ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Karras : possédé par le démon du death metal


Sur le papier, l’idée d’un super-groupe de metal français proposant un album de death/grind tournant autour du personnage titre de L’Exorciste sonne un peu comme le genre de fantasme né de l’abus de certaines boissons alcoolisées. Et pourtant, c’est bel et bien une réalité ! Issu de la rencontre entre Étienne Sarthou (ex-AqME), Diego Janson (ex-Sickbag) et Yann Heurtaux (toujours Mass Hysteria), Karras est la preuve flagrante que le metal bleu-blanc-rouge se porte bien, merci pour lui.

Une interview pour un premier album, c’est forcément beaucoup de questions autour de la genèse du groupe, de l’inspiration derrière la musique et des espoirs que les musiciens mettent en leur nouveau bébé. Des questions auxquelles les trois compères ont répondu avec l’aisance des vétérans, la bonne humeur d’une vraie bande de potes et la décontraction de ceux qui n’ont plus rien à prouver.

Lire l’interview…



Chronique   

In This Moment – Mother


Depuis 2005, In This Moment a accumulé une audience extrêmement fidèle, subjuguée par le charisme et les prestations de Maria Brink. In This Moment se repose en effet sur le talent créatif de la chanteuse accompagnée du guitariste Chris Howorth pour se forger une identité atypique et reconnue depuis le succès de l’album Blood (2012), désormais aussi soignée sur le plan visuel qu’auditif. Ritual (2017) n’avait fait qu’accentuer la marche en avant d’In This Moment, jusqu’à inciter certains médias à comparer Maria Brink à une Lady Gaga version metal. Mother, leur septième effort, entend se reposer entièrement sur cette dynamique extrêmement positive avec pour preuve ce même recours aux talents de production et de co-compositeur de Kevin Churko (Ozzy Osbourne, Five Finger Death Punch). Mother se veut clairement une extension de Ritual, avec une légère emphase sur le caractère plus émotionnel de la musique d’In This Moment.

Lire la suite…



Interview   

Body Count a faim !


Jamais deux sans trois, comme on dit. Après Manslaughter (2014) et Bloodlust (2017), la dynamique gagnante de Body Count se vérifie encore cette année avec Carnivore. Un album qui, s’il poursuit sur les bases qui ont fait la réussite de ses prédécesseurs, propose également une lecture du style Body Count, une nouvelle fois, sensiblement différente, plus lourde et « monstrueuse » à certains égards. Il faut maintenir l’auditeur en haleine et se renouveler, ça Body Count l’a bien compris. Ou plutôt devrait-on dire : Vince Dennis, alias Vincent Price, l’a bien compris. Car c’est bel et bien le bassiste qui est à l’œuvre derrière le succès actuel de Body Count, allant jusqu’à endosser le rôle de directeur artistique, fort de sa longue expérience de technicien auprès de certains des plus grands noms du rock et de la pop.

C’est donc auprès de Vince Dennis que nous avons été glaner des infos sur ce nouvel opus, ses multiples invités, sa reprise de Motörhead ou ses réinterprétations de titres d’Ice-T en solo. Mais devant la gouaille du musicien on ne peut plus éclectique et polyvalent, l’entretien a fini par prendre de nombreux tournants, allant jusqu’à rentrer dans la dynamique interne de Body Count et les choix de carrière du groupe, celui-ci refusant les longues tournées éreintantes pour justement préserver le plaisir. Car Body Count n’est pas un boulot, c’est un loisir.

Lire l’interview…



Chronique   

Testament – Titans Of Creation


Testament est définitivement inarrêtable et ne compte pas transiger sur sa formule. Les Californiens joueront toujours du thrash à l’ancienne, porté par un line-up – peut-être le plus prestigieux que la formation ait connu depuis The Gathering (1999) – qui tient bon depuis six ans. Pour de nombreux auditeurs, Testament devrait indéniablement être estimé au niveau du Big 4, si l’on prend en compte la constance et le dévouement dont fait preuve le groupe ces quinze dernières années. Titans Of Creation, treizième œuvre du groupe, ne laissait aucunement présager des nouveautés quelconques. Pourtant… Testament semble se montrer un poil plus ambitieux, quitte à varier légèrement les plaisirs. Chuck Billy s’était montré enthousiaste quant au résultat : « L’un des meilleurs boulots que nous ayons jamais faits ». Titans Of Creation est effectivement le produit d’une formation qui a décidé de passer plus de temps ensemble et d’accroître le processus collaboratif. À raison.

Lire la Suite…



Interview   

Nightwish et le rappel à la nature


Si on vous demandait de nous citer cinq groupes de metal symphonique, il y a fort à parier que Nightwish serait du nombre. Même pour les moins fans du genre, difficile de passer à côté du phénomène finlandais et de ses sorties chaque fois plus grandioses, plus audacieuses, plus hyperboliques. Vingt-cinq ans après leurs débuts modestes, la question n’est plus de savoir si les rois du sympho réussiront à encore à surprendre le public, mais plutôt de quelle façon. Cette fois, ce sera donc en proposant un double album, Human. :||: Nature., qui joue des oppositions et des contrastes jusque dans son titre et son utilisation de l’orchestre.

Désormais affranchi de toute contrainte musicale (et débarrassé des questions de line-up qui ont poursuivi son groupe pendant presque une décennie), Tuomas Holopainen, tête pensante du combo, se laisse bien davantage aller aux confidences, aux plaisanteries et aux interventions personnelles qu’à une époque. D’où cette longue interview parfois un peu décousue, où nous évoquons forcément le nouvel album et le rapport du compositeur à la nature, mais également les délices des bains à l’huile de pépin de raisin, l’art délicat de headbanguer avec un masque à gaz et les auteurs de fantasy qui ont le don de faire poireauter leurs lecteurs.

