ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview    Nouvelles Du Front   

Fozzy : do you wanna start an album ?


Rich WardLe guitariste Rich Ward est sur tous les fronts ! Il s’apprête à sortir fin juin son nouvel album avec Stuck Mojo, Here Come The Infidels, le premier en huit ans, pour le moment uniquement via Pledge Music, mais on a également appris de la part du catcheur et chanteur Chris Jericho en décembre dernier qu’un nouvel album de Fozzy, successeur de Do You Wanna Start A War sorti en 2014, était également en préparation.

Du coup, nous avons profité d’avoir Ward en ligne à l’occasion de la sortie de l’album de Stuck Mojo, pour aller à la pêche aux informations et lui poser quelques questions en rapport avec Fozzy, histoire de vous en donner quelques nouvelles.

Voici le compte-rendu de nos échanges sur le sujet, en attendant la (très) longue interview à venir où nous parlerons en profondeur du nouvel album de Stuck Mojo et de son histoire récente.

Lire l’interview…



Nouvelles Du Front   

AC/DC : nouveau Graal des chanteurs de hard rock ?


2,31 millions de billets vendus lors de leur tournée Rock Or Bust World Tour, soit une recette de 165 millions d’euros (le Black Ice Tour, de 2008 à 2010 avait engrangé près de 440 millions de dollars de recettes). Un demi-million d’exemplaires de l’album Rock Or Bust vendus rien qu’aux États-Unis et aux moins deux millions dans le monde (le précédent, Black Ice, s’était vendu à huit millions d’exemplaires). Qui ne voudrait pas avoir une part d’un tel gâteau ? On n’a plus de souci de vivre de sa musique en jouant avec AC/DC ! Alors quand une place se libère…

Et ces deux dernières années, le jeu des chaises musicales s’est réenclenché : d’abord avec le départ de l’un des membres fondateurs et emblématiques du groupe, le guitariste Malcolm Young, pour des raisons de santé, remplacé par son neveu (ça reste dans la famille), puis la séparation avec le batteur Phil Rudd étant donné ses problèmes avec la justice, remplacé par Chris Slade, qui avait déjà occupé ce poste entre 1989 et 1994 (on reste entre vieilles connaissances). Mais il est un poste qui n’avait pas connu de changement depuis plus de 35 ans, marqué par l’une des plus grandes légendes du hard rock, qui s’est soudain libéré (au moins temporairement) : celui de chanteur. Et Brian Johnson, récemment mis sur la touche pour de graves problèmes d’ouïe causés par sa passion pour la course automobile, n’est peut-être même pas encore officiellement viré du groupe que d’autres sont déjà dans les starting-blocks pour prendre sa place.

Lire la suite…



Nouvelles Du Front   

Stephen Carpenter : l’atout metal de Deftones


deftonesband2016L’évolution est la clé de la survie. Ces quelques mots sont, à l’ère moderne, tels un onzième commandement adaptable à tous les niveaux de l’existence. Ou alors est-ce la constance qui permet la plus longue subsistance ? Ne rien changer, occuper et entretenir son pré carré, faire ce que l’on sait faire le plus parfaitement sans chercher à voir si la terre ne serait pas plus fertile dans le jardin voisin, pour ne pas manger les pissenlits par la racine dès que le vent tournera.

Dans le monde musical, les deux visions s’affrontent : faut-il faire comme un AC/DC qui prouve qu’avec une recette bien trouvée on peut des décennies durant garnir sa propre corne d’abondance ou faut-il s’adapter aux temps qui changent ? Et cette dernière option ne signifie pas nécessairement « suivre la mode » mais peut se traduire : « échapper à la mode avant qu’elle ne nous avale ».

Un groupe comme AC/DC (ou tant d’autres groupes de hard rock) a la force de résister au flux des modes grâce à une base musicale intemporelle : ce vénérable blues centenaire qui fera toujours taper du pied les kids comme les grabataires. Mais que faire quand on appartient déjà à une vague partie d’une époque pour s’écraser contre la suivante ? En sortir, bien sûr, avant de mourir sur les récifs du changement. Ainsi, combien de groupes du mouvement néo-metal ont dépassé le cap des années 90 sans exploser sur les côtes des 2000’s ? Les noms se comptent sans doute sur les doigts d’une main mais Deftones est probablement le héros de cette équipe.

