ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Europe s’aventure entre les mondes


Celui qui s’est arrêté au Europe des années 80 et se met aujourd’hui à écouter Walk The Earth, leur nouvel et onzième album, risque d’être très surpris. Surtout, il a plusieurs trains de retard ! Car voilà près de quinze ans et six albums qu’Europe est revenu sur la scène, soit plus que la première période de leur carrière jusqu’au coup d’arrêt de 1992. Six albums où les Suédois ont réinventé leur son presque à chaque fois. « Presque » parce que voilà deux voire trois albums, depuis Bag Of Bones (2012), où Europe semble avoir trouvé son éden en allant puiser dans la tradition des années 60 et 70 pour ensuite la rafraîchir à sa manière. On ne s’étonnera donc pas que le groupe se soit à nouveau tourné vers Dave Cobb, le monsieur « production organique » du moment, pour approfondir leur étroite collaboration.

Comme le fait bien comprendre le chanteur Joey Tempest, les années 80 sont bel et bien derrière eux. Et même lorsqu’ils se sont lancés l’an dernier dans une petite tournée afin de célébrer les 30 ans du légendaire The Final Countdown, ils ont bien pris soin d’ajouter au set leur dernier album en date, joué lui aussi en intégralité, pour bien rappeler ce qu’est Europe aujourd’hui. Mais laissons le frontman expliquer tout ceci, et plus encore, de lui-même.

Lire l’interview…



Interview   

Rival Sons : un peu plus eux-mêmes


Rival SonsPeu importe la discipline artistique, le style et la diversité que l’on s’accorde dans notre art, que l’on soit AC/DC ou Faith No More, le but de tout artiste est de se trouver, de cultiver cette identité et ne pas laisser la lassitude et l’ennui s’installer.

Ce travail sur l’identité est le thème majeur de cette interview que nous a accordé Scott Holiday, guitariste de Rival Sons, à l’occasion de la sortie du nouvel album Hollow Bones. Rival Sons est un collectif avant tout, qui cherche à incorporer les diverses influences de chacun, à agrémenter de nouvelles sonorités à son style de hard rock pourtant assez rétro, afin de ne pas devenir trop familier, tout en restant sur une méthode de travail très instinctive. Scott étant très impliqué dans le travail de studio, où le groupe à la fois compose et enregistre, il nous livre son regard sur le compromis à trouver entre le sens du détail, de l’expérimentation et une démarche spontanée et brute.

Et il ne manque pas l’occasion d’adresser quelques piques à certains groupes qui selon lui abusent du temps de studio. En pleine tournée avec Black Sabbath et alors que le metal extrême n’a jamais été aussi populaire, il s’exprime également sur ce que « heavy » signifie vraiment pour lui.

Lire l’interview…



Interview   

Rival Sons : le chant du coeur


« Chaque artiste aimerait plus que tout au monde être aussi authentique et unique que possible, nous voulons tous nous voir ainsi, mais tu rendras forcément hommage à tes influences » nous avoue le chanteur de Rival Sons – qui a sorti en juin dernier son nouvel album Great Western Valkyrie – Jay Buchanan dans l’entretien ci-dessous. Et des influences, il y en a qui semblent évidentes dans sa musique, en particulier tout le rock n’ roll british des années 70. Pourtant la sensibilité musicale du frontman remonte à bien plus loin, à la musique native américaine, comprenant le blues et la vieille musique soul, et à son enfance lorsque sa mère lui chantait des chansons à son chevet. De son propre aveu il avait même certains à priori sur le rock n’ roll avant de commencer à travailler avec ses compères de Rival Sons et garde encore aujourd’hui une image superficielle de la musique rock.

L’authenticité, une notion qu’il chérit plus que tout dans cette musique qui le « submerge » et qu’il va jusqu’à qualifier de « narcotique ». Ça ne fait aucun doute Jay est habité par son art et on comprend mieux à la lecture de ses réponses la transe qui semble l’envahir lorsqu’il se trouve être sur les planches, les yeux fermés, à chanter ses chansons.

Lire l’interview…



Nouvelles Du Front   

Glenn Hughes & Jason Bonham : du Black Country à la Californie


Si la disparition de Black Country Communion courant 2013 n’aura pas fait de remous, c’est sans doute parce que la fin était déjà visible à l’horizon dès l’été 2012. En pleine promo pour ce qui s’est avéré être leur ultime album, Afterglow, Glenn Hughes pointait du doigt les obligations du guitariste Joe Bonamassa qui empêchaient le supergroupe d’atteindre ses ambitions et, pour cela, l’existence de leur quatuor (avec le batteur Jason Bonham et le clavier Derek Sherinian) arriverait bientôt à son terme.

Des déclarations qui ont semble-t-il blessé Bonamassa qui se retrouvait affublé du masque de Judas, lui qui, comme il l’a ensuite raconté à Music Radar, s’était déjà senti exclu, mis à l’écart par Hughes, en studio lors de l’enregistrement de leur opus n°3. En avril 2013, il affirmait enfin que pour lui, BCC, « ce n’était plus amusant », « par bonheur, [il n’était] plus impliqué », c’était donc fini. Entre temps, Hughes s’était quand même fendu d’une ultime accusation envers le guitariste pour montrer que si il n’y avait plus d’avenir possible pour BCC, c’était parce que « Joe est parti et ne nous autorisera pas à garder le nom. Sympa, pas vrai ? Jason, Derek et moi continuerons quand ce sera le bon moment. » Et le temps est donc venu pour le chanteur-bassiste de dévoiler son nouveau bébé.

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Tool @ Hellfest
    Slider
  • 1/3