ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Sólstafir règne sur sa montagne


Si le passé extrême de Sólstafir semblait être un lointain souvenir, il est pourtant bel et bien resté présent dans le cœur des musiciens du groupe. En témoignent certains éléments qui parsèment son nouvel album Endless Twilight Of Codependent Love (la chanson « Dionysus » surtout). Ce dernier est surtout, en partie, un retour à une approche où le « riff » de guitare est davantage au centre de la composition de Sólstafir, favorisé par les concerts anniversaires de Köld (2009) l’an dernier. C’est d’ailleurs amusant de voir Aðalbjörn Tryggvason alias Addi en être le premier surpris, lui qui a toujours dit que ce groupe ne regarderait jamais en arrière… En réalité, Sólstafir ne suit aucune règle, c’est même ce qui permet à ses membres de nourrir leur enthousiasme et leur créativité. L’émotion est le seul prérequis et Endless Twilight Of Codependent Love le démontre, avec quelques surprises.

Exposant des réflexions et témoignages sur les dérives de l’amour, la maladie mentale ou l’addiction – des thèmes chers à Addi –, Endless Twilight Of Codependent Love est un voyage à la fois onirique et accidenté, à l’image des paysages islandais, sur lesquels trône la Dame de la Montagne, incarnation féminine du pays qui illustre la pochette. On parle de tout ceci en détail dans l’entretien qui suit, l’occasion pour le frontman de rendre un hommage à l’une de ses plus grandes influences, partie il y a quelques mois.

Lire l’interview…



Interview   

Katla : suivez le guide…


La nature islandaise est une source intarissable d’inspiration pour les artistes résidant sur cette île du cercle polaire. Il n’est donc pas très étonnant de retrouver Guðmundur Óli Pálmason alias Gummi, l’ancien batteur, co-leader et fondateur de Sólstafir, dans un nouveau groupe baptisé Katla, du nom d’un volcan Islandais. Enfin, « groupe » est un bien grand mot, puisqu’il s’agit en réalité d’un duo formé en compagnie d’Einar Thorberg Guðmundsson, avec qui il a trouvé une authentique connexion autant artistique que personnelle. Mais si la nature est le point de départ de leur musique, d’autres thématiques chères au duo s’y sont greffées, en tête desquelles celle de la famille, notion très importante pour eux, et une figure de celle-ci en particulier : la mère.

Gummi nous parle ainsi longuement de cette nouvelle entité artistique ainsi que de son premier album Móðurástin, fait d’une musique une nouvelle fois ouverte et pleine de sensibilité. Cependant, difficile également de passer à côté du délicat sujet de son éviction de Sólstafir en 2015, en particulier après que le frontman Addi ait lui-même déballé sa version de l’histoire dans nos colonnes. Un peu hésitant à donner la totalité de la sienne, Gummi partage tout de même avec nous certains éléments offrant une autre perspective de cette triste séparation.

Lire l’interview…



Interview   

Sólstafir poursuit le rêve


« En règle générale, je ne partage rien de ce que raconte Gummi en interview » nous disait sèchement Addi, le frontman de Sólstafir, il y a deux ans et demi au sujet du batteur et membre fondateur de la formation islandaise. On pouvait déjà sentir une prise de distance avec son compère, voire peut-être un léger malaise. Et puis il y a eu cette tournée en 2015 effectuée avec un batteur de session. Lorsque nous avions demandé à Addi juste après le concert de Lyon où était passé Gummi, le chanteur se montrait évasif, mais nous faisant bien comprendre qu’il y avait un souci avec le batteur et qu’il pourrait ne pas revenir, même si rien n’était encore acté. Finalement, le couperet tombe : Gummi est évincé du groupe et ce dernier publie un long texte expliquant son rapport conflictuel avec Addi, créant un véritable psychodrame. Le groupe n’avait jusqu’alors jamais réellement donné sa version des faits, et c’est désormais chose faite avec Addi qui revient ci-après en détail sur les raisons de cette douloureuse séparation, ainsi que l’éloignement progressif des deux hommes depuis 2010.

Mais réjouissons-nous que ces problèmes relationnels, à défaut d’être résolus sur le plan personnel, n’aient pas eu raison du groupe, car celui-ci est désormais bel et bien reparti sur des bases saines, certes avec un nouveau membre à bord, et la musique n’a, heureusement, pas pâti des tourments internes. En atteste Berdreyminn, nouvel opus du groupe, qui poursuit sur les traces du remarquable Ótta : une musique atmosphérique pleine d’émotion et de rebondissements, parfois étrangement rock n’ roll, et toujours avec cette singularité islandaise. On en parle de long en large avec Addi dans l’interview qui suit.

Lire l’interview…



News Express   

L’ex-batteur de SOLSTAFIR Guðmundur Óli Pálmason évoque son « départ » du groupe


Dans un long communiqué, l’ex-batteur de SOLSTAFIR Guðmundur Óli Pálmason évoque en détail son départ forcé du groupe qui s’est déroulé en janvier de cette année. Il raconte de manière approfondie ce qu’il considère être une véritable injustice après avoir dédié vingt ans de sa vie au développement du combo. En savoir plus…



Interview   

Sólstafir : Les échos intemporels d’Islande


Après Björk et Sigur Rós, pour ne citer que les plus connus, Sólstafir est une preuve supplémentaire de la singularité du paysage musical islandais. Aðalbjörn Tryggvason, alias Addi (c’est vrai que c’est plus simple à prononcer…), nous raconte dans l’entretien ci-dessous comment l’île, avec sa situation géographique isolée, a façonné une scène musicale qui ne ressemble à aucune autre. On devine que c’est aussi ce qui peut expliquer pourquoi Addi et ses collègues se fichent royalement des batailles de chapelles. Il écoute de tout, s’inspire de tout, sans honte et sans vergogne. Lui-même reconnaît aimer « créer la musique de Sólstafir à partir de millions de sources d’inspirations. » Ajoutons à cela des membres aux goûts et personnalités hétéroclites voire divergentes – « en général je ne partage rien de ce que raconte Gummi en interview… » avoue-t-il, par exemple, en parlant de son collègue batteur – et on comprend immédiatement d’où vient la richesse d’Ótta, le nouvel opus de Sólstafir.

Ótta, un album qui symbolise une étape de plus dans l’évolution naturelle (un mot clef dans la bouche du frontman) du combo, ayant débuté dans le black metal pour aboutir à un rock fin et chargé en émotion. Ótta, un concept basé sur un vieux système de mesure du temps, mais dont il ne faut aller chercher trop loin la signification et les engrenages, celui-ci étant avant tout là pour sa simple beauté. Tout chez Sólstafir paraît très instinctif, et on en revient à l’analogie avec l’Islande, sa terre et ses sous-sols vivants, beaux et sauvages. Et c’est aussi cette spontanéité qui rend notre échange avec Addi si passionnant, l’homme s’exprimant sans filtre, avec camaraderie et franchise.

Lire l’interview…



  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3