ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Slayer : le changement derrière la continuité


Kerry King - SlayerAvec son nouvel album Repentless, Slayer est à un tournant dans sa carrière, le plus important même qu’il ait jamais rencontré : le guitariste-compositeur Jeff Hanneman n’est plus, le batteur emblématique Dave Lombardo a quitté les rangs, même la relation de très longue date avec le producteur Rick Rubin et son label American Recordings a été rompue. Et pourtant, Slayer reste indiscutablement Slayer. C’était même là tout l’enjeu de ce nouvel opus, il fallait que le duo Kerry King / Tom Araya, accompagné de Gary Holt et Paul Bostaph dont les statuts contractuels restent encore à être fixés, prouve la validité de cette décision de continuer avec ce que certains ont pu considérer comme un demi-Slayer.

A quelques heures de monter sur scène ce lundi 26 octobre au Zénith de Paris, pendant que Kvelertak entamait déjà les hostilités, nous avons rencontré un Kerry King d’humeur souriante pour le questionner, en sujet principal, sur la psychologie derrière cette décision et la manière dont Slayer – et en particulier les deux survivants du line-up classique – s’est adapté à une situation difficile, autant au niveau musical que relationnel.

Lire l’interview…



Nouvelles Du Front   

Slayer pioche dans le passé mais perd encore un peu de sa personnalité


Plus de doute possible, Lombardo est dehors pour de bon ! Et même si son remplaçant n’est pas un novice, qui plus est un membre de la famille Slayer entre 1992 et 2001, le fait est le suivant : Slayer a, de toute évidence, définitivement perdu un second de ses membres fondateurs. Car oui, c’est officiel, «Tom Araya et Kerry King de Slayer sont très heureux de vous annoncer que Paul Bostaph a rejoint le poste de batteur à temps plein. » Et tant pis pour Jon Dette qui se voyait bien rester sur ce tabouret.

Quant à Dave Lombardo, dans tous les cas, il ne semblait plus compter sur un potentiel retour au sein de Slayer. Kerry King ayant voulu rappeler tout le monde à l’ordre. Peut-être trop vite dans certains cas, mettant le batteur originel sur la ligne de touche. Du coup, Lombardo ne s’en cachait plus : Philm, qui au début n’était qu’un side-project, est désormais son groupe principal. Et là, il ne semble pas y avoir la moindre envie dans l’esprit du clinicien d’attendre (ou même d’entendre) un coup de fil de Slayer comme il y a désormais douze ans.

Lire la suite.



Interviews   

Forbidden’s Alpha and Omega


Forbidden is one of these bands coming from the Bay Area in San Francisco, who really contributed to the building of US thrash metal. From its early beginnings, the combo knew how to create its own identity. When some bands were playing on dark fields and others on more festive ones, Forbidden rather chose to develop an elaborate trash. As the brain behind the band told us, the guitar player Craig Locicero, right after the interview, when I explained that the new album Omega Wave would need time to be assimilated: « Forbidden has never been easy to listen ». But, usually the best albums are those which reveal through time.

This interview has gone on for almost an hour and it’s particularly heavy in terms of content. Craig has known and contributed to what we call now the Golden Age of trash. So it is with a particular attention that we absorb his words like a sponge. Words that are actually unbelievably reasoned and lucid, and especially when he comes back on the post-90 period when the trash scene was torn to pieces and when bands – so was Forbidden – were lost where no one wanted them to be.

This interview was also the opportunity to know more about the young Robb Flynn, Machine Head’s current leader and Forbidden’s founder. An already very talented young boy who did not really appear to be off to a good start to become who he is today.

Among the many subjects we got onto, there is of course Omega Wave : the reason for its existence and the spirit in which it has been created is the opportunity to speak about more profound themes about the world, its inhabitants and its future. The troubles met by humanity are – and have always been – the driving force behind Craig’s creativity. As he confesses, ironically : « Hopefully, there will be enough problems out there to express myself with ».

Settle comfortably and enjoy this interview.



Interview   

L’Alpha et l’Omega de Forbidden


Forbidden fait partie de ces groupes issus de la Bay Area de San Francisco qui ont apporté une vraie pierre à l’édifice du thrash US. Le combo a su, dès ses débuts, se forger une identité propre. Là où certains jouaient sur des terrains malsains et d’autres plus festifs, Forbidden a plutôt choisi d’élaborer un thrash complexe. Comme nous l’a avoué la tête pensante du groupe, le guitariste Craig Locicero, après l’interview, lorsque je lui ai expliqué que leur dernier opus Omega Wave avait besoin de temps pour être digéré : « Forbidden n’a jamais été facile à écouter ». Mais bien souvent les meilleurs albums sont ceux qui se dévoilent avec le temps.

L’interview que nous vous proposons a duré près d’une heure et est particulièrement dense dans son contenu. Craig a connu et a contribué à ce qu’on appelle désormais l’Âge d’Or du thrash. C’est donc avec une attention toute particulière que l’on boit ses paroles. Des paroles par ailleurs incroyablement raisonnées et lucides, tout particulièrement lorsqu’il revient sur l’époque post-90 où la scène thrash est partie en lambeaux et où les groupes – Forbidden compris – étaient perdus dans un paysage qui ne voulait plus d’eux.

Cet entretien a aussi été l’occasion d’en savoir plus sur le jeune Robb Flynn, actuel leader de Machine Head et fondateur de Forbidden. Un jeune garçon déjà très doué mais qui ne semblait pas forcément bien parti pour devenir ce qu’il est aujourd’hui.

Parmi les nombreux sujets abordés, il y a bien entendu Omega Wave : la raison de son existence et l’état d’esprit dans lequel il a été conçu est l’occasion d’aborder des thématiques plus profondes sur le monde, ses habitants et son avenir. Les problèmes que l’humanité rencontre sont – et ont toujours été – un moteur à la créativité de Craig. Comme il l’avoue, ironiquement : « avec un peu de chance, il y aura suffisamment de problèmes là dehors pour me donner envie de m’exprimer ».

Installez-vous confortablement et cliquez ici pour vous délecter de cet entretien.



  • Arrow
    Arrow
    In Flames @ Lyon
    Slider
  • 1/3