ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Potin   

Helljam : l’enfer à portée de tartine


Corrompre les rédacteurs / animateurs de RM pour obtenir une bonne chronique, c’est facile : il suffit de bien les nourrir. Ainsi, parmi tous les envois de CD, DVD et parfois livres que nous apporte le facteur chaque semaine, ce qui, ces derniers jours, a le mieux retenu l’attention de toute notre équipe, qui a fait s’asseoir une bonne partie de notre staff pour déguster ensemble une des dernières productions venues de l’Enfer parvenue jusqu’à notre local, s’appelle Helljam, la confiture au bon goût de Clisson, c’est à dire du Hellfest.

Par conséquent, et bien qu’il nous soit impossible de résister au mantra « Si tu veux toucher le cœur d’un homme, passe par son estomac », on va tenter de rendre compte aussi objectivement qu’il est possible de notre expérience au contact de ce pot de douceur cuite sur les fourneaux de Lucifer par les artisanes de Muroise et Compagnie. Et peut-être qu’alors ceux qui auraient manqué ça l’an dernier, pour sa première mise sur le marché, tenteront à leur tour de mettre la main sur cette confiture pour l’ajouter au menu de leur petit-déj’ au réveil sur le camping du Hellfest.

Lire la suite…



Girls Girls Girls    Potin   

Sex et Rock’n’Roll, les dessous du paradigme


« Mon quota est de trois par jour. »

Autant vous prévenir tout de suite, ici Stephen Pearcy ne parle pas tout à fait de fruits et légumes. Non, le chanteur informe ici qu’à l’apogée de Ratt, il engrangeait en moyenne trois rapports sexuels, chaque jour que Dieu fait. « Trois par jour », notre étude est formelle : si les dires de cet homme sont vrais, nous pouvons affirmer qu’il plafonnait à 1092 fornications par an, et même à 1095 en cas d’année bissextile. Rendez-vous compte, près de onze cents conquêtes à l’année grâce à la toute puissance du rock’n’roll.

Lire la suite…



Potin   

Provocs Hellfest : que ferait-on sans eux ?


Aussi régulier que le facteur et son calendrier, aussi précis que Curiosity (le robot, sur Mars, vous voyez ?) et connaissant autant de suites que les « Rôtisseurs », le collectif « Provocs Hellfest, ça suffit ! » est de retour. Ça sent le printemps à plein nez et les détracteurs du Hellfest nous le rappellent. La saison des festivals approche, en effet, à grands pas. Les gourdins voués à assommer le fest clissonais et sa réunion d’hérétiques, satanistes, occultistes et on en passe, sont à nouveau de sortie… Gourdins qui, comme chaque année, sont en plastique, bien entendu.

Si le heavy, c’est à qui chantera le plus aigu, si le black, c’est à qui qui aura le plus de piques à sa ceinture, les associations ou les personnalités opposées à la fête de l’Enfer sont plus du style : c’est qui qui va le plus faire parler de soi ? Un petit jeu qui amuse tout le monde. Car, avouons-le, que ferait-on sans ces méchants détracteurs ? On les inventerait, très certainement. Au final, un bon Hellfest ça se passe devant les scènes, au bar, au camping mais aussi en amont avec ce duel au sommet opposant le Bien et le Mal. Un jeu faisant tout particulièrement rire la caste des métalleux. Mais un jeu qui, cette année, ne fait plus vraiment rire le maire de Clisson.

Lire la suite.



Potin   

Steel Panther : la mariée était seins nus…



… En tout cas, c’est ce qu’on imagine qu’on nous raconterait si on nous disait que Steel Panther a joué à un mariage. Car un concert de Steel Panther sans déballage de lolos, ce n’est pas un vrai concert de Steel Panther. Et donc, quand Steel Panther joue à un mariage, on doit s’attendre à voir plus que la jarretière au cours de la soirée.

Et dans ce cas, comme Fred Durst avant elle, Avril Lavigne gagnerait pas mal de points sur l’échelle du cool pour s’être frottée à Steel Panther.