Lire la suite…



Nouvelles Du Front   

Hommage à Lemmy Kilmister


lemmy

Ceci est un article qui aurait déjà dû être écrit il y a des années. Non par plaisir morbide. Non parce qu’il ne cesse, depuis un peu plus de cinq ans – depuis Ronnie James Dio, Jon Lord, Johnny Winter, Alvin Lee, Ray Manzarek, Trevor Bolder, Jack Bruce, Lou Reed, etc. – de disparaître certains artistes, certains fondateurs qui ont fait depuis près d’un demi-siècle l’histoire du rock, du hard rock et du metal et que cette série n’allait pas s’arrêter. Non parce que depuis deux ans, les concerts de Motörhead sont annulés pour raisons de santé et que « ça devait bien finir par arriver » (et puis quoi encore ?!). Non parce que le batteur Phil « Philthy Animal » Taylor venait d’ouvrir le chemin il y a seulement quelques semaines. Non, cet article aurait déjà dû être écrit depuis des années pour ne pas avoir à subir l’enchaînement de ces mots en même temps qu’il faut subir la nouvelle : Lemmy Kilmister est mort.

Lire la suite…



Éditorial    Nouvelles Du Front   

Eagles Of Death Metal : la part du Diable…


Eagles Of Death MetalLe 14 novembre, suite au massacre du Bataclan, Jérôme Bourbon, le directeur du journal Rivarol, écrit sur le réseau social Twitter : « Le groupe Eagles of death metal est un groupe satanique (« kiss the devil ») aimant le porno et la drogue. Les démons se combattent entre eux », puis « C’est lorsqu’ils chantaient « kiss the devil » que le carnage a débuté. Ils disaient aimé le diable, s’en réclamaient, leur vœu a été exaucé ». Le 15 novembre, le journaliste de Rivarol récidive : « Dénoncer ce carnage abominable ne doit nous empêcher de dénoncer le satanisme du groupe musical ». Ces déclarations tonitruantes, à l’image de celles du prêtre lyonnais Hervé Benoît, déclenchent l’ire de nombreuses personnes connectées aux réseaux sociaux.

Il y a quelques semaines à Bucarest, l’incendie d’une salle de concert où se produisait le groupe de metal Goodbye To Gravity a provoqué des réactions, certes marginales, mais similaires à celle de Jérôme Bourbon. Pour certains hommes et femmes religieux un club où se réunissent des jeunes gens pour écouter un groupe de rock ou de metal, est un lieu de perdition. S’il prend feu c’est une punition divine. C’est ce qu’ont affirmé de manière à peine voilée certains membres de l’Eglise orthodoxe roumaine. Ce feu est, en quelque sorte, un feu régénérateur. La désaffection des jeunes (et moins jeunes d’ailleurs) pour la religion, chrétienne en l’occurrence, ne peut que logiquement amener ce genre de catastrophes. Mais, il n’y a rien de bien nouveau dans ces discours et dans ces polémiques au sujet de la musique rock en général.

Lire la suite…



Nouvelles Du Front   

Rammstein comme vous ne l’avez jamais vu


Rammstein est aujourd’hui le groupe de metal industriel le plus connu à l’échelle internationale. Malgré des millions d’albums vendus et une renommée incontestable, l’histoire du sextet reste cependant assez floue aux yeux du grand public. Le 24 septembre dernier, nous étions invités au cinéma Publicis des Champs-Elysées par Universal Music France pour découvrir la projection de Rammstein In Amerika, un documentaire de deux heures (nous verrons une heure trente sélectionnée par le groupe) consacré aux Allemands et leur entrée controversée aux Etats-Unis. Le reportage est présent sur le DVD live du même nom qui comprend le concert du groupe donné au Madison Square Garden de New York le 11 décembre 2010 (même si la plupart des images viennent du concert filmé à Montréal deux jours plus tôt) devant 18 000 personnes.

Un concert qui avait été sold-out en vingt petites minutes et dont nous avons également pu profiter pendant une heure.

Lire la suite…



Le Blog Du Doc    Nouvelles Du Front   

Le choix de Lemmy


« Lemmy ». Quand vous arrivez à un stade où votre nom censé vous définir est finalement moins important aux yeux des gens que votre pseudonyme alors oui, en effet, on peut considérer que vous avez acquis un certain stade de notoriété. C’est le cas, évidemment, de la légende Lemmy Kilmister (de son vrai nom Ian Fraser Kilmister), chanteur/bassiste de Motörhead qui « est Motörhead et joue du rock’n’roll », comme il a coutume de l’indiquer sur scène au début des shows de son groupe depuis plus de quarante ans maintenant.

