ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Blue Öyster Cult : la perle du culte


On attribue souvent l’origine du heavy metal à Black Sabbath et son album sans titre de 1970, mais il ne faudrait pas faire l’erreur d’occulter l’influence majeure de Blue Öyster Cult, fondé par le manageur, producteur et parolier Sandy Pearlman pour être justement (soi-disant) la réponse américaine au célèbre combo de Birmingham. A savoir s’il y est parvenu, difficile à dire tant Blue Öyster Cult s’est très vite démarqué, inclassable avec ses multiples chanteurs, compositeurs, paroliers et styles.

Cinquante ans après leurs débuts, vingt après leur dernier album (Curse Of The Hidden Mirror sorti en 2001), Blue Öyster Cult revient enfin avec du matériel neuf. Le moins qu’on puisse dire est qu’ils ont pris leur temps, peu motivés à retourner en studio mais profitant d’une belle dynamique en live. The Symbol Remains démontre pourtant que le combo new-yorkais était loin d’avoir dit son dernier mot : toute la riche panoplie de Blue Öyster Cult est déployée en un peu plus d’une heure et il y en a pour tous les goûts !

Nous avons échangé avec Donald Roeser alias Buck Dharma, chanteur-guitariste et compositeur de certains des plus grands classiques du rock, pour qu’il nous en dise plus et revienne sur ce qui fait de Blue Öyster Cult un groupe aussi à part.

Lire l’interview…



Interview   

Kadavar : de l’isolement à la transformation


The Isolation Tapes : tout est dans le titre. A peine partis en début d’année pour une longue tournée européenne, les Berlinois de Kadavar ont dû se résoudre à rentrer chez eux dans la perspective d’un confinement imminent. Pas près de se laisser abattre, ils auront été peut-être le tout premier groupe à organiser ce qui est désormais largement répandu : un live sans public diffusé en direct sur internet. Surtout, comme ils ont pris les choses avec prudence d’abord, puis philosophie, l’idée de profiter des circonstances a doucement fait son chemin dans leur esprit.

Voilà comment Christoph Lindemann alias Lupus et Christoph Bartelt alias Tiger ont commencé à s’échanger des idées puis se retrouver, rejoints plus tard par le bassiste Simoin Bouteloup alias Dragon. Pas de pression. Pas de contrainte. L’isolement était pour eux l’occasion de réfléchir à leur vie intrépide d’artiste et d’expérimenter en toute sérénité. Le résultat, The Isolation Tapes donc, est un album qui se démarque radicalement dans leur discographie, planant, psychédélique, plus proche de Pink Floyd que de Black Sabbath, où la guitare électrique et la batterie se mettent en retrait au profit des atmosphères au piano et aux synthétiseurs.

Tiger nous explique dans l’entretien qui suit tout le cheminement du groupe depuis la tournée annulée jusqu’à la sortie de The Isolation Tapes, en passant par l’introspection à laquelle ils se sont prêtés, favorisée par la situation, la création de leur propre label Robotor Records et un retour sur les débuts du batteur.

Lire l’interview…



News Express   

BLACK SABBATH : les détails du coffret anniversaire de l’album Paranoid


Le groupe BLACK SABBATH sortira un nouveau coffret de son album Paranoid, à l’occasion des 50 ans de ce dernier, le 2 octobre 2020. En savoir plus …



News Express   

« She’s Gone » de BLACK SABBATH repris par l’Orchestre NAREGATSI


L’orchestre arménien NAREGATSI a récemment repris « She’s Gone » de BLACK SABBATH, présent sur l’album Technical Ecstasy (1976). En savoir plus…



Interview   

Soulfly : le temps de la synthèse


Il y a vingt ans, un Max Cavalera tout juste remis d’une dépression suite à son départ de Sepultura sortait le premier album de son nouveau groupe : Soulfly. Obligé de tout recommencer et de remonter pas à pas la pente, n’ayant rien à perdre, s’offrant toutes les libertés, il s’engouffre corps et âme dans la brèche du metal tribal qu’il avait lui-même ouverte quelques années plus tôt. Vingt ans plus tard, Max Cavalera et Soulfly font plus que jamais partie des incontournables dans le paysage des musiques extrêmes. Le groupe a évolué pour réintégrer le thrash dans son équation et mettre en pratique l’amour du frontman pour la brutalité. Après trois albums où la facette tribale avait presque totalement disparu, le temps est venu pour une forme de synthèse.

Max Cavalera parle de « death tribal » pour qualifier Ritual, nouvel album qui regarde autant l’avenir que le passé, remontant jusqu’aux influences primordiales de Motörhead et des débuts de Sepultura. Surtout, grâce au concours du producteur et fan Josh Wilbur, Soulfly retrouve en partie le sens du groove tribal qui a fait son succès. Ainsi, ci-après, Max Cavalera nous parle de sa démarche. Mais pas uniquement, puisque nous discutons également de rituels, de spiritualité et même de son penchant masochiste !

