ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interviews   

Cavalera Conspiracy: The brutal brothers


Max Cavalera is in Olympic shape, and good luck to you if you want to keep up with his crazy rhythm! Not only does the man lead all the projects he takes part in, but three of them delivered an album in the space of a year: Soulfly released Savages, Killer Be Killed created their first record, and now Cavalera Conspiracy is releasing a third album, Pandemonium. He did warn us the last time we talked: even without a single riff written, he had a precise idea what this album was going to sound like. It was to be inspired from grindcore, “very brutal, very aggressive, and fast”. Those same three words come back all the time in this new interview. Too bad for those (starting with his brother Igor) who have to deal with his “dictatorship” during recordings: Max is commander-in-chief and his vision is law. At least it proves that trust is still going strong between the two brothers, and that they’re closer now than ever. Actually, the only innocent victims are their immediate neighbors, and the cops who had to come pounding on the door…

Max tells us all about the very “underground” creation of the album, his motivations, and the musical relationship he’s had with Igor ever since they were children. And to think he’s already planning Soulfly’s tenth album next year…

Read the interview…



Interview   

Cavalera Conspiracy : les brutal brothers


Quelle forme le Max Cavalera ! Il faut pouvoir tenir son rythme, lui qui chapeaute en leader tous ses projets et qui aura fourni pas moins de trois albums avec trois formations différentes en un an de temps : Savages de Soulfly, le premier album de Killer Be Killed et désormais le troisième opus de Cavalera Conspiracy intitulé Pandemonium. Et il nous avait prévenu la dernière fois : avant même d’écrire un riff, il avait une idée déjà bien précise en tête de ce que cet album allait être, en l’occurrence inspiré du grindcore, « très brutal, très agressif et rapide. » Trois termes qui reviennent sans arrêt au cours de la nouvelle interview qui suit. Et tant pis pour le frangin Igor qui a dû supporter son « dictat » au cours de l’enregistrement, Max est le commandant de bord qui détient LA vision. Ça prouve en tout cas la véritable confiance qui règne entre les deux frères, plus proches que jamais. En fait, c’est surtout tant pis pour le voisinage et la maréchaussée venue frapper à la porte…

Max s’étend avec nous sur la conception très « underground » de l’album, ses motivations et la relation musicale qu’il entretient avec Igor, remontant jusqu’à leur enfance. Et dire qu’il prévoit déjà le dixième album de Soulfly pour l’année prochaine…

Lire l’interview…



News Express   

KILLER BE KILLED : nouvelle vidéo en ligne


KILLER BE KILLED a mis en ligne une nouvelle vidéo accompagnant le titre « Snakes Of Jehovah » extrait de son premier album éponyme sorti le 12 mai dernier chez Nuclear Blast. Pour rappel, ce groupe formé en 2011 est composé de Max Cavalera (SOULFLY, ex-SEPULTURA), Greg Puciato (THE DILLINGER ESCAPE PLAN), Troy Sanders (MASTODON) et Dave Elitch (ex-THE MARS VOLTA). Voir la vidéo…



Interviews   

Killer Be Killed: the ways of collaboration


“I don’t understand why people in hip-hop and people in jazz they make records together, they collaborate often and in metal, everyone seems to be very concerned with hanging on to the success they already had and not really stepping outside the comfort zone.” This assessment pretty much sums up the reason Killer Be Killed was created. The project gathers together three big voices of metal: Max Cavalera (Soulfly), who’s used to all kinds of collaborations by now, Greg Puciato (The Dillinger Escape Plan), and Troy Sanders (Mastodon), accompanied by Dave Ellitch (ex-Mars Volta), a high class drummer. Every collaboration carries the risk of failure, especially when egos are involved, but this kind of experience is always rewarding and can even turn out to be very gratifying. The first Killer Be Killed album is a first step on a whole new path, where the singers had to learn to know one another as people before anything else.

Although he’s very impulsive and intuitive, Greg Puciato is also a highly intelligent man, as the (very) long and fascinating interview he gave us last year, when The Dillinger Escape Plan released their latest album, already proved. It is therefore with great pleasure that we talked to him about this new band and his desire for collaborations.

