ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Dark Tranquillity : changement et continuité


Le moment est doublement charnière pour Dark Tranquillity. D’abord parce qu’il accueille officiellement depuis ce début d’année deux nouveaux guitaristes, Johan Reinholdz (Andromeda, Nonexist) et Christopher Amott (ex-Arch Enemy, ex-Armageddon), pour remplacer le membre fondateur Niklas Sundin. Ensuite, parce que, comme pour tous les groupes, l’apparition du Covid-19 et des restrictions qui ont suivi remettent beaucoup de choses en question dans sa carrière. Alors le titre de son douzième opus qui, malgré le fait qu’il ait été écrit l’an dernier, fait directement écho à ce que l’on vit aujourd’hui, s’imposait naturellement.

Dans l’entretien qui suit, le frontman Mikael Stanne nous parle de ce Moment, que ce soit sa recherche d’équilibre et ses questionnements, entre préservation d’une marque de fabrique et l’occasion de tirer profit de nouveaux talents, ou son enregistrement réalisé dans le confort du studio de leur propre claviériste-producteur Martin Brändström mais dans une atmosphère générale des plus étranges. Trente ans après les débuts du groupe et vingt après une autre période charnière, celle qui a vu le groupe sortir d’une année sur l’autre les albums Projector et Haven, c’était aussi l’occasion pour Stanne de nous apporter un éclairage historique instructif sur l’un des piliers du death metalodique made in Göteborg.

Lire l’interview…



Interview   

Arch Enemy : une flamme plus vive que jamais


Un changement de vocaliste dans un groupe est toujours une épreuve un peu délicate. Déjà pour trouver la bonne personne avec qui l’alchimie se fera, mais aussi et surtout pour faire accepter celui ou celle qui incarnera le visage et la voix du groupe à une fan base toujours méfiante et frileuse face aux changements. La carrière d’Arch Enemy avait pris un vrai tournant avec Angela Gossow, les risques en lui trouvant une remplaçante suite à son départ n’en étaient que plus grands. Pourtant, non seulement le passage de témoin au sein du groupe s’est fait de façon on ne peut plus fluide, mais en plus, là où de nombreux groupes se sont cassé les dents sur les avis mitigés des fans, Arch Enemy a carrément vu sa côte de popularité monter en flèche ! Michael Amott, dans l’entretien qui suit, semble lui-même bien incrédule devant ce constat.

Et c’est bien en raison de ce succès que le combo suédo-canadien a décidé d’en laisser un témoignage live avec As The Stages Burn, qui immortalise l’impressionnant show de tête d’affiche donné par le groupe au Wacken Open Air 2016. Nous avons donc parlé avec le guitariste de la bande, l’occasion d’en savoir plus sur son approche de l’exercice live, mais aussi sur le nouvel album à venir et le groupe Black Earth qui a vu, le temps de sept dates au japon, revivre le vieux line-up d’Arch Enemy de 1999, avec le premier chanteur Johan Liiva et le frangin Christopher.

Lire l’interview…



Interview   

Christopher Amott (Armageddon, ex-Arch Enemy) n’est captif de rien


Si on l’oublie souvent au profit de son frère Michael avec qui il formait un remarquable duo de guitaristes, Christopher Amott n’en a pas moins marqué de manière indélébile l’histoire, la musique et l’ascension d’Arch Enemy. Il était parti une première fois en juin 2005 pour revenir en mars 2007, puis repartir en mars 2012, et même aujourd’hui, alors qu’Arch Enemy vient de sortir son premier album sans lui, Christopher ne semble jamais bien loin, revenant aider son frère et ses amis le temps de quelques concerts suite au départ précipité de son remplaçant Nick Cordle, et avant que l’ex-Nevermore Jeff Loomis ne prenne la relève. « C’était marrant de traîner avec les gars à nouveau » nous raconte-t-il à ce sujet, « Alissa [White-Gluz] est une fille sympa. Honnêtement, j’ai l’impression que rien n’a changé. C’était comme si je n’étais jamais parti. C’était pareil. Donc c’était cool. Rien d’étrange ou quoi que ce soit. » Si ce n’est effectivement le changement de frontwoman suite au départ d’Angela Gossow, fait qui ne l’as pas étonné : « Je m’étais bien rendu compte qu’elle n’était plus motivée lorsque j’étais dans le groupe, elle n’aimait pas vraiment les tournées. [Le changement] s’est fait après mon départ du groupe, mais ça ne m’a pas vraiment surpris. » Et puisqu’on est sur le sujet d’Arch Enemy et des départs, connait-il la raison de celui de Cordle ? « Oui je la connais, mais je ne vais pas te dire [rires]. C’était juste des différents personnels. Parfois les gens ne s’entendent pas, tu sais. »

