ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Le Blog Du Doc    Nouvelles Du Front   

Les grands médias et l’affaire Varg


Après avoir suscité le rejet de la communauté metal, ou a contrario une certaine forme de culte/vénération de la part des metalleux les plus extrémistes, pour avoir assassiné Euronymous (Mayhem) en 1993, le fascinant Varg Vikernes (Burzum) a donc une nouvelle fois fait la Une des journaux. Mais cette fois Varg a eu la possibilité de toucher TOUTE la population française comme le prouve le buzz médiatique depuis son arrestation du mardi 16 juillet.

Interpellé en Corrèze où il résidait depuis 2010, Varg est toujours en garde à vue en ce moment même. La SDAT (Sous-Direction Antiterroriste de la Police Judiciaire) l’interrogeant sur la présence d’armes chez lui en vue d’un éventuel « acte terroriste ». Manuel Valls, le Ministre de l’Intérieur, a cependant précisé sur le sujet qu’il n’y avait pour le moment « ni cible, ni projet identifié ».

Lire la suite.



Nouvelles Du Front   

Varg Vikernes (Burzum) arrêté en France


On le savait installé en France depuis quelques années – en Corrèze tout particulièrement. Marié à une française (Marie Cachet), père de trois enfants, l’homme qui se cache derrière Burzum, Varg Vikernes (de son vrai prénom, Kristian) a été interpellé hier, mardi 15 juillet, par les forces de l’ordre. La Direction Centrale du Renseignement Intérieur (DCRI) le soupçonne en effet d’avoir voulu perpétrer un « massacre » comme le rapporte le site France TV Info.

Des perquisitions sont actuellement en cours pour savoir si l’homme détenait des armes ou autres explosifs. Sa femme, inscrite dans un club de tir, venait d’acheter quatre fusils en toute légalité. Le parquet anti-terroriste de Paris a donc été saisi. Le « terroriste » présumé est en garde à vue – celle-ci pouvant durer 96 heures, comme dans toutes les affaires qui relèvent du terrorisme. Varg Vikernes fait partie des 530 personnes à avoir reçu le manifeste d’Anders Breivik, l’auteur de la tuerie d’Utoya en Norvège en juillet 2011. Il avait d’ailleurs, suite au massacre perpétré par ce dernier, pris appui sur cet acte pour dénoncer un nouveau complot juif en Europe, dont les Chrétiens et les Musulmans seraient les instruments…

Bref du Varg tout craché.

Lire la suite…



Radio Metal   

Voici vos 15 articles préférés de 2012


Il nous reste encore quelques jours pour se souhaiter mutuellement une excellente année 2013 et continuer à faire le bilan de 2012. Ainsi après le Top 50 des meilleurs disques sortis l’année dernière et nos Tops & Flops (subjectifs car personnels) de 2012, le moment est donc venu de voir ensemble quels sont les articles de Radio Metal qui ont été les plus lus par la communauté metal.

Au sein de la rédaction on l’a compris depuis très longtemps : nombre de fans de metal apprécient RM pour le contenu éditorial « particulier » que nous faisons partager. Très concrètement, nous aimons parler de metal – mais aussi de sujets transversaux au style – et force est de constater qu’une large part d’entre vous apprécie ce mélange des deux aspects. Il est donc finalement assez logique que nous parvenions au classement suivant qui, malgré tout, vous surprendra peut-être !

Si tu n’aimes pas la pornographie, ne clique sutout pas sur ce lien.



Interview   

Varg Vikernes (Burzum) : l’homme qui savait se faire détester


Lui, Varg Vikernes, maître à penser de Burzum, vous dira probablement qu’il défend ses idées de manière franche et sans compromission. Mais quiconque lit ses propos, trouvera, sans doute, toujours quelque chose qu’il jugera détestable chez lui. Il joue l’extrémisme le plus radical dans toutes les facettes – au moins celles que l’on connaît – de sa vie. Mais joue-t-il vraiment ? Car, assurément, il peut parfois être difficile de cerner la provocation de la conviction.

Par exemple, sur son aversion totale du genre musical que l’on nomme aujourd’hui « black metal », dont la communauté fait pourtant, et ironiquement, l’éloge de ses propres œuvres. Une aversion qui, avoue Vikernes, découle de son vécu passé, avant sa condamnation pour le meurtre d’Euronymous, alias Øystein Aarseth, guitariste de Mayhem (il fut libéré sur probation le 24 mai 2009, après 15 ans d’emprisonnement sur les 21 ans prévus par la peine). Il revient d’ailleurs avec nous volontiers et en détails sur l’environnement dans lequel il œuvrait au début des années 90 en Norvège, faisant tomber la vision romancée que beaucoup en ont aujourd’hui, et sur le black metal, non pas en tant que genre musical, mais en tant que concept. Certains propos sur ces sujets, et concernant, entre autres, certains musiciens et groupes issus de cette époque, sont à ce titre particulièrement violents.

Lire la suite et l’interview…



Interviews   

Steven Wilson sends the metal mindset back to the foundry


Some interviews are so interesting you don’t even know how to introduce them. People who read us regularly are used to read outstanding quotes from the interview under each picture. You have no idea how difficult it was to pick these quotes from this interview: Steven Wilson got a lot to tell. About the evolution of the music industry and the “iPod generation”, the independence of an artiste from his fans, creativity in general…

And he’s never at a loss for words. Lately, he’s been very critical towards metal, a genre he considers not creative anymore. During this lengthy interview (more than forty minutes), we went back at length over his comments so he could expand on his points, on which we are waiting your reaction in the comments part.

