ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Costin Chioreanu : entre deux mondes


La dimension visuelle a toujours été une composante essentielle du metal, et il suffit de penser à la manière dont de nombreux groupes iconiques n’ont pas hésité à piocher dans l’histoire de l’art pour créer leurs pochettes – Morbid Angel, Burzum ou Reverend Bizarre par exemple – pour voir que le monde de la musique et celui des arts visuels ne sont jamais très éloignés l’un de l’autre.

On en a discuté avec Costin Chioreanu, dont vous avez sans doute déjà eu le travail sous les yeux sans le savoir. Artiste protéiforme, il dessine affiches, pochettes et T-shirts pour de nombreux groupes, d’Arch Enemy à Opeth en passant par Neurosis ou Ulver, mais il a aussi été amené à réaliser des vidéos, ou encore à dessiner le décor de scène pour la dernière tournée de Mayhem par exemple. Le tout en étant lui-même actif dans plusieurs groupes dont Bloodway, et en menant de front des projets d’expositions plus personnels…

Fort de cette expérience de touche-à-tout, il nous parle à la fois du rapport des metalleux à l’art et du sien propre. Car finalement, peu importe le moyen d’expression choisi par l’artiste : l’objectif est de se mettre au service d’une vision plus large.

Lire l’interview…



Song For The Deaf   

La Dispute : l’art de se faire de nouveaux amis


A chaque jour sa découverte, ou presque. Cela étant dit, il n’y a rien de surprenant ! Dans l’immensité du monde metal et par ses diverses branches, voire pire encore, dans la vaste et infinie étendue musicale, il est obligé qu’avec, soit un peu de curiosité, soit par véritable recherche ou alors par pur hasard, de tomber sur quelque chose – un artiste, un groupe – qui vous fasse poser vos fesses là où vous le pouvez en vous disant : « là je tiens un truc ! ».

C’est à peu de chose près ce qu’il s’est passé avec La Dispute. La nuance étant que votre serviteur était déjà assis quand il a découvert cette formation américaine au nom pourtant bien de chez nous. Plus qu’un nom bien français puisque inspiré de l’écrivain Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux (ou Marivaux, seulement), La Dispute c’est une formation qui croise l’essence de MOPA (My Own Private Alaska) au blues, au screamo et au rock progressif. C’est un cri de douleur, c’est de l’intensité et c’est de la musicalité. Le constat est irrévocable ! Alors si Rooms Of The House, son nouvel et troisième album, n’arrivera que le 18 mars prochain, les oreilles sont disposées à le recevoir après avoir jubilé, au plus haut point, à l’écoute de Somewhere At The Bottom Of The River Between Vega And Altair, sorti en 2008. Une vraie découverte !

Voulez-vous en savoir plus ?



Interviews   

KMFDM: industrial art under all its forms


KMFDM, one of the founding fathers of industrial metal, is among those bands that are in part driven by indignation and anger. We could therefore surmise that the band’s leader, Sascha Konietzko, is a bitter man. Wrong: he’s just a man who asks himself questions regarding what’s happening in our society and wants to share his feelings to increase public awareness and to make people think. And yet, he confesses himself that KMFDM is also mainly a lot of fun.

Here’s the ambivalence – the band’s freedom of speech, which he refers to by calling his new album “Kunst”, meaning “art”. Art can take on many various forms. The proof of that is the variety of the album’s content, following the example of the band’s entire discography. KMFDM’s music is above all meant to be stimulating, either physically or intellectually: KMFDM want to make the listener react, bang their head to infectious industrial rhythms and think about what happening around them.

What’s obvious is that Konietzko is first and foremost a curious man who wants to understand the world. At the end of the following interview, he reversed the roles and interrogated us on French politics. Don’t consider this dialogue as an intent at politicization (we tried to be as neutral as possible), but it was interesting to see how the man reacted to our answers.

