ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Éditorial   

La liberté d’information, ses barrières et conséquences


L’exercice de l’interview sert bien sûr à comprendre l’œuvre de l’artiste, le faire réagir sur divers sujets liés à sa musique mais c’est aussi une superbe et unique occasion pour explorer les méandres de sa personnalité qui, directement ou indirectement, influence sa musique. Or, la personnalité passe forcément par d’autres sujets que la musique, dont les idées politiques.

Difficile de trouver sujet plus épineux que la politique. Épineux car pouvant facilement dévier et provoquer un débat houleux. D’ailleurs, notre objectif lorsque nous abordons ce genre de sujets n’est pas de provoquer le débat. Ce n’est tout simplement pas notre métier, les Anne-Sophie Lapix ou autre François Lenglet (pour ne citer que les stars montantes du journalisme politique télévisuel) sont là pour ça et sont autrement plus compétents que nous. Mais, simplement, le fait de dévoiler les idéaux politiques des musiciens nous intéresse car cela nous renseigne sur la manière dont ils perçoivent le monde et le monde est généralement, au bout du compte, ce qu’ils mettent en musique.

C’est ainsi que Mille Petrozza (Kreator) nous donnait son sentiment sur la promotion de la réussite de l’Allemagne face à la crise qu’il juge comme étant une propagande, que Jaz Coleman (Killing Joke) nous offrait sa critique de la société actuelle qui nécessite selon ses convictions d’être abolie pour laisser place à un monde plus foncièrement humaniste et écologique, que Jon Schaffer (Iced Earth) nous exposait son analyse économique de ce qu’il appelle un « faux capitalisme » et un système monétaire qu’il qualifie de frauduleux, empêchant un capitalisme et un libre échange sains ou que Craig Locicero (Forbidden) dénonçait l’inaction des peuples face à leur déchéance prochaine et dénonçait les dérives du Patriot Act signé par George W. Bush en octobre 2001.

Lire la suite…



Nouvelles Du Front   

Un Norvégien a massacré le bon sens


Il est très probablement inutile de débattre sur l’horrible événement qui a eu lieu le weekend dernier en Norvège : ce massacre insensé est parfaitement terrible et laisse un pays entier traumatisé par l’acte d’un seul homme rendu fou par ses convictions. Nous ne pouvons donc que compatir à la douleur du peuple norvégien et lui souhaiter un courage immense pour un jour surpasser cette peine.

Du côté de la communauté metal, nombre de témoignages de sympathie et de condoléances ont été exprimés par bien des artistes, de toutes nationalités et de tous bords musicaux. Mais bien sûr, il en était un, venant d’un artiste norvégien en particulier, qu’on attendait. Était-ce par appréhension ou à cause d’une pointe d’humour noir qui transperça un instant l’esprit de chaque metalleux ? Il n’empêche qu’on guettait bien la publication d’un communiqué de Varg Vikernes, l’homme derrière Burzum.

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Trivium @ Villeurbanne
    Slider
  • 1/3