Lire l’interview…



Interview   

Killer Be Killed : les voies du collaboratif


« Dans le hip-hop ou dans le jazz, les gens font des disques ensemble et collaborent souvent alors que dans le metal tout le monde semble tellement préoccupé par son propre succès et personne ne prend vraiment de risque. » Voilà un constat qui dénote de l’état d’esprit dans lequel a émergé Killer Be Killed, projet réunissant trois grandes figures vocales et créatives du metal : Max Cavalera (Soulfly), habitué aux collaborations en tout genre, Greg Puciato (The Dillinger Escape Plan) et Troy Sanders (Mastodon), tous les trois accompagnés par Dave Ellitch (ex-Mars Volta), un batteur de standing. Toute collaboration comporte le risque d’échouer, par exemple entravée par les egos, mais est toujours enrichissante et peut même s’avérer être très gratifiante. Cet album de Killer Be Killed est donc un premier pas dans cette expérience, où les chanteurs ont d’abord dû apprendre humainement à se connaître.

Greg Puciato a beau être un impulsif et un intuitif, il n’en est pas moins doté d’une grande intelligence, comme nous avions pu déjà nous en rentre compte avec le (très) long et passionnant entretien qu’il nous avait accordé l’année dernière à l’occasion de la sortie du dernier album de The Dillinger Escape Plan. Voilà pourquoi c’est avec un grand plaisir que nous lui redonnons la parole pour nous parler de ce nouveau groupe et de sa soif de collaborations.

Lire l’interview…



Interviews   

Mitch Harris (Menace): personal and complex mechanics


The least you can say is that Mitch Harris’s new project, Menace, fills him with enthusiasm. The musician, more used to the more extreme aspects of metal, surprises everyone, including himself, in his new, multi-faceted artistic environment. But as it turns out, the many colors of this project merely represent everything Mitch Harris stands for. Menace grew without a clear direction, but the entity eventually took on a life of its own thanks to drummer Derek Roddy (Serpents Rise), with whom Harris has already worked in the past. The project started out with Max Cavalera and Brann Daylor, and even though both had to stand down, Harris still hopes to collaborate with them one day.

The guitarist (and, for the first time in his career, vocalist) tells us about his feelings towards the recent album, Impact Velocity, which allowed him to explore new artistic processes, far removed from those of Napalm Death. The man also talks about his relationship towards the video medium, and introduces a talented young Ukrainian artist, Kseniya Simonova, who’s worked on the video for “To The Marrow”. And since we couldn’t possibly forget to talk about Napalm Death (who has recently started work on a new album), Harris tells us more about his special relationship with his bandmember Shane Embury, who followed him in Menace.

Read the interview…



Interview   

Mitch Harris (Menace) : une mécanique intime et complexe


Mitch Harris est pour le moins enthousiasmé par ce nouveau projet qu’est Menace. Le musicien, habitué des sphères extrêmes du metal, surprend (et se surprend !) dans ce nouvel univers artistique aux multiples facettes, aux nombreuses couleurs et qui, finalement, représentent en substance tout ce qu’est Mitch Harris. Pourtant tout a grandi sans trop savoir où tout cela finirait. Mais l’entité a bien pris vie grâce à l’apport du batteur Derek Roddy (Serpents Rise) avec qui Harris avait déjà collaboré par le passé et malgré les désistements de Max Cavalera et Brann Daylor, avec qui le projet avait démarré, mais avec qui Harris espère toujours collaborer.

Ainsi, le guitariste – et chanteur pour la première fois dans sa carrière de musicien – nous explique son ressenti vis-à-vis de cet opus, Impact Velocity, qu’il lui tenait à cœur de faire, afin d’exprimer de nouveaux procédés artistiques, différents de ceux de Napalm Death. Il revient aussi sur son rapport avec la vidéo, et présente cette talentueuse artiste ukrainienne qu’est Kseniya Simonova qui a travaillé sur le clip de « To The Marrow ». Sans oublier d’expliquer son rapport si particulier avec son comparse de Napalm Death Shane Embury qui se retrouve dans Menace. Napalm Death qui a notamment débuté le travail sur son nouvel album.

