ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

CR De Festival    Live Report   

Sylak Open Air 2014 : le ciel peut attendre


Il est un vieil adage du festivalier disant simplement ceci : « festival pluvieux, festival heureux ». Comme une variante du « faire contre mauvaise fortune bon cœur », pour trouver de la joie même dans les désagréments, comme de la flotte pendant tout un weekend censé s’annoncer festif. Mais quand la météo annonce des intempéries sur la région pendant la moitié du weekend… Mais la vraie météo, c’est par la fenêtre qu’elle se voit et, de ce côté, après l’amoncellement de nuages noirs, les cordes. Quand ça tombe en plein milieu du weekend : alea jacta est. Quand c’est avant même d’y aller, les troupes peuvent se sentir les jambes lourdes dès avant de sentir la boue sous les semelles. Mais à mort ces cogitations fatalistes, le soleil vient d’envoyer un signe, une éclaircie signifiant : « fais pas ta chochotte et fonce ».

C’est parti ! L’autoradio crache le son le plus virulent qu’il puisse ingérer tandis que la gomme avale le bitume direction Saint-Maurice de Gourdans, petite ville de l’Ain à trente kilomètres de Lyon, qui avait encore récemment tout du patelin calme pour tous les habitants du canton et qui devient chaque été depuis maintenant quatre ans une zone de déflagration sonore et le nouveau camping de milliers de headbangueurs de la région Rhône-Alpes mais aussi de bien au-delà : Alsace, Bourgogne, région PACA et même des Anglais sont repérés sur le parking ou dans la foule. Le petit festoche local prend de l’ampleur. On l’avait déjà deviné avec une affiche mettant en tête d’affiche le fer de lance du metal français (Gojira), l’un des fleurons du thrash européen (Coroner) et le bras droit d’une légende (Phil Campbell). Et les chiffres seront aussi parlants : 6000 festivaliers sur tout le weekend contre 4500 l’an dernier. Alors qu’est-ce qu’on attend ? On entre ?

Lire la suite…



Blow Up Your Video   

Dancefloor Disaster nous la fait Gangbang Style


Le dictionnaire Larousse définit un phénomène de plusieurs façon :

1°) Fait naturel constaté, susceptible d’étude scientifique, et pouvant devenir un sujet d’expérience.
2°) Fait observé, en particulier dans son déroulement ou comme manifestation de quelque chose d’autre.
3°) Personne, chose qui se fait remarquer par son caractère extraordinaire, singulier, exceptionnel.
4°) Personne qui sort de l’ordinaire, qui surprend par son originalité, son caractère excentrique. En apposition, indique qu’il s’agit de quelque chose qui a un caractère exceptionnel.

L’année 2012 touchant à sa fin, il est temps de tirer quelques bilans, de faire le point sur ces phénomènes qui ont marqué ces 365 jours. Selon la première définition d’un phénomène, nous avons pu observer des tremblements de terre, des tempêtes, des inondations. Bref, tout ce qui emplit de drames le journal de 20h et qui ne vous empêche généralement pas de manger. Et pourtant, tout ça, on va oublier, tout ce qui a pu survenir en 2012 : la non-fin du monde, la réélection d’Obama, le mec qui a sauté de la stratosphère ne seront rien en raison de la définition n°2, le « fait observé dans son déroulement et comme manifestation de quelque chose d’autre » : il y a une semaine un simple Coréen que personne ne connaissait il y a six mois est devenu si important que son « exploit » a fait la Une de certains JT car on a observé ce type passé le milliard de vues sur YouTube. Cette personne, correspondant aux définitions n°3 et 4 s’est fait remarquer par sa singularité et son excentricité et a réalisé quelque chose d’exceptionnel.

Le phénomène est constaté et ne souffre pas de frontières car il est avant tout un phénomène Internet. Au fond, cela en fait, potentiellement, l’un des plus éphémères : son caractère exceptionnel promettant d’être moins fulgurant que la façon dont il risque d’être rejeté aux oubliettes de notre culture. Mais, on le répète, il ne souffre pas de frontières par ce biais, qu’elles soient géographiques, linguistiques (de toute façon, qui en quoi que ce soit à faire du sens de cette chanson ?) ou culturelles. Internet étant une sorte de culture commune, une Cosmopolis intangible où toutes les cultures se croisent et parfois se confondent. Où même le metal peut partager une table avec un rappeur rondouillard et son Gangnam Style.

Lire la suite…



Interview   

Dancefloor Disaster fait passer la pilule


Le carré VIP du Hellfest propose à ceux qui y ont accès, la presse y compris, des animations exclusives, dont des concerts. L’organisation fait systématiquement le choix de proposer un spectacle qui présente le metal de manière décalée. Après les Pastors of Muppets ou les DJ metal, c’était au tour de Dancefloor Disaster, groupe au nom évocateur, de proposer sa version hardcore des plus grands tubes dancefloor dont vous, lecteurs, êtes certainement friands.

Rencontrés pour l’occasion, les membres du groupe définissent Dancefloor Disaster comme « une gourmandise » purement scénique, libérée des contraintes de la composition et permettant par conséquent toutes les extravagances. Un projet humoristique qui a le mérite d’accrocher immédiatement un public diversifié, faisant notamment « passer la pilule » du metal à un public extérieur s’identifiant à ces tubes.

Le groupe nous présente la façon dont il travaille ainsi que la manière dont il perçoit ces deux univers qu’il s’amuse à égratigner.

Lire l’interview…



CR De Festival   

Hellfest 2012 : fil rouge de la journée du vendredi 15 juin


Suivez dès maintenant via nos trois plate-formes éditoriales – le site de Radio Metal, notre page Facebook et notre compte Twitter – pour savoir tout du Hellfest 2012 et obtenir nos impressions à brûle-pourpoint. Nous vous conseillons de recharger cette page régulièrement car nos informations sont mises en ligne en temps réel. Par ailleurs, sachez que les live reports de ce fil rouge seront enrichis quelques jours après le festival et nous vous proposerons également, a posteriori de l’événement, des galeries photos entièrement consacrées aux prestations des artistes.

Lire notre fil rouge…



  • Arrow
    Arrow
    In Flames @ Lyon
    Slider
  • 1/3