ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Chickenfoot : quand les rockstars prennent leur pied


Ils sont de retour ! Deux ans à peine après le premier album, puis une tournée, Chickenfoot remet ça avec un nouvel album intitulé III. Il faut dire que le quatuor de super stars du rock a une sacrée envie et tant qu’il y a de l’envie, il y a de la vie. Le DVD Get Your Buzz On sorti entre les deux albums enfonçait d’ailleurs le clou quant à la viabilité de ce groupe en montrant quatre musiciens tout sourire, s’amusant et se servant des titres du premier album comme prétextes pour des jams de folie.

Assurément, les titres de ce nouveau disque, même s’ils s’avèrent plus travaillés, serviront de très bonne base pour en faire de même sur la tournée à venir : « On se rend compte que les nouvelles chansons offrent de belles possibilités d’improvisation » déclare Joe Satriani, guitariste de prestige de la formation. Et ce même si le batteur Chad Smith ne pourra participer à toutes les dates dû à son engagement au sein des Red Hot Chili Peppers. On a d’ailleurs pu découvrir son remplaçant temporaire, Kenny Aronoff et son look crâne rasé et lunettes noires à la Satch, dans la poilante vidéo du single « Big Foot » et force est de constater que l’attitude reste intacte.

En tout cas, une chose est sûre : Chickenfoot ne veut pas se prendre la tête, conscient de posséder ce « petit truc » rare qu’il ne faut en aucun cas détruire : l’alchimie.

Ci-après nous vous proposons un double entretien avec le guitar-hero Joe Satriani et l’ex-bassiste de Van Halen Michael Anthony qui expliquent cet état d’esprit et plus encore.

Lire l’entretien…



Metalanalyse   

Chickenfoot : pourquoi en demander plus ?


Être ce que l’on qualifie de « super groupe » est peut-être davantage une tare qu’une bénédiction. Entre ceux qui attendent de vous plus que vous ne voulez en faire et ceux qui prêtent de mauvaises intentions à votre existence, rares sont ceux qui abordent votre œuvre sans préjugé. Ce n’est pas ce que vous proposez qui est apprécié mais ce que vous auriez dû proposer. Ce ne sont pas vos réelles motivations qui sont prises en compte mais celles que vous avez peut-être ou n’avez peut-être pas eues. On vous juge pour ce que vous n’êtes pas, pour ce que vous ne serez sûrement jamais ou pour ce que vous ne voulez surtout pas être. En même temps, un rassemblement de grands noms d’une scène ça fait toujours de la publicité de manière implicite, alors il faut accepter son statut et les préjugés du peuple qui vont avec.

Chickenfoot a compris ça et d’ailleurs se contrefiche de son statut. Au contraire, il s’en amuse. Preuve en est ce nom ridicule (« pied de poulet » en français) ou cette vidéo stupide pour le dernier single « Big Foot » où un homme déguisé en poulet géant s’échappe d’un poulailler, vole une voiture puis un vélo, se bat avec Big Foot et fini par se faire renverser par une camionnette en rencontrant une charmante créature. Un humour léger et décalé dont fait preuve le groupe depuis le début, comme pour dédramatiser ce line-up composé de pointures du rock.

Lire la suite…



Blow Up Your Video   

Chickenfoot contre Big Foot : y’a match !


On savait déjà les nuits de Sammy Hagar peuplées d’extraterrestres qui lui piratent le cerveau. Mais ses journées, dès le réveil, n’ont pas l’air plus dénuées de charmes… ni d’étranges créatures.

Car, si le quotidien d’un membre de Chickenfoot – le super groupe réunissant l’ancien chanteur rouquin de Van Halen, mais aussi l’ancien bassiste de cette même bande à Eddie, Michael Anthony, avec le guitar-hero Joe Satriani et le batteur Chad Simth (qui est retourné gagner sa croûte avec les Red Hot Chili Peppers et est remplacé pour le moment par Kenny Aronoff) – ressemble au périple du héros de ce nouveau clip, alors, oui, avoir des pieds de gallinacé semble mener loin : on se réveille d’abord dans un poulailler avec l’air de ne pas trop savoir comment on est arrivé là, on se lisse le bec devant la glace, on se rafraîchit avec les copines puis, ni une, ni deux, dès qu’elle a le dos tourné, on pique la caisse de la taulière.

Lire la suite…



Nouvelles Du Front   

Sammy Hagar (Chickenfoot) : « Van Halen me manque »


Sammy Hagar (Chickenfoot) viendrait de déclarer à The Pulse Of Radio les quatre mots suivants : « Van Halen me manque ». Alors bichette, ils te manquent les Van Halen ?! Rooh… viens voir le Doc’ pour un câlin !

