ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

Fear Clinic : Corey Taylor joue à nous faire peur


A l’aube d’un nouvel album de Slipknot qui devrait prochainement voir le jour, Corey Taylor diversifie ses activités artistiques en faisant ses grands débuts au cinéma, dans un film d’horreur auquel figure également au générique l’interprète mythique de Freddy Krueger, Robert Englund, et dont on découvre actuellement le trailer. C’est le second membre de Slipknot à faire dans le film d’horreur, puisque le Clown Shawn Crahan avait lui déjà officié dans The Devil Carnival en 2012. Le pitch ? Un docteur qui travaille dans une clinique un peu spéciale, où l’on traite les patients souffrant de phobies à l’aide d’une invention qui induit et contrôle des hallucinations…

Le film sort suivant le succès d’une série de cinq épisodes sur le web qui a débuté en 2009, et qui se concentre sur une phobie par épisode par l’intermédiaire du site Fearnet.com, les épisodes ayant par la suite été diffusés sur YouTube, entre autres. Dans le film, le frontman de Slipknot joue un employé de la clinique du nom de Bauer, qui essaie par tous les moyens de garder les patients sous contrôle lorsque les évènements et les tensions s’agitent au sein de la « clinique de la peur ». Pour Corey Taylor, jouer en tant qu’acteur n’est pas une fin en soi, comme il l’a confié à The Pulse Of Radio : « Ce n’est pas un but que je poursuis. […] Je n’ai pas vraiment d’aspirations à vraiment devenir un acteur. »

Découvrez en plus dans la suite…



Nouvelles Du Front   

Jonathan Davis : bande originale de l’apocalypse


La place du rock dans la musique de film est aussi vieille que « Rock Around The Clock » au générique de Blackboard Jungle (Graine de Violence, en 1955). Et même si les musiciens de rock ont mis du temps à se hisser au rang de compositeurs dignes d’intérêt pour les cinéastes pour accompagner entièrement leurs œuvres (il faut, par exemple, attendre More de Barbet Schroeder, en 1969, dont Pink Floyd signe la B.O.), ils sont peu à peu devenus des noms incontournables de l’art de la bande originale de film : de Vangelis (ancien Aphrodite’s Child, auteur des musiques des Chariots de Feu, Blade Runner, 1492: Christophe Colomb, Alexandre, etc.), en passant par Danny Elfman (que serait la filmographie de Tim Burton sans l’ancien chanteur d’Oingo Boingo pour mettre l’ambiance ?), jusque Trent Reznor (Nine Inch Nails), ces expats du rock ont changé le paysage sonore cinématographique.

Et, à l’instar d’un Reznor, l’intégration de musiciens rock dans le cercle des compositeurs de B.O. se fait de plus en plus dans la veine la plus dure du genre, mais aussi, plus particulièrement du côté de ceux qui ont un goût plus prononcé pour l’électronique ; car quand il s’agit de mettre discrètement l’ambiance, sortir les grosses guitares n’est probablement pas la méthode à privilégier. Mais c’est aussi probablement grâce à la reconnaissance acquise par la tête pensante de Nine Inch Nails (récompensé par un Oscar en 2011 pour sa première bande originale pour le film The Social Network) dans ce domaine que des artistes venus de la large famille du metal sont courtisés par le cinoche, ramenant ainsi à cet emploi, en 2014, un Jonathan Davis (Korn), qui n’avait pas touché à une musique de film depuis La Reine des Damnés en 2002 (il avait travaillé à l’époque avec Richard Gibbs, ancien membre d’Oingo Boingo, tiens, quelle coïncidence !).

Lire la suite…



Vide(o)rdure   

David Lee Roth (Van Halen) : gigolo assassin


David Lee Roth et les arts martiaux, c’est une longue histoire. Et cela n’a probablement pas échappé à quiconque l’a déjà vu en action, ne serait-ce que sur scène. Dès l’enfance, le petit David a baigné dans une culture asiatique, vivant entouré d’un voisinage d’origine chinoise ou japonaise, qui l’a donc amené vers les arts martiaux et qui, depuis, l’a porté à vivre au Japon et d’y développer son rapport à sa culture.

Cela fait donc un an que Diamond Dave a posé ses pénates à Tokyo, qu’il y vit une idylle avec une Japonaise de deux fois moins son âge (sacré Dave !), qu’il y prend des cours de langue (non, là, on ne parle plus de sa petite amie) et qu’il forge et consolide trois fois par semaine ses talents en arts martiaux avec un maître, qui est aussi un moine bouddhiste, de Iaido (art martial se focalisant sur l’acte de dégainer le sabre et de trancher en un seul mouvement, comme on peut le voir dans l’une des nombreuses vidéos, de The Roth Show, publiées sur YouTube par le chanteur).

