emblématique Muse sur ces terres : Nothing But Thieves. Et quand on sait ce que l’île anglo-saxonne peut nous réserver en matière de rock, on se presse de répondre par l’affirmative à toute invitation pour découvrir cette curiosité locale ! Dans la douceur de mai, nos pas se dirigent donc vers le Dingwalls, salle de concert qui, pour les non-familiers du lieu, se situe en sous-sol d’un pub de Camden Town, le pittoresque quartier londonien. Au menu, deux groupes d’indie rock ouvrant pour les rois du soir.

19 heures, les portes s’ouvrent, et la foule se presse sur des dizaines de mètres pour assister à ce concert qui affiche complet. Nous entrons dans le Dingwalls, sorte de Trabendo, plus petit et plus sombre, mais tout aussi biscornu ! Trois quarts d’heure d’attente plus tard, le premier groupe de la soirée se présente face au public déjà présent en masse. Cortes, trio qui fleure bon l’esprit punk de la capitale anglaise, délivre son rock unique, teinté de blues, de punk, de hard… Le combo se décrit lui-même comme un groupe « qui tape fort et transpire ».

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Hellfest - Warzone - jour 3
    Slider
  • 1/3