Bien qu’il ait lourdement chargé le guitariste Eddie Van Halen et son frère Alex (batterie) dans ses récentes mémoires, Sammy aurait reconnu auprès de notre confrère The Pulse Of Radio que l’époque Van Halen lui évoque toujours de bons souvenirs. « Vous savez, Van Halen me manque […] Je n’aime pas ces connards et je les emmerde pour ce qu’ils ont fait à Mikey [Michael Anthony, ex-bassiste de Van Halen, officiellement évincé en 2006], pas à moi. Pas besoin. Des salauds. Mais ils me manquent. [rires] Je regrette cette maîtrise musicale, cette étincelle créative et les conflits qui faisaient fonctionner le tout. Chickenfoot a tout ça, mais sans les conflits. »

Avec l’ami Sammy on a ici tout le paradoxe de l’être (musical) humain : parfois on finit par aimer quand ça fait mal et quand ça crie. Et lorsque le résultat sur la musique est probant malgré les conflits de personnalités (comme dans Van Halen, Faith No More ou encore Oasis pour parler d’autres genres musicaux) alors on se dit que la baston peut avoir du bon. En même temps, un musicien comme Nick Oliveri (Kyuss Lives!) l’a apparemment compris depuis belle lurette mais il s’est trompé de combat le saligaud !

Le prochain album de Chickenfoot sortira le 27 septembre et s’intitule Chickenfoot III.



Nouvelles Du Front   

Les pieds dans le plat


Autant que je vous l’avoue tout de suite avant d’aller plus loin : j’ai un véritable problème avec toute cette catégorie de guitaristes qu’on appelle « guitar heroes », qui se touche le manche et font en sorte que leur petit monde tourne autour de leur personne. De ce fait, des gars comme Yngwie Malmsteen ou Joe Satriani me sont particulièrement antipathiques. Par conséquent, je me méfie des intentions de Joe Satriani quand, au sujet de l’avenir de Chickenfoot, il donne déjà les noms des remplaçants potentiels de Chad Smith.

Pour rappel, Chad Smith, est, depuis plus de vingt ans, le batteur de Red Hot Chili Peppers avec lequel il prépare actuellement un nouvel album. Il était le batteur rêvé pour une dream team du hard rock comme Chickenfoot mais à l’heure actuelle, son manque de disponibilité semble compromettre la suite de l’aventure et la production d’un nouvel album. Joe Satriani mettrait bien sur son tabouret quelqu’un comme Tommy Lee (Mötley Crüe) alors que, dans le même temps, Sammy Hagar (ex-Van Halen), chanteur au sein du super groupe, refuse totalement cette éventualité dans une interview à The Pulse Of Radio: « Chad et moi, la façon dont nous nous motivons l’un l’autre, nous faisons que les choses tournent rond. […] Et pas au niveau créatif, c’est au niveau de la personnalité et de la façon qu’il a d’apporter de l’énergie au groupe.[…] Sans Chad, je ne suis pas sûr que nous aurions ça. »

Alors, je lance ma petite polémique (ce n’est pas à moi de la faire grossir) : ne faut-il pas craindre de Joe Satriani certaines velléités de faire de Chickenfoot SON autre groupe ou n’est-ce qu’un empressement passionné de réaliser ce nouvel album et entraînant des déclarations, en l’occurrence, discutables ?



Interviews   

communion with Glenn Hughes


The Voice Of Rock – that’s what the man with the same name as the biker from the Village People is often called. Glenn Hughes is one of the greatest voices in the history of rock, as well as one groovy bass player. He’s known for his strong solo career, his participation in a myriad side projects (Hughes Turner Project, Pat/Thrall, Voodoo Hill, various rock operas, etc.), for his one album, Seventh Star, with Black Sabbath as the lead vocalist, and for his collaboration with Tony Iommi, with whom he produced two other albums, The 1996 DEP Sessions and the excellent Fused. But above all, Glenn Hughes used to be one of the main members of Deep Purple Mk. III and IV, which produced the huge classics that are ‘Burn’, ‘Stormbringer’ or ‘Mistreated’.

During three years, from 1973 to 1976, Glenn was the bassist/vocalist of the band, sharing the vocal lines with the great David Coverdale – the same Coverdale who later left to form Whitesnake, and who achieved a legendary status thanks to an incomparable voice. Glenn marked Deep Purple in an indelible way, particularly on Stormbringer and the unrecognized Come Taste The Band, with its refreshing soul/funk touches (‘Getting’ Tighter’ or ‘This Time Around’, for example). ‘Cause Glenn is also known for having two sides: the rock side, and the soul side. Throughout his career, the man went from one style to the other and managed to make them go hand in hand beautifully. That’s it for the man’s far from exhaustive but compulsory biography – ’cause Glenn Hughes is a character you have to know.

