ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Trivium : l’art, le collectif, la discipline


En 1999, Matt Heafy fondait Trivium, rejoint quelques années plus tard par Corey Beaulieu et Paolo Gregoletto qui resteront jusqu’à ce jour ses complices. Mais, à en croire le frontman, il a fallu presque vingt ans à Trivium pour réellement se trouver, suite à l’album The Sin And The Sentence (2017) et maintenant What The Dead Men Say. Entre-temps, le groupe est passé par diverses phases de remises en question, celle de l’après-Ascendancy (2005), par exemple, son inébranlable succès initial, ou bien celle où Matt Heafy a dû se reconstruire vocalement après s’être brisé les cordes vocales, donnant naissance à Silence In The Snow (2015).

Ayant trouvé en la personne du batteur Alex Bent le « chaînon » manquant et s’imposant une discipline quasi militaire, Trivium semble bel et bien entré dans une nouvelle ère. Une ère de confiance totale en cette constellation de quatre musiciens et en son art ; une ère de synthèse où Trivium met dans sa musique tout ce qu’il est et tout ce qu’il aime.

Dans l’entretien qui suit, Matt Heafy nous explique pourquoi Trivium est prêt comme il ne l’a jamais été, revenant à la fois sur l’alchimie qui règne dans le groupe sous sa forme actuelle et sur les bénéfices de la discipline qu’il s’impose au quotidien. Trivium venant de passer la barre symbolique des vingt ans, c’était également l’occasion de faire un petit bilan.

Lire l’interview…



Interview   

Trivium : l’invasion David Draiman


On peut dire que Trivium a aujourd’hui atteint une certaine vitesse de croisière et un certain confort grâce à son succès. Le tout est de savoir comment le groupe peut continuer à avancer artistiquement, mais aussi commercialement. La réponse, Trivium l’a trouvée dans un homme : le frontman de Disturbed David Draiman, venu lui prêter main forte avec sa casquette de producteur. « Faire quelque chose de vraiment énorme », voilà quel était le but de David Draiman, selon ses propres mots rapportés par Corey Beaulieu, guitariste de la formation, dans l’entretien qui suit. Si son apport au niveau du son, à proprement parler, reste plus ou moins transparent, on se rend compte que c’est bel et bien en studio – en homme de l’ombre – que le chanteur a usé de son influence : en tant que coach vocal pour Matt Heafy mais aussi en poussant le combo à remettre en question ses propres compositions et manières de faire. Une telle collaboration ne rappelle-t-elle pas un célèbre groupe de thrash de la Bay Area de San Fransisco, auquel Trivium a souvent été comparé par le passé ? En effet, comment ne pas faire le parallèle avec la collaboration entre Metallica et Bob Rock, propulsant le groupe en orbite avec son Black Album, l’album de metal le plus vendu au monde.

Voilà donc pourquoi Trivium semble aujourd’hui tant miser sur ce Vengeance Falls qui, ils l’espèrent, leur fera passer un cap conséquent. Mais tout ceci, et divers autres sujets, le loquace guitariste nous le développe en long et en large dans la suite.

Lire l’interview…



  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3