ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

The Night Flight Orchestra : la tête dans les nuages


Quand sortait Internal Affairs (2012), ils étaient peu à croire en The Night Flight Orchestra et son classic rock joué par des pointures du death mélo. Huit ans et cinq albums plus tard, le collectif suédois est désormais signé sur le prestigieux label allemand Nuclear Blast et n’a cessé d’élargir ses rangs et d’étoffer son concept pour proposer une musique rétro plus vraie que nature, gorgée de mélodies catchy, d’un sentiment d’évasion et d’un romantisme mélancolique. La mode du revival des années 80 est entre-temps passé par là, rattrapant The Night Flight Orchestra au vol. Tous les voyants sont désormais au vert pour le groupe et rien ne semble arrêter son ascension.

Avec Aeromantic, The Night Flight Orchestra fait une nouvelle démonstration de son amour et sa maîtrise d’un âge d’or de la musique populaire, à cheval entre les années 70 et 80, mettant un peu plus l’accent sur les claviers, mettant à profit un kit de batterie hautement symbolique ayant servi à Abba et intégrant la participation d’une violoniste. L’objectif des Suédois est clair : devenir un orchestre classic rock jouant dans les stades et les plus grandes salles. Certes, l’objectif est encore loin d’être atteint, mais The Night Flight Orchestra a déjà prouvé que quand on croit en ses rêves, ces derniers pourraient bien finir par se réaliser. On discute de tout cela, et plus encore (le féminisme, le départ du claviériste Richard Larsson, des nouvelles de Soilwork, etc.), avec le guitariste-compositeur-parolier (et gastroentérologue) David Andersson.

Lire l’interview…



Nouvelles Du Front   

Kiss a-t-il apporté quelque chose à la musique ?


Voilà treize années que Kiss est éligible pour faire partie des artistes récompensés par le Rock And Roll Hall Of Fame. Et voilà treize années que Kiss n’est pas nommé alors que leurs confrères d’Aerosmith, d’AC/DC, les Ramones, les Sex Pistols (même s’ils ne s’en sont pas vantés), Alice Cooper l’ont été. Rien d’étonnant à la présence de ces derniers, contrairement à celle de Madonna ou d’Abba.

Voici un condensé de la réaction de Paul Stanley (guitare/chant) auprès de Rolling Stone (propos rapportés par le site Blabbermouth) : « C’est devenu une blague. Nous y pensions et avons conclu la chose suivante : ‘Nous allons les racheter et virer tout le monde’. […] [Madonna et Blondie] sont des artistes tout à fait légitimes sur la scène disco/dance. Ces artistes n’appartiennent pas au Rock And Roll. […] Ils ont atteint un stade où ils cherchent désespérément quelqu’un qu’ils considèrent comme ayant de la valeur. Avec tout le respect, quand on nomme Patti Smith, on n’est plus très loin de Pete Seeger ».

L’absence de récompense pour Kiss de la part d’une institution qui semble récompenser les artistes rock les plus marquants est à première vue surprenante. Musicalement, le terme « Rock N’ Roll » est ici pris au sens large, mais malgré tout, la présence d’artistes tels qu’Abba ou Madonna semble peu défendable.

Nous avons cherché à en savoir plus…



  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3