ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

Animals As Leaders & Tesseract : du dépassement du « bon musicien »


La scène musicale en France est parfois d’une étrangeté sans nom. Bien que l’on puisse déplorer certains de ses inconvénients; à savoir l’absence de publicité pour certains artistes qui n’usurpent rien et l’étroitesse intellectuelle qui entoure le concept d’ « exception culturelle française » et qui n’est au final qu’un frein regrettable ; ce paradigme donne lieu à des moments insolites où le talent s’exprime dans des cadres plus intimistes. 22 octobre, Rillieux La Pape : Navene-K, Animals as Leaders et Tesseract. Un concert de Parisiens a priori, si l’on ne comptait pas sur la diligence de la MJC Ô Totem et de SLH Productions pour proposer une affiche de ce calibre. À ceux qui n’ont encore pas eu l’occasion de fréquenter cette salle de concert, trouvez une excuse. Il est difficile d’envisager que ce puisse être une mauvaise expérience. Ce sont certes des considérations matérielles, mais ô combien essentielles pour ne pas faire d’un concert une sorte de pénitence. Ces organismes font partie de l’identité de la musique metal en France, car ce sont eux au final qui permettent au genre d’exister et de se développer : merci à eux.

Pourtant, la soirée démarrait sous de mauvais auspices. Un temps minable qui inspire le doute même parmi les baroudeurs de salles les plus chevronnés. Va-t-on assister à un concert dans une salle remplie au tiers ? Au final cette dernière était pleine : ne jamais douter d’un public. Celui-ci était tout simplement excellent, plutôt connaisseur au demeurant. Surtout, sobre et assez distingué pour ne pas proférer des beuglements et invectives en guise de pseudo « bonhomie » envers une musique et des artistes qui s’y prêtent assez mal. Toutefois, l’arrivée du premier musicien de la soirée, Navene-K, l’a laissé quelque peu circonspect.

Lire la suite.



Chronique   

Animals As Leaders – The Joy Of Motion


Animals As Leaders n’a que faire de la fainéantise. La passivité de l’auditeur est une chose foncièrement incompatible avec la musique qu’il délivre. Appréhender ne serait-ce qu’un seul titre du groupe instrumental au terme d’écoutes éparses est un exercice vain, voire sacrilège. « Animals As Leaders est complexe et technique »; constat qui résonne comme l’essence même de l’euphémisme. « Animals As Leaders est ennuyeux »; constat qui résonne comme l’essence même de la précipitation… Ou de l’incompréhension. Assurément, la facette technique du groupe est l’un des piliers de sa réputation. Tosin Abasi et Javier Reyes n’ont plus rien à prouver de ce côté-là. La technicité n’est pourtant rien sans ce que certains appellent l’ « inspiration », la « créativité », l’ « ingéniosité », l’ « inventivité » et autres termes d’une précision inégalable. En cela la musique d’Animals alimente le fameux débat entre virtuosité et spontanéité. Et celui-ci ne peut désormais être abordé sans citer leur troisième opus, The Joy Of Motion, en tant qu’argument d’autorité. En d’autres termes, Animals As Leaders a parlé.

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Clisson
    Slider
  • 1/3