ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Témoignage   

Chroniques de l’underground : chapitre 2, affiche et communication


Comment ça marche l’organisation d’un concert quand on est un jeune groupe, qui n’a pas encore de booker et dont le téléphone ne sonne pas en permanence pour leur demander de jouer ici ou là ? Eh bien, c’est surtout de la débrouille et plus encore : du rêve. Et Quentin, un rêve, il en a un, né dans une salle bordelaise, le Bootleg : y jouer, avec son groupe, Eros, dont il est le batteur. Mais comme c’est un jeune groupe, et c’est une salle ayant la capacité d’accueillir trois cent personnes, il ne se voit évidemment pas déjà faire salle comble et il envisage, plus sérieusement, de pouvoir au moins y faire la première partie d’une formation plus installée : Bukowski.

C’est ainsi qu’ont commencé ces chroniques de l’underground dont nous avons publié le premier épisode la semaine dernière. Ce n’est pas un guide de ce qu’il faut faire ou non, mais plutôt un récit didactique qui (paradoxalement) ne donne pas de leçon, sauf à ceux qui s’imagineraient que du simple fait de former un groupe découle tout le reste (concerts, signature avec un label, disques, etc.) ou qu’il suffit de se poser dans une salle à attendre le public pour organiser un concert, même de petite envergure. Un récit, en quatre parties que nous publierons régulièrement jusqu’à son épilogue, après le 31 janvier, date de ce fameux concert, de la quête et de la découverte dans l’underground français de la façon d’organiser un concert – et un seul ! – pour son groupe quand on veut se donner les moyens de vivre son rêve.

Dans l’épisode de cette semaine, on comprend à quel point le Diable est dans les détails et qu’une petite chose comme un flyer est tel un joli papillon… qui viendrait se poser dans la mécanique pour gripper tout le système et parfois faire oublier l’essentiel.

Lire la suite…



Témoignage   

Chroniques de l’underground : Chapitre 1, création d’un évènement


Comment ça marche l’organisation d’un concert quand on est un jeune groupe, qui n’a pas encore de booker et dont le téléphone ne sonne pas en permanence pour leur demander de jouer ici ou là ? Eh bien, c’est surtout de la débrouille et plus encore : du rêve. Et Quentin, un rêve, il en a un, né dans une salle bordelaise, le Bootleg : y jouer, avec son groupe, Eros, dont il est le batteur. Mais comme c’est un jeune groupe, et c’est une salle ayant la capacité d’accueillir trois cent personnes, il ne se voit évidemment pas déjà faire salle comble et il envisage, plus sérieusement, de pouvoir au moins y faire la première partie d’une formation plus installée : Bukowski.

Ainsi commencent ces chroniques de l’underground. Ce n’est pas un guide de ce qu’il faut faire ou non, mais plutôt un récit didactique qui (paradoxalement) ne donne pas de leçon, sauf à ceux qui s’imagineraient que du simple fait de former un groupe découle tout le reste (concerts, signature avec un label, disques, etc.) ou qu’il suffit de se poser dans une salle à attendre le public pour organiser un concert, même de petite envergure. Un récit de la quête et de la découverte dans l’underground français de la façon d’organiser un concert – et un seul ! – pour son groupe quand on veut se donner les moyens, sans lésiner sur ceux-ci, sans rechigner à la dépense (que ce soit en termes d’énergie ou financiers), pour vivre son rêve… ce qui passe parfois par quelques déconvenues ou phases de désespoir.

C’est aussi le récit très personnel (et qui ne se veut donc pas absolu) que nous offre Quentin, en quatre parties, que nous publierons régulièrement jusqu’à son épilogue, après le 31 janvier, date de ce fameux concert, et dont voici le premier chapitre.

A lire dans la suite…



Galerie Photos   

Motocultor Festival @ St Nolff, France – 17/08/2013




CR De Festival   

Motocultor 2013 : fil rouge de la journée du dimanche 18 août


Le dernier round ! Le camping s’est réveillé doucement sous la pluie et les premières cornes de brume ont résonné dans Saint-Nolff, lançant le signal de départ du troisième jour du Motocultor 2013. Et comme nous l’avons fait depuis vendredi (ou l’an dernier ou plus récemment, au Sonisphere et au Hellfest), vous allez pouvoir suivre le festival en direct via ce fil rouge qui sera fréquemment mis à jour de 12h00, heure du premier concert, jusqu’à l’extinction des dernières notes vers 1h du matin !

Suivez-nous donc dès maintenant via nos trois plate-formes éditoriales – le site de Radio Metal, notre page Facebook et notre compte Twitter – pour tout savoir sur ce Motocultor 2013 et obtenir nos impressions à brûle-pourpoint. Nous vous conseillons donc de recharger cette page régulièrement car nos informations sont mises en ligne en temps réel. Par ailleurs, sachez que les live reports de ce fil rouge pourront être enrichis quelques jours après le festival et nous vous proposerons également, a posteriori de l’événement, des galeries photos entièrement consacrées aux prestations des artistes.

Lire la suite…



Metalanalyse   

Bukowski sort les griffes


Pour l’écriture de son nouvel album Hazardous Creatures, Bukowski se trouvait dans un contexte incomparable à celui précédant la réalisation de Midnight Sons. Ce dernier est un disque sorti en 2011 par un groupe attendu par un public essentiellement underground. Hazardous Creatures, lui, a été composé par une formation qui, depuis, a réalisé un certain buzz avec son précédent disque ainsi qu’avec la tournée qui a suivi, le combo ayant été notamment programmé à l’affiche de festivals tels que le Hellfest et le Sonisphere.

