ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Révélation High Hopes   

Dead City Ruins : une patte moderne et atypique


Passant des riffs classiques du hard au punk des années 90, et grâce à une patte moderne et atypique, Dead City Ruins débarque avec un album éponyme à la puissance savoureuse. Même si ses influences sont plus que notables – pas étonnant, évidemment, que le combo rende hommage à AC/DC sur son dernier titre – le groupe parvient tout de même à se démarquer, et de loin, des formations hard et classique rock de tout âge. Un artwork sans prétention, des morceaux sincères et réfléchis, les Anglo-Australiens nous offrent une performance qui les classent directement en tête de cette première Révélation High Hopes de 2015.

La voix de Jake Wiffen nous propulse dans l’univers inoubliable de Monsieur Cobain. Sur scène c’est la folie de Ozzy qui illumine son regard. Grâce à un timbre plus groovy, il rend ses morceaux chauds et encore plus efficaces. « Broken Bones » et « Happenzella » (le titre d’ouverture) font partie des coups de cœurs de notre rédaction, tant par l’énergie que par l’ambiance proposée. Du coup on attend avec impatience la suite, qui annonce, on l’espère, un rock dans le même esprit, pure et puissant, poussé par l’expérience instrumentale et la fougue scénique qu’ils auront acquise.

Lire la suite et écouter Dead City Ruins.



  • Arrow
    Arrow
    Hellfest - Altar - Jour 3
    Slider
  • 1/3