Lire l’interview…



Interview   

Neil Fallon vous donne les clefs de Clutch


Quiconque a déjà vu Clutch en concert sait à quel point l’atmosphère devient électrique aux premiers grooves de Jean-Paul Gaster ou dès que Neil Fallon éructe de sa voix chaude. Clutch est avant toute chose un groupe de live, et c’est en toute logique que le quatuor cherche à retrouver ce son, cette folie, dans ses enregistrements studio. Et en la personne du producteur Vance Powell, pourtant davantage habitué aux artistes country et blues, il semblerait que le combo du Maryland ai trouvé une âme sœur. Le résultat de la collaboration est l’album Book Of Bad Decisions – titre autant humoristique que philosophique – où le groupe se présente dans son jus le plus pur, à l’ancienne, jusque dans le matériel utilisé, nous permettant tantôt de nous délecter d’un jam, d’un funk endiablé à coups de cuivres ou encore du sens de la poésie très personnelle de Neil Fallon.

C’est justement avec ce dernier que nous nous sommes longuement entretenus afin d’en savoir plus sur cet opus et la collaboration avec Vance Powell. Nous revenons également sur le sens de certains textes, nous menant à évoquer autant Donald Trump que la première fois de Neil avec Black Sabbath. Il est également question des débuts jonchés de galères et mauvaises décisions de Clutch, mais ayant façonné le groupe qu’ils sont devenus, indépendant en musique comme en business.

Lire l’interview…



Interview   

Dee Snider : défi relevé


Dee Snider est insatiable. A peine Twisted Sister jetait définitivement l’éponge, qu’on l’a vu embrayer sans temps mort sur sa carrière solo, la comédie musicale Rocktopia et une multitude d’autres projets dans des domaines créatifs divers (radio, cinéma…). Dee Snider est un homme du présent qui agit et ne se repose pas sur ses lauriers. Et quand Jamey Jasta (Hatebreed) lui lance un défi, celui de créer un album de metal contemporain, il n’a pas fallu s’y reprendre à deux fois avant qu’il n’accepte et honore sa parole. For The Love Of Metal est le résultat, un album à la conception collaborative et orchestré par Jasta et son équipe (les frères Bellmore à la basse, batterie et coproduction), démontrant à quel point celui qui fut une des grandes figures des années 80 est loin d’être un des has-been de 2018, et sa voix puissante et mélodique fait toujours office de référence.

Nous avons joint Dee Snider par téléphone pour nous en parler : de l’importance de Jamey Jasta dans le projet jusqu’au décès de sa mère en pleine conception de l’album, en passant par son amour inconditionnel du metal. Snider parle avec humilité, étant bien conscient que tout peut s’écrouler du jour au lendemain, à l’instar de la traumatisante descente aux enfers qu’il a vécu au début des années 90. Car le chanteur n’hésite pas à se confier et se dévoiler, que ce soit en évoquant l’une de ces « stars laides et horribles » qu’il aurait pu devenir si justement il n’avait pas connu l’échec, son rapport à ses parents quand il était enfant, ou encore sa condition physique qui l’empêche désormais de se donner comme il voudrait sur scène. Un homme passionnant, intelligent et extrêmement amical, comme le démontre sa vision des Français qu’il partage avec nous dans un dernier échange impromptu…

Lire l’interview…



Interview   

Orange Goblin montre les crocs


Orange Goblin en a gros. A la fois contents d’une situation où ils sont en mesure de faire vivre le groupe sans avoir à trahir leurs principes et céder aux pressions, mais aussi forcément un peu déçus que la tentative de vivre du groupe ces dernières années ait échouée. Surtout un peu frustrés, comme le répète le frontman Ben Ward, de ne pas avoir encore obtenu la reconnaissance qu’ils estiment mériter. Sans même parler d’une exaspération certaine face à l’évolution du monde. Voilà pourquoi avec leur nouvel album The Wolf Bites Back, Orange Goblin montre les crocs !

Un album qui se veut sombre et agressif, mais surtout tâtant différents terrains où le groupe montre un bel éventail de couleurs, avec toujours en ligne de mire son espace de prédilection : la scène. Voilà de quoi nous parle le loquace et passionné Ben Ward, mais pas que, puisque nous discutons également des maîtres parmi les maîtres : Motörhead et Black Sabbath. Deux influences majeures dont Orange Goblin devient le direct héritier depuis leur disparition du paysage, et au sujet desquels il partage quelques anecdotes.

Lire l’interview…



News Express   

BLACK SABBATH dévoile la vidéo live de la chanson « Children Of The Grave »


BLACK SABBATH a sorti un CD/DVD/Blu-ray live, intitulé The End, le 17 novembre via Eagle Rock Entertainment. En savoir plus…



News Express   

BLACK SABBATH dévoile la vidéo live de la chanson « Iron Man »


BLACK SABBATH a sorti un CD/DVD/Blu-ray live, intitulé The End, le 17 novembre via Eagle Rock Entertainment. En savoir plus…



  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3