ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interviews   

Shining (Norway) shows great clarity of purpose


Creating something completely new is not a common thing anymore in the metal genre (just as in most other musical genres actually). However, that’s something the musicians from Shining have been able to manage with the release of Blackjazz which, landing like a UFO in the landscape, had a detonating effect in the ears of thrill-seeking music lovers. In fact, Shining is perfectly aware that what it created is something unique. This is the reason why Jørgen Munkeby and his pack of mad musicians decided to tap this opportunity. It wasn’t so they could ride on the wave of some success – Munkeby himself recognises that it’s quite impossible to forecast – but so that, as artist, they could exploit and try out new ventures. Hence was born the Blackjazz trilogy, composed of an initial album, a recorded live experience and the latest One One One recently released.

Read the interview…



Interview   

Shining (Norvège) a de la suite dans les idées


Créer quelque chose de foncièrement neuf n’est plus très courant dans le mouvement metal (comme dans la plupart des autres mouvements musicaux d’ailleurs). C’est pourtant ce qu’ont réalisé les Norvégiens de Shining avec l’album Blackjazz qui, en atterrissant tel un OVNI dans le paysage, a eu l’effet d’une détonation aux oreilles des mélomanes accros aux sensations fortes. Et le fait d’avoir créé quelque chose d’unique, Shining en a pleinement conscience. Voilà pourquoi Jørgen Munkeby et sa bande de musiciens fous ont voulu exploiter le filon. Non pas pour surfer sur un quelconque succès – Munkeby lui-même reconnait que voilà bien quelque chose d’imprévisible – mais pour, en tant qu’artiste, exploiter et tester sa nouvelle palette. C’est ainsi qu’est née la trilogie Blackjazz composée de l’album initial, d’une expérience live capturée sur album et de ce One One One fraîchement sorti.

Imprévisible est un mot qui d’ailleurs sied à merveille à Shining. Non seulement Blackjazz surprend dans l’univers metal dans sa globalité mais il se démarque tout autant dans la discographie de la formation. A vrai dire, Shining fait partie de ces groupes qui n’ont pas froid aux yeux et qui n’ont par peur des changements. « C’est la seule chose qui ne change pas : nous n’avons pas peur de changer ! » déclare Munkeby dans l’interview qui suit. Et on veut bien le croire, pour un groupe qui, comme nous en avions déjà longuement discuté à notre précédente rencontre en 2010 à l’occasion de leur venue en France, est passé d’un jazz acoustique à un metal industriel intense et quasi hystérique.

Parler avec un artiste aussi à part et intelligent que Munkeby est toujours extrêmement captivant et même si nous avions déjà abordé beaucoup de sujets la fois dernière, la nouvelle donne imposée par un One One One, plus direct et concis, en a apporté beaucoup d’autres. Voici donc notre nouvel entretien, long et riche, avec le saxophoniste, guitariste, chanteur et leader de la formation – rien que ça.

Lire l’entretien…



Blow Up Your Video   

Accepter la situation « comic »


Depuis quand est-ce comme ça ? Au cours des deux-trois dernières années, l’opinion a été frappée de découvrir par voix de presse que le « geek, c’est chic » et au cours des derniers mois écoulés, on a l’impression que c’est aussi très tendance dans le metal !

Bien sûr, pour Scott Ian d’Anthrax, cette passion n’est pas nouvelle et ce n’est pas un hasard s’il est devenu scénariste de comics. Quant à Alan Robert (Life Of Agony), dont le Wire Hangers sera adapté en film, il est à croire qu’il avait déjà prévu cette voie avant celle de la musique. Par contre, il faudrait tout de même demander aux membres de Within Temptation lequel d’entre eux est un mordu de BD pour avoir eu l’idée de comic-book « The Unforgiving ».

Et voilà qu’Accept succombe aussi à la passion des bulles dans son nouveau clip… Alors, tendance ou vraie passion ?

Lire la suite…



Nouvelles Du Front   

la méthode grrrnd zero, ça paye


J’en avais rêvé pour Karma To Burn, Shining l’a fait. Shining, Kylesa et Karma To Burn sont trois groupes qui n’ont pas grand chose à voir entre eux. Si ce n’est que nous les avons découvert tous les trois sur scène via l’organisation du Grrrnd Zero de Lyon, dont nous ignorons les critères de sélection, mais dont on sait qu’ils sont sévères. Et à raison, c’est un gage de qualité. Chaque concert organisé par le Grrrnd Zero est une claque. Les prestations de ces trois groupes, bien qu’évoluant dans des sphères musicales différentes, nous ont permis d’entrapercevoir le style scénique recherché par cet organisme : pas de jeu de scène exubérant, juste de la prestance, du style et de la conviction, la musique au premier plan. Et surtout, une musique qui a pour vocation le rassemblement et qui ?uvre pour que le spectateur le plus réservé ait envie d’extérioriser, de danser, de bouger. En cela, ces trois groupes avaient tout en commun.

On était curieux de voir si ce pouvoir de fédération pourrait s’exercer aussi bien sur un public plus conséquent. Une occasion nous est donnée par Shining, qui a joué devant plus de 80 000 personnes le 18 juin dernier à Oslo, dans le cadre de l’émission de Télévision suédoise VG-lista Topp 20.




  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3