ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Vide(o)rdure   

Billy Corgan (Smashing Pumpkins) : catch et chaises musicales


On dirait pas comme ça, avec sa tête de fidèle consommateur d’anti-dépresseurs, mais Billy Corgan, leader des Smashing Pumpkins, est un mec qui sait s’amuser. Car, même si on a plus l’habitude de lui associer une esthétique aussi joyeuse qu’un dimanche gris, le gusse aime aussi voir et encourager des gens bondissant en slip coloré ou pantalon Spandex fluo sur un ring.

A tel point qu’en 2011, il a fondé sa propre ligue de catch dans son Illinois natal, Resistance Pro Wrestling, avec tout ce qu’il faut pour plaire à l’amateur de cette discipline : il y a des méchants qui font des grimaces, des gentils qui vont plaire aux enfants, des lutteurs masqués (soi-disant) mexicains, des types en costumes improbables et des femmes pour la variété (quoi, j’ai dit quelque chose qu’il fallait pas ?). Et parfois même des stars comme Jake « The Snake » Roberts (que les fans de la WWF dans les 80’s n’ont pas oublié) qui est passé avec ses bêbêtes en janvier dernier.

Mais Billy Corgan n’est pas qu’un musicien fan de catch, c’est aussi un grand gamin qui joue parfois aux chaises musicales sur un ring de catch dans une pub pour des chaises avec des catcheurs pour une chaîne de magasins de meubles de l’Illinois… Vous voyez le tableau ?

Vous allez mieux voir dans la suite…



Potin   

C’est pas Metallica qui va me faire regarder Wrestlemania cette année…



Ça, c’était l’an dernier. Et l’an dernier, on nous avait annoncé que Triple H utiliserait une chanson de Metallica pour son entrée lors de son combat contre l’Undertaker à Wrestlemania XXVII, le 3 avril 2011. Et, à l’époque, je n’ai rien voulu savoir, rien voulu connaître à l’avance, ni quel était le morceau en question, ni le déroulement du combat, ni le vainqueur, tant que je n’avais pas pu en voir une retransmission par moi-même. Ça a été un combat de malades, où les deux opposants se sont mutuellement démolis ; en moins de dix minutes, ils étaient déjà à bout de souffle mais, autant que je me souvienne, ça a bien dû durer une demi-heure de plus. Jusqu’à la victoire de l’Undertaker, mon idole de quand j’étais marmot, victoire en demi-teinte puisqu’il est quand même reparti sur une civière.

Lire la suite…



Nouvelles Du Front    Vide(o)rdure   

Quel sacré beau diable que ce Corey Taylor !


Nous avons beau travailler en France, nous n’oublions jamais d’avoir une petite pensée pour nos lecteurs francophones canadiens ou, plus particulièrement, pour ceux de la Belle Province. Ainsi, quand nous voyons qu’une tournée se prépare en Amérique du Nord, nous tâchons toujours de voir si le Québec ne serait pas sur le plan. Et nous sommes bien contents de cela pour deux raisons (en dehors du simple plaisir de bien faire son travail) aujourd’hui.

Premièrement, parce que nous découvrons que Corey Taylor (Slipknot, Stone Sour) va démarrer dans moins de trois semaines une tournée nord-américaine solo au cours de laquelle il interprétera en acoustique des morceaux de Slipknot et Stone Sour mais aussi des reprises (souhaitons qu’il joue « Sponge Bob »), lira des extraits de son livre « Seven Deadly Sins », et répondra ensuite aux questions du public. Et il passera par Québec le 1er décembre au Théâtre Corona et à Toronto, au Mod Club, le 2 décembre.

Le deuxièmement est dans la suite…



Potin   

L’amour Du Ring


C’est l’heure de ma madeleine. Voilà une dizaine de jours que j’écris dans ces colonnes et là je vais vraiment, mais VRAIMENT me faire plaisir. Car en dehors de la passion que je peux avoir pour des grands musiciens comme Dvorak, Prokofiev, Moussorgski ou Carlos, j’ai un péché mignon, un penchant peux – moi qui d’habitude suis particuliêrement sensible aux grandes œuvres, et ce dans tous les arts -, penchant qui me mène tous les samedis soirs vers la retransmission des matchs de catch de la WWE.

Je sens déjà votre regard méprisant ; votre condescendance de braves gens de bon sens : « Mais comment peut-il regarder ça ? », « c’est que du bidon », « tout est truqué , chorégraphié … », « c’est du divertissement formaté pour satisfaire de gros Américains dé biles ». Hé bien, je vais vous dire : je sais tout ça. Et je rajouterai même : c’est ce que je recherche et j’aime ça. Voir ces gros tas de viande stéroïde s se mettre sur la gueule, ça m’éclate. Et vous aussi, vous devriez aimer ça. Si vous êtes ici, c’est parce que vous aimez déjà vous mettre plein les oreilles une musique virile et velue. Et qu’est-ce que le catch ? Un divertissement viril et velu (mais de moins en moins depuis que la plupart des combattants s’épilent les aisselles) ! Alors, qu’on ne vienne pas me faire la morale. « Et qu’est-ce que cet article vient faire sur Radio Metal ? » Qui a posé cette question ? Viens avec moi, toi, tu vas comprendre. Passons par-dessus la troisième corde…

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Tool @ Hellfest
    Slider
  • 1/3