ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Anathema : des réponses pour aller de l’avant


Rencontrer Anathema, c’est toujours l’assurance d’un entretien passionnant et enrichissant. La musique du combo est à l’image de ses membres, riche, profonde, toujours porteuse de messages. Avec The Optimist, album au titre évocateur, mais aussi ironique, comme nous l’explique Vincent Cavanagh dans les lignes qui suivent, le groupe nous parle de santé mentale, à travers ce personnage dépressif, qui est un peu le reflet de ses créateurs.

L’opus, conçu comme une suite à l’histoire de A Fine Day To Exit, et dont le point de départ serait la pochette pleine d’intérrogations de l’album de 2001, s’envisage comme une oeuvre multi-sensorielle, comme un voyage et une expérience. Vincent nous explique ceci, et ce que ça présage pour la tournée à venir, dans l’interview ci-dessous. L’occasion également de revenir sur la création de l’album, son histoire, ses thèmes, et le futur d’Anathema, nous apprenant qu’il planche déjà sur le prochain album !

Lire l’interview…



Interview   

Anathema : les échos du passé


Anathema 2014

Après une série de quatre dates au mois de mars où le groupe s’est produit dans les plus majestueuses cathédrales du Royaume-Uni – Winchester, Liverpool, Exeter et Leeds -, Anathema enchaîne presque immédiatement avec la tournée baptisée Resonance, dont un passage le 13 avril au Trianon de Paris. Une tournée elle aussi très spéciale, puisque le groupe anglais célébrera sa carrière en bonne et due forme avec un show de trois heures, en trois parties, parcourant chaque pan de son histoire avec en invité Duncan Patterson, l’ancien bassiste et compositeur de parmi les plus grands classiques du groupe, et Darren White, le premier chanteur de la formation.

Voilà le prétexte idéal pour nous-même de parcourir l’histoire d’Anathema, ce que nous avons fait avec le frontman – qui n’a pas toujours apprécié de l’être – Vincent Cavanagh. Album par album nous égrainons ensemble le passé du combo, des prémisses de ce groupe à l’évolution atypique et de son premier album Serenades, alors qu’ils jouaient ce qu’on appellera plus tard du doom death metal, jusqu’au rock alternatif teinté d’électronique, délicat et émotionnellement puissant du tout récent Distant Satellites. Vincent Cavanagh nous livre ainsi le contexte dans lequel ces albums ont été réalisés, son sentiment, ses confessions, des anecdotes, etc. Un long et passionnant échange que nous vous proposons de découvrir ci-après.

Lire l’interview…



News Express   

ANATHEMA : des détails sur la tournée Resonance ; un DVD sur la tournée des cathédrales et un coffret de rééditions à venir


Comme annoncé précédemment, ANATHEMA sera de passage au Trianon de Paris le 13 avril 2015 dans le cadre de la tournée Resonance. Il s’agira d’un concert très spécial puisque le groupe célébrera la totalité de sa carrière, avec en invité le bassiste originel Duncan Patterson – et compositeur principal des albums Eternity et Alternative 4 – et le premier chanteur du groupe Darren White. En savoir plus…



Interview   

Vincent Cavanagh (Anathema) met ses émotions sur orbite


Quelle productivité depuis We’re Here Because We’re Here ! Un album qui avait mis du temps à voir le jour – sept années le séparait de son prédécesseur A Natural Disaster -, et il faut bien reconnaître qu’Anathema s’est rattrapé, s’offrant une cadence soutenue d’une sortie par an. La dernière en date était Universal, un album qui voyait le groupe des frères Cavanagh poussé au plus loin sa face orchestrale dans un concert exceptionnel. Aujourd’hui, c’est avec un nouvel album, Distant Satellites, qu’ils reviennent. Un album qui d’ores et déjà interpelle et surprend, notamment pour son utilisation d’éléments électroniques sur quelques chansons.

