ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

News Express   

Phil Campbell (MOTÖRHEAD) espère sortir son premier album solo cet été


Le guitariste Phil Campbell (MOTÖRHEAD) espère sortir son premier album solo cet été. Ce disque est en gestation depuis cinq ans et comprendra comme invités Rob Halford (JUDAS PRIEST), Dee Snider (TWISTED SISTER), Chris Fehn de SLIPKNOT et le chanteur d’UGLY KID JOE Whitfield Crane.



Interview   

Orange Goblin montre les crocs


Orange Goblin en a gros. A la fois contents d’une situation où ils sont en mesure de faire vivre le groupe sans avoir à trahir leurs principes et céder aux pressions, mais aussi forcément un peu déçus que la tentative de vivre du groupe ces dernières années ait échouée. Surtout un peu frustrés, comme le répète le frontman Ben Ward, de ne pas avoir encore obtenu la reconnaissance qu’ils estiment mériter. Sans même parler d’une exaspération certaine face à l’évolution du monde. Voilà pourquoi avec leur nouvel album The Wolf Bites Back, Orange Goblin montre les crocs !

Un album qui se veut sombre et agressif, mais surtout tâtant différents terrains où le groupe montre un bel éventail de couleurs, avec toujours en ligne de mire son espace de prédilection : la scène. Voilà de quoi nous parle le loquace et passionné Ben Ward, mais pas que, puisque nous discutons également des maîtres parmi les maîtres : Motörhead et Black Sabbath. Deux influences majeures dont Orange Goblin devient le direct héritier depuis leur disparition du paysage, et au sujet desquels il partage quelques anecdotes.

Lire l’interview…



Live Report   

Phil Campbell And Co’ : Une belle histoire de bâtards !


La vie après Motörhead continue pour Phil Campbell toujours accompagné de ses Bastard Sons. Après un premier EP sorti en 2016, le gang a sorti en début d’année un premier album, The Age Of Absurdity, qu’ils viennent défendre face à une Boule Noire qui a répondu présent. Pour ouvrir le bal, Phil a convié d’autres bâtards, français ceux-ci, officiant sous le doux nom de Partouzzzze Bastards. Une histoire de bâtards en quelque sorte.

Partouzzzze Bastards, un nom que l’on ne prend pas forcément au sérieux de prime abord. C’est vrai, quatre Z quand même, est-ce bien raisonnable ? Malgré ce net handicap, la formation servira une prestation bien envoyée, saupoudrée de déconne. Le groupe attaque par deux reprises bien senties des Australiens d’Electric Mary avant de présenter son propre répertoire, dont un titre, « Mister Kill », dédié à Lemmy Kilmister. Sur scène, l’attitude est là. L’humour, le second degré aussi.

Lire la suite…



News Express   

PHIL CAMPBELL AND THE BASTARD SONS de passage en France à a fin du mois


PHIL CAMPBELL AND THE BASTARD SONS – précédemment connu en tant que PHIL CAMPBELL’S ALL STARR BAND – sera de passage en France pour quatre dates à la fin du mois.
Voir agenda concert.



News Express   

Phil Campbell (ex-MOTÖRHEAD) dévoile la nouvelle chanson « Laser Love »


L’ex-guitariste de MOTÖRHEAD Phil Campbell dévoile la nouvelle chanson « Laser Love » (à moins que ce ne soit une blague étant donné qu’elle est sortie ce 1er avril…). Celle-ci pourrait apparaître sur son premier album solo prévu prochainement. Un disque qui devrait voir la participation de Rob Halford (JUDAS PRIEST), Whitfield Crane (UGLY KID JOE) ou encore Chris Fehn (SLIPKNOT). Ecouter le titre…



News Express   

Phil Campbell’s ALL STARR BAND dévoile la chanson « Nutbush City Limits » (TINA TURNER)


Phil Campbell’s ALL STARR BAND, le groupe de l’ex-guitariste de MOTÖRHEAD Phil Campbell, dévoile la chanson « Nutbush City Limits » (TINA TURNER). Ecouter la chanson…



News Express   

MOTÖRHEAD annule deux concerts en raison de l’état de santé de Phil Campbell


MOTÖRHEAD annule deux concerts en raison de l’état de santé de son guitariste Phil Campbell. Alors que le groupe avait annulé la date sold-out de vendredi dernier prévue à Berlin le matin du concert à cause de l’hospitalisation du musicien pour une raison inconnue à ce jour, le trio informe également repousser son set de samedi dernier, qui devait se dérouler à Hambourg, au 9 décembre prochain.