Lire la suite…



Nouvelles Du Front   

Sepultura : Max ne lâche pas l’affaire


Plus le temps passe et moins Max Cavalera mâche ses mots en ce qui concerne l’un de ses premiers amours, le groupe qu’il a formé en 1984, Sepultura. Et il n’y va désormais plus de main morte, que ce soit dans son autobiographie qui va bientôt sortir, dans un premier temps au Brésil et en Pologne, puis aux États-Unis et peut-être ensuite dans le reste de l’Europe, mais également dans une nouvelle interview qu’il a donné à RockMusicStar et où il démonte pièce par pièce le Sepultura post-Cavalera.

A croire qu’il cherche encore et toujours à faire abandonner à Andreas Kisser et Derrick Green l’utilisation du nom Sepultura… Bien aidé, il est vrai par le journaliste l’interviewant, totalement acquis à sa cause, Max se lâche sur Kisser et les autres, apporte un début d’explication à la création de Soulfly et son départ de Sepultura, et donne sa version de la façon dont les choses se sont passées à cette époque, certes très tourmentée de sa vie et de celle de ses proches.

Lire la suite…



Interviews   

Max Cavalera fosters his tribe of savages


Savages, the new Soulfly album, is a real family business. First, we’re talking about a close, blood related family, with the participation of Zyon Cavalera, Max’s son, who was given carte blanche to compose his own drum parts on the album after working long hours with his father, as the latter pointed out, and of his other son, Igor, who was invited to sing on a track. Then, on a larger scale, Max Cavalera tells us in the following interview about the huge family which was, is and will keep on being a part of Soulfly: its many guests, whom, for Savages, add up to an already extensive list with Jamie Hanks (I Declare War), Neil Fallon (Clutch) and Mitch Harris (Napalm Death). This brings the band leader to tell us about his relationship with his new home: Nuclear Blast, which, just like Roadrunner Records did in the past, seems inclined to let the musician make his own choices and follow his artistic desires.

But beyond Soulfly, Max Cavalera remains an active man. Regarding Cavalera Conspiracy, he doesn’t hesitate and repeats his desires for grindcore on the third album of the act. At the same time, the Brazilian reminds us that his third and new project (gathering Greg Puciato and Troy Sanders) is about to see the light of day and is most likely expected around mid-2014.

Read the interview…



Interview   

Max Cavalera entretient sa tribu de sauvages


Savages, ce nouvel opus de Soulfly, est une véritable affaire de famille. Une famille proche, de sang, dans un premier temps, avec la participation de Zyon Cavalera, fils de Max, qui sur ce nouvel album a eu carte blanche pour composer ses pistes de batterie après de longues heures de travail avec son père comme nous le précise ce dernier et de son autre fils Igor, invité au chant sur un titre. Puis, dans un sens plus large, Max Cavalera nous parle dans l’entretien qui suit de cette immense famille qui a fait, fait et fera encore Soulfly : ses nombreux invités qui, pour Savages, viennent encore rallonger la liste avec Jamie Hanks (I Declare War), Neil Fallon (Clutch) et Mitch Harris (Napalm Death). L’occasion pour le leader du groupe de nous parler de son rapport avec son nouveau foyer : Nuclear Blast, qui tout comme Roadrunner Records l’était, semble enclin à laisser le musicien libre de ses choix et désirs artistiques.

Mais au-delà de Soulfly, Max Cavalera reste un homme actif. Concernant le question Cavalera Conspiracy il n’hésite pas à ré-éditer ses désirs de grindcore pour ce troisième opus de la formation. Dans le même temps, le Brésilien nous rappelle que son troisième et nouveau projet (regroupant Greg Puciato et Troy Sanders) est en phase de voir le jour, probablement au milieu de l’année prochaine.

Lire l’entretien…



  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3