ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interviews   

Philip H. Anselmo: an animal’s philosophy


When Phil Anselmo talks to you, it’s hard not to frown, grimace a little and nod slightly due to that heavy voice, churned up by years of good service within Pantera. That very voice, that unique voice, reveals the true nature of the man who speaks: raw, wild, hypersensitive – exactly like the two songs available on a split EP with Warbeast, War Of The Gargantuas. The way for Anselmo to profess once again his love for extreme music.

But that’s only a matter of opinion, for the three words we used earlier, showing the extreme side of the man, could be replaced by the following: honest, straightforward, and sensitive. Those are the characteristics that stem from his words. When he says the rage boiling within him nowadays is a better proof of his wisdom than in the past, we’re inclined to believe him. Anselmo looks at the past and at the present with some philosophy. No doubt this is a result of the “invaluable knowledge” he has acquired from past experiences.

One thing is certain: Anselmo is very proud of the solo album he’ll reveal soon. We talked about all that and more with a very friendly and honest vocalist, who turns out to be an excellent candidate for interviews.

Read and listen to the interview below.



Interview   

Philip H. Anselmo : la philosophie d’un fauve


Difficile de ne pas froncer les sourcils et de ne pas faire une grimace, en hochant légèrement la tête, lorsque Phil Anselmo nous parle. Une voix bétonnée et façonnée (labourée ?) par des années de services au sein de Pantera. Cette voix, cette unique voix, semble être le témoin de la vraie nature de celui qui la porte : brut, écorché vif voire quelque peu sauvage. A l’image des deux titres de son groupe solo qu’il a dévoilé via le split EP avec Warbeast, intitulé War Of The Gargantuas. Deux titres qui voient Anselmo réaffirmer son amour pour les musiques extrêmes.

Mais tout n’est qu’une question de point de vue. Car à la place des trois termes employés plus haut, qui démontrent un caractère extrême, on pourrait tout autant utiliser les équivalents suivants : honnête, sensible et franc. Car ce sont bel et bien les traits de caractère qui se dégagent de ses paroles aujourd’hui. Lorsqu’il nous dit que la rage qui l’habite désormais prouve davantage sa sagesse que par le passé, on veut bien le croire. Anselmo regarde et analyse le passé comme le présent avec une certaine philosophie. Sans doute la conséquence de cette « connaissance inestimable » qu’il dit avoir acquis par ses expériences passées.

Une chose est sûre, Anselmo est très fier de l’album solo qu’il s’apprête à dévoiler dans quelques mois. On a parlé de tout ça avec le chanteur qui s’avère être particulièrement amical, sincère et bon client en entretien.

A écouter et lire par là…



Nouvelles Du Front   

Voilà pourquoi le retour de Pantera est envisageable



« J’aime tous ces mecs. Ce serait un honneur. Comment pourrais-je dire non ? Dans cette éventualité, je donnerais le meilleur de moi-même pour les rendre fiers ».

Voici les propos de Zakk Wylde présents dans l’échange récent qui s’est tenu entre le journaliste Nicki Gostin du Billboard et lui-même à propos d’une éventuelle reformation de Pantera avec le célèbre chanteur-guitariste de Black Label Society à la place de Dimebag Darrell.

On en parle ci-dessous…



Interviews   

Kill Devil Hill: Rex Brown’s “musical journey”


Rex Brown’s enthusiasm about his new band with Vinny Appice, Kill Devil Hill, can only be matched by his refusal to talk about the Down case. Tired of being asked about his health, he even implies that his ex-colleague Phil Anselmo may have distorted reality a bit when talking about his health issues as he announced the bassist’s departure from Down. A departure Brown credits to musical reasons, his “musical journey” in which Kill Devil Hill seems to be the next step, a spontaneous and simple band who’s lyrics and artwork aren’t to be read too much into.

However, though he insists that there is no bad blood between him and his colleagues from Down and Pantera, we can’t help growing impatient about the release of the autobiography he’s currently working on to know what actually happened.


Interview…



Metalanalyse   

Kill Devil Hill, l’évidence même


« Quand la vieille école rencontre la nouveauté ! » déclarait Kill Devil Hill pour décrire sa musique, à l’approche de la sortie de son premier disque éponyme. Kill Devil Hill, c’est la rencontre entre le bassiste Rex Brown (ex-Down, ex-Pantera), le batteur Vinny Appice (ex-Black Sabbath), le guitariste Mark Zavon (Ratt, W.A.S.P…) et le chanteur Jason Bragg (Pissing Razors). Et Appice d’ajouter que le groupe sonnait « comme un mélange entre Black Sabbath, Alice In Chains avec un peu de Led Zeppelin ».

Force est de constater que… c’est exactement ça ! Kill Devil Hill, c’est du heavy à l’ancienne, malsain et solennel, remis au goût du jour avec un son et un jeu de guitare lourd, percutant et actuel. Le tout avec une sensibilité grunge, comme sur le titre « Hangman », qu’aurait très bien pu écrire Alice In Chains. « Gates Of Hell » est quant à lui l’incarnation du mélange entre Black Sabbath, pour l’atmosphère lugubre, et Alice In Chains pour le jeu de guitare et l’approche vocale.

Lire la suite…



Interview   

Kill Devil Hill : le « voyage musical » de Rex Brown


L’enthousiasme de Rex Brown à propos de son nouveau groupe avec Vinny Appice, Kill Devil Hill, n’a d’égal que son refus de s’étaler sur l’affaire Down. Fatigué qu’on lui demande des nouvelles de son état de santé, il sous-entend même que son ancien collègue Phil Anselmo a déformé la réalité en évoquant ces problèmes de santé lors de l’annonce du départ du bassiste de Down. Un départ qu’il attribue simplement à des raisons musicales, à son « voyage musical » où Kill Devil Hill, un groupe spontané et simple dont il ne faut pas chercher à surinterpréter les textes ou l’imagerie, serait la nouvelle étape.