A travers cette acculturation, le frontman de 57 ans renaît, et c’est un autre homme, ou au moins une autre de ses facettes qu’il dévoile maintenant, loin de l’image de rocker haut en couleur des années 80 et 90. Il revient, et cette fois le gigolo devient assassin dans un court-métrage digne de ce que les fans de films de yakuza peuvent connaître.

A voir dans la suite…



Nouvelles Du Front   

Led Zeppelin voit les choses en grand… écran



Ils auraient pu nous faire une fausse joie, démontrant que les rumeurs n’étaient que de pauvres rumeurs. Ils auraient aussi pu se contenter de ne nous offrir que ce que ces bruits qui couraient colportaient : diffuser un simple enregistrement live de ce concert exceptionnel de 2007 mais ils font les choses en beaucoup plus grand.

Le compte-à-rebours est arrivé à sa fin, non sans avoir fait monter encore l’excitation, en particulier en diffusant sur YouTube de simples extraits audio d’une quinzaine de secondes, avec des bruits de foules en joie. Les enregistrements de ce concert hommage à Ahmet Ertegun du 10 décembre 2007 à l’O2 Arena de Londres vont bel et bien connaître une sortie sous divers formats audio et vidéo, le 19 novembre, chez Swan Song et Atlantic Records, sous le nom de Celebration Day. On en saura plus prochainement sur cette sortie mais d’abord, on va se prévoir une petite sortie ciné…

Lire la suite…



Radio Metal   

80’s Fever : le metal format cinemascope


Deuxième « spéciale » de 80’s Fever ce vendredi sur les ondes de Radio Metal ! En effet, avant de partir en vacances pendant les mois de juillet et d’août, The Love Machine vous propose durant tout le mois de juin des émissions consacrées à un thème en particulier. Il y a quinze jours, c’était le metal féminin des années 80 qui a envahi les ondes pendant deux heures ; ce vendredi, ce sera… le cinéma ! Eh oui, pendant les années 80, nombre de films, notamment d’horreur ou d’action, ont utilisé le metal pour leurs bandes originales. C’est donc à un voyage à travers le cinéma de genre que The Love Machine vous invite : on parlera de musique, bien entendu, mais aussi beaucoup de ciné, et ça, c’est rock’n’roll !

Un petit avant-goût de l’émission : on parlera de Wes Craven, Stephen King, Rocky, Road House et bien d’autres ! Ces noms vous parlent ? Oui ? Non ? De toute façon, ce n’est pas parce que c’est une « spéciale » que 80’s Fever abandonne son format habituel : toutes les rubriques (El Clasico, le Bouzitron, etc.) seront bien sûr dédiées au cinéma ! Elle est pas belle la vie ?

Amis cinéphiles et métalleux, rendez-vous vendredi 15 juin à 20 h sur les ondes de Radio Metal : let’s go to the movies, and let the party begin !



Interview   

Avec 7 Weeks, la nuit dévoile ses secrets


Il y a quelques semaines nous vous parlions de Dead Of Night, un petit bijou d’album sorti pourtant en décembre dernier dans une relative indifférence (en partie provoquée de l’aveu du groupe par un « anticommercialisme assumé »). Avec All Channels Off, 7 Weeks avait fait trembler les cactus ensablés grâce à un rock désertique rappelant furieusement les meilleurs moments de Queens Of The Stone Age. Non content d’avoir proposé un premier album (second si l’on considère B(l)ack Days comme leur premier vrai album) d’une maturité étonnante et enrichi une scène stoner française quasi capable de rivaliser avec les étalons américains, les Limougeauds ont aujourd’hui l’outrecuidance de surprendre en proposant un nouvel album aux consonances expérimentales et, une fois de plus, diablement réussi.

Julien Bernard, le talentueux et charismatique bassiste-chanteur de la formation, est venu à l’antenne d’Anarchy X nous dévoiler les secrets enfouis sous cette œuvre à la fois chaude et crépusculaire. Nous avons également évoqué avec lui ce que représentait pour l’évolution de 7 Weeks cet épisode musical si particulier et qui a nécessité un investissement colossal. Une interview passionnante qui, à l’instar du disque, nous a mis l’eau à la bouche. Après écoute ou lecture de cet entretien, vous aurez peut-être envie, comme nous, de voir le film (si ce n’est pas déjà fait) et de faire l’expérience d’un de ces ciné-concerts à l’ancienne qui proposent la diffusion du film sur grand écran, accompagnée du groupe interprétant la bande originale.

