ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interviews   

Opeth in harmony with themselves


You’ll just have to get used to it: Opeth do what they want, and their only limits are set by their own artistic tastes. Whether you subscribe to their musical orientation or not, they simply don’t care. “You have to take it or leave it because we’re not gonna conform to public opinion.”, says leader Mikael Åkerfeldt, accompanied in the following interview by guitarist Fredrik Åkesson, who joined the band in 2007, right when the band started changing directions.

After all, is it the vocals that define the band? The heaviness of the riffs? A well-defined formula? Or rather its very personality, of which we discover the various aspects as time goes by? Everybody knows you have to set routine aside and explore your own desires and abilities in order to properly fulfill your potential. That’s exactly what Opeth are doing today with their new album, Pale Communion, which sounds more like a sequel to Heritage than a return to basics. You’ll have to wait a while longer for them to go back to progressive metal – or maybe you can simply enjoy what Opeth has to offer here and now. According to the two musicians, the only certainty is that they don’t know what next time will bring.

This is only a glimpse of what this illuminating, funny, and rather relaxed interview with Åkerfeldt and his mates has to offer. If you want to know more about the new album, the evolution of the band, its way of thinking, or its aspirations, you’re in the right place.

Read the interview…



Interview   

Opeth en communion avec lui-même


Il faudra s’y faire : Opeth fait bien ce qu’il veut et n’a de limite que dans ses goûts artistiques personnels. Que vous adhériez ou pas à ses orientations musicales, Opeth ne vous écoutera pas. « C’est à prendre ou à laisser : nous ne nous conformerons pas à ce que le public attend de nous » affirme le leader du groupe Mikael Åkerfeldt, accompagné dans l’entretien qui suit par son guitariste Fredrik Åkesson, arrivé dans le groupe en 2007 à la croisé des changements d’orientation.

Mais après tout, est-ce le type de chant qui fait le groupe ? Sont-ce la dureté des riffs ? Une formule bien définie ? Ou bien n’est-ce pas plutôt sa personnalité même, dont on découvre de nouvelles facettes avec le temps ? Et puis, tout le monde s’accorderait à dire qu’il faut parfois savoir sortir de la routine pour s’épanouir, savoir explorer ses propres capacités et ses désirs. C’est ce que fait Opeth aujourd’hui en proposant son nouvel album Pale Communion, bien davantage une suite à Heritage qu’un retour en arrière. Il faudra patienter encore pour retrouver le death metal progressif d’avant, ou bien tout simplement profiter de ce qu’Opeth a à offrir aujourd’hui et maintenant, car une chose est sûre, d’après les deux musiciens, c’est qu’on ne sait pas où ils nous emmèneront la fois prochaine.

Voilà une partie des conclusions que l’on peut tirer de cet échange, toujours éclairant avec Åkerfeldt et ses collègues mais aussi drôle avec leurs traits d’humour, rendant le moment très détendu. Alors pour en savoir plus sur ce nouvel album, l’évolution du groupe, son mode de pensée, ses aspirations, etc. c’est par ici.

Lire l’interview…



Live Report   

Opeth et Pain Of Salvation : deux faces d’une pièce suédoise


Si ces deux groupes ont en commun le fait de faire du progressif suédois d’une richesse rare dans notre petit univers musical du metal, ils ont aussi comme gros point commun leur surprenant virage musical récent, étant tous les deux partis vers du rock typé seventies sur leurs albums les plus récents. Ainsi, le choix de partir en tournée ensemble est on-ne-peut plus logique et on peut même s’étonner qu’ils n’aient pas décidé de le faire plus tôt étant donné leur large base de fans commune.

Tandis qu’Opeth vient de sortir son largement acclamé Heritage, dénué de growl et autres éléments death, Pain Of Salvation laisse également derrière lui ses influences metal avec Road Salt One et Road Salt Two qu’il défendra ce soir sur scène. La soirée s’annonce donc riche en surprises et en partis pris d’une finesse oubliée depuis trente ans !

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Mass Hysteria @ Transbordeur
    Slider
  • 1/3