Read the interview…



Interview   

KMFDM : l’art industriel dans tous ses états


KMFDM, une des formations fondatrices du metal industriel, est un de ces groupes qui trouve, en partie, son moteur dans l’indignation et la colère. On pourrait croire, de ce fait, que son leader Sascha Konietzko est un homme amer. Mais pas du tout. C’est un homme qui n’hésite pas à se questionner sur ce qui se passe dans nos sociétés et à partager ses sentiments pour sensibiliser et faire réfléchir ceux qui veulent bien l’écouter. Et pourtant, comme il l’avoue lui-même, KMFDM c’est aussi, surtout, beaucoup de fun.

Voilà l’ambivalence, cette liberté de ton, à laquelle il fait référence en nommant son nouvel album Kunst, soit « art » en français. L’art qui peut prendre des formes très diverses. Preuve en est le contenu varié de l’album, à l’image de la discographie du groupe. La musique de KMFDM se veut avant tout stimulante, que ce soit physiquement ou intellectuellement : KMFDM veut faire réagir l’auditeur, le poussant à secouer la tête sur les rythmes industriels infectieux, et le faire cogiter sur ce qui se passe autour de lui.

Ce qui est certain, c’est que Konietzko est avant tout un homme curieux et désireux de comprendre le monde. A la fin de l’interview qui suit, il s’est mis à inverser les rôle pour nous questionner sur la politique française. N’y voyez pas de notre part, dans la restranscription de ce dialogue, une volonté de politisation – nous avons été les plus neutres possibles – mais il est intéressant de voir les réactions de l’homme à nos réponses.

Lire l’entretien…



Interviews   

Chloe Trujillo: the part of humanity we needed


When most people have only one passion, or at least dedicate themselves regularly to it at best, Chloé Trujillo has always done everything to devote herself completely to all her passions and since her childhood, her life to diverse forms of art, ranging from singing to painting.

A hereditary passion, probably, maintained by a family environment swarming with artists of any kind (her grand-parents were musicians and her parents designers) and by a taste for escape through spirituality which was amazingly inspired by her science studies. “Amazingly”, because we would naturally have a tendency to match art and science, whereas for Chloé, both are mixed. Mathematics can make the imagination work, just like the search for an artistic alchemy can come from a logical one.

The meaning and the profound reason of her art grow on Chloé only afterwards. She finds indeed sad that medias in general favour some artistically empty hits and that creativity is not encouraged. Whether it is by the medias or the French educative system, which she compares to the american one, maybe less academic, but more attractive and modern.

These human views are well needed by our « plastic » society which is maybe discovering them again. A simplicity which makes the commercial monster that is Metallica (« the family » as she names it), which her husband Robert Trujillo is part of, more human. During this very long interview (one hour and a half !) that a really friendly and natural Chloé gave us, we nearly reach the Metallica myth, but with an unconventional look, the one of an everyday wife. And, through numerous anecdotes, we discover a charming couple, a family which tries to be discrete, instead of its notoriety. An enjoyable read that we strongly recommend, hoping that some people will avoid seeing only business in a successful band.

Read the interview…



Interview   

Chloé Trujillo : la part d’humanité dont on avait besoin


Quand la plupart n’ont qu’une passion, ou du moins ne se consacrent régulièrement (au mieux) qu’à une seul d’entre elles, Chloé Trujillo a toujours tout fait pour se consacrer pleinement à chacune d’entre elles et consacre, et ce depuis sa tendre enfance, sa vie à la pratique de diverses formes d’art, allant du chant à la peinture.

Une passion probablement héréditaire, entretenue par un environnement familial grouillant d’artistes en tout genre (ses grands-parents étant musiciens et ses parents designers), un goût pour l’évasion par la spiritualité qui lui a été étonnamment inspiré par son étude des sciences. « Étonnamment » car on aurait naturellement tendance à vouloir opposer art et science tandis que pour Chloé ils sont entremêlés. Les mathématiques peuvent faire travailler l’imaginaire tout comme la recherche d’une alchimie artistique peut découler d’une recherche de logique.

