ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Jethro Tull : le prog rock dans les gènes


Alors que la planète rock est encore sous le choc de la disparition de Meat Loaf et que les grands semblent s’être donné le mot pour nous quitter les uns après les autres, certaines légendes perdurent, poursuivent leur long bonhomme de chemin musical et persistent même à sortir de nouveaux albums. Comme si, au fond, l’âge n’était qu’un chiffre et que la musique permettait de l’oublier, le temps d’un concert, d’une répétition ou d’une série d’interviews.

C’est précisément le cas de Ian Anderson. cinquante-cinq ans tout rond après les débuts de Jethro Tull, avec pas moins de vingt et un albums avec un groupe entré au panthéon des immortels et six disques sous son nom propre au compteur, le multi-instrumentiste de 74 ans n’a rien perdu de son engouement de jeune homme pour la musique. Si les tournées se sont faites plus courtes pour d’évidentes raisons, la passion et l’esprit créatif, eux, sont restés intacts malgré les années. La retraite ? Un concept pour les autres, ceux qui n’ont pas la chance d’avoir contribué à l’histoire du rock n’ roll et de rendre le public heureux avec leur art aujourd’hui encore. Ian Anderson a la musique dans le cœur, et tant que ce cœur continuera de battre, celui de Jethro Tull suivra.

De passage à Paris fin 2021 pour promouvoir le vingt-deuxième (!) album de Jethro Tull, The Zealot Gene, l’auteur/compositeur/chanteur/flûtiste est revenu pour nous sur cette carrière d’exception – et sur les thèmes controversés qui sous-tendent cette nouvelle galette.

Lire l’interview…



Interview   

Jethro Tull : Ian Anderson revoit ses classiques


Que vous ayez suivi assidûment la carrière de Jethro Tull et de Ian Anderson, que vous ne connaissiez que le culte Aqualung ou que vous soyez totalement novice, l’écoute de ce The String Quartets sera une découverte. Car même les inconditionnels y entendront une nouvelle perspective sur cette longue carrière, sous l’angle de la musique classique.

Redécouvrir et se redécouvrir est donc le thème central de la démarche de ce disque que nous avons évoqué avec Anderson, un musicien qui, comme son oeuvre le suggère, garde l’esprit le plus ouvert possible musicalement, mais pas que, comme en témoigne par exemple sa passion pour les églises chrétiennes malgré le fait qu’il ne soit pas croyant. Un artiste pour qui l’éthique, notamment en ce qui concerne le paiement de ses impôts, est primordiale et Dieu sait si ce thème est d’actualité…

Lire l’interview…



  • Arrow
    Arrow
    Deftones @ Lyon
    Slider
  • 1/3