MOTÖRHEAD doit normalement se produire ce soir au Danemark.



Interview   

Ugly Kid Joe : l’enfant turbulent des nineties revient d’entre les morts


Ugly Kid Joe - photo credit Julia Scheibeck

« Nous avons joué à l’Elysée Montmartre, notre premier concert en France était en 92, je crois, et à ce stade de notre aventure musicale, c’était le show le plus incroyable que nous avions joué. C’était démentiel. La salle était pleine à craquer, complète, et c’était le public le plus dingue, hors de contrôle et qui déchirait que nous avions vu de nos vies. Je veux dire que depuis, évidemment, nous avons joué de plus gros concerts mais celui-ci était l’un des tournants de nos vies. »

C’est avec ce souvenir ému, raconté en off de l’interview qui suit, que le bavard guitariste Klaus Eichstadt nous explique la relation qu’Ugly Kid Joe a pu entretenir avec la France, avouant vivement espérer à nouveau s’y produire prochainement. On voit tout de suite, malgré les années, les hauts très hauts – le succès fulgurant du groupe au début des années 90 -, les bas très bas – le split du groupe lorsque la flamme s’était éteinte -, que le combo d’Isla Vista, en Californie, est resté terre à terre, simple et foncièrement sympathique, comme le prouve nos échanges avec Eichstadt mais aussi le chanteur Whitfield Crane.

Résultat, non seulement nous faisons le tour du nouvel opus Uglier Than They Used Ta Be, mais aussi nous refaisons le monde d’Ugly Kid Joe, revenant sur le passé et certains faits marquants de leur carrière. Des débuts insouciants où ils se sont laissés entraîné dans le succès sans trop savoir ce qu’ils faisaient, à la désillusion du business qui a, en partie, conduit le combo à se séparer en 1997. Les deux compères se livrent avec franchise. On y découvre des anecdotes souvent drôles, parfois tristes, ainsi que l’envers du décor d’un groupe définitivement à part qui a pourtant marqué la première moitié des années 90 de son emprunte. De simples « gosses californiens qui veulent être dans un groupe de rock » qui, même lorsque le groupe n’existait plus, sont restés une bande de potes.

Lire l’interview…



Le Blog Du Doc    Nouvelles Du Front   

Le choix de Lemmy


« Lemmy ». Quand vous arrivez à un stade où votre nom censé vous définir est finalement moins important aux yeux des gens que votre pseudonyme alors oui, en effet, on peut considérer que vous avez acquis un certain stade de notoriété. C’est le cas, évidemment, de la légende Lemmy Kilmister (de son vrai nom Ian Fraser Kilmister), chanteur/bassiste de Motörhead qui « est Motörhead et joue du rock’n’roll », comme il a coutume de l’indiquer sur scène au début des shows de son groupe depuis plus de quarante ans maintenant.

Et en quatre décennies, il s’en est passé des choses dans la vie de Lemmy ! Avec beaucoup d’abus à la clé qui auront pendant de longues années donné au frontman de Motörhead des allures de navire de guerre insubmersible. Seulement, le temps passant, cette image s’est peu à peu écornée. La faute à différents problèmes de santé (soucis de coeur, problèmes gastriques et déshydratation, problèmes respiratoires et dorsaux…) qui ont clairement affaibli le bonhomme.

Lire la suite…



Interview   

Phil Campbell et la magie de Motörhead


Phil Campbell - MotörheadEh oui, Motörhead souffle sa quarantième bougie cette année. Quarante ans au service d’un rock n’ roll immédiatement reconnaissable qui a tant inspiré. Et c’est un peu une ode à cette formule magique que nous offre le trio cette année avec son nouvel opus Bad Magic. Une formule peut-être pas aussi rigide qu’on pourrait le croire au vu de la diversité que le combo s’y autorise au sein d’un même carcan. C’est là tout l’équilibre de Motörhead, dont nous parlait déjà Mikkey Dee à l’époque d’Aftershock, il y a deux ans : savoir produire du neuf en parvenant toujours à faire la même chose. Et, à en croire le guitariste Phil Campbell, avec qui nous avons taillé le bout de gras, nos a priori sur Motörhead et sa musique ne sont pas toujours fondés.

Campbell nous parle donc de ce nouvel opus, sur lequel chacun a semble-t-il donné de sa personne et qui a été directement composé sur le vif, en studio, et nous donne son sentiment sur les quarante ans de Motörhead, avec un petit détour par la case santé.

Lire l’interview…



  • Arrow
    Arrow
    In Flames @ Lyon
    Slider
  • 1/3