Et en quatre décennies, il s’en est passé des choses dans la vie de Lemmy ! Avec beaucoup d’abus à la clé qui auront pendant de longues années donné au frontman de Motörhead des allures de navire de guerre insubmersible. Seulement, le temps passant, cette image s’est peu à peu écornée. La faute à différents problèmes de santé (soucis de coeur, problèmes gastriques et déshydratation, problèmes respiratoires et dorsaux…) qui ont clairement affaibli le bonhomme.

Lire la suite…



Le Blog Du Doc    Nouvelles Du Front   

Swallow The Sun : une obscurité qui se savoure en profondeur


L’industrie de la musique, avec le temps, a beaucoup évolué. Les ventes d’albums ont chuté, les prix des places de concerts ont augmenté d’une façon démentielle, les labels n’ont plus les mêmes moyens qu’avant pour promouvoir leurs artistes, le merchandising s’est de plus en plus imposé comme une source de revenus clé pour beaucoup d’acteurs du monde de la musique, Steve Jobs nous a fait croire que nous pouvions capter l’essence d’un concert le bras levé à travers la lucarne d’un de ses joujoux… et l’on pourrait poursuivre ce type d’énumérations factuelles pendant des heures.

Au sein de cette évolution permanente, il est à noter – fort heureusement – que l’artiste reste sacré. Certes il est la première victime de la conjoncture économique difficile du secteur dans lequel il tente de tirer son épingle du jeu, certes le téléchargement illégal l’a abasourdi et la rétribution qu’il touche de la part des plateformes de streaming est encore beaucoup trop faible : mais fort heureusement il a conservé aux yeux du public cette fascination que confère la scène. D’ailleurs le jour où le prestige de l’artiste disparaîtra, alors l’industrie de la musique sera probablement morte et enterrée !

Mais là n’est pas notre sujet…



Nouvelles Du Front   

La routine du faire plaisir


slayer1

Les artistes font rêver. On les attend longtemps, ils apparaissent quelques minutes devant nos yeux ébahis avant de repartir vers d’autres aventures, d’autres figures, d’autres adeptes. La scène aux mille visages est leur banquet et nous, petits chiots impressionnés, nous restons pantois d’admiration devant eux ; à l’affût du moindre sourire et du moindre autographe qui viennent de ces Dieux du plaisir. Et évidemment c’est le regard lumineux tourné vers les étoiles que nous cherchons constamment à nous éloigner de tous ces aficionados tombés au front qui ont choisi (parfois malgré eux) de cultiver le jardin de leur imaginaire, tellement déçus du comportement de leurs idoles.

Dans le monde de la musique, les fans que nous sommes ont tendance à penser que le triptyque « sexe, drogue et rock’n’roll » est le leitmotiv valable pour tous les groupes. S’il est indéniable que, consciemment ou inconsciemment, nombre d’artistes se lancent dans la musique – outre leur passion pour cet art – aussi pour les facilités que ce statut procure, il est à noter que certains musiciens accordent peu d’importance au cirque de l’industrie musicale ou sont tout simplement lassés des à-côtés de la scène, ces derniers étant vus comme une source trop importante de contraintes (notoriété = voyages incessants = sentiment de perte de liberté). Et cela est sans doute d’autant plus vrai pour les musiciens qui tournent depuis très longtemps et qui n’aiment pas spécialement voyager.

Lire la suite…



Nouvelles Du Front   

Quand les vieux de la vieille règlent leurs comptes via les nouvelles technologies…


Si vous êtes passés à côté de l’info le mois dernier, sachez que le petit monde du metal a assisté à un règlement de comptes entre musiciens et pas n’importe lesquels – d’où cet article ! – puisque les désormais ex-amis Ozzy Osbourne et Bill Ward – respectivement chanteur de Black Sabbath pour le premier et désormais ex-batteur du groupe pour le second – ont publiquement partagé leurs différends à grands coups de messages sur les réseaux sociaux.

Sur fond de discours rappelant « Je t’aime, moi non plus », les deux comparses se sont envoyés de belles déclarations d’amour en forme de missiles numériques. Il n’y a pas si longtemps, dans une galaxie pas si lointaine, nous étions réduits à apprendre ce genre de problèmes relationnels au travers d’interviews ou à l’occasion de publication de mémoires et autres biographies de nos stars préférées. Mais aujourd’hui ils s’étripent directement via Facebook et compagnie pour le plus grand plaisir des petits voyeurs que vous êtes !

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Five Finger Death Punch @ Hellfest
    Slider
  • 1/3