Le sens et la raison profonde de son art ne s’imposent à Chloé Trujillo qu’après coup. L’artiste trouve à ce titre dommage que les médias favorisent trop des hits artistiquement vides et que la créativité ne soit pas encouragée. Que ce soit par ces médias ou le système éducatif français, qu’elle oppose à celui des États-Unis, peut-être un peu moins académique, mais plus actuel et engageant.

Un discours humain dont notre société « en plastique » a bien besoin et qu’elle est peut-être même en train de retrouver petit à petit. Une simplicité qui humanise le monstre commercial inaccessible dont fait partie son mari Robert Trujillo au sein de Metallica (« la famille » telle qu’elle l’appelle). Au cours de cet entretien fleuve (1h30 !) que la très sympathique et naturelle Chloé a accepté de nous accorder, on touche de très près le mythe de Metallica, mais avec un regard décalé, celui du quotidien d’une épouse. Et, à travers de nombreuses anecdotes, on y découvre un couple charmant, une famille qui essaie de se faire discrète malgré sa notoriété. Une lecture réjouissante et que nous recommandons chaleureusement dans l’espoir d’éviter à certains de ne voir en un groupe à succès que du business.

Lire et écouter l’interview…



Interviews   

Charlotte Wessels (Delain) and her relation to art


Charlotte Wessels, Delain’s vocalist, is passionate about art in all its forms and loves to create above all else – whether it is music, lyrics or visual work. Therefore, it comes as no surprise that she should appear less than enthusiastic when asked if Delain will soon release a live album, especially since so many videos can be found on YouTube nowadays. As it turns out, she’s much more excited when she describes the way Delain turned their way of composing upside down for their new record, We Are The Others – which will finally be released on June 4th, after heaps of difficulties related to the selling of Roadrunner Records to Warner –, the way the artwork and the lyrics of the album were created, or her new photography project.

The creation process is so captivating that it’s bound to elude the listener, who only ever discovers an album from the emerged surface. For an artist, on the other hand, this process is never-ending and represents an entire life’s soundtrack.

Interview…



Interview   

Charlotte Wessels (Delain) et son rapport à l’art


Charlotte Wessels, chanteuse de Delain, passionnée par l’art sous toutes ses formes, aime créer avant tout. Que ce soit écrire de la musique, des paroles ou créer du visuel. Pas étonnant alors que, lorsqu’on lui demande si Delain sortira bientôt un album live, elle ne soit pas si enthousiaste que ça à cette idée, d’autant plus dans le contexte actuel de profusion de vidéos YouTube. Elle s’avère, en revanche, bien plus passionnée en nous décrivant la manière dont Delain a remis en question sa manière de composer pour son prochain disque We Are The Others – qui sortira finalement le 4 juin après quelques difficultés dues au rachat de Roadrunner Records par Warner – la manière dont le visuel et les paroles de ce disque ont été créées ou encore son nouveau projet de photographie.

Un processus de création tellement prenant qu’il échappe forcément à l’auditeur qui ne découvre via un album que la face émergée de l’iceberg. Alors que pour un artiste, ce processus est continu et représente la bande originale d’une vie.

Interview…



Nouvelles Du Front   

Behemoth déchire la Bible : c’est de l’art



Dans le procès dans lequel Adam Darski, leader de Behemoth sous le nom de Nergal, le verdict a été rendu : Nergal est innocent des faits tels qu’on les lui a reproché. Le juge Krzysztof Wieckowski a statué hier que le fait qu’il ait déchiré une Bible au cours d’un de ses concerts à Gdynia, en Pologne, en avril 2007, est « une forme d’art » en rapport avec le style de son groupe et que le tribunal n’a aucune intention de limiter la liberté d’expression ou le droit de critiquer la religion. Les membres du public ont témoigné que leurs sentiments religieux n’avaient pas été heurtés, même s’ils étaient chrétiens.

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Rival Sons + MNNQNS @ Cenon
    Slider
  • 1/3