Lire l’interview…



News Express   

ARMAGEDDON (avec Christopher Amott, ex-ARCH ENEMY) sort son nouveau clip


Le groupe ARMAGEDDON, formé en 1997 à l’initiative du guitariste Christopher Amott (ex-ARCH ENEMY), vient de publier une nouvelle vidéo pour illustrer le titre « Equalizer » extrait de son prochain album dont la sortie est annoncée pour 2015. Voir la vidéo…



Nouvelles Du Front   

Christopher Amott fait cavalier seul


Au cours de toute sa carrière au sein d’Arch Enemy, Christopher Amott (photo*) a toujours été le membre qui semblait le plus ressentir un besoin d’indépendance et dont on pouvait prévoir qu’il se lasse, à terme, du metal extrême. Le frère de Michael Amott a pendant longtemps alterné entre Arch Enemy et son projet Armageddon. Officiant au départ dans un registre death metal mélodique/metalcore, ces derniers ont évolué en 2000, via l’album Embrace The Mystery, vers un style plus proche du heavy et du power metal européen. Exit le chant guttural, donc, ce qui représentait à l’époque un premier signe de la volonté du guitariste de jouer autre chose. Quant à son indépendance, il l’a prise une première fois en 2005 en quittant Arch Enemy, déclarant au fanclub français Arch Enemy France ne plus se sentir impliqué à tous les niveaux. Après quoi, l’homme a travaillé son jeu de guitare en solitaire, tout s’essayant au métier d’enseignant de la musique. Il annonçait alors que les prochains disques sur lesquels il travaillerait n’auraient plus rien à voir avec le metal.

Lire la suite…



Interview   

Double dose d’Arch Enemy


Que de chemin parcouru par Arch Enemy depuis sa percée en 2001 avec le désormais classique Wages Of Sin. Un album qui a secoué les puces d’un microcosme death metallique avec non seulement des chansons, des vraies, avec de la mélodie et des riffs mémorables, mais également avec l’introduction d’une hurleuse : Angela Gossow qui, malgré son prénom, n’a rien d’un ange. Un choix qui – même s’ils n’étaient pas les premiers à le faire (on se souvient notamment d’Opera IX et Cadavera) et qu’il s’est démocratisé aujourd’hui – avait provoqué sa petite polémique il y a dix ans.

Dix ans ! Eh oui, déjà ! Et quelques albums à leurs actifs ainsi qu’une belle notoriété. Bien qu’on aurait tort d’occulter la période pré-Angela et son lot de perles. Le groupe lui, en tout cas, n’a pas oublié comme l’atteste The Root Of All Evil sorti en 2009, un album qui remet au goût du jour les trésors du passé.

Lorsque l’on regarde la carrière d’Arch Enemy, ce qui frappe, c’est que le groupe a su très tôt se construire une réelle identité. Un fait rare qui a, à n’en pas douter, contribué à son succès. A tel point que le groupe ne semble pas vouloir s’éloigner le moins du monde de cette identité : « opter pour un son différent, ça a du potentiel, mais généralement, on court le risque de perdre son identité. […] Je ne pense pas que nous changions un jour de façon d’écrire. Et on ne m’entendra jamais chanter clean ou utiliser des boucles techno ou virer industriel. Ça n’arrivera pas » affirme Angela. Chez Arch Enemy, les atouts on les garde bien au chaud, en faisant juste ce qu’il faut pour éviter (de justesse) l’immobilisme. Mais comme l’avoue Angela elle-même, lorsqu’il s’agit de musique : « je suis du genre traditionaliste ! »

Alors, c’est bien un album d’Arch Enemy traditionnel que nous accueillons cette année, Khaos Legions, avec cette fois-ci des riffs un peu plus death metalliques, d’autres un peu plus « slayeriens », d’autres un peu plus power metalliques… Bref, c’est l’album qui va un peu plus un peu partout, là où le groupe est déjà allé.

Mais trêves de bavardage car, chers lecteurs, il vous en reste encore beaucoup à lire sur cet incontournable de la scène metal actuelle. En effet, c’est ni plus ni moins qu’une double interview avec Angela Gossow et Michael Amott que nous vous offrons. Les propos sont particulièrement riches en infos et anecdotes sur des sujets variés. Si vous appréciez Arch Enemy, nul doute que vous y trouverez votre compte et plus encore.

Bonne lecture…



  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3