ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Le requiem de Tom Warrior


« Tu te rends compte ? Peut-être que demain, ma carrière sera fichue ! » nous confiait un Tom G. Warrior un brin anxieux la veille de sa performance à la dernière édition du Roadburn. La pression était en effet à son comble : événement unique, le concert s’annonçait l’aboutissement d’un projet entamé par le musicien il y a 33 ans, alors que Celtic Frost était au faîte de sa carrière. Intitulée Requiem, composée de « Rex Irae », sorti sur le légendaire Into The Pandemonium en 1987, de « Winter », qui fermait Monotheist en 2006, ainsi que d’une longue partie centrale inédite, jouée par les musiciens de Triptykon et un orchestre, le Metropole Orkest d’Hilversum aux Pays-Bas, la pièce n’avait en effet jamais été jouée en live auparavant. Un moment historique, donc, mais aussi un numéro sans filet pour un artiste qui, en plus de trente ans de carrière, a forgé comme peu d’autres le metal extrême contemporain.

C’est le lendemain, quelques heures après que son Requiem avait été acclamé par une salle comble, que nous avons retrouvé Tom pour échanger à chaud sur la genèse de ce projet de longue haleine. Majestueux, dense en émotion, véritable mariage du ciel et de l’enfer, le Requiem est en effet plus qu’une pièce musicale : condensé d’une carrière et de l’histoire d’un groupe mythique, c’est aussi une évocation en clair-obscur de la mort. Littéralement d’abord, celle des proches de Warrior, son ancien camarade de Celtic Frost Martin Ain en tête. Et puis plus abstraitement, celle qui semble être la muse inépuisable de l’artiste, toujours inextricablement liée à son processus de création. L’occasion aussi de faire un point sur les autres projets de cet artiste prolifique qui a encore beaucoup à nous offrir…

Lire l’interview…



Éditorial   

Martin Eric Ain : au revoir à un monstre sacré


Samedi 21 octobre, un monstre sacré de la scène metal extrême s’en est allé, laissant derrière lui un vide sans fond. Martin Eric Ain s’est éteint d’une manière cruelle et banale à la fois, suite à une attaque cardiaque dans la ville de Zürich. Il y a maintenant plus de trente-trois ans, l’arrivée de Martin dans le monde du metal fut fracassante. En effet, à cette époque il fut l’un des deux acteurs principaux de Hellhammer avec Tom G. Warrior. Hellhammer : un combo suisse mythique apparu en 1984 et plus que détesté dès la sortie de son EP maintenant devenu culte, le fameux Apocalyptic Raids.

Très vite, ils provoquent eux-mêmes une « guerre » avec Venom, ces derniers étant adorateurs du Satanisme alors qu’Hellhammer voue pour sa part un culte à la Mort. « Venom are killing Music, Hellhammer are killing Venom … » était même la maxime inscrite sur les cassettes des démos avant l’arrivée de Martin. A l’origine, ce dernier débarque dans le groupe pour remplacer Steve Warrior à la basse.

Lire la suite…



Interviews   

Triptykon: black is black


There is a form of wisdom in the words of Thomas Gabriel Fischer, aka Tom Warrior, the leader of Hellhammer, then Celtic Frost, and now Triptykon – a band which, as its name suggests, is a kind of final phase in the triptych that was the frontman’s artistic life. It’s the kind of lucid wisdom that allows one to see the reality of the world in minute detail, without trying to run from it – or not right now, at least. “I’m more afraid of remaining on this planet that I’m to choose the other option…”, he says with great honesty. The liberation of death holds a prime place in his thoughts, his music, and his spirituality. And when he talks about it, he does so with incredible softness, his voice controlled, almost down to a whisper, and friendly. There’s something comforting in his speech, but also something heart-rending when he brings up darker, more intimate thoughts.

Dark thoughts are precisely at the heart of his new album, Melana Chasmata, released four years after the band’s first record. The result of “a very complex gestation periode”, the record is all at once deep, carefully thought out, and striking. In the future we might even call it a masterpiece, even if Tom Warrior doesn’t even see himself as “a good musician” and doesn’t give his music “too much importance”

Read the interview…



Nouvelles Du Front   

H.R. Giger : chair de metal


Qu’il suscite la peur ou l’admiration, le nom de Hans Ruedi Giger, que l’on relie instantanément aux décors et à la créature du film Alien Le Huitième Passager (1979) de Ridley Scott, laisse rarement indifférent. Au terme d’un parcours de vie incroyable, le célèbre peintre, sculpteur, illustrateur, plasticien et designer nous a quittés ce lundi 12 mai dernier à l’âge de 74 ans suite à une chute mortelle. Une carrière, une vie, consacrée à l’art et aux interactions entre les divers domaines de celui-ci, qui a tissé au fil des années un certain nombre de liens avec la sphère musical rock, puis metal à travers certaines collaborations marquantes en tant qu’illustrateur de pochettes d’albums.

Retour sur un parcours et une œuvre où, par la peinture, la chair devient métal, et où le métal prend chair.

Lire la suite…



Interview   

Triptykon : noir c’est noir


Difficile de ne pas voir une certaine forme de sagesse dans les mots de Thomas Gabriel Fischer, alias Tom Warrior, leader de Hellhammer, puis Celtic Frost et aujourd’hui Triptykon qui, comme son patronyme l’insinue, boucle une sorte de triptyque dans la vie d’artiste du frontman. Une sagesse lucide, qui voit la réalité du monde, souvent cruelle, dans ses moindres détails, sans la fuir… Tout du moins pas encore. « J’ai plus peur de rester sur cette planète que de l’autre option… » nous avoue-t-il avec une grande franchise, la mort libératrice ayant une place importante dans ses pensées, dans sa musique, dans sa spiritualité. Tout ça il nous en parle avec une vraie douceur dans sa voix, parlant d’un ton extrêmement posé, presque susurré, et amical. Il y a quelque chose de réconfortant à l’entendre parler et en même temps poignant lorsqu’il entre dans certaines pensées noires plus intimes.

