ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Kiko Loureiro (Angra) ouvre la porte de son jardin secret


Angra entre dans une nouvelle ère, pour reprendre le titre d’une chanson de son album Rebirth (2001), même si le guitariste Kiko Loureiro, dans l’entretien qui suit, réfute toute similitude avec les circonstances de cette époque. Il n’empêche que le combo brésilien a été ébranlé par deux changements majeurs : le départ du chanteur Edu Falaschi et du batteur emblématique Ricardo Confessori, qui s’éclipse pour la seconde fois mais cette fois-ci dans des circonstances plus amicales.

Et les changements, il faut savoir les prendre comme des opportunités. L’opportunité de découvrir de nouveaux talents, comme le jeune batteur Bruno Valverde. L’opportunité de dévoiler des potentiels, comme la polyvalence dont fait preuve le nouveau chanteur du combo Fabio Lione, pourtant déjà réputé. L’opportunité de concrétiser de vieux désirs, comme celui du guitariste Rafael Bittencourt qui donne très largement de la voix sur le nouvel opus du combo, Secret Garden. L’opportunité de chercher « de nouvelles façons de faire de la musique », sans pour autant perdre de vue l’essence du groupe – une notion chère à Loureiro. Une fois de plus Angra se reconstitue et poursuit sa route avec de nouvelles têtes, transmettant la flamme et restant fidèle à lui-même, à ses aspirations et à sa passion pour la musique qu’il créé. Et au bout du compte, c’est certainement pour ça que son public s’est toujours accroché à lui.

Loureiro revient avec nous sur ces deux dernières années, nous livre ses sentiments et sa vision du groupe, avant d’entrer plus en détail dans le nouvel album et ses petits secrets. Un entretien décontracté pendant lequel nous avons échangé une heure durant avec le toujours aussi charmant guitariste. De quoi rassasier les fans en réponse aux questions qu’ils doivent se poser !

Lire l’interview…



Nouvelles Du Front   

Scorpions : une coupe du monde et des fonds de tiroir


Retour en 1985. Nous sommes un an après la sortie de l’incontournable Love At First Sting qui propulsa les Scorpions vers le panthéon des rockstars. Cette année là se tient à Rio de Janeiro au Brésil, entre le 11 janvier et le 20 janvier, la toute première édition du Rock In Rio, devenu aujourd’hui une institution. Le Rock In Rio, Scorpions, une histoire de quelques 500 000 fans. Énorme, entends-je ? Certes, mais cette performance risque d’apparaître en comparaison comme une crotte de mouche si ce qu’annonce Matthias Jabs en interview pour ArizonaRepublic.com se confirme.

Une nouvelle palpitante. Car oui, à l’inverse des organisateurs des J.O. de Londres de cet été, qui ont contacté le manager des Who pour convaincre Keith Moon, accessoirement décédé en 1978, de venir jouer durant la cérémonie de clôture de ceux-ci , les organisateurs de la prochaine Coupe du Monde de football qui se tiendra au Brésil auraient démarché les bien vivants Scorpions afin de jouer durant la cérémonie d’ouverture : « Nous avons été approchés pour jouer pour l’ouverture des Championnats du monde de football en 2014. Ce n’est pas confirmé, mais ces possibilités, nous ne pouvons pas les laisser filer » confie Matthias Jabs.

Lire la suite.



  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3