ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Potin   

Sucer, c’est tromper ?


Je suis désolé pour l’emploi du terme « sucer » mais c’est à cause de Thierry Ardisson et de l’affaire Michel Rocard ! Moi je n’y suis pour rien ! Bon, passons outre ces fausses excuses qui ne nous dédouanent aucunement de nos responsabilités. Oui j’utilise le terme « sucer » dans le titre de cet article et non je ne peux pas le justifier en expliquant que ce dernier parle en fait de « sucer des sucettes », les gourmandises qu’on trouve en pâtisserie. Je m’enfonce ? Oui je m’enfonce. Mais pour comprendre pourquoi je ne peux plus revenir en arrière, continuez ci-dessous.

En faisant ma revue de presse il y a quelques heures, je suis tombé sur le titre suivant : « Le batteur de Godsmack : « Je n’ai pas eu de relations sexuelles avec cette femme » ». Souhaitant, comme vous vous en doutez, éviter le sujet pour ne pas faire un article qui fera passer le média que je représente pour une petite entreprise de racolage, je décide d’un geste rapide de fermer la fenêtre de la page en question sur mon ordinateur. Et là, quelle cruelle désillusion en constatant qu’en voulant fermer la fenêtre… j’avais en fait ouvert le lien en question !

Lire la suite…



Girls Girls Girls   

Vous trouvez que j’ai l’air d’un mec ?


C’est maintenant une évidence : une femme peut exister dans l’univers du metal. On appelle d’ailleurs ça le « metal à chanteuse ». Autant dire que la révolution n’est pas encore faite. Des femmes en robes à froufrous, corsetées et, si possibles, aux poumons sur-développés pour mieux pousser leurs opérettes ; pas de quoi faire le tableau d’un milieu progressiste. Ce man’s man’s world de l’industrie sidérurgique continue à se faire principalement par des hommes et pour des hommes. Pas besoin d’un doctorat en sociologie pour en être convaincu.

Et pourtant des femmes ont préparé le terrain pendant des années pour servir moins d’attribut esthétique à un groupe et afin que leur place soit enfin reconnue sur le devant de la scène, « comme un vrai mec ». On a pu compter quelques groupes 100% féminins dans l’histoire du rock costaud : des groupes comme The Runaways, The Bangles ou The Slits. Des femmes qui en ont. Là encore, le langage lui-même évoque qu’il faut de la testostérone pour s’imposer. Des musiciennes ont aussi tracé leur sillon depuis les années 80 pour imposer un certain « girl power » dans le metal : Doro Pesch et Lita Ford ont prouvé qu’une femme peut mener un groupe. Sean Yseult, l’ex-bassiste de White Zombie, a raconté récemment ce que c’est que d’être née sans service trois-pièces alors qu’on a fait headbanguer du poilu pendant onze ans.

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3