ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Hangman’s Chair : de l’autre côté du périph


Hangman’s Chair n’y va jamais par quatre chemins : si le titre de leur album précédent, This Is Not Supposed To Be Positive, en disait long sur leur vision du monde sombre et pessimiste, celui de leur dernier opus, Banlieue Triste, a lui aussi valeur de manifeste, et annonce d’entrée de jeu les kilomètres de goudron suintant de mélancolie d’où il émerge. Les Parisiens – faut-il préciser les banlieusards ? – ont au fil des années peaufiné un style et une esthétique uniques. Tenant autant du sludge que du grunge, empruntant volontiers ses atmosphères glacées à la cold wave, leur musique est le son des bas-fonds, des tours vétustes et des cités-dortoir minées d’angoisse et d’ennui. « C’est notre vie », nous a expliqué Julien Chanut, guitariste du groupe : Hangman’s Chair revendique sa transparence tout comme son idiosyncrasie.

En effet, lors d’une discussion qui aborde autant l’évolution du groupe que ses racines, Julien évoque la genèse de Banlieue Triste et le vécu qui s’y est retrouvé cristallisé. Une fois de plus, ce n’est pas censé être positif…

Lire l’interview…



Interview   

Hangman’s Chair : le spleen de Paris


Hangman's Chair

Les Parisiens de Hangman’s Chair semblent être résolument dans une phase ascendante : après un dernier album très remarqué fin 2015, This Is Not Supposed To Be Positive, le groupe a enchaîné les lives et on le retrouve à l’affiche de nombreux festivals prestigieux, allant du Hellfest au Desertfest (édition belge) en passant par le Roadburn aux Pays-Bas. Venant du milieu hardcore – le combo s’est formé sur les cendres d’Es La Gerilla et partage des membres avec, entre autres, L’Esprit Du Clan et Arkangel –, le quartet est parvenu à imposer sa rugosité et sa mélancolie très urbaines dans la scène doom/sludge grâce à un son lent tout en clair-obscur qui emprunte autant à Saint Vitus ou Type O Negative qu’à Acid Bath ou Alice In Chains.

C’est au Roadburn justement, Mecque européenne du doom, que nous avons eu l’occasion de discuter avec Julien (guitare), Medhi (batterie) et Clément (basse), peu après leur set dans un Extase plein à craquer. L’occasion pour nous de faire le point sur le dernier album en date, mais aussi plus généralement sur leur carrière, passée et à venir ; sur leurs inspirations et collaborations musicales, esthétiques et amicales ; bref, de les laisser mettre à jour un univers unique, sombre et éminemment parisien.

Lire l’interview…



  • Arrow
    Arrow
    Hellfest - Warzone - Jour 3
    Slider
  • 1/3