ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

Unlocking The Truth : les kids se portent bien


Grâce à cette actuelle ère de l’hyper-information, si ce groupe existe encore dans dix ans, alors ce ne sera pas la documentation qui manquera pour écrire son histoire…

Unlocking The Truth était un phénomène avant tout new-yorkais il y a encore six mois, avant de devenir la coqueluche de tous les médias metal du web sans frontières. Et pour cause : ce trio a une moyenne d’âge de douze ans. Qui plus est, pour encore se démarquer dans un monde du metal très monochrome, il s’agit de trois jeunes Afro-américains pré-pubères qui font vrombir la trinité guitare-basse-batterie sur les trottoirs de la Grosse Pomme, avec une nette conscience de l’esprit metal : « Je n’aime pas faire les choses que tous les autres font. Je veux faire mon propre truc. […] Nous voulons inspirer les autres. Ne laisse personne te décourager. Sois libre et fais ce que tu as envie de faire. » C’est le credo affirmé par les membres de ce groupe qui, bien que particulièrement jeunes et profitant très probablement d’un certain effet de buzz, commencent à faire leur bout de chemin.

Côté scène d’abord : si Unlocking The Truth s’est principalement fait connaître sur Times Square, au niveau du macadam, il lui arrive aussi de fouler de vraies planches et parfois en bonne compagnie car le trio a ouvert le 10 août dernier, au Webster Hall à New York, pour le nouveau groupe de Joey Jordison (désormais ex-Slipknot) Scar The Martyr où, à en croire les compte-rendus de la soirée, les préados ont quasi volé la vedette. Mais l’avancée se poursuit aussi sur le terrain médiatique car voilà qu’ils ont eu droit à un reportage sur l’une des plus grandes chaînes d’information au monde : CNN.

A voir dans la suite…



Interviews   

Hatebreed: Jamey Jasta wants to unite through music


Committed, Jamey Jasta? Yes – and no. There are many things in the American system he doesn’t like, starting with the famous American Dream, which he sees as a giant lie, or even a manipulation. Jasta is a man who wants to be himself, and accepted for what he is. That’s what he’s found in metal and punk music.

The thought of going into politics has never even crossed his mind. For him, the political system is all about fighting to get power. As opposed to music, it’s not unifying. Jasta has never seen a politician unify people as much as music can: his band caters to people from all social classes and nationalities during their shows.

Hatebreed is a band with a massive, devoted fanbase, which will go to every concert and won’t hesitate to defend their beloved band, as they did when CNN slandered them. For these fans, Hatebreed make their shows unique and interesting by always changing their setlist. Jamey Jasta told us in length about this spontaneity, which has driven the band to build their shows according to their current mood.

Jasta also talked about the band’s new album, to be released in January, and about what the next one could sound like. But he also points out that, because he has neglected his family life a bit lately, he has some work to do in this respect.

Read the interview…



Interview   

Hatebreed : Jamey Jasta préfère rassembler par la musique


Engagé, Jamey Jasta ? Oui et non. De nombreuses choses ne lui plaisent pas dans le système américain, notamment le fameux American Dream, qui est pour lui un vaste mensonge, voire une manipulation. Jasta est un homme qui veut simplement être lui-même et accepté tel qu’il est. Et c’est ce qu’il a trouvé dans le metal et le punk.

Mais jamais l’idée de faire de la politique ne lui a traversé l’esprit car le système politique n’est pour lui qu’une bataille entre adversaires pour avoir le pouvoir et non quelque chose de fédérateur comme la musique. Jasta n’a jamais vu un politicien fédérer autant que la musique, y compris celle de Hatebreed, qu’il voit rassembler toutes les classes sociales et les nationalités aux concerts du groupe.

Hatebreed est un groupe à la fan-base importante et dévouée, qui se déplace à tous les concerts et même les défend, comme dans l’épisode diffamant qu’a connu le groupe avec CNN. Pour ces fans, Hatebreed rend les concerts toujours piquant en changeant systématiquement les setlists. Jamey Jasta nous parle longuement de cette spontanéité qui conduit le groupe à choisir la forme de ses concerts selon l’humeur du moment.

Jasta nous parle également du nouvel album du groupe, à paraître en janvier et un peu de ce que pourrait être le suivant. Mais il précise aussi que, ayant un peu trop négligé sa vie de famille jusqu’à présent, il souhaite s’impliquer plus.

Lire l’interview…



  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3