Anathema ne s’impose pas de limite et montre qu’il reste plus que jamais ouvert à tout, tant que ses membres en ressentent le besoin à un instant donné. Et on se surprend à se demander ce qu’ils expérimenteront la prochaine fois… Mais comme n’a de cesse de le répéter le chanteur Vincent Cavanagh, lui-même incertain de ce qui pourra bien ressortir d’eux à l’avenir, dans l’entretien qui suit : « Qui sait ce qu’il va se passer dans le futur ? […] Nous verrons comment ça va évoluer. » Un musicien avec lequel nous prenons toujours le même plaisir à échanger. Au menu du programme, évidemment le nouvel album Distant Satellites, mais aussi sa prise de distance avec le monde et la politique, sa relation étroite avec les musiques électroniques, ses émotions fortes ressenties à chanter avec un orchestre derrière lui et la formation française Alcest, avec une petite réclamation à l’intention de Neige, la tête pensante du combo…

Lire l’interview…



Metalanalyse   

Weather Systems d’Anathema : la polarité de la vie


Beaucoup de films, de séries télévisées, de romans ou plus généralement d’œuvres ne capturent qu’un seul aspect de la vie ou de la personnalité d’un être humain. Une comédie est uniquement drôle, un thriller est intégralement sérieux et ne distille que des atmosphères et décors grisonnants. Le méchant du film n’est que méchant, le héros est toujours valeureux et jamais ridicule, le dépressif ne fait jamais autre chose que déprimer. Comme si on ne peignait qu’en utilisant que des couleurs vives, sans nuances. Cela peut être un choix artistique conscient, un angle d’attaque consistant à ne présenter qu’une facette ou même à l’exagérer pour faire passer un message. Mais il n’est pas rare que cette vision réductrice ne soit pas volontaire.

Or, la vie n’est jamais intégralement blanche ou noire. Toute épanouie qu’une personne puisse être, elle n’est jamais dans un état permanent de bonheur. Tout comme quelqu’un traversant un moment difficile n’est pas au trente-sixième dessous à chaque instant de la journée. Dans le cas contraire, la Terre se dépeuplerait bien plus vite.

Lire la suite…



Interview   

Anathema : le contraste du bonheur


Depuis deux ans, Anathema se sent mieux, à tous les niveaux : personnels, professionnels, musicaux. Interrogé en 2010 à l’époque de la sortie de We’re Here Because We’re Here, Danny Cavanagh nous disait : « Je suis arrivé à une meilleure période de ma vie ; ma musique et mon groupe sont donc arrivés à une meilleure période émotionnellement ». Et les propos de Vincent Cavanagh, dans la présente interview, réalisée à l’aube de la sortie du nouvel album du groupe, Weather Systems, abondent dans ce sens. Anathema n’a jamais été aussi fier de ses réalisations que depuis ces deux dernières années.

Un enthousiasme perceptible dans l’évolution musicale des Anglais. Non pas que leurs disques soient particulièrement exubérants ou festifs, ils véhiculent une sensation d’apaisement. Ou comment trouver le bonheur en appréhendant chaque expérience de la vie, y compris les plus mauvaises, avec sérénité. D’aucuns reprochent au groupe de ne plus écrire autant d’hymnes à la tristesse que par le passé (« Anathema, c’était mieux quand ils allaient pas bien »). We’re Here Because We’re Here et Weather Systems, que l’on aime ou pas, vont beaucoup plus loin, embrassant et contemplant la vie dans tous ses contrastes, d’où la métaphore climatique utilisée sur ce dernier disque.

Un sentiment d’accomplissement qui n’empêche pas le groupe de rester humble, de n’imposer aucune interprétation, pas même la leur, à l’auditeur. Ce qui compte, c’est le partage d’une sensation : « C’est à l’auditeur de décider ce que nous faisons, […] quelqu’un à l’autre bout du monde peut écouter cette musique et y trouver une résonance avec sa propre vie, parce que les expériences que nous évoquons sont universelles ». Vincent considère par ailleurs être « commandé » par la musique et non pas aux commandes de sa musique.