Lire la suite…



Potin   

Metallica : Tilt The Lightning


Une fois encore, on parle moins de ce que Metallica crée que de ce que Metallica engendre. Quoique ces deux verbes soient presque des synonymes. Et même si on peut leur reprocher d’engendrer plus de produits dérivés, de DVD, ou d’autres choses autour de leur nom que ce que veulent vraiment les fans (à savoir de nouvelles musiques, et du pur thrash si possible), l’étiquette Metallica se pose encore assez souvent sur des choses faisant ressortir une certaine créativité (un nouveau DVD live, oui, mais alors en 3D et avec des morceaux de fiction dedans), même si des fois ce n’est pas la leur…

Vous en avez assez d’user vos doigts sur les frettes en plastique de Guitar Hero Metallica ? En même temps, ça fait près de quatre ans que vous avez eu le temps d’en faire le tour… Alors il est temps de vous rappeler ce que c’est qu’un jeu bien rock, avec des projectiles de métal qui fusent dans tous les sens, comme on en jouait dans les 80’s, les jambes serrées dans un blue-jean déchiré, les pieds dans des baskets montantes, écartés et calés contre deux montants d’acier, le blouson de cuir posé sur une chaise à côté pour ne pas prendre chaud après quelques coups de reins pour montrer la supériorité de l’homme sur la machine. Et si possible avec du Metallica en musique d’ambiance, pour ressentir vos rouflaquettes pousser, comme celles d’Hetfield à la fin des années 80… Bref, il est temps pour une partie de flipper Metallica.

A voir dans la suite…



Girls Girls Girls    On Nous Prend Pour Des Cons    Potin    Radio Metal   

Ne cliquez pas sur ce lien


Ne cliquez pas sur la chose en bas de cet article car vous risquez de devenir accroc.

Le lien en question est en effet une véritable drogue, une grosse provocation bien nauséabonde, un truc zarbi et expérimental que jamais nous n’aurions pu faire en tant que Radio Metal et qui sent (un peu) le soufre. Oui ce machin est, c’est vrai nous vous l’accordons, une honte libertaire et libertine, un véritable ramassis de diarrhées verbales, un hymne à la schizophrénie et à la régression au stade anal.

Mais c’est ainsi.

Fucktoy, génial géniteur du défunt (mais mort-vivant) Captain Spaulding Bizarre Freaky Circus, a créé un nouveau monstre – que nous ne cautionnons évidemment pas – pour fêter les six ans de Radio Metal.

Alors, s’il vous plaît, ne cliquez pas sur ce lien.



Potin   

Marilyn Manson : le diable s’habille en Yves Saint Laurent


Le monde de la mode s’intéresse au metal ? Voilà un postulat qui n’a rien d’extraordinaire. Depuis des années et des modes, déjà, les créateurs et fashionistas de tout poil dérobent au mouvement metal ses apparats : piercing, tatouage, cuir, chaînes, têtes de morts, jeans déchirés… Qui n’a pas écarquillé les yeux en croisant une ado, le dernier Cosmopolitan débordant de son petit sac, n’ayant jamais entendu une note de heavy metal, mais qui porte fièrement un T-shirt des Guns N’ Roses ou de Black Sabbath ?

La mode s’approprie tout et n’épargne personne, elle est l’un des seuls phénomènes à pouvoir prendre ce qu’elle veut d’un mouvement, laissant sa substance essentielle (la musique en l’occurrence) au placard. Néanmoins, ce qui nous fait nous interroger sur les rapports entre ces deux disciplines qui pourraient au premier regard paraître antagonistes, c’est le choix de la nouvelle égérie du couturier et parfumeur français Yves Saint Laurent. En effet, Hedi Slimane, le directeur de création de la prestigieuse maison de couture incarnant le célèbre luxe à la française a jeté son dévolu sur Marilyn Manson pour être sa nouvelle égérie dans sa nouvelle campagne promotionnelle. Après l’acteur Vincent Cassel et le chorégraphe Benjamin Millepied, c’est donc le visage du Révérend himself que l’on verra sur des pages de magazines que peu de metalleux parcourent (ou alors en cachette).

