ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

News Express   

ROB ZOMBIE s’explique sur la campagne de crowdfunding lancée pour son nouveau film


Rob Zombie a le 2 août dernier fait appel au crowdfunding pour produire son prochain film ’31’. Le chanteur s’est expliqué quant aux raisons de l’opération dans un entretien au magazine Revolver, dont la vidéo est disponible ci-dessous. Lire la suite



Interviews   

Protest The Hero: a matter of will


Even before it was released, Volition, Protest The Hero’s newest album, was a true success story. Thanks to the dedication and generosity of their fans, the band has almost broken all records on the crowd-funding platform Indiegogo. With their initial $125,000 goal reached in twenty hours and a grand total of $341,000 raised, Protest The Hero’s is actually the second most popular campaign on the platform. This success is a small revolution and a huge hope for all the bands who want to cast off the shackles of record labels. According to vocalist Rody Walker, whom we interviewed, “it’s been a long time of the artist getting screwed over by labels”, “so, it’s really nice to finally be able to push back and have the power”. Protest The Hero has been able to canvass record companies while having both the music and the money, which tipped the scales in their favor. A new way of thinking is slowly taking shape and establishing itself as a viable alternative – one that would reduce the number of middlemen to a bare minimum and allow the fans to play an active part in the creative process. It would no longer be up to artistic directors and marketers to decide which artist has potential and should therefore be backed, but to the fans themselves.

But the process doesn’t make everyone happy, and Walker addresses this reticence in the following interview. That being said, this is the lot of any innovative experience. In any case, for Protest The Hero, the result is a high-ranking album and the prospect of a leap forward that the old record industry just doesn’t allow anymore. In this respect, the choice of title, “Volition”, in not neutral and symbolizes the creative will – the band’s as well as the fans’ – surrounding the conception of their fourth album.

Read the interview.



Interview   

Protest The Hero : une question de volonté


Avant même sa sortie, ce nouvel album de Protest The Hero, Volition, est une vraie success story. Par la simple passion et générosité des fans, le groupe a presque explosé tous les records sur la plateforme de financement participatif Indiegogo. Protest The Hero se hisse en effet à la seconde place des plus importantes campagnes de la plateforme, récoltant en à peine vingt heures l’objectif initial de 125 000 dollars, et remportant au bout du compte 341 000 dollars. Et ce succès, en soi, est une petite révolution, un espoir immense pour les groupes qui veulent se libérer du joug des maisons de disques et des labels. Selon le chanteur Rody Walker que nous avons interrogé, « ça fait des lustres que l’artiste se fait pigeonné par les labels » et « ça fait donc plaisir d’enfin pouvoir renverser les rôles et avoir le pouvoir ». Protest The Hero a pu se présenter aux labels en possédant à la fois la musique et l’argent, renversant complètement le rapport de force. Un mode de pensée nouveau qui commence à prendre forme et se faire une place dans les esprits comme une alternative viable, réduisant au strict minimum les intermédiaires entre le groupe et les fans qui deviennent eux-même acteurs, en amont, du processus. Ce ne serait plus aux labels de déterminer, via des directeurs artistiques et des marketeurs, quel artiste a du potentiel et sur lequel il faut miser, mais au public lui-même.

Alors, certes, le procédé a ses réticents et détracteurs, et Walker leur répond dans l’entretien qui suit, mais c’est pour ainsi dire le lot de toute pratique innovante. En tout cas, pour Protest The Hero, le résultat est là avec un Volition de haut niveau et une perspective de bond en avant pour le groupe tel que l’ancienne industrie du disque ne le permet plus. D’ailleurs, Volition, le titre, n’est pas anodin : il symbolise toute la volonté constructive – du groupe comme des fans – qui a entouré la conception de ce quatrième album.

Lire la suite.



Nouvelles Du Front   

The Holy Gift : un projet pour les fans de Tool et les autres


Et si un Français réalisait le premier documentaire longue durée basé sur Tool ? Parler de l’expérience de l’écoute de la musique de Tool serait plus précis, car en effet, un projet de long-métrage documentaire intitulé « The Holy Gift », inspiré par la musique du groupe américain est né depuis plusieurs années dans l’esprit d’un réalisateur français : Stéphane Kazadi.

Celui-ci a choisi de dresser le portrait d’individus liés ou non à Tool, et à travers son film de proposer un voyage aux quatre coins du monde, une quête à la recherche d’une réponse à la question: « Pourquoi aime-t-on la Musique ? ». Aujourd’hui, le beau projet « The Holy Gift » a besoin du public pour continuer d’exister : via le système de financement participatif IndieGogo, il est possible d’aider le film à naître et sortir sur les écrans du monde entier. Projet original (pour le moins) consacré à un groupe admirable, au bas mot, et qui mérite donc bien un coup de projecteur.

