ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

On vous souhaite un joyeux et metallique Noël


Chanter Noël quand on fait du rock, c’est aussi vieux que les albums de Noël d’Elvis ou le « Run Run Rudolph » de Chuck Berry. Par contre, quand on fait du metal, on préfère, depuis ce temps, laisser cela aux artistes pop qui s’en mettent plein les fouilles en période de fin d’année, les regardant faire avec dédain, et tant pis si cela fait des décennies que le rock’n’roll est prié de la mettre en sourdine durant cette période de l’année. Mais après toute ce temps passée à se prendre des chants de Noël traditionnels interprétés ici par Tino Rossi, ou là par Bing Crosby, quelques-uns se sont finalement décidés à assumer cette mission de dépoussiérer à coups de décharges électriques les hymnes au solstice d’hiver et à la venue de Saint Nicolas pour peut-être enfin passer un Noël rock’n’roll, voire carrément metal, bien au chaud dans son tricot Slayer.

Si les années 80 et 90 ne sont pas exemptes d’incartades de ce genre (des singles « Christmas With The Devil » de Spinal Tap et « No Presents For Christmas » de King Diamond, aux premiers albums de Trans-Siberian Orchestra), le déclic semble néanmoins s’être produit beaucoup plus récemment. En 2003, sort la compilation We Wish You A Hairy Christmas (avec des artistes issus de la scène « Hair Metal » tels que Warrant, L.A. Guns ou Enuff Z’Nuff) ; en 2006, Twisted Sister sort tout un album de Noël ; puis, en 2007, retour à une compilation, Monster Ballads Xmas, avec principalement des représentants de la scène glam 80’s. Autant dire que ceux qui avaient besoin d’enterrer ses artistes et groupes devenus alors désuets sous leur mépris avaient matière sur quoi baver. Puis en 2008, débarque We Wish You A Metal Xmas And A Headbanging New Year, et là plus question de se moquer puisque ce sont des seigneurs du hard et heavy qui prennent les rênes du traineau : Lemmy Kilmister, Alice Cooper, Ronnie James Dio, Tony Iommi, Chuck Billy (Testament), Scott Ian (Anthrax), Dez Fafara (DevilDriver), etc. mènent tous leur petit super-groupe le temps d’une chanson.

Et, depuis, rien ne semble arrêter cette tendance : Rob Halford (Judas Priest) sort en solo, en 2009, ses Winter Songs, en 2008 et 2011, le combo thrash parodique Austrian Death Machine (mené par un Tim Lambesis du groupe chrétien As I Lay Dying) sort deux EP de saison, puis, en 2012, c’est au tour d’August Burns Red (autre groupe fier de sa foi chrétienne) de chanter le Divin Enfant. Et 2013 n’a pas eu l’air de démontrer un ralentissement de la tendance…

Lire la suite…



Vide(o)rdure   

Megadeth : Papa Noël ou la mort


Megadeth qui défonce la porte de votre salon pour venir chanter Noël, en voilà une bonne initiative n’est-ce pas ? C’est d’ailleurs de saison. Nombreux sont les groupes qui s’essaient à cette tradition (enfin, celle où ils chantent Noël, pas celle où ils vous défoncent la porte à coups de guitare). Car il faut l’admettre, cela accouche parfois de bons albums – du Twisted Christmas de Twisted Sister au dernier méfait des punks Bad Religion en passant par la compile We Wish You A Metal Xmas And A Headbanging New Year (où se croisent des légendes comme Alice Cooper, Lemmy, Ronnie James Dio, etc.). Sauf que pour le coup (et malheureusement serions-nous tenté de dire) Megadeth qui chante Noël, c’est vraiment pour la blague.

Lors du Jimmy Kimmel Live! du 16 décembre dernier, Mustaine et ses comparses ont enfilé leur plus beaux pulls en laine de pères de famille, et ont présenté à une petite assemblée faite de jeunes têtes blondes leurs faux titres de Noël. Du « trash » metal bien plus que du « thrash ». Un véritable massacre assumé extrait, donc, du faux album Thrashing Through The Snow: A Very Megadeth Christmas qui reprend vraiment de vrais titres de Noël. Tout un programme quoi !

A voir dans la suite.



Song For The Deaf   

Dracula chante Noël


C’est pas notre genre de vouloir nous fâcher avec Dracula, Saroumane, le Comte Dooku, l’Homme Au Pistolet D’Or, Raspoutine et la voix de la Mort, tout ça en même en temps, car, de toute évidence, ça pourrait mal se finir pour notre bulletin de naissance. Ça nous serait d’autant plus difficile car il s’agirait en fait de nous fâcher avec une légende : Christopher Lee, qui a été tout ces personnages et tant d’autres souvent tout aussi dangereux que ceux déjà cités, et qui mérite tout notre respect pour être l’une des plus grandes figures qui a peuplé notre univers fantasmagorique cinématographique et au-delà, et ce depuis plus d’un demi-siècle. Par conséquent, y a-t-il quoi que ce soit qui puisse aujourd’hui écorner le palmarès de cet immortel acteur de 90 ans ?

Peut-être… Non ! Pas taper ! Mais… On arrivait jusque là à ne pas (trop) critiquer son projet heavy metal Charlemagne parce que, sans blague, après tout ce qu’il a fait, et à son âge, il fait bien ce qu’il veut. Et si ça l’amuse, et si ça peut en convaincre certains, qu’il y aille à fond. Mais mêler ça à des chants de Noël, ça va être difficile de fermer les yeux.

Lire la suite…



Song For The Deaf   

Tino Rossi n’a qu’à bien se tenir !


Mike Patton, « vocal-hero » (copyright Fucktoy) de Faith No More, Mr. Bungle, Fantômas, etc. est présent sur le tout nouvel album (il vient de sortir et on peut se le procurer sur le site du label de Zorn, Tzadik) du saxophoniste génial John Zorn et pas n’importe lequel : un album de chansons de Noël ! Intitulé A Dreamers Christmas, il y reprend sept classiques auxquels il a ajouté deux compositions originales. Deux des chansons, « A Christmas Song » (chantée par Patton) et « Santa’s Workshop », ont même droit à une sortie en bon vieux 45 tours vinyle.

Que dire après ça alors que l’imagination commence déjà à prendre le dessus ? Il ne s’agit pas de la première fois que les deux musiciens se rencontrent et, par conséquent, on s’imagine déjà la crise cardiaque de Mamie quand on va lui passer ce disque au moment des fêtes, parce que Zorn & Patton, ça a parfois donné quelque chose à ne pas mettre entre toutes les oreilles. Et même si Zorn a déjà touché au thème de Noël, on ne pouvait pas dire que c’était le genre de chant qu’on écoute entre la dinde et la bûche…

On s’attendait donc à tout sauf à ça…



Vide(o)rdure   

Gwar vient chez vous et chante Noël


Non, mais vous ne pensez pas que ça mérite une analyse ?!



  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3