Lire la suite…



Potin   

Yeah ! James Hetfield, yeah !


On se moque beaucoup du R’n’B et de leurs chanteuses au « forfait voyelles » mais le rock a tout de même l’un des plus grands défauts d’élocution de l’histoire de la musique : Yeah ! Un vrai casse-tête pour les orthophonistes. Mais un phénomène incroyable, au point que des groupes ont renoncé à tout autre mot ou phonème pour se désigner. On pense tout particulièrement aux Yeah Yeah Yeahs.

Mais c’est encore plus ancien. Rappelez-vous les yéyés. Il y a une tellement longue histoire du « yeah » rock-and-rollesque enregistré (on oublie le yeah de concert, il y a des hôpitaux psychiatriques entiers remplis de gens qui ont voulu étudier le sujet) que si on les mettait bout à bout on pourrait faire quatorze mille fois la liaison Paris – Antananarivo (à Madagascar, on précise pour les moins forts en géo).

Et si on donnait des noms d’artistes à certaines sections, on trouverait probablement une allée Beatles (« She loves you, yeah, yeah, yeah ») mais aussi certainement un boulevard James Hetfield (de Metallica, on précise pour les nouveaux). Ça ne vous a sans doute pas échappé. Il y a d’ailleurs des gens assez fous pour les compter. Mais il y en a aussi qui ont pris tous les Yeah du chanteur sur album et les ont montés bout à bout.

Découvrez ça là.



Potin   

On ne parle pas assez de porno ici ! Le retour…


Puisque seulement une partie des 72 millions de personnes qui visitent des sites pornographiques chaque mois se rendent sur Radio Metal (une grosse partie certes, mais on peut faire toujours mieux), nous avons par conséquent décider de remettre le couvert en parlant de sexe… et de Metal. Car outre notre volonté d’accroître la fréquentation du site grâce à l’utilisation de mots sur-référencés tels que Sexe, Porno, Clara Morgane et d’autres termes plus colorés encore, nous nous apprêtons à citer un nom qui, en plus d’augmenter de manière lubrique le nombre de visites par celles de voyeurs nostalgiques, nous donnera l’occasion de parler de notre thème fétiche : le por… euh, non : le Metal.

Ce nom, c’est celui de Vanessa Del Rio. Outre vous recommander chaudement d’aller voir les œuvres de cette actrice de « films éducatifs à caractère naturiste » des années 70 et 80 (l’âge d’or diront certains), aux deux cent films rien que dans ces dix premières années de carrière et réputée pour ses attributs visibles ou cachés et avoir été une pionnières dans certaines pratiques (pour les détails, nous faisons confiance à votre curiosité), nous sommes en mesure de vous annoncer qu’elle est au centre d’un projet de film qui sera réalisé par un nom bien connu du monde du Metal.

Lire la suite…



Potin   

Ozzy Osbourne : prendrez-vous votre billet pour un ‘Crazy Plane’ ?


C’est bien connu : Ozzy Osbourne n’a pas que de bons souvenirs avec les avions ou des machins qui volent en général. C’est tout de même à cause d’un avion qu’il a frôlé la mort en 1982 quand un de ces engins a heurté son tour-bus de plein fouet. C’est aussi ce même avion qui lui a arraché l’un des meilleurs guitaristes qu’il ait connu : Randy Rhoads. Et pour ce qui est du reste des machins volants, nous ne vous dirons que deux choses : « colombe » et « chauve-souris ».

Alors, pourquoi vouloir appeler un aéroport, celui de Birmingham exactement, ville d’origine du Madman et de Black Sabbath par la même, « Ozzy Osbourne Airport » ? C’est l’idée assez saugrenue qu’a eu le patron de la maison de disque Big Bear Music, spécialiste d’artistes originaires de la région de Birmingham, Jim Simpson.

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Dream Theater @ Lyon
    Slider
  • 1/3