Cliquez ici pour découvrir cette interview…



CR De Festival   

Hellfest 2011 : le fil rouge du dimanche 19 juin


Du 17 au 19 juin 2011, nous vous proposons un fil rouge en direct du Hellfest. Ce dernier se déroule à Clisson sous trois jours et réunit 80 000 personnes. Morbid Angel, Rob Zombie, In Flames, Coroner, Scorpions, Ozzy Osbourne, Kyuss Lives ! font partie des principales attractions de ce festival. Mais ils ne sont pas les seuls puisque près de 120 groupes sont présents au Hellfest. Un live report intégral de l’événement en instantané sans oublier des séquences backstages exclusives avec les artistes : voilà ce que vous propose Radio Metal durant ces trois jours de metal à Clisson.

C’est parti pour le fil rouge de la journée du dimanche 19 juin. Pour voir l’avancée de notre reportage, il vous suffit de recharger la page. Dans le but d’avoir une navigation optimale pour la lecture de ce fil rouge nous vous conseillons vivement d’utiliser le navigateur Firefox. Retrouvez également les fils rouges du jeudi 16, vendredi 17 et samedi 18 juin.

Lire la suite…



Live Report   

Plus c’est long, plus c’est bon


Une chose fait d’emblée plaisir : les gens se sont déplacés nombreux pour venir voir Anathema ce soir au Ninkasi Kao, tout comme sur les autres dates de cette tournée qui s’érige en véritable succès. Quoi de plus normal pour un groupe d’un tel talent ? Un groupe qui a sorti l’année dernière son premier album en sept ans. Un album méticuleux et peaufiné, d’une qualité éblouissante.

En comparaison de son dernier passage dans la capitale des Gaules, le contexte n’est plus tout à fait le même : la forte affluence réduit l’ambiance intimiste qui avait tant captivé et augmente la distance avec le groupe. Un groupe qui pourtant aime être au plus proche de son public, comme l’a laissé entendre la petite réflexion de Vincent Cavanagh au sujet de la ligne de front composée de nombreux canons de photographes.

En revanche, si les conditions changent, Anathema reste le même avec toute la générosité qui vient avec. C’est ainsi que, une fois n’est pas coutume, la formation de Liverpool aura proposé un set de deux heures, partagé cette fois-ci en deux mais toujours sans entracte : l’interprétation intégrale du dernier album We’re Here Because We’re Here et une seconde moitié réservée aux classiques pour soixante minutes d’échanges intenses avec le public.

Mais est-ce que la ritournelle en titre de cette chronique convient toujours et en toutes circonstances à Anathema ?

Cliquez ici pour avoir des éléments de réponse…



Nouvelles Du Front   

Anathema dans la ligne de mire


« This space between us », voici une expression de circonstances tirée de Summernight Horizon, un très bon morceau du groupe Anathema. On vous parle beaucoup de ce dernier en ce moment et ça ne va pas s’arrêter là car dans quelques jours le report du concert de Lyon sera en ligne à l’instar du prochain blog de vendredi qui mentionne également le combo… mais pour d’autres raisons !

Lundi dernier à Lyon Vincent Cavanagh, le chanteur de la formation anglaise, a notamment fait partager à l’audience son sentiment sur les photographes présents au concert. Je souhaiterais soumettre sa réflexion à votre perspicacité.

Lire la suite…



Interview   

ANATHEMA : ENTRETIEN AVEC VINCENT CAVANAGH


Récemment, Radio Metal a eu la chance d’interviewer Vincent Cavanagh, le chanteur/guitariste du groupe Anathema. Vincent a évoqué Horizons, le petit dernier des anglais, ainsi que la collaboration prévue avec le talentueux Steven Wilson du groupe Porcupine Tree.

Une interview instructive qui nous montre qu’Anathema, malgré une tendance claire à la musique dépressive, garde quand même un sacré sens de l’humour !



  • Arrow
    Arrow
    Def Leppard @ Hellfest
    Slider
  • 1/3