Lire la suite…



Éditorial    Nouvelles Du Front   

Klone n’a fait que demander


Il n’y a pas si longtemps, avec toute cette « crise » du marché musical, du disque « tué » par le mp3, des pirates détournant les revenus des maisons de disques et des artistes, la croyance répandue dans cette soudaine friche commerciale voulait que le live – c’est-à-dire les concerts et les tournées, et même le plus ou moins petit stand de merchandising qui l’accompagne – était l’ultime source de revenus assurés aux artistes… qui ne feraient donc plus que des albums pour se donner de nouvelles raisons de repartir sur les routes avec de nouveaux goodies à l’effigie de ce nouveau produit.

Mais la musique en studio devait aussi continuer à exister et il fallait trouver d’autres moyens de lui permettre d’exister sans des maisons de disques trop frileuses dans ce contexte pour investir sur des artistes et leurs futures œuvres. Surtout quand les poches de ces dits artistes ne sont pas une manne sans fond où ils pourraient puiser eux-mêmes pour combler ce manque d’investissement. Alors autant demander à ceux (à part eux-mêmes) qui avaient le plus envie de ces albums : les fans.

Lire la suite…



Le Son D'Histoire    Nouvelles Du Front   

Par le Dieu du Feu Infernal, il revient !


Le « God of Hellfire » revient, même s’il n’est jamais parti. Ayant planté une graine incandescente dans le rock à la fin des années 60, les rameaux de son buisson ardent ont poussé imperceptiblement mais sûrement à travers le metal. Mais ayant semé, il ne s’est pas arrêté pour regarder croître un arbre dont il ne goûtera que peu (ou pas) les fruits. Et pendant plus de quarante ans il n’a eu de cesse de tracer ses sillons, sur disque comme sur scène. Et il est temps que chacun le sache : le Dieu du Feu Infernal n’a jamais quitté le périmètre des cercles des musiques du Diable et ce retour n’est qu’un nouveau tour de rappel : il est là, Arthur Brown.

Cet Anglais fantasque (tel que le monde préfère les enfants d’Albion), inconnu du plus grand nombre, aurait pu n’être qu’un simple « One hit wonder » si avec son premier et unique tube « Fire », en 1968, il n’avait pas filé le coup de starter, l’électrochoc dans la cervelle de la créature shock-rock, en ravivant l’héritage de Screamin’ Jay Hawkins (dont il reprend d’ailleurs le fameux « I Put A Spell on You » sur son premier album, et toujours en concert aujourd’hui) dans un brouet rock psychédélique, tantôt prog ou hard, voire pop et même soul (à cette époque, les frontières des genres n’étaient pas encore (im)posées). Et si à la même époque un certain Jimi Hendrix se faisait remarquer en mettant le feu à son instrument, Arthur Brown (proche du guitariste, soit dit en passant), lui, allait bien plus loin…

Lire la suite…



Nouvelles Du Front   

Meytal Cohen : un rêve à 60 000 dollars


En dehors de la seule volonté de réaliser quelque chose, parvenir à concrétiser un projet nécessite depuis toujours un seul indispensable élément : une assise financière suffisante à défaut d’être conséquente. Un constat d’autant plus véridique dans le monde impitoyable de la musique où rien ne se fait à base de seule bonne volonté. Car, quand aujourd’hui certains artistes reconnus, avec quelques décennies d’activité au compteur, par exemple, en viennent à réclamer l’aide financière de leurs fans, il est évident que pour tout jeune groupe en quête de gloire et de succès le chemin est plus que jamais tortueux, ingrat et définitivement long.

Mais, a contrario de leur aînés, les jeunes pousses artistiques d’aujourd’hui grandissent dans un monde qui mute et qui passe à son format « upgradé ». Internet est le premier vivier d’artistes émergeant ou en devenir. Un puits sans fond de talents où l’on déniche (souvent) quelques phénomènes éphémères sans grand intérêt, mais aussi de nombreux artistes qui, par leur talent certain, savent se forger une base importante de fans. Par exemple : Meytal Cohen (non, Meytal n’est pas un pseudonyme mais bel et bien un vrai prénom d’origine israélite). Cette jeune demoiselle connue sur la Toile pour ses nombreuses reprises à la batterie de groupe tels que Slipknot, Tool, Metallica ou encore SOAD, comptabilise plus de 360 000 fans sur Facebook, 65 millions de vues sur ses vidéos YouTube et quelques 330 000 abonnés à sa chaîne. Des chiffres qui pourraient faire pâlir plus d’un zicos à la notoriété bien plus importante.

Fière et forte de cette réussite (car c’est bel et bien une réussite que de souder une telle communauté autour de soi en partant de quelques covers), Meytal veut désormais passer à la vitesse supérieure. Aujourd’hui, huit ans après avoir quitté ses terres israéliennes pour venir vivre son rêve américain à Los Angeles, la jeune femme désire offrir à ses fans son véritable premier opus de compositions originales. Et pour se faire, 60 000 dollars sont requis.

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Dream Theater @ Lyon
    Slider
  • 1/3