ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Blow Up Your Video    Nouvelles Du Front   

Grorr : l’art pour seul vecteur


Grorr, révélation High Hopes de février 2013, rentre encore un peu plus dans la cour des grands. Dimanche dernier, 21 avril, le groupe dévoilait, à 20h00 pétantes, son tout premier clip. Issu de l’album Anthill, c’est le titre « We Legion » qui a été retenu afin d’être mis en images. Or, dans le monde des clips, on trouve un peu de tout. Du bon comme du très… limité ? Car le clip répond irrésistiblement au simple besoin d’apporter une image là où seul le son s’exprime. À l’instar des artworks, le clip – vecteur de cette matérialisation de l’image – occupe une zone floue entre le marketing et l’expérience esthétique. Et ce tout premier clip de Grror se place comme étant à la fois une véritable œuvre d’art à l’esthétique soignée qui, de fait, crée une fascination visuelle, mais aussi, une véritable fenêtre de visibilité du combo auprès d’un public désormais élargi.

L’œuvre audio de Grorr est déjà intense. Son message musical est profond, spirituel. Étrangeté captivante et envoûtante ; Anthill relate la vie d’une fourmilière expansionniste et de son microcosme à travers un concept-album cohérent trempé dans une sauce death metal alambiquée. Mais, bien que l’opus s’avère déjà très proche d’un livre audio, le clip de « We Legion » relève encore son aspect de conte.

Une image est une représentation visuelle voire mentale de quelque chose. Elle peut être naturelle ou artificielle, visuelle ou non, tangible ou conceptuelle. Au final, ce nouveau clip, c’est en quelque sorte tout cela à la fois.

A voir dans la suite.



Révélation High Hopes   

Grorr sera un des grands de demain


Ne vous êtes-vous jamais demandé quel hybride cornu sortirait de l’accouplement d’un pachydermique Meshuggah et d’un puissant Gojira ? Question ô combien existentielle pour tout amoureux de death metal alambiqué. Cependant, cette caste est convoitée. Déjà bien agrémentée par ses nombreux combos ricains, où seul nos Frenchies de Gojira ont su s’y faire une vraie place. Mais High Hopes est là pour trouver les talents de demain. Et Grorr en fera incontestablement partie.

Né en 2005 à Pau, le groupe, après une démo auto-produite en 2008 et un album (Pravda, sorti en 2011), a offert en septembre dernier une véritable pépite. Un death metal progressif d’une impressionnante qualité et maîtrise. Un album démontrant toute la richesse du metal français et son récent mais non-moins excellent savoir-faire. Voilà d’ailleurs comment les Palois présentent leur dernière œuvre, Anthill, comme « un concept album en quatre mouvements morcelés en 13 plages [qui] donne au final 45 minutes de musique cohérente, aux nombreuses ambiances, et dont l’histoire, autant que la musique, peuvent tourner dans une boucle sans fin. »

Le concept de cet opus tourne autour du microcosme d’une fourmilière, en allant de son réveil au printemps, en passant par des guerres d’expansion, et s’achevant lors d’une révolution avec l’arrivée de l’hiver. Une histoire contée, « story-boardée », et un ensemble d’instruments traditionnels et d’ambiances world music (vielle à roue, Sitar, percussion africaines et indiennes, flûtes japonaises…) utilisés pour ajouter une certaine forme d’exotisme à ce récit qui devient voyage. Grorr, ou l’avenir du metal français, dans le même sillon que Gojira ?

Découvrir l’album Anthill.



  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3