Néanmoins, s’il insiste sur le fait qu’il n’y a aucune animosité entre lui et ses anciens collègues de Down et Pantera, on ne peut s’empêcher d’attendre la sortie de l’autobiographie sur laquelle il travaille actuellement pour savoir de quoi il en retourne vraiment.

Entretien…



Nouvelles Du Front   

Rex Brown a une vérité à dire


Avant d’écrire cet article, le Doc m’a demandé s’il y avait un lien entre Rex Brown et Alphonse Brown. Je lui ai répondu : « Bien sûr, c’est son chien, Rex. Un beau berger allemand du Havre. » Bon, après ça, on a enfermé Doc dans les toilettes avec un recueil de blagues de Guy Montagné pour qu’on puisse enfin travailler un peu sérieusement.

Rex Brown, vous, vous le savez, est l’ancien bassiste de Down, gentiment remplacé il y a quelques mois – sans doute parce qu’il a des problèmes avec la bouteille que personne n’ignore (« Pour le dire gentiment : il a besoin de se pencher sur certains problèmes de sa vie et quand il abordera le problème, le fond du problème, ça le maintiendra loin de la musique » dixit Phil Anselmo) – mais aussi, et vous l’ignorez peut-être encore moins, un membre historique du groupe Pantera. Un groupe qui a une sacrée histoire, relativement sulfureuse mais dont la fin sent plus encore le soufre. Et une telle histoire, une fois publiée pourrait bien rapporter.

La maison d’édition américaine Da Capo Press (qui vient de publier les mémoires de Kevin Sorbo, le Hercule de la série télé, mais aussi le livre « Seven Deadly Sins » de Corey Taylor) a donc fait signer un contrat à Rex Brown afin qu’il écrive ses mémoires. La date de sortie est prévue pour l’automne 2012. Ce livre a aussi déjà un titre : « Official Truth, 101 Proof: The Inside Story Of Pantera » ; ce qui nous donnera en VF : « La vérité officielle, 101 Proof: L’Histoire de Pantera Vue de l’Intérieur ».

Lire la suite…



Nouvelles Du Front   

Mais qu’est-ce qu’ils ont ces mecs ?


Nick Oliveri, bassiste de Kyuss Lives!, arrêté le 12 juillet dernier suite à une affaire de violences domestiques qui a quasiment tourné à la prise d’otage, risque aujourd’hui jusqu’à quinze ans de prison une fois réunis tous les chefs d’accusations : violences domestiques, possession d’arme à feu (il a été appréhendé avec un fusil chargé), possession de drogue (la police a découvert au cours de la fouille de son domicile de la cocaïne et des méthamphétamines) et résistance à agent.

Autant dire que la place de Nick au sein de Kyuss Lives! risque d’être remise en question (il avait déjà été viré de Queens Of The Stone Age pour des problèmes de violences domestiques (déjà…) et de drogues) comme l’a été, il y a peu, celle du bassiste Michael Todd dans Coheed And Cambria après une affaire de cambriolage à main armée dans une pharmacie.

Il y a du dossier…



News From The Front   

Down: divide and rule


After several months of uncertainty regarding the position of bass player within Down, Rex Brown’s departure has finally been made official. First by drummer Jimmy Bower, who told MetalChroniques.fr last week that, even if they would love Rex “till death”, “he will not come back”. Then by Rex himself, who puts things straight via 8CountNews.com: “Down’s not officially over. I’m just officially out of the band. Things came to a head. They are better off doing what they’re doing. They have Patrick Bruders (CROWBAR) playing bass. I kind of lost the passion after a while. There were other problems that we had, so it was best that we parted ways.”.

But it’s not the last we’ve heard of Rex’s sublime and powerful bass lines, since the man now plays in Kill Devil Kill, a rather tempting project put together by drummer Vinny Appice. All that’s left for us to discover is the nature of these “problems”, that Phil Anselmo described as “a little marital spat” and that seem to have played an important part in this departure.

Read more…



Nouvelles Du Front   

Down se divise pour mieux régner


Après plusieurs mois sans vraiment connaître le statut du poste de bassiste au sein de Down, le départ de Rex Brown a enfin été officialisé. Tout d’abord par le batteur Jimmy Bower qui affirmait la semaine dernière chez nos confrères de MetalChroniques.fr que même s’ils aiment Rex « jusqu’à la mort », «il ne reviendra pas ». Puis Rex, lui-même, qui met les choses au clair via 8CountNews.com : « DOWN n’est pas officiellement fini. Je ne suis juste officiellement plus dans le groupe. Ils sont mieux ainsi à faire ce qu’ils font. Ils ont Patrick Bruders (CROWBAR) qui joue de la basse. J’ai en quelque sorte perdu la passion pendant un moment. Nous avons eu d’autres problèmes, donc il était préférable que nous nous séparions. »

De toutes manières, nous n’avons pas fini d’entendre les sublimes et puissantes lignes de basses de Rex, puisqu’il officie désormais dans Kill Devil Kill, un projet alléchant initié par le batteur Vinny Appice. Reste désormais à savoir quels sont ces « problèmes » que Phil Anselmo qualifiait lui-même de « petite querelle conjugale » et qui semble avoir joué un rôle important dans ce départ.

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3