Aujourd’hui, une grande partie des fans français de metal connaît le nom de Bukowski. Autrement dit, le groupe a composé Hazardous Creatures sachant, non pas que son public l’attendait, mais que le public metal français l’attendait. Un contexte qui aurait pu pousser les musiciens, soit à se contenter de reproduire une formule qui s’était déjà montrée payante, soit à s’orienter vers un registre rock plus consensuel. Mais il faut bien avouer que « consensuel » n’est pas un terme qui colle avec une formation qui emprunte son nom à un écrivain pour le moins couillu.

En l’occurrence, ce contexte favorable n’a ni adouci, ni conduit Bukowski à la fainéantise. Les ébauches de paillettes et de succès qu’a pu apercevoir le groupe suite à cette prometteuse tournée, Bukowski n’y est pas plus sensible que ça. Le chanteur Matthieu nous confessait d’ailleurs, après son set au Sonisphere, être presque gêné de se voir dans la lumière. « On est plus un groupe franchouillard, familial, on est plus à l’aise dans un club », disait-il. L’important pour Bukowski est de continuer à échanger avec son public.

Lire la suite…



Interview   

Bukowski face à ses publics


Avec The Midnight Sons, puis les dates, pour certaines particulièrement prestigieuses (Hellfest, Sonisphere…), qui ont suivi, Bukowski a été propulsé du rang de groupe respecté et apprécié sur une scène underground à celui de groupe majeur de la scène française. Le prochain album, Hazardous Creatures, est par conséquent attendu par les fans de la première heure, par le plus large public qui les a découvert ces trois dernières années et aussi par les curieux qui attendent de voir quelle influence le succès aura eu sur ce trio. D’aucuns, parmi les plus rabat-joie, auront sans doute parié sur un groupe se contentant de se conforter avec une recette qui a marché.

Force est de constater que ce n’est pas le cas, Bukowski ne s’est pas empêché d’avancer et de manière cohérente, avec un nouvel album un poil moins stoner et un poil plus metal à l’américaine. Un album puissant et félin, comme semble l’indiquer le tigre de la pochette du disque.

Le chanteur-guitariste Matthieu sera notre invité téléphonique dans Anarchy X ce jeudi 11 avril dès 20h30 pour revenir sur ces trois dernières années et sur l’impact qu’elles ont eu sur ce nouvel album.

Vos questions sont les bienvenues sur Facebook, Twitter, le chat, ou directement à l’antenne auprès de l’intéressé par téléphone (+339 77 21 75 22) ou par skype (pseudo : radiometal).

Réécouter l’interview : [audio:interviews/Bukowski 2013.mp3|titles=Interview Matthieu (Bukowski)]



Galerie Photos   

Hellfest @ Clisson, France – 15/06/2012




CR De Festival   

Hellfest 2012 : fil rouge de la journée du vendredi 15 juin


Suivez dès maintenant via nos trois plate-formes éditoriales – le site de Radio Metal, notre page Facebook et notre compte Twitter – pour savoir tout du Hellfest 2012 et obtenir nos impressions à brûle-pourpoint. Nous vous conseillons de recharger cette page régulièrement car nos informations sont mises en ligne en temps réel. Par ailleurs, sachez que les live reports de ce fil rouge seront enrichis quelques jours après le festival et nous vous proposerons également, a posteriori de l’événement, des galeries photos entièrement consacrées aux prestations des artistes.

Lire notre fil rouge…



Live Report   

Plonge dans le petit bain avec Lofofora et noie le blues du dimanche soir !


Suite à son récent passage à la Maroquinerie, Lofofora revient fouler les planches parisiennes en ce dimanche soir pluvieux dans le cadre du festival Bring The Noise organisé par Ouï FM qui se tient aux Petits Bains, péniche amarrée aux quais de Seine et qui a su rester à flots malgré tout cette furie.

Leur dernier opus Monstre Ordinaire à défendre, les vétérans de la scène hexagonale étaient accompagnés de la toute jeune garde représentée par Bukowski et par Branson Hollis. Embarqués dans cette aventure fluviale, les Français de Bukowski doivent eux aussi défendre une récente production, leur deuxième album, The Midnight Sons. Dans un registre plus assimilable au rock alternatif qu’au metal, Branson Hollis a bien un EP 5 titres à son catalogue mais, ce soir, le jeune combo doit surtout se faire connaître.

Mais, dites-moi, les Branson Hollis sont eux aussi français. En somme, ce second soir est placée sous la bannière tricolore. Cocorico ! N’y voyez aucun penchant nationaliste mal-venu, seulement une grande satisfaction de voir que la scène française sait toujours proposer des groupes intéressants.

Lire la suite…



CR De Festival   

Sonisphere 2011 : compte-rendu de la journée du vendredi 8 juillet


La première édition du Sonisphere français vient de se tenir à Amnéville les 8 et 9 juillet. Un véritable événement car pour la première fois de l’Histoire le Big 4 représenté par Metallica, Megadeth, Slayer et Anthrax se produisait en France. Mais durant deux jours ce sont bel et bien vingt artistes (Slipknot, Airbourne, Dream Theater, Gojira, Mastodon, Papa Roach, Loudblast et beaucoup d’autres) qui ont arpenté les planches des scènes Saturn et Apollo. Après des reportages aux Greenfield, Hellfest et Main Square, voici le quatrième volet de nos aventures estivales avec la première journée du Sonisphere qui a eu lieu le vendredi 8 juillet. NB : le live report de la journée de samedi est également disponible.

Arrivés sur les lieux aux alentours de midi, nous visitons le site peu avant l’ouverture du site aux festivaliers. Tandis que l’organisation s’active pour finaliser les derniers préparatifs, nous profitons du calme avant la tempête et découvrons les scènes, montées sur un terrain en béton légèrement en pente.

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3