Et de pensées noires il est question dans son nouvel album, Melana Chasmata qui arrive quatre ans après le premier disque de sa nouvelle formation, après une période « de gestation très complexe ». Le résultat est une oeuvre profonde, travaillée, saisissante. Un chef d’oeuvre l’appellerons-nous sans doute à l’avenir, même si lui-même, Tom Warrior, se considère modestement « même pas (comme) un bon musicien ! » et ne donne « pas tant d’importance » à sa musique…

Lire la suite…



Radio Metal   

80’s Fever fait sa rentrée et ça va faire mal !



C’est la rentrée de 80’s Fever ! Après un été qui est passé à la vitesse d’une reproduction de lapin, place aux années 80 qui déboulent en force ! Après deux mois de pause, The Love Machine est heureux de vous retrouver pour vous embarquer avec lui pour un voyage placé sous le signe des Eighties ! Vous allez retrouver toutes vos rubriques préférées, comme le Bal des Maudits ou le très, très attendu Bousitron ! Tu ne connais pas encore l’émission ? Sois la ou le bienvenu(e) dans 80’s Fever ! Bonne humeur et grosse fête garanties !

Pour vous mettre l’eau à la bouche, sachez que l’album de la semaine dont vous allez écouter plusieurs titres ce vendredi 9 septembre sera « To Mega Therion » de Celtic Frost ! Rien que ça ! Vous allez explorer avec The Love Machine le côté obscur de la Force !

Soyez au rendez-vous ce soir à 20 h sur les ondes de Radio Metal ! La rentrée de 80’s Fever, elle va faire mal, très mal !



Nouvelles Du Front   

Tom Gabriel Fischer (TRIPTYKON) : « La mort est l’ultime échappatoire »


Darkside : As-tu déjà pensé à ton « scénario de mort parfait » ?

Tom Gabriel Fischer : (rires) Pour moi la mort est une perfection de toute façon. Je ne suis pas effrayé par la mort. Il y a certaines parties de moi qui sont avides de mourir, parce que je suis vraiment malade et fatigué de cette planète humaine. Pour moi, la mort est comme une échappatoire, c’est la beauté, c’est la paix finale de toute cette merde que nous avons créé sur cette planète, de cette nature détruite, du massacre des animaux, du fait de s’entretuer, de juste détruire tout ce que l’on touche. Je n’apprécie pas tout ça. Et la mort est l’ultime échappatoire.

Le webzine russe Darkisde a conduit une interview très intéressante avec Tom Gabriel Fischer (ex-Hellhammer/Celtic Frost), le chanteur tourmenté du groupe Triptykon. Un entretien instructif car diablement humain. D’ailleurs, l’extrait mentionné ci-dessus résume bien l’ensemble. Forcément, on pourrait tenter quelques commentaires mais, au final, ces quelques lignes concernent chaque individu et je crois que mon avis personnel sur la « nature détruite, le massacre des animaux et le fait de s’entretuer » n’est vraiment pas le sujet.

Ce qui l’est, en revanche, c’est le fait de partager les propos de Tom Gabriel Fischer. Des propos que l’on peut soi-même approuver, rejeter, cautionner, condamner etc. La vision du monde de Tom Gabriel Fischer est intéressante car elle pose beaucoup de questions que chacun se doit de résoudre… sans s’échapper.



Interviews   

Coroner : we agreed to meet up in a year’s time…


Precisely one year ago, Hellfest festival goers discovered the Coroner banner announcing that the band would be reforming for the 2011 edition of the festival. In fact we had the opportunity to speak with guitarist of the trio, Tommy Vetterli, who still seemed quite sceptic about the future of the band. He admitted having doubts about whether the band would be up to the challenge, even considering withdrawing if they were unsure of themselves, making an album was also not on their mind, etc.

A year later, on the 19th of June 2011, Coroner made it to the stage and performed an outstanding show for the Hellfest crowd. According to this, we simply had to speak with Tommy again in order to find out about his outlook today, see what future perspectives Coroner are considering and about many other things.

Here is the report of our conversation.



Interview   

Coroner : on s’était donné rendez-vous dans un an…


Il y a un an, presque jour pour jour, les festivaliers du Hellfest découvraient une banderole annonçant le show de reformation de Coroner pour l’édition 2011. Nous avions eu d’ailleurs l’occasion de nous entretenir avec Tommy Vetterli, guitariste du trio, qui lui même mettait encore un gros point d’interrogation sur l’avenir du groupe. Il avouait ne pas être sûr que le groupe allait être capable d’assurer, envisageant même de se rétracter s’ils n’étaient pas sûr d’eux, se fermait à l’idée de réaliser un album, etc.

Un an après, le samedi 19 juin 2011, Coroner monte sur scène et offre au public du Hellfest un show exceptionnel. Nous ne pouvions donc pas manquer de nous entretenir à nouveau avec Tommy, ce afin d’avoir son ressenti aujourd’hui, connaître les perspectives envisagées par Coroner et bien d’autres choses.

Cliquez ici pour lire le compte-rendu de cette petite conversation.



  • Arrow
    Arrow
    Tool @ Hellfest
    Slider
  • 1/3