ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Black Peaks ne dort pas


Pas de repos pour Black Peaks. Bien conscient d’avoir encore tout à prouver, le jeune groupe anglais reste humble et est exigeant avec lui-même, du studio à la scène. Sur son premier album Statues, une attention importante était accordée à la recherche d’une identité sonore. Puis il a fallu tourner intensément pour montrer ses qualités de groupe live, tout en apprenant auprès des artistes plus expérimentés avec qui ils ont eu la chance de partager la scène.

Pour la sortie du second album All That Divides, nous avons donc voulu savoir vers quoi la formation avait orienté son exigence. Car cette intensité de travail est toujours aussi présente, comme le suggèrent des titres tels que « Electric Fires » ou « Can’t Sleep ». Par ailleurs, autre chose empêche Joe Gosney (guitare/chant) et surtout Will Gardner (chant) de dormir : l’actualité politique et géopolitique mondiale. Et ces thèmes font désormais partie intégrante de l’univers de Black Peaks, tant ils ont éprouvé le besoin d’en parler.

Lire l’interview…



Live Report   

A Perfect Circle : poésie et volupté


Quatorze ans ont passé depuis le dernier concert d’A Perfect Circle à Paris. Avec Eat The Elephant, le groupe est enfin de retour en studio et sur scène. Et après être passé par Clisson pour une prestation hypnotique de nuit lors du Hellfest, le groupe nous fait tout de même le cadeau de venir en salle. Cet Olympia fut d’ailleurs complet en quelques minutes, preuve que la formation américaine a eu raison de ne pas douter de la motivation des fans. Il faut dire que, depuis 2004 et l’album eMOTIVe, ces derniers ont reçu très peu de nouvelles de sa part. Billy Howerdel ayant été occupé avec son projet Ashes Divide, même si, évidemment, Maynard James Keenan (chant) avait de son côté un vrai emploi du temps de ministre entre Puscifer et Tool.

Pour accompagner cette tournée en salle, on retrouve les Anglais de Black Peaks. Un groupe que l’on verra également fin octobre au Gibus de Paris. La joie des membres de se produire sur cette date n’est absolument pas dissimulée. Car il s’agit ici de la dernière date en salle de la tournée, et le groupe semble très heureux que cela se finisse à Paris, comme nous le dira le chanteur. Musicalement, la formation propose une subtile alliance entre rock progressif et mathcore.

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    The Night Flight Orchestra @ Lyon
    Slider
  • 1/3