ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

Gutterdämmerung : l’ultime expérience metal d’un ciné-concert


Le monde du jeu vidéo, avec Brutal Legend, avait déjà eu le droit à un projet réunissant plusieurs noms du heavy metal en invités, tels Ozzy Osborne ou Rob Halford. Alors il était temps que le cinéma ait lui aussi son œuvre « crossover » destinée aux fans. Bien plus qu’un concert filmé, bien plus qu’un film parlant de metal, on parle ici d’un film conçu pour être une expérience à vivre. Et qui de mieux qu’un suédois pour parler du sujet ? En effet, dans le milieu du metal on connait la Suède comme étant un pays très prolifique dans ce genre de musique. Et le cinéma suédois est parsemé de films d’auteurs devenu des classiques, avec des réalisateurs tel qu’Ingmar Bergman.

Alors quand le photographe, directeur artistique et réalisateur Björn Tagemose (interview à lire dans nos colonnes) s’attaque aux deux arts, cela donne un ciné concert dédié au metal unique en son genre. Gutterdämmerung est le nom de cette oeuvre, dont le principe est donc de projeter un film en noir et blanc sur écran géant, pendant que la bande originale est jouée par un groupe sur scène. Un film dont les stars ne sont autres que des géants eux-même : Tom Araya, Iggy Pop, Slash, Grace Jones, et bien sûr le regretté Lemmy Kilmister, pour ne nommer que ceux-là.

Ayant fait sensation à la dernière édition du Hellfest, Gutterdämmerung fait sa tournée des salles, et pour la France c’est l’Élysée Montmartre, nouvellement rénové, qui a été sélectionné. Durant un peu moins de deux heures, nous avons donc pu assister, debout, à ce qui est sans doute l’une des expériences de cinéma les plus singulières qui soit.

Lire la suite…



Interview   

Avec 7 Weeks, la nuit dévoile ses secrets


Il y a quelques semaines nous vous parlions de Dead Of Night, un petit bijou d’album sorti pourtant en décembre dernier dans une relative indifférence (en partie provoquée de l’aveu du groupe par un « anticommercialisme assumé »). Avec All Channels Off, 7 Weeks avait fait trembler les cactus ensablés grâce à un rock désertique rappelant furieusement les meilleurs moments de Queens Of The Stone Age. Non content d’avoir proposé un premier album (second si l’on considère B(l)ack Days comme leur premier vrai album) d’une maturité étonnante et enrichi une scène stoner française quasi capable de rivaliser avec les étalons américains, les Limougeauds ont aujourd’hui l’outrecuidance de surprendre en proposant un nouvel album aux consonances expérimentales et, une fois de plus, diablement réussi.

Julien Bernard, le talentueux et charismatique bassiste-chanteur de la formation, est venu à l’antenne d’Anarchy X nous dévoiler les secrets enfouis sous cette œuvre à la fois chaude et crépusculaire. Nous avons également évoqué avec lui ce que représentait pour l’évolution de 7 Weeks cet épisode musical si particulier et qui a nécessité un investissement colossal. Une interview passionnante qui, à l’instar du disque, nous a mis l’eau à la bouche. Après écoute ou lecture de cet entretien, vous aurez peut-être envie, comme nous, de voir le film (si ce n’est pas déjà fait) et de faire l’expérience d’un de ces ciné-concerts à l’ancienne qui proposent la diffusion du film sur grand écran, accompagnée du groupe interprétant la bande originale.

Cliquez ici pour lire et écouter l’interview…



  • Arrow
    Arrow
    Judas Priest @ Vienne
    Slider
  • 1/3