Lire l’interview…



Chronique   

Igorrr – Spirituality And Distortion


Difficile de prévoir ce que Gautier Serre, l’homme derrière Igorrr, a en tête. Ce qui est certain, c’est que les conventions seront mises à mal. Igorrr se plaît à mélanger quantité de styles musicaux parfois pour le simple amour du contraste. L’extravagance n’est jamais un frein, elle est presque recherchée. Savage Sinusoid (2017) avait en quelque sorte validé cette formule, supportée par le label Metal Blade Records. Spirituality And Distortion entérine la démarche d’Igorrr qui ne supporte pas d’être figé dans un seul état d’âme et fuit toute musique monolithique. Spirituality And Distortion est un itinéraire sinueux, parfois tranquille, parfois abrupt.

Lire la suite…



Interview   

Schammasch : la flamme créative et destructrice


Arrivé au bout d’un cycle massif – après le simple album Sic Lvceat Lvx, le double album Contradiction et le triple album Triangle, puis l’EP The Maldoror Chants: Hermaphrodite pour temporiser –, Schammasch était attendu au tournant, c’est même un euphémisme. Une nouvelle ère s’est ouverte fin 2019 pour le combo suisse avec Hearts Of No Light, sous le signe à la fois de la continuité et de la rupture. La continuité parce que Schammasch met à profit en un album tout ce qu’il a pu développer musicalement jusqu’à présent. La rupture parce qu’il prend à bien des égards le contre-pied conceptuel de Triangle, cherche à « démolir le passé » pour laisser place au renouveau et dévoile des facettes musicales encore inédites.

Premier album d’un dytique, dont le second volet verra le jour ultérieurement, Hearts Of No Light est un album qui expose une vision de l’humanité d’un pessimisme noir. C’est aussi une œuvre d’art une nouvelle fois remarquable, qui transcende les genres, plein de symboles piochés dans la religion chrétienne, la mythologie et l’ésotérisme, et qui invite l’auditeur à la réflexion et à l’introspection.

Nous ne pouvions pas ne pas nous entretenir une nouvelle fois avec Chris S.R., tête pensante du groupe, qui désormais choisit de ne répondre aux interviews plus que par e-mail, afin de pouvoir prendre le temps de la réflexion. « Compare une session de jam à une phase de composition approfondie et imagine les deux résultats et à quel point ils seront différents. C’est pareil pour les interviews pour moi. » Une justification qui symbolise bien l’attention extrême qu’il consacre à tout ce qui touche à son art et qui ne tolère aucune imprécision.

English speaking readers : the original version of the interview is available here.

Lire l’interview…



Radio Metal TV   

Bernard Minet Metal Band : Les Musclés du metal




Chronique   

Almanac – Rush Of Death


S’il a très jeune fait carrière en Russie, Victor Smolski est davantage connu chez nous pour son travail avec Rage, avec qui il est resté pendant quinze et a mis à profit, à certaines occasions, ses connaissances en matière de musique classique (héritées de son père Dmitry Smolski). Depuis 2015, Victor parcourt le monde avec sa formation Almanac, déjà auteur de deux albums avec Tsar (2016) et Kingslayer (2017). Le rythme de tournée s’accélérant a amené Almanac à se séparer de plusieurs membres dont les chanteurs David Readman et Andy B. Franck. Il en fallait plus pour faire renoncer Victor, qui a immédiatement reformé un nouveau line-up centré autour de deux chanteurs (contre trois auparavant) avec Jeannette Marchewka et Patrick Sühl, accompagnés du bassiste Tim Rashid et du batteur Kevin Kott, sans compter les participations de Frank Beck de Gamma Ray et du growleur Marcel Junker. Rush Of Death constitue la troisième réalisation d’Almanac, articulée autour de la thématique des gladiateurs. L’occasion pour Victor Smolski d’effectuer un parallèle avec sa passion et ceux qu’ils considèrent comme les combattants des temps modernes : les pilotes automobiles. Victor Smolski est toujours en quête de l’alliance parfaite entre musique symphonique et heavy metal sans pour autant forcer les choses, quitte à embrasser davantage une seule facette.

Lire la suite…



Interview   

Sylosis prend un nouveau départ


En octobre 2016, lorsque le frontman Josh Middleton rejoignait Architects suite au décès du guitariste Tom Searle, Sylosis annonçait parallèlement une pause. La réalité est qu’en coulisse, cette dernière avait été décidée bien avant et avait plus les traits d’une séparation que d’une pause. S’il était las du manque de retour sur l’investissement de temps, d’efforts et d’argent, c’est surtout un mécontentement profond sur les limites artistiques qu’il s’était lui-même imposées qui a poussé Josh Middleton à rayer Sylosis de la carte dans le but de fonder un nouveau groupe avec lequel il pourrait élargir ses horizons créatifs.

Finalement, convaincu par le label, Sylosis a survécu mais ne sera plus jamais tout à faire le même : il sera meilleur. C’est en tout cas ce que démontre Cycle Of Suffering, cinquième album qui marque vingt ans de carrière, largement encensé par les fans et la critique Sylosis à ce jour. Preuve que le rééquilibrage et re-paramétrage opéré par Josh Middleton a porté ses fruits.

Dans l’entretien qui suit, le chanteur-guitariste nous parle en toute franchise de cette période de remise en question en revenant aux sources historiques de son mécontentement, de son expérience auprès d’Architects et de ce retour au sommet, évoquant également son approche vocale (en partie inspirée par Gojira) ou encore son anxiété en avion.

Lire l’interview…



  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3