ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Le Son D'Histoire   

Des batteurs qui nous offrent du rêve


Il y a des batteurs qui vivent des cauchemars. Exemple : celui du groupe Ravage qui, dans un accident de camping, s’est blessé au pouce, s’arrachant un beau morceau, avec une hache en coupant du bois pour le feu. Et – vous pouvez essayer – c’est vrai que pour tenir des baguettes sans pouce, ça doit vite virer au cauchemar. Il devra donc être remplacé plusieurs semaines le temps de se remettre.

D’un autre côté, il y en a qui vivent des vrais rêves. Écoutons justement l’histoire d’un ancien. Parce que c’est parfois important d’écouter les anciens avec leurs anecdotes incroyables sur un temps qui n’est plus ; comme quand votre grand-mère allemande qui vous raconte sa jeunesse au temps du Troisième Reich (ou sous Pétain, car tout le monde n’a pas eu la chance d’avoir une grand-mère allemande). Du rêve, je vous dis. Et celle-ci, racontée au site de Back Page Magazine, c’est celle de Bill Ward, emblématique batteur de Black Sabbath, et dont les acteurs ne sont autres que les membres de ce groupe culte et d’un autre qui ne l’est pas moins : Led Zeppelin.

Découvrez l’histoire de cette jam session légendaire que des fans surnomment la « Black Zeppelin ».

Lire la suite…



Song For The Deaf   

Anniversaire d’un mastodonte


C’était un 31 mai 1948, John Bonham disait bonjour au monde pour lui dire adieu 32 ans plus tard. Un anniversaire pareil, ça se célèbre. Bonzo n’était pas n’importe qui dans la grande histoire du hard rock. Il était le quatrième côté d’un carré parfait du nom de Led Zeppelin, l’un des quatre éléments alchimiques d’un corps parfait et sa mort en 1980 a été la mort d’un groupe, d’une saga, d’une époque.

Batteur génial, il l’était. Si Page était le ciseleur de riffs géniaux et planants ; Plant, le chanteur érogène, incendiaire et envoûtant ; Jones, à la basse, le roc rythmique ; Bonham était le tempo furieux aux breaks en forme de lames de fond. Car si Bonham devait être un élément, il devait être l’eau, océan agité sur lequel naviguait le vaisseau Zeppelin.

Mais « Là où vont les vaisseaux, Vous avez créé ce Léviathan pour qu’il joue dans les eaux » (Psaumes, 104. 26).

Lire la suite…



Nouvelles Du Front   

En l’An Moins Un Avant Led Zeppelin


C’était en 1968. The Yardbirds n’était plus et Led Zeppelin n’était pas encore. Jimmy Page est alors le dernier héritier d’un groupe où se sont déjà développé des talents comme les autres guitar-heros que sont Jeff Beck et Eric Clapton et cherche à monter son propre groupe. A cette époque le guitariste comme son futur acolyte John Paul Jones, ne sont que des mercenaires de la musique, des desperados du rock, allant d’un studio à un autre pour travailler sur les musiques d’autres artistes.

En 1968, les Quatre futurs membres de l’un des plus grands groupes de l’histoire sont enfin réunis et se font pour le moment appeler les New Yardbirds. Il n’existe aucun enregistrement studio de cette formation si ce n’est l’apparition des quatre musiciens sur l’album Three Week Hero du chanteur P.J. Proby dont un titre inédit enregistré à l’époque mais jamais dévoilé vient de ressortir. On peut déjà l’appeler « The Controversial », principalement en raison de l’utilisation du mot « nigger » (« nègre »).

Lire la suite…



Nouvelles Du Front   

Dans les yeux d’une mère


L’historien et journaliste musical Ritchie Yorke s’est récemment entretenu avec Jason Bonham, le fils du légendaire batteur de Led Zeppelin John Bonham. Au cours de cet entretien Jason revient notamment sur le regard que porte sa mère sur son destin de batteur et la manière dont elle le vit. « Ma mère devait venir cette nuit (au concert) » indique le musicien. « Je lui ai envoyé deux vidéos filmées par le public sur un concert donné à Montréal pour qu’elle puisse se préparer et dessus tu peux entendre la foule chanter tout au long de la chanson « Kashmir ». Et là elle m’a dit « Je ne suis pas prête pour cela, je te promets que je viendrai à un concert, mais j’attendrai le show de Los Angeles. Je crois juste que c’est un peu tôt pour moi de recevoir ça. »

