ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Kadavar réveille les morts


Il est amusant de voir qu’à l’instar d’un romancier ou d’un peintre, Kadavar semble avoir toujours besoin de définir un sujet ou un cadre pour ses albums. C’est probablement pour ça que chacun d’entre eux développe son propre parti pris, sa propre atmosphère, et fait évoluer la patte du trio dans des directions sensiblement différentes. Le récent voyage de Kadavar en Transylvanie, et notamment au château de Bran – le fameux château de Dracula –, a clairement été le point de départ créatif de leur cinquième album For The Dead Travel Fast.

Inspiré par les récits gothiques de vampire ou vieux films italiens d’épouvante, les Berlinois ont concocté un album dans la tradition du rock occulte et à frissons des années 70. Et si le rock n’effraie plus grand monde aujourd’hui, ce dont Lupus, chanteur-guitariste de Kadavar, se désole ci-après, peut-être au moins créera-t-il des images et des émotions chez l’auditeur.

Mais For The Dead Travel Fast, c’est aussi un album où Kadavar continue d’ouvrir ses horizons, avec des structures plus progressives et en rajoutant des couches (de clavier, de guitare et de voix). L’expérience live en compagnie des Cosmic Riders Of The Black Sun en début d’année n’y est pas étrangère et traduit une volonté de Lupus en particulier de transcender les limites du power trio. Le frontman nous parle de tout ceci et plus encore.

Lire l’interview…



Interview   

Kadavar : ça déménage !


A quelques jours de la sortie de Rough Times, leur tout nouvel opus, la pression monte pour les chevelus berlinois de Kadavar… ou pas ? Il faut dire que la sortie de Berlin, leur précédent album, leur a mis pas mal de plomb dans la cervelle. La pression, les trois compères la gèrent maintenant à leur manière.

Malgré l’esprit de compétition d’un côté et le stress lié aux courtes deadlines de l’autre, ils reviennent plus posés et sûrs d’eux, avec un léger esprit de revanche face aux vautours de l’industrie. Inaugurant leur studio d’enregistrement construit pour l’occasion et de tout nouveaux sons, loin de l’homogénéité de Berlin, Rough Times est un disque plus riche qui foisonne d’effets, de sons saturés et d’expérimentations en tout genre, sans pourtant autant perdre en énergie.

Enregistrement, état d’esprit, tournée… : cette fois, ce sont Christoph « Lupus » Lindemann, chanteur-guitariste et Simon « Dragon » Bouteloup, bassiste, qui se prêtent avec décontraction au jeu des questions / réponses.

Lire l’interview…



  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3