Cliquez ici pour lire et écouter l’interview…



Radio Metal   

Virginie & ses Argonautes vous entraînent dans l’univers fantasmagorique du cinéma


Vous avez toujours rêvé de voir les Argonautes jouer dans un film ? Pour certains, un film d’horreur, pour d’autres un film d’amour… Ce dimanche, de 20h à 23h, Virginie & ses Argonautes vous entraînent dans l’univers fantasmagorique du cinéma.

Venez par exemple découvrir quels sont les groupes qui figurent sur des bandes originales de films, quels sont les artistes à faire une apparition dans un film sans oublier les célèbres personnages du monde du metal qui deviennent réalisateurs. Une émission spectacle qui vous réserve, comme à son habitude, de nombreuses surprises.

Suivez et écoutez les Argonautes se révolter dans le Bounty.



Nouvelles Du Front   

Faire du cinéma, c’est metal


Le rapport entre le metal et le cinéma, c’est un longue histoire allant de KISS contre les Fantômes à l’actuel œuvre en cours de Nightwish. Le lien entre metal et films d’horreur est même encore plus évident : depuis Black Sabbath (nom inspiré par un giallo des années 60) jusqu’aux réalisations de Rob Zombie en passant par les caméos et autres petits rôles tenus par certains artistes sidérurgiques (sans compter l’utilisation de musiques sur les BO). Inutile de vous faire un dessin.

La prochaine étape était probablement de passer à la production. Slash avait déjà franchi le pas en montant sa société Slasher Films, une affaire qui avance puisqu’entre deux bouts de tournée il assure aussi ses rendez-vous d’affaire. Et voici qu’Alan Robert, le bassiste de Life Of Agony, se lance aussi dans l’aventure de la production en montant la compagnie Wasted Talent Entertainment qui sera d’abord dédiée à l’adaptation cinématographique d’une bande-dessinée (ou roman graphique pour faire plus classe) d’Alan Robert lui-même : Wire Hangers.

Lire la suite…



Radio Metal   

Are You Cinema ? Deuxième séance.


« La lumière revient déjà et le film est terminé. C’était la dernière séquence. C’était la dernière séance. Et le rideau sur l’écran est tombé. » Eddy Mitchell sur Radio Metal ? Je sens que certains vont crier au sacrilège. Mais qu’importe, ces mots me taquinent l’esprit depuis le tout début de la conception de cet épisode d’Are You Experienced.

Ce soir, à 20h, à l’antenne de Radio Metal, ne manquez pas la deuxième et dernière séance de notre thème « Musique Seventies et cinéma ». Nous avons déjà voyagé la semaine dernière de l’Ouest sauvage à la jungle vietnamienne, de la mélomanie rock’n’roll de Quentin Tarantino aux ambiances froides des gialli en passant par tout ces films qui nous ont fait revivre en musique l’époque chaude et électrique des années 60-70.

Heureusement, si vous avez manqué cette première partie, il existe la rubrique des podcasts. Et si vous voulez encore un séance popcorn sur fauteuils tapissés de velours rouge, le tout baignant dans le super son des Seventies, rendez-vous ce soir dans Are You Experienced !



Radio Metal   

Are You Experienced fait son cinéma


Depuis que l’Animal a investi les murs de Radio Metal, il a apporté au moins deux choses : le super son des Seventies à travers Are You Experienced et son goût frôlant l’indécence pour le cinéma, barré de préférence. Ainsi, quand Rob Zombie prépare un nouveau film, c’est pour lui ; Slash monte une boîte de prod’ de films d’horreur, encore pour l’Animal ; un biopic se prépare sur une des plus grandes icônes du rock, droit dans la cage du fauve, etc., etc. Il était donc couru d’avance qu’Are You Experienced se fasse un jour en salle obscure et sur grand écran.

Ce soir, à 20h, rendez-vous aux vieux briscards nostalgiques de la Dernière Séance présentée par Eddy Mitchell et du Cinéma de Quartier de Jean-Pierre Dionnet. Rendez-vous avec les insomniaques qui ont pu un jour chercher le sommeil devant le Cinéma de Minuit, un dimanche soir sur France 3, avant de se rendre compte, à 2 heures du mat’ passées, qu’ils étaient tombés amoureux de la filmo de Frank Capra. Avis surtout aux curieux, aux cinéphiles en tout genre et aux aficionados du bon son des Sixties-Seventies et plus particulièrement quand celui-ci investit les pellicules des films-culte.

N’oubliez pas votre ticket et à ce soir dans Are You Experienced !



  • Arrow
    Arrow
    Rival Sons + MNNQNS @ Cenon
    Slider
  • 1/3