Then we talked about all his current projects: a solo album, his project with Mikael Akerfeldt (Opeth), and not to mention of course Porcupine Tree’s future.

Enjoy…



Interview   

Steven Wilson renvoie l’état d’esprit du metal à la fonderie


Il y a des interviews qui sont tellement intéressantes que l’on ne sait même pas comment les introduire. Vous qui nous lisez régulièrement avez certainement l’habitude de voir les citations marquantes de chaque interview en-dessous de chaque photo. Vous n’avez pas idée à quel point cela a été difficile de sélectionner les meilleures de cet entretien : Steven Wilson en a des choses à dire : évolution de l’industrie du disque ou la « génération iPod », indépendance d’un artiste vis-à-vis de ses fans, la notion de créativité au sens large

Et il n’a pas sa langue dans sa poche. Récemment, il émettait de sévères critiques sur le metal, un genre qu’il ne considère plus comme créatif. Au cours du présent entretien fleuve (plus de quarante minutes), nous sommes longuement revenus sur ses propos afin de lui permettre de développer son argumentaire, sur lequel nous attendons vos réactions en commentaire.

Puis nous avons fait le tour de ses différentes actualités : son album solo (une date est d’ailleurs prévue au Bataclan de Paris le 26 octobre), son projet avec Mikael Akerfeldt (Opeth), sans oublier, bien évidemment, le futur de Porcupine Tree.

Savourez…



Éditorial   

C’est pas metal


Dans cet énième épisode de la série « pourquoi les métalleux nous exaspèrent » (et je vous rassure, vous n’êtes pas les seuls à vous demander : « mais pourquoi ils bossent dans le metal ces mecs ? »), nous allons traiter de cette réplique reine, humiliante et décrédibilisante, voire fatale car souvent synonyme de radiation à vie du cercle des metalheads.

Tout métalleux qui se respecte a une opinion – très souvent indiscutable – sur ce qui est ou n’est pas metal. Afin de mieux cerner les limites admises de ce cercle, afin de ne pas se laisser aller à d’insupportables débordements (comme boire du lait à la fraise, mais on y reviendra), il convient donc de rassembler de la manière la plus exhaustive possible chaque petite pierre apportée à l’édifice. Si l’on suit l’adage qui dit que « ce qui n’est pas interdit est autorisé », alors c’est en listant ce qui n’est pas metal que l’on pourra déterminer ce qui l’est. Le présent travail est le résultat d’un travail de veille de plusieurs mois dérivé de celui, similaire, effectué de manière hebdomadaire sur le No Comment.

C’est par là que ça se passe…



Nouvelles Du Front   

De quoi j’me mêle ?


Ce qu’il y a de beau avec la démocratie, c’est qu’on est libre d’y participer comme bon nous semble. Jusqu’à l’absurde. Je ne souhaite pas vous faire de cours de philosophie politique, simplement partager avec vous un constat. Ainsi en 2008, 81% des Français auraient voté pour Barack Obama au cours des élections présidentielles américaines. En 2011, le taux d’abstention aux élections cantonales a été de 55%.

A croire qu’il est plus intéressant de mettre son nez dans les affaires d’autrui plutôt que de s’occuper des siennes, qu’on a sous son propre nez. Bien sûr, étant donné l’importance et l’influence que la politique américaine peut avoir sur le reste du monde, il est compréhensible qu’en dehors des frontières des États-Unis on se soit senti concerné. Mais de là à militer pour son candidat préféré alors qu’on n’est pas citoyen du pays dans lequel celui-ci brigue un mandat, c’est user de son pouvoir de citoyen assez absurdement.

Et pourtant c’est ce que fait aujourd’hui un Norvégien qu’on connaît bien…

Lire la suite…



Potin   

Soyons à la mode de Burzum


Une fois de plus, nous ne parlons de black metal que pour en rire ou nous en amuser. Mais est-ce vraiment de notre faute ? Nous sommes sans doute victime d’un principe simple qui serait le suivant : dès lors qu’on traite avec légèreté d’un thème particulièrement grave (comme certaines pages sombres de notre Histoire) ou se donnant des airs graves (comme le black metal), cela devient immédiatement hilarant. Alors en attendant qu’un spécialiste de la scène underground pagan sataniste de Göteborg vienne inonder nos pages de chroniques toutes plus sombres les unes que les autres, on va se contenter de subir ce principe.

Et en attendant le trente huitième anniversaire (demain ; pensez à lui envoyer une carte) de Varg Vikernes, l’éminence grise de Burzum, essayons de comprendre pourquoi vous avez depuis tout à l’heure un string sous les yeux.

Lire la suite…



Potin   

Le black metal peut-il être drôle ?


On sait que le black metal se boit ou qu’il est un parfait outil d’analyse en pédopsychiatrie mais peut-il être drôle ? En tout cas, ça peut le devenir quand tout le talent, la créativité et surtout l’humour de quelques internautes se rencontrent pour un détournement massif de quelques pochettes d’albums – célèbres ou non – de ces groupes qui semblent souvent avoir bien besoin d’être déridés.

Le site Decibelmagazine.com a déniché dans un forum consacré aux productions de Relapse Records un petit jeu auxquels se consacrent les forumeurs dans un petit salon nommé : « Mise à jour du design des pochettes d’albums de black metal ». L’occasion pour nous de comparer l’original et sa refonte et de voir avec vous laquelle sera chaque fois la meilleure.

C’est par là que ça se passe.



  • Arrow
    Arrow
    Meshuggah @ Lyon
    Slider
  • 1/3