Et pour cause ! S’il vous plaît, réfléchissez cinq minutes avec moi. En l’occurrence à la perte de l’être aimé. Ce dernier est musicien, qui plus est batteur dans un des plus grands groupes du monde. Vous avez maintenant votre fils, qui fait le même métier que son père décédé, et qui a l’idée de faire des duos avec lui pour lui rendre hommage. Votre défunt bien-aimé et votre fils étant réunis sur scène par la musique, d’une part, mais aussi par l’image puisque d’immenses écrans géants sont présents sur scène.

Est-ce que vous envisagez un peu mieux maintenant les frissons qui parcourront la mère de Jason Bonham lors de cette future soirée ? Il y a des choses qui oui, je le crois, méritent vraiment qu’on s’y prépare.



Nouvelles Du Front   

« Mon père est le plus grand »


« J’aurais pu, c’était pas malin,
Faire avec lui, un bout de chemin
Ça l’aurait peut-être rendu heureux
Mon vieux…

Mais quand on a juste quinze ans,
On n’a pas le coeur assez grand
Pour y loger toutes ces choses-là
Tu vois…

Maintenant qu’il est loin d’ici,
En pensant à tout ça, je me dis:
J’aimerais bien qu’il soit près de moi,
Papa… »

Extrait des paroles de « Mon vieux », Jean Ferrat ; paroles : Michelle Senlis.

C’est parfois pas facile d’être un fils. Jason Bonham en sait quelque chose.

Lire la suite…



Interviews   

communion with Glenn Hughes


The Voice Of Rock – that’s what the man with the same name as the biker from the Village People is often called. Glenn Hughes is one of the greatest voices in the history of rock, as well as one groovy bass player. He’s known for his strong solo career, his participation in a myriad side projects (Hughes Turner Project, Pat/Thrall, Voodoo Hill, various rock operas, etc.), for his one album, Seventh Star, with Black Sabbath as the lead vocalist, and for his collaboration with Tony Iommi, with whom he produced two other albums, The 1996 DEP Sessions and the excellent Fused. But above all, Glenn Hughes used to be one of the main members of Deep Purple Mk. III and IV, which produced the huge classics that are ‘Burn’, ‘Stormbringer’ or ‘Mistreated’.

During three years, from 1973 to 1976, Glenn was the bassist/vocalist of the band, sharing the vocal lines with the great David Coverdale – the same Coverdale who later left to form Whitesnake, and who achieved a legendary status thanks to an incomparable voice. Glenn marked Deep Purple in an indelible way, particularly on Stormbringer and the unrecognized Come Taste The Band, with its refreshing soul/funk touches (‘Getting’ Tighter’ or ‘This Time Around’, for example). ‘Cause Glenn is also known for having two sides: the rock side, and the soul side. Throughout his career, the man went from one style to the other and managed to make them go hand in hand beautifully. That’s it for the man’s far from exhaustive but compulsory biography – ’cause Glenn Hughes is a character you have to know.

Today, Glenn is back with a new and particularly promising project: Black Country Communion. Aside from the bassist/vocalist, the band is composed of none other than blues/rock guitarist Joe Bonamassa, Jason Bonham, the son of Led Zeppelin’s legendary drummer, and former Dream Theater keyboard player Derek Sherinian. The result, 70s rock with loads of jam, melodies and authenticity, exceeds all expectations. The kind of record that automatically makes everyone feel great – much like the first album released by Chickenfoot, another super band that recently made a lot of people talk.

We couldn’t miss the opportunity to talk to the master – and once again, this interview exceeded our expectations. Glenn told us all about the genesis of Black Country Communion, a band for which he shows tremendous enthusiasm, but also about Deep Purple and the possibility to see Mk. III again on stage, or about Chad Smith, drummer for the Red Hot Chili Peppers, Chickenfoot and his solo band. By the way, you’ll learn that Glenn is now Chad’s children godfather. In this respect, every time Glenn talks about his past, you cannot help being amazed by what he lived, by the people he worked and still works with. And to top it all, on a more personal level, he turns out to be one of the most charming artists I ever had the pleasure to talk to.

Click Here To Read The Interview…



  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3