ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Revocation et le paradis death metal


Le christianisme qu’on croyait en net recul fut un temps est semble-t-il en train de reprendre du poil de la bête, tout du moins sa forme extrémiste notamment par le biais de la politique américaine. C’est en tout cas le constat que fait David Davidson, chanteur, guitariste et fondateur de Revocation. Dans un univers metal extrême qui aime s’opposer, qui dit christianisme dit satanisme. C’était donc le moment rêvé pour les Bostoniens de ressortir les symboles antireligieux et démoniaques, non seulement pour leur côté divertissant, mais aussi pour faire des déclarations engagées et susciter la réflexion sur le monde actuel. Comme toujours, rien n’est gratuit chez Revocation et tout est fait avec intelligence. C’est d’ailleurs aussi le cas de la musique qui prend parfois la forme d’un death metal plus groovy aux riffs diablement efficaces, pour donner encore plus d’impact aux parties les plus techniques et alambiquées.

Tel est en substance le contenu de Netherheaven, un huitième album pour lequel David Davidson a pour la première fois pris les commandes en tant qu’ingénieur/producteur, pour un contrôle total. Nous parlons de tout ceci avec lui.

Lire l’interview…



Interview   

Revocation ou la prose de l’extrême


Qui a dit que le death metal était une musique de brutes ? Certainement pas David Davidson. En tout cas, pas plus que le jazz, pourtant souvent considéré par les profanes comme de la musique d’ascenseur, tandis que Davidson y voit tout autant une forme d’agressivité artistique, car pour lui, tout est une affaire de tension. Car si avec le nouvel album de Revocation, intitulé The Outer Ones, le guitariste-chanteur s’est surtout attelé à créer un album death metal sombre et tranchant, il n’en est pas moins fasciné par « la langue du jazz » qu’il étudie régulièrement et qui se fraye un chemin jusque dans ses morceaux, à l’instant d’une variété de styles de musique.

Mais au-delà de ces considérations purement musicales, qu’il évoque avec beaucoup de pertinence, The Outer Ones est avant tout un hommage à la littérature de science-fiction et d’horreur, en particulier H.P. Lovecraft (le chouchou des groupes de metal), dont il utilise les histoires comme base pour ses chansons. Mais pas uniquement, puisqu’il s’est aussi lui-même prêté à l’exercice le temps d’un morceau. Voici en substance les sujets dont nous discutons ci-après avec David Davidson.

Lire l’interview…



Interviews   

Revocation: a nice mechanism devoted to the thrills and spills


We get into Revocation for its mad and catch-all side which defines, since 2004, the very distinctive musical identity of the Boston natives. This madness leads the band to add some banjo, for example, or a Hispanic part to a song in which the musicians’ technical expertise remains entirely devoted to the music. However, we definitely adopt Revocation for its sense of thrash/death riffs and its soli which are always incisive and efficient. It’s precisely with this formula that Revocation manages, with each new album, to score some more points.

We took advantage of the release of their eponymous album to chat with David Davidson, one of the principal instigators of the Revocation style. After he was raised to the sound of metal and thrash tenors, the guitarist perfected his technique at the famous Berklee College of Music where he got introduced to jazz music. In the following interview, he tells us a bit more about this fourth album.

Read the interview…



Interview   

Revocation : une belle mécanique au service de sensations fortes


Revocation, on s’y intéresse pour son côté fou et fourre-tout qui modèle, depuis 2004, une identité musicale si particulière aux natifs de Boston. Une folie qui les pousse à mettre du banjo, par exemple, ou une partie latino dans des chansons où la technique des musiciens reste inlassablement mise au service de la musique. Toutefois, Revocation on l’adopte définitivement pour son sens du riffs thrash/death et ses solos toujours bien sentis pour un rendu toujours incisif et percutant. Et c’est précisément avec cette formule que Revocation parvient, à chaque nouvel album, à marquer de nouveaux points.

Nous avons profité de la sortie de leur album éponyme pour nous entretenir avec David Davidson, un des instigateurs principaux du style Revocation et guitariste élevé au son des ténors du metal, et en particulier du thrash, mais aussi à la technique perfectionnée via la célèbre Berklee College of Music où il a pu mettre les doigts dans le jazz. Il nous en dit plus sur lui-même ainsi que sur ce quatrième album.

Lire l’interview…



  • Arrow
    Arrow
    Arch Enemy @ Lyon
    Slider
  • 1/3