Today, Glenn is back with a new and particularly promising project: Black Country Communion. Aside from the bassist/vocalist, the band is composed of none other than blues/rock guitarist Joe Bonamassa, Jason Bonham, the son of Led Zeppelin’s legendary drummer, and former Dream Theater keyboard player Derek Sherinian. The result, 70s rock with loads of jam, melodies and authenticity, exceeds all expectations. The kind of record that automatically makes everyone feel great – much like the first album released by Chickenfoot, another super band that recently made a lot of people talk.

We couldn’t miss the opportunity to talk to the master – and once again, this interview exceeded our expectations. Glenn told us all about the genesis of Black Country Communion, a band for which he shows tremendous enthusiasm, but also about Deep Purple and the possibility to see Mk. III again on stage, or about Chad Smith, drummer for the Red Hot Chili Peppers, Chickenfoot and his solo band. By the way, you’ll learn that Glenn is now Chad’s children godfather. In this respect, every time Glenn talks about his past, you cannot help being amazed by what he lived, by the people he worked and still works with. And to top it all, on a more personal level, he turns out to be one of the most charming artists I ever had the pleasure to talk to.

Click Here To Read The Interview…



Interview   

En communion avec Glenn Hughes


The Voice Of Rock. C’est ainsi qu’est surnommé cet homonyme au biker originel des Village People. Glenn Hughes est l’une des plus grandes voix de l’histoire du rock, doublé d’un bassiste au groove solide. Il est connu pour une carrière solo fournie, des participations à des side projects à foison (Hughes Turner Project, Pat/Thrall, Voodoo Hill, divers opéras rock, etc.), pour avoir été le chanteur de Black Sabbath le temps d’un album, Seventh Star, puis de Tony Iommi en solo avec qui il a produit deux autres albums, The 1996 DEP Sessions et l’excellent Fused. Mais surtout, Glenn Hughes fut l’un des acteurs majeurs du Deep Purple Mk. III et IV qui a produit les grands classiques que sont « Burn », « Stormbringer » ou « Mistreated ».

En effet, pendant 3 ans, de 1973 à 1976, Glenn fut le bassiste chanteur de la formation, partageant les lignes vocales avec le grand David Coverdale, celui-là même qui, plus tard, est parti fonder Whitesnake et qui également est entré dans la légende pour son organe vocal hors norme. Un Deep Purple que Glenn a marqué de son emprunte indélébile, tout particulièrement sur Stormbringer et le méconnu Come Taste The Band, avec des touches soul et funk rafraîchissantes (par exemple « Gettin’ Tighter » ou « This Time Around »). Car oui, Glenn est aussi connu pour posséder deux facettes : celle qui est rock et celle qui est soul. Et tout le long de sa carrière, il naviguera entre ces deux styles tout en les mariant à merveille. Voilà pour le résumé biographique (très loin d’être exhaustif) qui s’imposait par devoir d’éducation. Car Glenn Hughes est un personnage qu’on se doit de connaître.

Aujourd’hui Glenn revient avec un nouveau projet particulièrement prometteur : Black Country Communion. Aux cotés du bassiste chanteur, on y retrouve ni plus ni moins que le guitariste blues rockeur Joe Bonamassa, le fils du légendaire batteur de Led Zeppelin Jason Bonham et l’ex-Dream Theater Derek Sherinian aux claviers. Le résultat est à la hauteur des espérances : un rock format 70’s pour son amour du jam, des mélodies et de l’authenticité. Le genre de disque qui met immédiatement la banane à l’instar du premier album de Chickenfoot, un autre super-groupe qui a récemment fait parler de lui.

Nous n’avons donc pas loupé l’occasion de nous entretenir avec le maître et, là aussi, cet entretien a tenu toutes ses promesses. Glenn nous parle bien évidemment de la genèse de Black Country Communion pour lequel il démontre un enthousiasme débordant, mais également de Deep Purple et la possibilité de revoir un jour Mk. III sur scène, ou de Chad Smith, batteur des Red Hot Chili Pepper, de Chickenfoot et de son groupe solo. D’ailleurs, on y apprend que Glenn est aujourd’hui le parrain des enfants de Chad. A cet égard, à chaque fois que Glenn évoque son passé, on est ébloui par ce qu’il a vécu, par les gens qu’il côtoie et a côtoyé. Et pour couronner le tout, à titre personnel, il s’avère être l’un des artistes les plus charmants avec lesquels j’ai eu la chance de m’entretenir.

Glenn, la parole est à toi.



  • Arrow
    Arrow
    Judas Priest @ Vienne
    Slider
  • 1/3